Aller au contenu principal

Du jeudi 9 au vendredi 10 mai 2013

L’ethnographie est une démarche d’enquête au service d’une multiplicité de disciplines. Elle ne se réduit pas à un ensemble de techniques et d’instruments, mais renvoie à une démarche globale qui rend cohérent un travail de terrain, un questionnement de recherche progressif et la production de connaissances (Pepin, 2011). L’ethnographie a fait ses preuves sur de nombreux terrains, où elle a permis de produire des résultats stimulants et de renouveler interprétations et théorisations. Nonobstant les vertus qu’on lui reconnaît, les chercheur(e)s s’investissent peu dans ce type de démarche, exception faite de certains domaines dont l’anthropologie. Sans doute les freins à un investissement plus important dans cette pratique d’enquête sont-ils liés à ses exigences, parmi lesquelles la présence prolongée sur le terrain est probablement la plus difficile à négocier. Par ailleurs, la démarche ethnographique appelle également une vigilance forte. En effet, elle ne peut être réduite à un modèle à mettre en œuvre ou à un ensemble de normes codifiées à appliquer : elle suppose de « coller » aux aspérités du terrain, à sa singularité et à ses contingences. La démarche doit être construite dans les interactions entre le chercheur et son terrain, par tâtonnements successifs et abandons de pistes, en réaction aux découvertes, surprises, imprévus et obstacles qui marquent le travail ethnographique (Demazière, Horn et Zune, 2011).

Ce colloque sera l’occasion d’ouvrir le débat sur cette pratique d’enquête, sous l’angle de la vigilance ethnographique. Cette question est en général escamotée dans les publications, qui sont prioritairement tournées vers l’appréhension des mondes sociaux. En proposant une démarche inverse, nous entendons non seulement réfléchir aux aspects les plus problématiques de l’enquête, mais aussi améliorer notre compréhension des « épreuves ethnographiques » (Fassin et Bensa, 2008). Les contributions s’appuieront sur des récits d’enquêtes ethnographiques, mettant en évidence la façon dont s’est construite la démarche et la justification des choix effectués pour la faire progresser. Car la vigilance ethnographique engage la capacité du chercheur à argumenter ses choix vis-à-vis de la communauté scientifique, et donc à décrire sa pratique d’enquête de manière critique et réflexive (Bizeul, 1998). Les récits d’enquête argumentés qui sont attendus éclaireront la relation d’enquête, c’est-à-dire les façons par lesquelles le chercheur s’est ajusté aux « incidents de terrain » (Malinowski, 1963) qui ont surgi pendant la démarche, ainsi que les influences réciproques qui l’ont lié aux personnes concernées par l’investigation. En somme, il ne s’agit pas de faire un compte rendu à prétention exhaustive de la démarche ethnographique, mais plutôt de tirer profit de certains événements ou particularités du terrain, surprises ou zones d’incertitude, pour mettre en évidence la manière dont s’exerce la vigilance ethnographique.

Lire la suite »

Colloque

Section 600 - Colloques multisectoriels
Ajouter à mon horaire

Responsables

  • Joëlle Morrissette
    UdeM - Université de Montréal
  • Didier Demaziere
    Centre national de la recherche scientifique
  • Matthias Pepin
    UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières
Afficher tous les résumés

Avant-midi

08 h 30 à 17 h 00
Communication orale
Communications orales
De la vigilance ethnographique, partie I
08 h 45
Mot de bienvenue
09 h 00
Jamais deux sans trois : le rapport à l'objet dans la quête de la vigilance ethnographique
Bob W. White (UdeM - Université de Montréal)
Résumé
10 h 00
Le « comment mourir » dans un service hospitalier : vulnérabilité et vigilance
Marie-Astrid Le Theule (CNAM - Conservatoire national des arts et métiers), Caroline Lambert (HEC Paris)
Résumé
10 h 30
Pause
10 h 45
Vers une ethnographie organisationnelle « constructiviste » et orientée vers les « pratiques »
Pascal LIEVRE (UdA - Université d'Auvergne), Geraldine RIX LIEVRE (Université Blaise Pascal)
Résumé
11 h 15
L'ethnographie comme méthode de cueillette pour l'observation des interactions en comité d'équité salariale : l'application d'une méthodologie pragmatiste
Yves Hallée (Université Laval)
Résumé
11 h 45
Dîner
13 h 30
Enquêter, ne rien trouver, recommencer : les risques d'une démarche située au plus près de faits difficilement observables
Williams Nuytens (Université d'Artois)
Résumé
14 h 00
L'observation participante : agir en espion ou en  ami ?
Michel Racine (Université Laval), Michel Racine (Université Laval)
Résumé
14 h 30
Pause
14 h 45
Le processus d'observation ou de la nécessité d'être « pris(e) au jeu »
Marie-ève Lapointe (UQAM - Université du Québec à Montréal)
Résumé
15 h 15
Observer une activité partagée. Apports et écueils d'une posture sécante du chercheur sur le terrain des maraudes
Caroline ARNAL (Université de Versailles Saint Quentin/Laboratoire PRINTEMPS), Caroline ARNAL (Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines)
Résumé
15 h 45
Ethnographie : la délicate implication des acteurs en milieu défavorisé
Marjorie Vidal (UQAM - Université du Québec à Montréal)
Résumé
16 h 15
Plénière

Après-midi

17 h 00 à 18 h 00
Cocktail
Cocktail
Lancement de Recherches qualitatives, remise du prix JMVDM, vin d'honneur