Aller au contenu principal
Il y a présentement des items dans votre panier d'achat.

Le lundi 25 mai 2015

Le Québec fait face à des défis budgétaires et sociaux majeurs (dette publique importante, pyramide démographique « inversée », explosion des coûts sociaux et de santé, renouvellement de la main-d’œuvre et risque de perte d’expertise qui en découle). Le gouvernement du Québec, comme d’autres administrations publiques dans le monde, veut économiser. Il cherche à transformer ses façons de faire et à dégager une marge de manœuvre. C’est dans ce contexte qu’une nouvelle possibilité semble se présenter : passer à l’utilisation des logiciels libres (open source) et ainsi récolter des avantages directs (coûts moindres) et indirects (adhésion aux standards ouverts, etc.).

Le 21 septembre 2013, Le Soleil titrait : « Logiciel libre : Québec aurait pu économiser 265 millions $ ». En fait, on avançait que si on remplaçait tous les logiciels propriétaires par leur équivalent « libre », on aurait économisé 265 millions de dollars en licences. À cela, on ajoutait que « l’usage des logiciels libres permettrait de briser le cercle de dépendance vis-à-vis des technologies propriétaires, […] de dynamiser le secteur informatique au Québec et de recréer une expertise interne au gouvernement dans ce domaine. » Tous ces avantages sont alléchants, mais certains soutiennent que le logiciel libre est souvent moins mature, performant, fiable, etc. D’autres affirment que les économies sur les coûts des licences sont annulées par ceux de la main-d’œuvre. D'autres encore apportent des arguments positifs (disponibilité du code source, possibilité d’adapter le logiciel) ou négatifs (lourdeur des applications, pertes de productivité des usagers, etc.).

L’objectif de ce colloque est de réunir des personnes concernées et intéressées par le processus d’intégration des logiciels libres dans les systèmes d’information et les processus gouvernementaux afin de partager leurs connaissances et leurs résultats de recherches, et de discuter des principaux champs de recherche à développer dans ce secteur aux niveaux micro, méso ou macro. En effet, il nous semble capital d’avoir une vision élargie de cette intégration du logiciel libre. C’est aussi pour cette raison que les propositions relatives à l’adoption du logiciel libre dans l’entreprise privée (qui pourraient inspirer le domaine public) seront considérées.

Lire la suite »
Ajouter à mon horaire

Colloque

Section 600 - Colloques multisectoriels

Responsables

Afficher tous les résumés

Avant-midi

10 h 00 à 13 h 30
Communication orale
Communications orales
Le logiciel libre : un état de l'art
10 h 00
Mot de bienvenue
Didier Urli (UQAR - Université du Québec à Rimouski), André Jacques (UQAR - Université du Québec à Rimouski)
10 h 15
Logiciels libres : réduction des coûts et souveraineté numérique
Stéphane Couture (UdeM - Université de Montréal)
Résumé
10 h 45
Le CELL et la démarche d'adoption des logiciels libres
Résumé
11 h 15
Les logiciels libres dans l'administration publique en France
Thomas Escande (Linagora Canada)
Résumé
11 h 45
Dîner

Après-midi

13 h 30 à 15 h 15
Communication orale
Communications orales
Rentabilité économique et sociale du logiciel libre
13 h 30
Développement d'un modèle d'analyse de l'impact socioéconomique des logiciels libres
Stéphane Couture (UdeM - Université de Montréal)
Résumé
14 h 00
La méthode du CTP appliquée au cas de la FADQ : un premier bilan
Résumé
14 h 30
Le rôle potentiel des organisations publiques dans le bien commun logiciel
Yves Moisan (Travailleur Autonome)
Résumé
15 h 00
Pause
15 h 15 à 16 h 45
Communication orale
Communications orales
Avenir du logiciel libre
15 h 15
Adopter le logiciel libre, c'est aussi une gestion du changement
Jean-François Rousseau (CS2L)
Résumé
15 h 45
ProjeQtOR-Québec, logiciel libre de gestion de portefeuille de projet
Didier Urli (UQAR - Université du Québec à Rimouski)
Résumé
16 h 15
Le géocatalogue de l'UQAR : une infrastructure d'entreposage, de gestion et de diffusion de données géospatiales
Antoine Morissette (UQAR - Université du Québec à Rimouski), Kati BROWN (UQAR - Université du Québec à Rimouski), James CAVEEN (UQAR - Université du Québec à Rimouski), Denis DESCHÊNES (UQAR - Université du Québec à Rimouski)
Résumé
17 h 00 à 18 h 00
Panel
Panel / Atelier
Panel avec Rita de Santis, députée de Bourassa-Sauvé et Harold Lebel, député de Rimouski
Présidence/Animation : Steven Pigeon (UQAR - Université du Québec à Rimouski)