Imprimer

116 - La place des communautés de pratique en santé : innovations, impacts et défis

Le lundi 12 mai 2014

L’objectif de la journée proposée est de faire le portrait de l’état des connaissances et des expériences dans le domaine des communautés de pratique (CdeP) en santé. Le colloque examinera la recherche autour des CdeP en santé. Une CdeP peut être définie comme « un groupe de personnes ayant en commun un domaine d’expertise ou une pratique professionnelle, et qui se rencontrent pour échanger, partager et apprendre les uns des autres, face-à-face ou virtuellement » et ces individus ont souvent un « intérêt commun dans un champ de savoir […], un désir et un besoin de partager des problèmes, des expériences, des modèles, des outils et les meilleures pratiques ». La CdeP est donc une approche qui peut favoriser la collaboration, le partage et la création de connaissances ainsi que la recherche de solutions aux enjeux du système de santé.

Au cours du colloque, différents chercheurs et experts en CdeP discuteront de la recherche sur les CdeP, en particulier des caractéristiques de ces regroupements, des retombés des CdeP sur la clinique et la recherche ainsi que des enjeux de la recherche dans ce domaine. La journée s’articulera autour de deux principales thématiques : les expériences de CdeP en santé et les CdeP comme objet de recherche, incluant les méthodologies utilisées, les facteurs de succès et les approches d’évaluation. Le colloque est proposé par trois chercheurs du domaine de la recherche en réadaptation de l’Université de Montréal et de l’Université McGill. Ils ont mis sur pied et mènent des CdeP qui rassemblent une grande variété d’acteurs et qui sont encadrées par des projets de recherche. Des experts locaux, nationaux et internationaux seront invités à présenter leurs expériences innovantes avec des CdeP dans différents domaines de la santé et leurs résultats de recherche sur les CdeP. Ils seront aussi invités à discuter des enjeux importants et des pistes de solutions à envisager pour faire avancer le champs de la recherche sur les CdeP en santé. 

Lire la suite »
Colloque
Section 100 - Sciences de la santé
Responsables
Dahlia Kairy
UdeM - Université de Montréal
Barbara MAZER
Lise Poissant
UdeM - Université de Montréal
Ajouter à mon horaire
Afficher tous les résumés
Avant-midi
08 h 45 à 09 h 00
Communications orales
Mot de bienvenue
08 h 45
La place des communautés de pratique en santé : innovations, impacts et défis
Dahlia Kairy (UdeM - Université de Montréal), Barbara MAZER
09 h 00 à 10 h 30
Communications orales
Conférencier d'honneur
09 h 00
Communautés de pratique et théorie de l'apprentissage social : concepts, applications et développements récents
Etienne WENGER (Pas d'affiliation)
10 h 30
Pause
10 h 45 à 11 h 45
Communications orales
Le développement de communautés de pratique en santé : détermination des besoins, recrutement, développement des objectifs de groupe et planification des mesures d'évaluation
10 h 45
Quand les données probantes se font attendre : développer une communauté de pratique pour cristalliser le savoir expérientiel en réadaptation du syndrome douloureux régional complexe
Geneviève COTE-LEBLANC (Centre de Réadaptation Constance-Lethbridge), André Bussières (Université McGill), Tara PACKMAN , Jean-Marc MILLER , Martine DAIGLE , Natacha VIENS , Annie PLOURDE , Priscilla LOPES , Mohanad HOSSEIN

Le syndrome douloureux régional complexe (SDRC) est un trouble  caractérisé par une douleur persistante et disproportionnée par rapport à la  blessure. Il existe peu de données probantes pour guider les interventions  des spécialistes en réadaptation.  Le SDRC est une condition rare dont le
traitement n'est pas centralisé au Québec. Il est donc difficile pour les  intervenants d'acquérir et de partager leur expertise sur cette condition. La  création d'une CdP représente donc un moyen de mettre en commun le savoir individuel pour  créer une masse critique de savoir collectif. 

Depuis un an, des efforts sont déployés pour développer une telle CdP. Des professionnels
de la réadaptation ayant un intérêt pour le SDRC ont d'abord été identifiés par  une approche dite «boule de neige» afin de répondre à un sondage portant sur leurs besoins. Les résultats démontrent une volonté des intervenants d'accroître leurs connaissances et de partager des stratégies de gestion avec leurs pairs. Les intervenants étant physiquement éloignés les uns des autres, l'utilisation d'une plateforme wiki s'avère la meilleure approche pour y arriver.

Une première rencontre entre professionnels de la réadaptation en SDRC est prévue au printemps 2014 pour discuter du fonctionnement de la CdP et se familiariser avec la plateforme wiki. Une phase pilote de 6 mois est prévue à la fin de laquelle l'outil PERFECT sera administré aux membres afin de mesurer les changements dans la pratique clinique.

Résumé
10 h 55
L'implantation de projets fondés sur des données probantes par une communauté de pratique e-collaborative pour la douleur chronique
Sara AHMED (Université McGill), Regina VISCA (Université McGill), Lise Poissant (UdeM - Université de Montréal)

Les professionnels de la santé travaillant auprès de personnes avec des douleurs chroniques rencontrent plusieurs défis, notamment le manque de connaissances sur les meilleures pratiques, le peu de ressources, la difficulté d'accès aux équipes interdisciplinaires et l'absence de corridors de services entre les établissements traitant cette clientèle.

Ce projet a pour but de soutenir la dissémination de pratiques basées sur les données probantes dans la gestion de la douleur chronique à travers le développement d'une communauté de pratique (CdP) virtuelle. L'objectif est de rapprocher les connaissances cliniques et scientifiques pour favoriser l'implantation et l'évaluation d'interventions en santé par des patients, des chercheurs, des
cliniciens et des gestionnaires.

Un projet de recherche évaluera l'impact de la CdP sur l'implantation de nouvelles pratiques en douleur chronique, les facilitateurs et obstacles à l'implantation d'une CdP, les processus utilisés par les membres pour atteindre leurs objectifs, l'impact et l'utilité de la plateforme pour faciliter le
transfert des connaissances selon les membres.

La plateforme offrira un forum et des outils collaboratifs permettant de réfléchir collectivement à des recommandations de meilleures pratiques.

Des entrevues, des questionnaires et une évaluation des activités en ligne seront utilisés pour évaluer l'évolution de la CdP et l'engagement des participants. Des thèmes et concepts émergents pourront aussi être identifiés.

Résumé
11 h 05
Communauté de pratique sur le transfert de connaissances en santé publique du Québec : présentation et retour sur la mise en œuvre
Karine Souffez (INSPQ - Institut national de santé publique du Québec), Steve POULIN (ASPC - Agence de la santé publique du Canada), Catherine LORD , Préscilla LABELLE , Nicole LEMIRE , Josée BOISVERT

En octobre 2013, la première communauté de pratique (CdP) sur le transfert des connaissances (TC) en santé publique a été créée au Québec. Composée à ce jour de 43 membres provenant de différentes organisations et de divers secteurs (gouvernemental, communautaire, associatif, académique), elle consiste en un regroupement volontaire de pairs, mus par un intérêt commun pour l'échange et l'amélioration des pratiques et connaissances en matière de TC en santé publique. Plus précisément, la communauté vise le réseautage entre pairs du domaine du TC ; un partage accru des ressources, expériences et connaissances; l'accroissement des connaissances et des compétences des membres en matière de TC, ainsi que le co-développement de nouvelles connaissances, outils et bonnes pratiques en matière de TC. 

Lors du congrès, nous témoignerons de notre expérience et réflexions sur la mise enœuvre de la communauté et partagerons les défis rencontrés à ce jour. Différents moyens et outils utilisés pour structurer et dynamiser la communauté seront présentés  (ex. mode de gouvernance, charte, activités et modalités d'échange, plateforme collaborative, etc.). La méthodologie ainsi que les résultats d'une étude des besoins et d'une évaluation au temps 0, qui servira à l'évaluation des retombées, seront également exposés. 

Résumé
11 h 15
Communauté de pratique en épidémiologie de terrain : une première au Québec (Canada) et dans les Amériques
Julio SOTO (INSPQ - Institut national de santé publique du Québec), Mireille BARAKAT (INSPQ - Institut national de santé publique du Québec), Lucie BEAUDREAU (INSPQ - Institut national de santé publique du Québec), Colette GAULIN (MSSS - Ministère de la santé et des services sociaux du Québec), Marie-Line GILBERT (ASPC - Agence de la santé publique du Canada), Kathleen LABERGE (ASPC - Agence de la santé publique du Canada), Steve POULIN (ASPC - Agence de la santé publique du Canada), André SIMPSON (INSPQ - Institut national de santé publique du Québec), Myriam TROESCH (INSPQ - Institut national de santé publique du Québec)

L'épidémiologie de terrain (EPITER) œuvre dans le cadre d'une fonction essentielle de santé publique. Elle fait appel à des méthodes d'enquête et de surveillance pour investiguer des
problèmes inattendus, survenus dans un milieu donné ou dans la communauté, et dont la réponse doit être rapide pour protéger la population à risque.

La communauté de pratique dans ce domaine (CP-EPITER) est une initiative de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) mise en œuvre en septembre 2013, dans le cadre d'un projet soutenu par l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC). Sa mission est de favoriser le développement des compétences collectives et individuelles en EPITER. Elle contribue ainsi à renforcer l'identité professionnelle des épidémiologistes de terrain et à améliorer la capacité de réponse des organisations de santé publique et des établissements de soins face aux problèmes principalement d'étiologie infectieuse. Présentement, elle compte 120 membres (épidémiologistes, professionnels de la santé, formateurs et apprenants) qui partagent, sur une base volontaire, des expériences, des méthodes, des outils de travail, des activités et des ressources de formation continue.

La CP-EPITER, la première dans son genre, s'adresse à une clientèle francophone aux niveaux pancanadien et international. L'inscription est gratuite à travers le Réseau canadien de renseignements sur la santé publique de l'ASPC.

Résumé
11 h 25
Discussion
11 h 45 à 12 h 15
Communications orales
Défis rencontrés et solutions au cours de la première année d'une CdP
11 h 45
La communauté de pratique du MALL : un outil pour favoriser l'inclusion et la participation sociale pour tous
Dahlia Kairy (UdeM - Université de Montréal), Barbara MAZER

En 2011 le Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal Métropolitain (CRIR) a mis en place un laboratoire vivant en réadaptation en collaboration avec une multitude de partenaires, de la recherche, des milieux cliniques, des organismes communautaires et gouvernementaux et d'un centre d'achat. Le laboratoire vivant a pour but de mieux connaitre les stratégies de réadaptation à l'intérieur d'un environnement comme le centre d'achat. Considérant la diversité des partenaires, il s'est avéré important d'avoir une stratégie pour optimiser la communication entre les acteurs, tout en apprenant ensemble, selon les connaissances et expériences de chacun.

Ainsi, la communauté de pratique (CdP) du MALL, financé par le MSSS, a été mise en place en juin 2013, et compte présentement une trentaine membres qui proviennent de milieux cliniques de réadaptation, du centre de recherche du CRIR, de divers paliers gouvernementaux au Québec, de représentants d'organismes communautaires à Montréal et de personnes et parents de personnes vivant avec des incapacités physiques. Les activités de la CdP se déroulent en ligne et lors de rencontres en personne.

Un projet de recherche vise à documenter l'implantation, évaluer l'impact et identifier les barrières et facilitateurs au succès de la CdP. Les données seront colligées à l'aide de focus groupes avec les participants, de questionnaires, et d'analyse qualitative et quantitative du contenu de la plateforme.



Résumé
12 h 15
Dîner
Après-midi
13 h 15 à 13 h 45
Communications orales
Évaluer les résultats des communautés de pratique en santé
13 h 15
Le laboratoire de promotion de la santé : description, modèle d'évaluation et premiers résultats d'évaluation
, N. BEAUDET , F. CHIOCCHIO , MC TREMBLAY , S. TORRES , J. DES LAURIERS , E. LITVAK

Des développements contemporains en santé publique, tant du côté de l'environnement de travail que du champ lui-même,  amènent le besoin de renouveler les pratiques des professionnels.  De nombreux efforts sont en cours afin d'ajuster l'offre de formation et ainsi habiliter la main-d'œuvre à confronter ces défis. 


Dans cette optique,  la Direction de la santé publique de Montréal  a créé les Laboratoires de promotion de la santé, une intervention de développement professionnel offerte à des équipes de professionnels des Centres de la santé et des services sociaux (CSSS).  L'intervention s'apparente à une communauté de pratique et vise le développement professionnel et organisationnel au regard des pratiques actuelles en promotion de la santé. 


S'appuyant sur un cadre conceptuel inspiré des théories de performance des équipes de travail et de création de connaissances organisationnelles,  la méthodologie d'évaluation implique un devis d'étude de cas (n=5).

Cet exposé présentera les Laboratoires, le modèle utilisé pour leur évaluation et quelque premiers résultats en termes de l'implantation et des effets chez les professionnels et, plus largement, au sein de l'organisation. La discussion examinera le potentiel de ces résultats à alimenter la prise de décision sur  l'intervention de développement professionnel en santé publique de sorte à assurer une main d'œuvre mieux préparée à répondre aux défis contemporains dans ce secteur.



Résumé
13 h 45 à 14 h 45
Communications orales
Le développement des communautés de pratique dans différents contextes : enjeux et défis
13 h 45
Communauté de pratique en accompagnement citoyen : réflexion sur les opportunités et les défis
Marie Josée Levert (UdeM - Université de Montréal), Hélène Lefebvre (UdeM - Université de Montréal), Isabelle GÉLINAS (Université McGill), Michelle MCKERRAL (UdeM - Université de Montréal), Odette ROY (Hopital Maisonneuve Rosemont), Aude LANTHIER (Université Laval)

L'accompagnement-citoyen personnalisé à l'intégration communautaire (APIC) est une avenue prometteuse pour soutenir la participation sociale des personnes vivant avec des incapacités. APIC est l'engagement d'un citoyen –l'accompagnateur, qui n'est ni un membre de la famille, un intervenant ou professionnel de la santé – vis-à-vis d'un autre citoyen en situation d'incapacité. En complémentarité aux services offerts par le réseau de la santé, ces citoyens accompagnent des personnes dans leur milieu de vie de manière à soutenir le développement de leurs ressources et de leur autonomie pour leur permettre de réaliser les activités significatives pour elles. L'APIC promeut une approche cohérente sur le plan d'un l'encadrement personnalisé des accompagnateurs.

Cet encadrement prend notamment la forme d'une CdP, au sens de Wenger, dans laquelle les accompagnateurs partagent leurs expériences d'accompagnement, leurs questionnements, leurs défis et leurs succès, pour faire évoluer leurs savoirs et soutenir une pratique réflexive. Les questionnements des uns trouvent souvent réponse dans l'expérience des autres. Au besoin, un expert d'une problématique spécifique peut être appelé à contribuer à la réflexion collective. Dans le cadre de plusieurs études portant sur l'APIC, cet espace de réflexion partagé s'est révélé un mécanisme incontournable de la bonne prestation de l'accompagnement. La présentation visera à exposer les opportunités et les défis posés par le développement de cette CdP. 

Résumé
14 h 00
Le Spinal Cord Injury Knowledge Mobilization Network : une communauté de pratique pancanadienne qui a le vent dans les voiles
Marie-Thérèse LARAMÉE (Institut de réadaptation Gingras-Lindsay de Montréal)

Le Spinal cord injury knowledge Mobilization Network est une CdP née en janvier 2011 d'efforts nationaux en implantation de meilleures pratiques. À ce jour, 6 centres de réadaptation spécialisés avec la clientèle ayant une lésion médullaire (LM) à travers le Canada y participent activement.

Ce réseau a pour objectif de promouvoir l'adoption et l'utilisation des meilleures pratiques en matière de soins pour les personnes avec LM afin d'améliorer les mesures de résultats obtenus en lien
avec les plaies de pression, la gestion de la douleur et les soins vésicaux et ce, à l'aide d'une méthode d'implantation basée sur les évidences.

La collaboration est la clé du succès du SCI KMN. Plusieurs rôles et comités ont été mis sur pied afin d'assurer le maintien d'une communication optimale et afin que l'implantation de meilleures pratiques se fasse de manière aussi uniforme et efficace que possible. Le vaste territoire couvert
par ce réseau amène le groupe à faire preuve d'innovation pour en arriver à une collaboration et une communication efficaces grâce à la technologie virtuelle. En joignant leurs efforts, les sites peuvent mettre leurs ressources en commun, partager leurs connaissances et leur expertise et travailler ensemble à l'implantation de meilleures pratiques qu'ils adaptent ensuite à leur contexte spécifique. Le SCI KMN joue également un rôle actif dans la diffusion des connaissances.

Résumé
14 h 15
La recherche sur les CdP en santé : défis et enjeux de circonscrire l'objet et la portée de la CdP, et nécessité d'un langage commun
Michel GIRARD (Rezomichelgirard.com), Mathieu DESMARAIS (CHUS - Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke), Marie-Josée Paquet (CHUM - Centre hospitalier de l'Université de Montréal)

En comparant la théorie de la collaboration en CdP présentée dans la littérature scientifique et la pratique de la collaboration dans le monde du travail, on pourrait croire qu'il y a deux catégories de
communautés de pratique (CdP) : celle qui a été définie par Lave et Wenger et qui s'attache à cerner toutes les facettes du phénomène de collaboration en CdP spontanée pour les reproduire et les adapter en contexte institutionnel. Il y aurait aussi celle des CdP mises sur pied et gérées par les organisations dans un mode qui s'apparente grandement aux groupes de co-développement, aux
cercles de qualité, aux réseaux d'apprentissage et aux comités d'amélioration continue.

Le débat entre les tenants des deux catégories nous semble stérile, irritant pour certains et ne nous apparaît pas productif. Il pourrait même être dommageable en ce qu'il occulte certains aspects essentiels de la collaboration en CdP tel que l'engagement mutuel entre les membres et l'institutionnalisation.

Par contre on ne peut passer outre à la question suivante : en quoi les écarts variables entre la théorie et les pratiques de collaboration en CdP ont-il un impact sur les résultats de la recherche sur les CdP, particulièrement en santé ? Sommes-nous en mesure de qualifier et/ou quantifier
ces écarts sur la base individuelle des CdP en vue d'établir un langage commun à la portée des chercheurs ? Nous proposons - à titre d'ébauche - une grille qui pourrait être utile pour développer ce langage commun.

Résumé
14 h 35
Période de questions
14 h 45
Pause
15 h 10 à 16 h 15
Communications orales
Comment favoriser le maintien des activités et engendrer des retombées pour les CdP au fil des années? 
15 h 10
Les communautés de pratique : partage de connaissances, partage de pouvoir
Stéphane DUBUC (Centre d'expertise en santé de Sherbrooke), Joanne GUILBEAULT , Frédéric LEBLANC

Notre expérience d'accompagnement de trois communautés de pratique inter-organisationnelles dans le domaine de la santé nous permet d'observer différentes formes de « pouvoir » : le pouvoir d'influence, le pouvoir du nombre et le pouvoir d'innover.

Le pouvoir d'influence 

Dans les communautés, un participant peut accéder à des informations stratégiques. Il peut prendre conscience par exemple que son établissement est l'un des seuls au Québec à ne pas avoir implanté tel protocole ou processus. Le participant peut donc questionner des positions ou
des décisions de son équipe de travail ou de son établissement.

Le pouvoir du nombre 

Une communauté peut aussi se donner un certain « pouvoir d'achat » en lien avec ses besoins. La communauté peut intéresser plus facilement des experts renommés ou des formateurs en leur
offrant de rejoindre un nombre critique de personnes. Seul, un établissement n'aurait peut être pas pu organiser telle activité ou formation. Via la communauté, le nombre de personnes ayant le même besoin l'a rendue possible.

Le pouvoir d'innover 

En misant sur la mobilisation et la motivation des membres d'une communauté, une instance comme le MSSS peut optimiser la réalisation de projets initiés par les participants. L'appui financier « stratégique » peut permettre à la fois de supporter les activités d'une communauté en plus de
maximiser les retombées pour l'ensemble du réseau de la santé.

Résumé
15 h 25
La communauté de pratique Accès financier aux services de santé : description et évaluation après trois ans
Isidore SIELEUNOU (UdeM - Université de Montréal), Allison KELLEY , Yamba KAFANDO , Bruno MEESSEN , Valéry RIDDE

Comme activité délibérée de gestion des savoirs, les CdPs sont un phénomène assez récent en santé mondiale. Grâce à l'initiative Harmonisation pour la Santé en Afrique (HHA), un certain nombre de CdP a été lancé. Le présent travail vise à décrire et évaluer l'impact de l'une des CdP HHA : la CdP Accès Financier aux Services de Santé (AFSS).

Puisque les CdPs sont un concept relativement nouveau dans la santé mondiale, un des premiers défis rencontrés était le manque d'un cadre conceptuel pour les évaluer. Nous avons développé un cadre qui propose six dimensions avec une série d'indicateurs pour analyser les CdP en santé mondiale.

Les activités de la CdP AFSS ont eu un impact visible sur les décisions politiques dans les pays. Ces effets vont des changements des dispositions politiques et institutionnelles nationales au renforcement de la coopération inter-pays pour l'amélioration de l'apprentissage, le tout visant à améliorer la marche vers la couverture sanitaire universelle. La participation inclusive des détenteurs de savoirs qui est engendrée par la CdP AFSS et ses activités (à la fois virtuelles et en face à face) est en train de changer la face du dialogue politique sur le financement de la santé en Afrique. Non seulement il augmente les droits et la participation à la réforme de la politique par les principaux intervenants, mais il semble également augmenter la probabilité d'une action et de responsabilité, puisque l'information et les flux de connaissances sont plus ouverts.

Résumé
15 h 40
Le réseau montréalais pour les AVC : regard sur 10 ans d'expérience en « communauté »
Lise Poissant (UdeM - Université de Montréal)

Introduction : C'est dans le but d'optimiser les communications et les relations entre les différents prestataires de soins et services et d'accélérer une standardisation des pratiques qu'un groupe de
travail impliquant une quarantaine de cliniciens, décideurs, chercheurs et patients/aidants fut instauré en 2002. Au fil des années, des communautés de pratique (CdP) se sont consolidées et un réseau comptant aujourd'hui près de 1000 membres s'est développé. Parallèlement, les rencontres en personnes ont cédé la place en grande partie aux échanges sur une plateforme virtuelle.

Objectifs : Après une brève description de l'évolution de la CdP et des enjeux liés à la réalisation
de projets de recherche, les caractéristiques des échanges de la CdP et les bénéfices et barrières à la participation seront abordées.

Méthodes : Une analyse de contenu des forums de discussions et des wikis et des entrevues auprès de 13 utilisateurs actifs et passifs ont été menées.

Résultats: Les analyses démontrent l'importance de la socialisation en amont de l'échange de connaissances tacites, explicites et mixtes. Le développement de projets et la présence de modérateurs dynamiques sont des plus-values. La CdP joue un un rôle de soutien envers les intervenants travaillant en région éloignée ou en solo.

Conclusion: les CdP ont une place dans la pratique clinique et contribuent à accélérer la diffusion de connaissances tacites et explicites tout en encourageant une pratique collaborative interdisciplinaire.

Résumé
16 h 00
Période de questions
16 h 15 à 16 h 30
Communications orales
Mot de la fin
16 h 15
Mot de conclusion
Barbara MAZER (CRIR - Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain)