Imprimer

503 - Une réflexion décloisonnée sur les échecs et les réussites de l'école contemporaine : en quoi la recherche peut-elle poser problème ou être porteuse de solutions?

Le mercredi 27 mai 2015

Les sciences de l’éducation rassemblent plusieurs disciplines qui s’intéressent à l’éducation et fournissent des outils conceptuels et de références théoriques variés. Les études que mènent les chercheurs de ces différents champs tentent d’expliquer les principaux facteurs en cause dans l’échec scolaire, mais également dans la difficulté de l’école contemporaine à mieux circonscrire les orientations, les moyens et les interventions qui permettraient d’améliorer la situation. À titre d’exemple, l’analyse de la persévérance scolaire des jeunes sous l’angle du territoire a permis d’établir les interactions entre le lieu de résidence de l’élève, la localisation de l’école, le statut socioéconomique de la famille et la réussite des jeunes (Gilles, Potvin et Tièche Christinat, 2012; Perron et Veillette, 2012). D’autres travaux montrent l’incidence de la collaboration entre l’école, la famille et la communauté comme facteur de protection pour contrer les difficultés scolaires (Dumoulin, Thériault et Duval, 2011) ou portent un regard sociologique sur les interactions entre acteurs scolaires et leurs effets sur la performance des élèves (Gremion, 2012). Des recherches s’intéressent aux pratiques exemplaires de différenciation pédagogique dans plusieurs contextes et démontrent leur effet positif sur l’apprentissage des élèves (Prud’homme et al., à venir). Toutefois, malgré les efforts des chercheurs pour formaliser des modèles explicatifs, contribuer à mettre au point une approche critique et fournir des recommandations visant à « garantir l’égalité des chances », force est de constater que l’échec de l’école perdure à travers le temps dans les différents systèmes scolaires occidentaux (Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, 2008; Duru-Bellat, 2003; Suchaut 2002; Hutmacher, 1993; Mehan, 1986). Dès lors, le chercheur, en tant qu’acteur social, « ne peut faire l’économie d’un questionnement sur le bien-fondé de sa recherche, ses retombées pour les sujets, voire pour la société » (Gohier, 2004, p. 13).

Cette lecture de la situation incite les chercheurs de divers champs disciplinaires à se questionner sur l’influence réelle de leurs résultats d’études sur la réussite ou l’échec de l’école contemporaine. Elle questionne les manières de faire et invite à un décloisonnement des discours entre les champs disciplinaires pour trouver des solutions novatrices à la lutte à l’échec scolaire. Enfin, elle interroge les formes et les activités de recherche pouvant avoir une incidence sur la qualité de l’enseignement. Porteurs de ces questionnements, nous nous proposons, durant ce colloque, de mettre en synergie les compétences portées par les uns et les autres de façon efficiente.

Lire la suite »
Colloque
Section 500 - Éducation
Responsables
UQAC - Université du Québec à Chicoutimi
HEP-BEJUNE - Haute école pédagodique de Suisse romande
Ajouter à mon horaire
Afficher tous les résumés
Avant-midi
08 h 30 à 12 h 00
Communications orales
L'apport respectif de nos terrains professionnels à la réussite ou à l'échec de l'école
Présidence/Animation : Catherine Dumoulin (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)
Discutant : Lise Gremion (HEP-BEJUNE - Haute école pédagodique de Suisse romande)
08 h 30
Mot de bienvenue
09 h 00
Le LASALE, un laboratoire de recherche portant sur l'accrochage scolaire et les alliances éducatives
Chantal TIÈCHE CHRISTINAT (HEP - VAUD - Haute école pédagogique Vaud )

Si le LASALE fonde son origine sur la problématique du décrochage scolaire, il s'intéresse plus particulièrement à l'accrochage scolaire et aux alliances éducatives. Fondé en 2011, il poursuit avec quelques partenaires européens des recherches sur cette thématique. De nombreux travaux se sont penchés sur le caractère multidéterminé du décrochage, montrant à la fois le poids des facteurs internes à la scolarité que celui des facteurs externes à la scolarité. L'état de la recherche en ce domaine nous a semblé suffisamment développé pour ne pas investir ce domaine, et pouvoir tourner notre regard du côté des situations d'accrochage. Par ailleurs et peut-être même prioritairement, ce choix est dicté par différents motifs qui relèvent tant des objectifs que nous nous assignons en tant que chercheurs que des nombreux questionnements que posent les dispositifs d'accrochage scolaire.

Dans cette communication, nous expliciterons à partir d'exemples extraits de quelques recherches menées par les partenaires du laboratoire, notre cadre de recherche fondé sur une approche éco-systémique (Bronfenbrenner, 1990) et sur l'apport que la diversité des devis de recherche peut amener à la qualité des résultats obtenus. Par ailleurs, nous ferons nôtre le questionnement de Donnay et Bru concernant l'impact de telles recherches et des méthodologies utilisées sur les "savoirs sur les pratiques ".

Résumé
09 h 30
La Chaire VISAJ : la contribution des sciences sociales à la compréhension des parcours scolaires et des conditions de vie des jeunes

La Chaire UQAC-Cégep de Jonquière sur les conditions de vie, la santé et les aspirations des jeunes (VISAJ) contribue à la connaissance des facteurs sociaux (www.cartojeunes.ca) associés à l'abandon scolaire. Elle s'intéresse au rôle complémentaire des politiques publiques, du milieu scolaire et des communautés pour favoriser la réussite de tous et arbitrer les défis liés aux inégalités territoriales de la persévérance scolaire (PS). Pour mieux appréhender les réalités de la PS, favorisant l'orchestration de plans d'action plus efficaces, VISAJ mise sur le rapprochement, d'un côté des connaissances propres au domaine  de l'éducation et, d'un autre côté, celles émanant des sciences sociales. À ce titre, une double exigence s'impose: d'une part, éviter la psychologisation du problème qu'est l'abandon scolaire et, d'autre part, bien définir les concepts de territoire et de communauté (Caillouette, Roos et Aubin, 2013). Cet impératif de convergence est lié à la volonté des États et des collectivités d'agir plus efficacement en matière de PS et de prévention de l'abandon scolaire. VISAJ joue un rôle essentiel dans le projet du Saguenay–Lac-Saint-Jean (SLSJ) d'être la première région éducative du Québec. Ce projet découle du chemin parcouru depuis 20 ans autour du Conseil régional de prévention de l'abandon scolaire (www.crepas.ca), illustrant le bien-fondé du rapprochement des connaissances issues des sciences de l'éducation et sociales (Perron et Veillette, 2012).

Résumé
10 h 00
La collaboration entre enseignants réguliers et spécialisés en contexte inclusif : interdépendances entre pratiques de terrain, de recherche et de formation
Patrick Bonvin (Haute école pédagogique du canton de Vaud )

La réforme inclusive qui suit son cours en Suisse depuis plusieurs années met les acteurs de terrain face au défi de la collaboration, pour les enseignants réguliers, avec les enseignants spécialisés chargés de fournir du soutien pédaogique au sein de la classe ordinaire. Cette présentation s'appuira sur les résultats d'une recherche du Fonds national suisse (FNS) portant sur la collaboration entre enseignants réguliers et spécialisés. Après avoir présenté le contexte de la réforme et les travaux préliminaires à la recherche FNS (évaluation de projets d'établissements inclusifs), le plan de recherche et ses principaux résultats seront abordés. Ces derniers confirment en partie des résultats antiérieurs qui pointaient un certain degré d'insatisfaction des enseignants vis-à-vis du co-enseignement (c'est à dire de l'intervention conjointe en classe), alors qu'il est souvent décrit comme une pratique souhaitable dans les réformes inclusives et les textes qui les soutiennent. Par contre ils montrent également des effets positifs du co-enseignement sur la performance en français des élèves qui bénéficient de ces mesures d'appui, ainsi que des effets positifs sur l'attitude envers l'école de tous les élèves. La discussion visera à illustrer les contradictions et complémentarités entre les expériences de terrain et les données issues de la recherche et évoquera les pistes qu'elles suggèrent en vue d'une optimisation du dialogue entre terrain, recherche et formation.

Résumé
10 h 30
Pause
11 h 00
La formation par la recherche : l'apport du Consortium régional de recherche en éducation à la pratique enseignante
Catherine Dumoulin (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)

Les enseignantes doivent acquérir et développer des compétences tout au long de leur carrière en vue d'enrichir leur pratique professionnelle et ainsi mieux faire face aux défis complexes de l'éducation. La recherche participative engage les chercheurs et les praticiens dans un véritable partenariat au sein duquel ils peuvent repenser l'acte pédagogique. Cette réflexion les amène à être "à la fois objet et acteur de la situation en examen" et par conséquent, permet qu'un travail se fasse "sur eux-mêmes en même temps que sur la situation" (Dubost et Levy, 2003). La formation par la recherche dépasse donc la transmission frontale d'un savoir en adoptant une posture d'accompagnement des pratiques professionnelles (Cifali, 2007).

Cette communication présentera l'apport du Consortium régional de recherche en éducation ((CRRE) edupsy.uqac.ca/crre/) à la pratique enseignante. Le CRRE se consacre au développement d'une culture de recherche-formation dans l'ensemble des milieux éducatifs du Saguenay–Lac-Saint-Jean, de la Côté Nord et de Charlevoix. Il assure un arrimage entre les décideurs, les praticiens et les chercheurs dans l'élaboration de problématiques de recherche s'appuyant sur la réalité des milieux de pratique et dans la réalisation d'activités de formation garantissant le transfert de connaissances pratiques et scientifiques. Son but est d'accroitre la réussite éducative en créant une synergie entre les différents acteurs des milieux scolaire et universitaire.

Résumé
11 h 30
Quand la recherche s'engage pour l'équité des droits à une école pour tous
Lise Gremion (HEP-BEJUNE - Haute école pédagodique de Suisse romande)

De nombreuses recherches ont montré, depuis maintenant plus d'un demi-siècle, que l'école publique peine à l'accueil de la différence des élèves, en particulier les élèves appartenant à des milieux sociaux défavorisés. Malgré le caractère général et obligatoire de l'école, inscrit tant dans les législations que dans les déclarations internationales, tous les enfants n'y ont pas encore accès et tous n'y sont pas les bienvenus.

Toutefois, des deux côtés de l'Atlantique, l'histoire de cette institution sociale montre que les résultats de recherches mises au service de la communauté et en particulier de ses membres les plus vulnérables, ont contribué à modifier ses législations et la rendre plus accessible, plus perméable à la diversité et plus attentive quant aux besoins de chaque élève.

Pour montrer comment la recherche participe au développement d'une école plus ouverte et plus inquiète de tous ses élèves, la communication propose de revenir sur l'origine du mouvement pour l'inclusion scolaire et les événements sociaux et politiques qui l'ont accompagné. La présentation chronologique de quelques recherches marquantes montrera que la récurrence de la discrimination des élèves les plus vulnérables n'est pas rédhibitoire. Dans la mesure où la recherche s'ouvre véritablement sur les questions et problèmes sociaux, elle peut agir comme un soutien aux projets communautaires d'une école pour tous qui élargit l'horizon une société plus équitable.

Résumé
12 h 00
Dîner
Après-midi
13 h 30 à 13 h 45
Communications orales
Discussion : le projet commun d'une université d'été
Présidence/Animation : Catherine Dumoulin (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)
13 h 45 à 14 h 30
Communications orales
Discussion : en quoi la recherche pose-t-elle problème ou est-elle porteuse de solutions pour lutter contre l'échec de l'école? Quels types d'activités de recherche peuvent avoir une incidence sur la qualité de l'enseignement?
14 h 30
Pause
15 h 00 à 15 h 30
Communications orales
Plénière : comment décloisonner ou conjuguer nos domaines afin de trouver des solutions novatrices pour lutter ensemble contre l'échec de l'école?
Présidence/Animation : Lise Gremion (HEP-BEJUNE - Haute école pédagodique de Suisse romande)
15 h 30 à 16 h 15
Panel
Table ronde : université d'été, un espace de formation à réinventer?
Participants : Patrick Bonvin (Haute école pédagogique du canton de Vaud ), Catherine Dumoulin (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi), Lise Gremion (HEP-BEJUNE - Haute école pédagodique de Suisse romande), Michel Perron (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi), Chantal TIÈCHE CHRISTINAT (HEP - VAUD - Haute école pédagogique Vaud )
16 h 15
Mot de clôture