Imprimer

51 - La Politique nationale de la recherche et de l'innovation : vers un système québécois d'innovation sociale?

Du mardi 13 au mercredi 14 mai 2014

L’adoption de la Politique nationale de la recherche et de l’innovation (PNRI) par le gouvernement du Québec interpelle l’ensemble de la société québécoise. Elle vise en particulier le monde de la recherche, mais elle concerne tout autant les acteurs socioéconomiques que les citoyens. Ils sont appelés à accroître leurs capacités créatives et à les mettre au service du bien commun, de la construction d’un Québec plus dynamique et où il fait bon vivre.

La PNRI s’appuie sur les liens entre les chercheurs et la société pour favoriser « un avenir plus riche », voire « le mieux-être des Québécois sur tous les plans : économique, social et humain ». Ce colloque vise à montrer l’importance du social, voire de l’innovation sociale dans cet enrichissement collectif. Nous avons certes besoin de créativité sur les plans technologique et des relations entre les chercheurs et les entreprises, mais nous avons aussi besoin d’une collectivité qui réponde à ses problèmes sociaux d’une façon innovatrice.

On le sait, le Québec a été et demeure un vivier d’innovations sociales. Or, une réflexion sur la mise en relation des acteurs qui les portent et sur la construction d’un système qui permettrait leur diffusion, l’apprentissage collectif et l’amélioration des politiques publiques s’impose afin d’assurer que la création et l’innovation aillent dans le sens du progrès, de l’amélioration du bien-être collectif et que l’enrichissement souhaité bénéficie à tous. Des chercheurs, des acteurs institutionnels et des représentants de la société civile participeront à la réflexion sur la place des innovations sociales dans une société plus créative, mais aussi plus solidaire, où il fait bon vivre.

Lire la suite »
Colloque
Enjeux de la recherche
Responsables
Université Concordia
UQAM - Université du Québec à Montréal
Ajouter à mon horaire
Afficher tous les résumés
Avant-midi
09 h 00 à 10 h 15
Communications orales
Mot de bienvenue
Présidence/Animation : Marguerite Mendell (Université Concordia)
Discutant : Juan-luis Klein (UQAM - Université du Québec à Montréal)
09 h 15
Mot de bienvenue
09 h 30
Vers un système québécois d'innovation sociale? Préciser sa finalité, ses spécificités, son apport et ses potentialités
Normand Labrie (Fonds de recherche du Québec - Société et culture)
10 h 00
Période de questions
10 h 15
Pause
10 h 30 à 12 h 30
Panel
La PNRI et la recherche sur l'innovation sociale au Québec
Présidence/Animation : Juan-luis Klein (UQAM - Université du Québec à Montréal)
Participants : André BOURRET (ÉNAP - École nationale d'administration publique), Denis Harrisson (UQO - Université du Québec en Outaouais), Dominique Michaud (Université Concordia), Marie-Andrée Roy (UQAM - Université du Québec à Montréal)
12 h 30
Dîner
Après-midi
13 h 30 à 15 h 00
Communications orales
L'expérience internationale et ses leçons pour la mise en réseau des acteurs de l'innovation sociale
Présidence/Animation : Wilfredo Angulo (UQAM - Université du Québec à Montréal)
13 h 30
Genre et territoire : l'apport de l'international au local
Jacques Caillouette (UdeS - Université de Sherbrooke), Chantal Doré (UdeS - Université de Sherbrooke), Liliana Kremer (Université nationale de Córdoba)

À partir d'une recherche-action s'intitulant  « Femmes, diversité et rapports sociaux de genre : les défis de la construction démocratique des territoires », nous voulons montrer ici comment le regard d'acteurs internationaux peut activement favoriser des mobilisations locales et innovatrices; en même temps qu'agir comme support puissant pour consolider un réseautage international déjà existant.

Nos travaux visent la reconnaissance, l'accroissement et la mobilisation des capacités d'action des femmes au développement démocratique de leur communauté par la consolidation d'un partenariat entre chercheurs et chercheuses du Canada et leurs partenaires d'Argentine, de la Colombie et du Mexique. L'apport de ce projet est de systématiser, consolider et pérenniser une collaboration internationale en vue de produire des connaissances nouvelles et un transfert de pratiques novatrices. La démarche proposée se décline en quatre moments clés selon quatre scénarios de rencontres et d'échanges au niveau local au Canada, en Argentine, en Colombie et au Mexique en 2014 et 2015. Les résultats de cette démarche étalée sur deux ans convergeront au IIIè Forum international académique communautaire en Argentine en 2015 avec une participation d'envergure de tous les acteurs concernés. La méthodologie sous-jacente comporte une démarche collective de participation et d'échanges faisant appel notamment aux approches narratives et au croisement des savoirs.



Résumé
13 h 50
Le contexte des innovations sociales en Afrique : une voie prometteuse pour le développement?
Mebometa Ndongo (Université Carleton)

L'Afrique Subsaharienne est encore aux prises avec les défis de son développement urbain face aux enjeux de l'urbanisation, pourtant mutations et réaffirmation se côtoient. Devant un bilan mitigé et discutable des modèles ayant prévalu, surtout de leurs effets, l'innovation sociale, de l'avis de plusieurs, semble dessiner une perspective prometteuse. Dans ce contexte, initiatives et créativité se conjuguent avec entreprenariat, alors que prévaut un dynamisme populaire en interaction avec les modes de gouvernance. Cela ouvre un questionnement sur le rôle des pouvoirs publics dans l'avancée des activités socioéconomiques où les frontières entre une certaine normalité en vigueur et l'informalité ambiante restent floues, sans oublier que la mondialisation imprime des valeurs parfois conflictuelles avec la culture et les valeurs locales et que l'appareil étatique et les collectivités locales demeurent encore désarticulés. Dès lors, se pose la question de savoir si des politiques favorables existent, comment se traduisent-elles dans les schémas institutionnels en place et quel est leur lien avec les perspectives de développement national? Cette communication dresse l'état des savoirs sur l'innovation sociale en Afrique Subsaharienne afin de positionner les écrits et de construire les jalons d'une recherche dans un terrain encore peu exploré, alors que sur le plan empirique, le cas du Sénégal permet un déblayage.



Résumé
14 h 10
Le RELIESS : un outil d'échange de meilleures pratiques en économie sociale et solidaire
Béatrice ALAIN (Chantier de l'économie sociale)

Le RELIESS, une initiative du Chantier de l'économie sociale créé suite au Forum international sur l'économie sociale et solidaire de 2011 explore les politiques publiques en économie sociale et solidaire (ÉSS) et les initiatives innovantes qui en découlent et cherche à promouvoir l'échange d'information sur ce type de politiques publiques. En recensant ce qui se fait ailleurs et en identifiant des pratiques novatrices, le RELIESS vise à favoriser une dissémination des meilleures pratiques et leur adaptation aux réalités du Québec. Le RELIESS s'appuie sur un comité international de partenaires qui contribue à identifier les développements importants en matière d'ÉSS partout sur la planète. Le RELIESS travaille ensuite à relayer cette information aux acteurs de l'ÉSS québécois à travers la traduction de nouvelles, la production de fiches synthèse et l'organisation d'événements faisant le lien entre ce qui se fait ailleurs et ce qui serait porteur au Québec. Identifier des nouvelles pratiques prometteuses (par exemple de financement solidaire) ou les limites de mesures de soutien (par exemple, les lacunes de loi cadres en ÉSS ayant été adoptées) sert à inspirer les acteurs sur les initiatives d'ÉSS qui peuvent être mises en œuvre et à orienter les décideurs politiques sur les meilleures façons de soutenir ce développement. Ce faisant, le RELIESS contribue à outiller les acteurs qui s'engagent dans le renouvellement du modèle québécois de développement.



Résumé
14 h 30
Les organisations hydrides : vers une typologie
Emmanuel Raufflet (HEC Montréal)

Pendant longtemps a régné une division très claire entre des entreprises dont la finalité est le profit et celles dont la finalité est la production de biens et services sociaux ou/et communs et collectifs. Cependant, au cours des dernières années, ces frontières sont devenues plus poreuses. Un mouvement d'organisations hybrides se propose de dépasser cette division et de construire des ponts entre ces deux finalités traditionnellement opposées ((Battilana et al. (2012) ; Battilana et Dorado (2010)). Ces organisations hybrides visent, avec différents degrés, à lier réalisation de profits économiques avec finalité sociale. Ce faisant, ces nouvelles formes d'organisation ont le potentiel de renouveler et enrichir la tradition solide de l'Économie sociale et solidaire. Corolaire à ce mouvement d'hybridation, des organisations sont apparues sous diverses formes et statuts légaux en Europe, aux États-Unis et au Canada.
L'objet de cet article est de cartographier ces formes juridiques émergentes hybrides à différents degrés entre les entreprises sociales « classiques » et les entreprises économiques « pour le profit » « classiques ». Nous cartographions ces entreprises hybrides selon leur statut juridique, leurs missions, et les mécanismes de gestion et de gouvernance qui les caractérisent.

Résumé
15 h 00
Pause
15 h 15 à 16 h 30
Panel
RQIS, CRISES, Réseau Trans-tech : la mise en réseau des organismes d'innovation sociale et sa place dans l'écosystème de la recherche
Présidence/Animation : Hélène P. TREMBLAY (Aucune institution d'attache)
Participants : Claire Boulé (Réseau Trans-tech), Sabine DOSSA (Interface ADISIF-Entreprises ), Lyne DUBOIS , Christopher Mcall (UdeM - Université de Montréal), Lyne Sauvageau (UQ - Université du Québec)
16 h 30 à 17 h 00
Communications orales
Constats, perspectives et défis : retour sur la journée de travail
16 h 30
Perspectives et défis de la mise en réseau
Nadine Arbour (Cégep de Jonquière)
16 h 45
Le système québécois d'innovation sociale : quelques jalons 
Juan-luis Klein (UQAM - Université du Québec à Montréal)
17 h 00 à 18 h 00
Cocktail
Cocktail CRISES, RQIS, Réseau Trans-tech
Afficher tous les résumés
Avant-midi
09 h 00 à 10 h 30
Panel
L'importance du transfert dans la construction d'un système d'innovation sociale
Présidence/Animation : Sylvie de Grosbois (UQAM - Université du Québec à Montréal)
Participants : Gaston Bédard (Conseil québécois de la coopération et de la mutualité), Benoit Lévesque (UQAM - Université du Québec à Montréal), Nancy Neamtan (Chantier de l'économie sociale), Christian THIVIERGE (Solidarité rurale du Québec), Vincent Van schendel (UQAM - Université du Québec à Montréal)
10 h 30
Pause
10 h 45 à 12 h 15
Communications orales
L'incubation de l'innovation sociale : conditions et facteurs de succès
Présidence/Animation : Denis Bussières (UQAM - Université du Québec à Montréal)
10 h 45
Incuber l'innovation sociale : rôle et fonction du chercheur universitaire
Jean-Marc Fontan (UQAM - Université du Québec à Montréal)

Sous certaines conditions, l'innovation sociale peut être incubée. Sans être nécessairement planifiée, son émergence peut être facilitée par la mobilisation de connaissances issues de la recherche universitaire. Notre présentation se penchera sur ce que signifie concrètement l'incubation d'innovations sociales.

Dans un 1er temps, nous explorerons différents cas qui montrent comment l'implication de chercheurs dans des processus de développement socio-territorial a joué un rôle clé dans la construction d'un espace collaboratif de mobilisation de connaissances qui a été propice à l'émergence d'innovations sociales. Les exemples que nous analyserons associent des chercheurs et des acteurs sociaux autour de projets visant la revitalisation socio-territoriale et l'élévation des capacités d'agir de populations locales (entre autres le travail fait avec le Technopôle Angus, les collaborations développées avec la Ville de Montréal, le partenariat tissé avec la Corporation de développement communautaire de St-Camille et l'insertion de chercheurs dans le système d'action mis en place par Parole d'excluEs).

Dans un 2è temps, nous dégagerons des éléments d'analyse des expériences d'incubation réalisées avec des acteurs du terrain. Nous qualifierons le processus d'incubation de façon à identifier les conditions à respecter. Nous nous pencherons sur le sens à donner aux mécanismes de croisement des savoirs et des pouvoirs qui jouent alors que les savoirs et les pouvoirs mobilisés sont inégaux.

Résumé
11 h 05
La place du communautaire dans l'incubation de l'innovation sociale : le cas de Parole d'excluEs
Isabel Heck (Parole d'excluEs)

Parole d'excluEs est né du besoin de renouveler les pratiques québécoises de lutte contre la pauvreté et l'exclusion. S'inspirant d'une réflexion puisant ses racines dans trois univers culturels (québécois, brésilien et argentin), l'organisme a mis en place un système d'action innovant pour accompagner la mobilisation citoyenne de personnes en situation d'exclusion par le logement social. Implanté dans trois quartiers de Montréal, ce système mobilise le milieu universitaire. La présentation permettra d'illustrer les différentes facettes du partenariat qui s'est établi entre Parole d'excluEs et des chercheurs universitaires. Elle se penchera particulièrement sur le processus d'une recherche intervention en cours qui prend place dans un des trois territoires d'intervention de PE, en l'occurrence le secteur Nord-Est de l'arrondissement de Montréal-Nord.

Par cet exemple, nous montrerons comment l'approche développée permet de croiser les savoirs sur les dynamiques et enjeux sociaux et territoriaux du secteur tout en mobilisant des personnes concernées par la démarche. Nous terminerons la présentation par une réflexion sur l'intégration d'une chercheure communautaire, donc d'une ressource exclusivement dédiée à la recherche, au sein d'un organisme communautaire.



Résumé
11 h 25
Hermès : ce qui arrive à un croisement

Normal 0 21 false false false FR-CA X-NONE X-NONE MicrosoftInternetExplorer4

Le hasard, disait Kant, se produit à la rencontre de deux séries nécessaires. L'innovation que sont les Ateliers des savoirs partagés de Saint-Camille (MRC Des Sources) est un tel lieu d'apparition de l'imprévisibilité. La mise en rapport des compétences, connaissances et réflexions de personnes issues du milieu universitaire et de personnes issues de la pratique quotidienne ne produit pas un « savoir moyen » ou un métissage, mais un dialogue dont la dynamique est en continuelle redéfinition, tant dans ses objectifs que dans ses modalités. C'est dans ce dialogue que réside la leçon des Ateliers telle qu'on peut la concevoir en ce moment : le savoir n'est pas un ensemble de choses qu'on accumule (conception « bancaire »), mais un ensemble flou de compétences, de potentialités applicables dans un univers mouvant. Cette communication présente les motivations qui permirent la mise sur pied des Ateliers des savoirs partagés, décrit les évolutions de ce projet et cherche à cerner ses aboutissements. Sans préjuger des interprétations des acteurs-terrain, elle propose une vision itérative et processuelle de l'émergence de l'innovation et, en particulier, de sa solidification dans une démarche qui se reconnaît elle-même comme un dialogue en cours plutôt que comme un aboutissement.

Hermès, messager des Dieux, celui qui préside aux carrefours, là où se rencontrent ceux qui, venant d'origines différentes, marchent ensemble pendant un temps et poursuivent ensuite leur route.

Normal 0 21 false false false FR-CA X-NONE X-NONE MicrosoftInternetExplorer4 /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin-top:0cm; mso-para-margin-right:0cm; mso-para-margin-bottom:10.0pt; mso-para-margin-left:0cm; line-height:115%; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri","sans-serif"; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
Résumé
11 h 45
Saint-Camille : une communauté apprenante, innovante et solidaire 
Benoit BOURASSA (Le P'tit Bonheur de Saint-Camille)

Le projet d'ateliers des savoirs partagés qui se réalise à Saint-Camille (en Estrie) est une sorte d'incubateur permettant le développement d'une communauté rural par et pour les citoyens de la localité. C'est un lieu, un espace d'échanges, de rencontres et de collaborations citoyennes dans un milieu de vie où l'expérience d'une démarche innovante dans le domaine de la formation en continue est en constante évolution depuis plusieurs années. Mon exposé tendra à démontrer que cette démarche, combinée à l'accompagnement d'un chercheur en résidence, assorti d'une communication régulière avec des chercheurs d'au moins trois universités québécoises, a permis de constater des avancées significatives en matière de solidarité, de qualité de vie et d'intelligence collective dans une ruralité en pleine mutation.

Résumé
12 h 15
Dîner
Après-midi
13 h 15 à 14 h 30
Communications orales
Les innovations sociales : l'importance de les placer dans un contexte d'interrelations
Présidence/Animation : Louise Briand (UQO - Université du Québec en Outaouais)
13 h 15
Une base de données sur les innovations sociales au Québec : de l'univers conceptuel à la validation empirique des relations entre l'innovation et la transformation sociale
Marie J. Bouchard (École des Sciences de la Gestion (ESG) - UQAM ), Catherine Trudelle (UQAM - Université du Québec à Montréal), Louise Briand (UQO - Université du Québec en Outaouais), Juan-luis Klein (UQAM - Université du Québec à Montréal), Benoit Lévesque (UQAM - Université du Québec à Montréal), David LONGTIN (UQAM - Université du Québec à Montréal), Mathieu PELLETIER (UQAM - Université du Québec à Montréal)

La recherche sur les innovations sociales (IS) est principalement réalisée par le biais d'études de cas. Ceci s'explique par le caractère unique des innovations à leur émergence et par le fait que le concept d'IS demeure encore faiblement codifié. Par conséquent, l'information concernant les IS reste souvent isolée, limitant l'analyse macrosociologique des transformations sociales qui les accompagnent et freinant la capacité de généralisation des résultats. Dans l'objectif de combler cette lacune, le Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES) a amorcé, à l'automne 2011, la mise sur pied d'une base de données sur l'IS au Québec qui offrira un observatoire statistique de plus de 500 études de cas permettant de produire des analyses longitudinales, sectorielles et spatiales sur l'IS dans un contexte institutionnel donné. Cette base de données constitue en soi une innovation et son élaboration pose de nombreux défis. Sur le plan théorique, un travail de réflexion est requis afin de renforcer le cadre d'analyse concernant l'IS. Sur le plan méthodologique, le défi consiste à opérationnaliser les concepts de l'ISafin de pouvoir organiser les données de manière cohérente. Finalement, sur le plan épistémologique, la base de données soulève des défis d'interprétation des données afin d'assurer leur validité et d'éviter les biais normatifs.

Résumé
13 h 35
Innovation sociale et développement durable : quels liens et quelles dynamiques?
Sharam Alijani (NEOMA Business School)

Cette communication a pour objet d'investiguer les sources, les processus et la finalité de l'innovation sociale en mettant en lumière les dimensions multiples  du développement et les liens circulaires entre les actions collectives, le développement durable et  le système national d'innovation sociale. De ce point de vue, un système d'innovation sociale tente à favoriser l'éclosion et l'essaimage des idées innovantes et à inciter les actions en faveur d'un modèle d'allocation de ressources efficace et d'un système social innovateur. Par conséquent, un système national d'innovation social se doit d'appréhender les liens entre la performance et la gouvernance au sein des organisations et des territoires. Rappelons que la nature, l'étendue et la dynamique de l'innovation sociale dépendent à la fois des choix individuels, des actions collectives, des politiques publiques et des capacités dynamiques des organisations privées et publiques. Notre étude met ainsi en lumière  l'importance des politiques publiques et des actions collectives qui visent à accroître le bien-être, l'équité et la justice sociale. Nous tenterons de restituer le débat sur la capacité d'innovation sociale en apportant une attention particulière aux expériences nationales et régionales en prenant en considération des contingences économique, environnementale, technologique, sociospatiale et politique auxquelles l'innovation sociale est assujettie.



Résumé
13 h 55
Diversification des coopératives agroalimentaires et création de valeur plurielle : un cadre d'analyse pour des innovations organisationnelles
Majdi Ben Selma (HEC Montréal), Martine Vézina (HEC Montréal)

À l'heure de la mondialisation, les préoccupations environnementales et sociétales qui affectent aujourd'hui coopératives agroalimentaires, ramènent à leur agenda stratégique la question de la diversification de leurs activités, s'appuyant sur des capacités d'innovation plutôt qu'une recherche d'efficience par la taille et se faisant, renouant avec leur ancrage territorial. Or, les résultats des études portant sur la diversification des activités des coopératives agroalimentaires restent mitigés quant à sa supériorité au regard de la stratégie de spécialisation (Trechter, 1996 ; Ritossa & Bulgacov, 2009, Nilson & al 2012, Hendrikse & Oijen, 2002).

Notre objectif est de présenter un cadre d'analyse de la création de valeur plurielle associée aux liens synergétiques d'une stratégie de diversification des activités des coopératives agricole. Ce cadre d'analyse va contribuer à l'augmentation des connaissances sur la stratégie de diversification des coopératives agricoles selon une approche managériale (Resource-Based View) permettant de mettre en évidence les compétences organisationnelles ainsi que les mécanismes de coordination qui permettent de générer des synergies créatrices de valeur plurielle au bénéfice de la coopérative, des usagers-agriculteurs et des communautés locales. Ce cadre théorique devrait permettre une étude internationale (300; Amérique du Nord et en Europe) de coopératives agricoles de taille moyenne et grande.

Résumé
14 h 30
Pause
14 h 45 à 16 h 05
Panel
Séance de clôture : quelles politiques pour un système d'innovation sociale?
Présidence/Animation : Marguerite Mendell (Université Concordia)
Participants : Juan-luis Klein (UQAM - Université du Québec à Montréal), Carole Lévesque (INRS - Institut national de la recherche scientifique), Carine Perron (Cégep régional de Lanaudière), Francine VERRIER (ÉTS - École de technologie supérieure)
16 h 00
Mot de clôture