Imprimer

602 - Le transfert des connaissances : enjeux et paradoxe

Le mardi 7 mai 2013

Le transfert des connaissances constitue un domaine de recherche en émergence et encore peu de chercheurs s’y intéressent. Pourtant, le transfert des connaissances représente un enjeu de taille pour les organisations, peu importe leur secteur d’activité, et suscite une vive mobilisation sur le terrain. Les raisons pouvant expliquer le peu d’enthousiasme de la communauté scientifique envers le sujet sont sûrement nombreuses. Ceci s'explique notamment par le fait que le terme même de « transfert des connaissances » demeure flou et partage la scène avec plusieurs autres termes semblables : application des connaissances, gestion des connaissances, courtage de connaissances, etc. Il est donc parfois difficile de s’y retrouver, parmi toutes ces nuances. Un second enjeu dans l’étude du transfert des connaissances réside dans sa mesure, et les balises pour mesurer le transfert des connaissances restent à déterminer. Comment mesure-t-on le transfert des connaissances ? Est-ce possible de mesurer un tel construit ? Quel est le meilleur angle pour étudier le transfert des connaissances ? Doit-on examiner à la fois les processus, les déterminants, les effets, etc. ? Est-ce en utilisant des devis qualitatifs ou quantitatifs ? Bref, les chercheurs voulant s’attaquer au transfert des connaissances sont confrontés à de nombreux défis pouvant freiner leur élan et leur motivation à s’investir dans le domaine. Le présent colloque vise à exposer les enjeux relatifs à l’étude du transfert des connaissances, à en discuter et à partager les résultats des plus récentes études sur le sujet. 

Lire la suite »
Colloque
Section 600 - Colloques multisectoriels
Responsables
UQAM - Université du Québec à Montréal
Christian Dagenais
UdeM - Université de Montréal
Ajouter à mon horaire
Afficher tous les résumés
Avant-midi
09 h 00 à 09 h 15
Communications orales
Mot de bienvenue – Colloque Transfert des connaissances : enjeux et paradoxe, par Nathalie Houlfort et Christian Dagenais
Présidence/Animation : Nathalie Houlfort (UQAM - Université du Québec à Montréal)
09 h 15 à 10 h 30
Communications orales
Enjeux et paradoxe vus par les chercheurs – I
09 h 15
Le transfert de connaissances par les chercheurs de l'Université de Montréal
Christian Dagenais (UdeM - Université de Montréal)

Les résultats d'une étude menée en 2007-2008 (Dagenais et al., 2008) ont mené à une série de recommandations pour soutenir les activités de TC des chercheurs de l'Université de Montréal. Ces recommandations touchaient : 1) la clarification du rôle attendu des chercheurs et de la terminologie entourant le TC; 2) la reconnaissance de la valeur de ces activités au sein de l'institution universitaire, notamment pour fin de promotion et 3) le soutien à apporter aux chercheurs dans ce domaine. Cependant, les résultats de cette étude n'ont pas permis de tracer un portrait global des pratiques de TC au sein de l'institution. Pour atteindre cet objectif, une nouvelle étude visant l'ensemble des 1 200 chercheurs réguliers de l'Université de Montréal a été menée. Cette étude se présente sous forme d'enquête au cours de laquelle tous les chercheurs de l'UdeM ont été invités à compléter un questionnaire lors d'un entretien téléphonique. Les résultats permettent de mettre en évidence les liens spécifiques entre les différentes pratiques de TC et le domaine de recherche des participants. La discussion portera sur les difficultés rencontrées lors du déroulement de cette étude, notamment en ce qui concerne la collecte des points de vue des chercheurs dont l'attitude face au TC est négative. 

Résumé
09 h 30
Peut-on survivre dans le monde académique en réalisant des activités de transfert ?
Valéry Ridde (UdeM - Université de Montréal)

La recherche en santé publique/mondiale est fondamentalement appliquée. Ainsi, les chercheurs sont souvent préoccupés par la manière dont leurs travaux scientifiques peuvent être utiles et utilisées. Mais en même temps, le milieu académique et son système d'évaluation ne sont pas propices à un engament des chercheurs dans les activités de partage de connaissances, les défis étant encore plus important pour ceux qui œuvre en santé mondiale dans des pays francophones. Cette communication s'appuie sur notre expérience des cinq dernières années de recherches réalisées en Afrique de l'Ouest concernant les interventions de suppression du paiement des soins de santé. Après avoir évoqué notre contexte académique, nous présenterons les multiples activités de partage des connaissances réalisées afin d'accroitre le potentiel d'utilisation des résultats. Enfin, nous discuterons des défis majeurs qu'entrainent ces activités sur le terrain et pour le chercheur qui doit assurer sa survie académique. 

Résumé
09 h 45
Capitalisation d'un partenariat de recherche en faveur de l'utilisation des connaissances pour améliorer l'accès des populations vulnérables du Sahel
Ludovic Queuille (CRCHUM), Valéry Ridde (UdeM - Université de Montréal), François CHIOCCHIO (UdeM - Université de Montréal), Christian Dagenais (UdeM - Université de Montréal)

La situation sanitaire des pays d'Afrique de l'Ouest est mauvaise du fait notamment de l'accès extrêmement faible des populations aux services de santé. En 2008, le bureau d'aide humanitaire de la commission européenne (ECHO), l'ONG allemande HELP et la direction régionale de la santé (DRS) du Sahel au Burkina Faso ont décidé d'expérimenter l'exemption du paiement des soins en faveur des enfants de moins de cinq ans et des femmes enceintes et allaitantes. L'objectif du projet était double : 1) prise en charge médicale de populations vulnérables (aide humanitaire) et 2) amélioration de la politique nationale de santé (transfert de connaissances). Pour ce dernier objectif, le projet a établi un partenariat scientifique avec l'Université de Montréal (CRCHUM). Le mandat du CRCHUM prévoyait i) l'identification et la priorisation des besoins en connaissances, ii) la production de connaissances, iii) la diffusion des connaissances produites et iv) des activités visant à en favoriser l'utilisation. En janvier 2013, ces quatre partenaires ont débuté la capitalisation de leur initiative conjointe de transfert de connaissances. Cette capitalisation porte sur 1) la collaboration (interdépendance dans le partenariat), 2) l'utilité du partenariat et 3) son processus de mise en œuvre. Les principales méthodes utilisées sont la cartographie conceptuelle, l'analyse réflexive, les processus délibératifs et l'écriture. Nous proposons de présenter les résultats de cette capitalisation.

Résumé
10 h 00
Période de questions
10 h 30
Pause
11 h 00 à 12 h 15
Communications orales
Enjeux et paradoxe vus par les chercheurs – II
11 h 00
Défis pour augmenter l'utilisation des connaissances dans les organisations
Francois Chagnon (UQAM - Université du Québec à Montréal)

Depuis 2009, la Chaire d'étude CJM-IU-UQAM sur l'application des connaissances anime une communauté de pratique à laquelle participent des organisations (N=7) du réseau des services sociaux et de santé. Ses travaux de recherche et d'action ont permis notamment de mieux comprendre la dynamique de l'utilisation des connaissances au plan organisationnel et de conduire au développement d'un cadre conceptuel en ce domaine. Ils ont également mené au constat que les dimensions individuelles et organisationnelles de l'utilisation des connaissances, bien que complémentaires et interdépendantes, doivent être comprises selon des déterminants spécifiques. Dans le cadre de cette communication, nous présenterons 4 éléments issus de ces travaux et qui représentent des défis pour les organisations voulant augmenter la qualité de leurs services par une meilleure utilisation des connaissances : 1) vision et leadership; 2) culture organisationnelle; 3) dimension collective et systémique de l'application des connaissances; 4) connaissances tacites et explicites. Ces éléments seront illustrés par des exemples tirés des travaux de la communauté de pratique et leurs implications seront discutées avec les participants.

Résumé
11 h 15
Modèle intégrateur des théories de l'acceptation des technologies et de transfert des connaissances en sciences de la santé
Saliha Ziam (TÉLUQ - Université du Québec), Sawsen LAKHAL , Louis-Philippe BOULET

Le recours aux technologies de l'information et des communications dans la formation des professionnels de la santé n'est pas un phénomène nouveau. L'intérêt pour ces technologies s'est accru avec la multiplicité des applications que ces dernières offrent notamment pour supporter l'apprentissage et l'acquisition des compétences. Un examen de la littérature montre que les recherches existantes soulignent l'influence, à la fois, des facteurs individuels et d'autres facteurs reliés aux attributs des données probantes transmises. Dans cette étude, nous proposons un modèle intégrateur de l'ensemble de ces facteurs. Pour ce faire, nous avons retenu deux corpus théoriques. Le premier, issu des théories sur l'acceptation des technologies, le modèle Unified Theory of Acceptance and Use of Technology (Venkatesh, Morris, Davis et Davis, 2003)Ce modèle évalue l'influence de plusieurs dimensions relatives aux attitudes qu'adoptent les individus vis-à-vis d'une technologie donnée sur leur intention ou non de l'utiliser. Le second corpus théorique est issu des théories du management des connaissancesle modèle d'Huberman et Gather-Thuler (1991) de l'effort de dissémination. Ce corpus considère que la qualité des données probantes transférées a une influence sur l'utilisation, c'est-à-dire leur clarté, leur caractère opérationnel, leur pertinence, leur applicabilité au contexte de la pratique ainsi que leur attrait.

Résumé
11 h 30
Recherche sur le transfert des connaissances chez les analystes politiques : pistes de recherche
Mathieu Ouimet (Université Laval)

Comment transférer des résultats de recherche au-delà du milieu scientifique? En d'autres termes, quels processus et stratégies de transfert devraient-ils être mobilisés? Ces questions continuent d'attirer l'attention de plusieurs chercheurs et praticiens. L'idée centrale de notre présentation est que la question de savoir quoi transférer est préalable à toute réflexion sur les processus et stratégies de transfert. L'objectif de cette présentation sera de poser la question du « quoi » en identifiant les principales alternatives. Par exemple, devrions-nous viser le transfert d'études scientifiques qui n'ont pas été ré-évaluées pour leurs risques de biais potentiels? Des idées pour des recherches futures seront également présentées et discutées.

Résumé
11 h 45
Période de questions
12 h 15
Dîner
Après-midi
13 h 30 à 14 h 30
Communications orales
Table ronde Chaire CJM-IU-UQAM – Le transfert des connaissances : enjeux et paradoxe en CSSS et en Centres jeunesse
Présidence/Animation : Nathalie Houlfort (UQAM - Université du Québec à Montréal)
13 h 30
Soutenir et accompagner les organisations dans le choix, l'implantation et l'évaluation des stratégies d'application des connaissances : expérience du CSSS de la Vieille-Capitale
Francine Blackburn (Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale)

Depuis le début de l'année 2013, le CSSS de la Vieille-Capitale s'est joint à la Chaire d'étude CJM-IU sur l'application des connaissances dans le domaine des jeunes et des familles en difficulté de l'Université du Québec à Montréal. Il a ainsi rejoint la Communauté de pratique de la Chaire oeuvrant au projet SACO : Soutenir et accompagner les organisations dans le choix, l'implantation et l'évaluation des stratégies d'application des connaissances. Faisant suite à l'ORAUC (Outil réflexif pour améliorer l'utilisation des connaissances dans les organisations de services sociaux et de santé) de la Chaire CJM-IU, le projet SACO vise à permettre aux utilisateurs de bien cibler leurs besoins en matière de stratégie de transfert et d'application des connaissances selon leur contexte de travail afin d'assurer le succès et la pérennisation des stratégies d'application des connaissances. Bien impliqué dans le processus de développement de SACO, le CSSS de la Vieille-Capitale viendra présenter son expérience de partenariat avec l'équipe de chercheurs de la Chaire CJM-IU en application des connaissances.

Résumé
13 h 45
Le transfert des connaissances au CJQ-IU : l'intégration des savoirs et la concertation des actions
Karl Johnson (CJQ-IU), Doris CHATEAUNEUF (Centre jeunesse de Québec – Institut universitaire)

Le Centre jeunesse de Québec (CJQ-IU), de par son statut d'institut universitaire, a la responsabilité d'établir une alliance étroite entre la pratique et la recherche et de promouvoir le développement d'une culture organisationnelle axée sur l'utilisation des connaissances les plus à jour, tant dans la pratique professionnelle que dans la gestion clinique. En milieu organisationnel, la matérialisation de ces objectifs demeure complexe et exige la mise en place de dispositifs clairs et systématiques de transfert des connaissances. L'objectif de cette présentation est d'abord de discuter des rôles et des préoccupations qui touchent les différents acteurs professionnels de l'établissement (intervenants, chercheurs, gestionnaires), et ensuite de déterminer les défis et enjeux que pose cette situation en contexte d'intervention auprès des jeunes et des familles en difficulté. Dans un deuxième temps, nous détaillerons les mécanismes qui ont été développés dans l'organisation pour se doter d'une structure en transfert et en utilisation des connaissances qui soit cohérente, articulée et partagée par le personnel clinique et administratif.

Résumé
14 h 00
Élaboration d'un cadre de gestion et de mobilisation des connaissances au Centre jeunesse de Montréal – Institut universitaire (CJM-IU)
Danielle Lalande (CJM – IU - Centre jeunesse de Montréal - Institut universitaire), Carole-Line Nadeau (CJM – IU - Centre jeunesse de Montréal - Institut universitaire)

Le Centre jeunesse de Montréal – Institut universitaire (CJM-IU) est à développer un cadre de gestion et de mobilisation des connaissances. Une telle structure vise à maximiser la circulation et l'appropriation des connaissances au sein de l'établissement, mais également leur partage avec ses partenaires. Elle veut aussi assurer une planification cohérente et efficace des étapes qui jalonnent un processus continu allant de l'identification des besoins à la construction des savoirs jusqu'à leur diffusion et leur utilisation dans la pratique. Cette présentation vient rendre compte de la démarche du comité de travail chargé d'élaborer ce cadre. Ses travaux ont notamment permis d'identifier la nature des connaissances produites par les milieux cliniques et de la recherche, les moyens actuellement utilisés pour les faire connaître, les modalités et stratégies les plus appropriées selon le type de connaissances à transmettre, l'objectif et le public cible, et enfin, le partage des responsabilités entre les différents acteurs impliqués dans un processus de mobilisation des connaissances. S'appuyant sur différents modèles conceptuels, le comité s'est également attardé  à clarifier les notions de transfert, de mobilisation, de diffusion, de partage et de valorisation des connaissances afin d'en arriver à une compréhension commune des activités qui correspondent à chacune de ces appellations. 

Résumé
14 h 15
Période de questions
14 h 30 à 15 h 30
Communications par affiches
Session d'affiches – Le transfert des connaissances : enjeux et paradoxe
Une étude mixte sur les facteurs qui influencent les activités de transfert de connaissances chez les professeurs réguliers de l'Université de Montréal
Marc-Olivier Croteau (UdeM - Université de Montréal)

Le transfert de connaissances (TC) est de plus en plus reconnu dans le monde académique. Cependant, le rôle des professeurs-chercheurs dans le processus de TC n'est pas encore défini. Très peu de données pertinentes existent sur la façon de les soutenir dans leurs activités de TC. L'étude vise à identifier si des efforts supplémentaires sont nécessaires pour soutenir les chercheurs dans leurs activités de TC. Les répondants proviennent de toutes les facultés de l'Université de Montréal et leurs activités de recherche varient. Dans une première phase quantitative, 1200 chercheurs ont été invités à compléter un questionnaire web dans le but de tracer un portrait de l'état actuel de la production, diffusion, et de la communication des résultats de recherche universitaire. Lors d'une deuxième phase qualitative, un sous-échantillon est invité à participer à des entrevues individuelles de 15 à 30 minutes pour identifier 1) les déterminants des activités de TC des chercheurs tel que la collaboration des milieux de recherche et de pratique et 2) les obstacles au TC tels que le manque de ressources et de valorisation des activités de TC. La présentation porte sur les résultats des deux phases de l'étude.

Résumé
Présentation d'un modèle théorique favorisant l'accès aux médecines traditionnelles dans les soins de santé offerts aux Premières Nations du Nord québécois 
Caroline Ouellet (UQAM - Université du Québec à Montréal), Pierre S. HADDAD , Francois CHAGNON

Les autochtones souffrent de maladies plus que la population générale, ce qui s'explique en partie à cause de la résistance culturelle face aux soins de santé contemporains. La définition des barrières/facilitants des populations autochtones à utiliser les médecines traditionnelles/allopathiques et la création d'un répertoire de modèles significatifs de l'utilisation conjointe des deux médecines permettront l'élaboration d'un modèle favorisant l'accès aux médecines traditionnelles dans le contexte des systèmes de soins de santé contemporains. La recension des modèles permet une analyse critique en fonction de leur pertinence pour la population en cause. À partir de l'analyse des modèles existant, un nouveau modèle, adapté à la réalité des autochtones du nord québécois, sera élaboré. Le modèle sera présenté à des  focus groups composés d'intervenants en santé, de guérisseurs et d'aînés des premières nations ainsi que d'utilisateurs et de non-utilisateurs de soins de santé traditionnels/contemporains. Le modèle sera implanté dans un village autochtone pour en tester la faisabilité. Le projet favorisera la prise de conscience des communautés autochtones et l'identification des solutions les mieux adaptées, et contribuera à la pérennité des savoirs en plus d'offrir une reconnaissance en communauté et hors communauté. Les connaissances générées détermineront le rôle que peut jouer la médecine traditionnelle autochtone pour réduire les inégalités en santé chez ces populations vulnérables.

Résumé
Études de cas SACO : co-construction d'un outil réflexif sur le transfert des connaissances
François-Albert Laurent (UQAM - Université du Québec à Montréal), Nathalie Houlfort (UQAM - Université du Québec à Montréal), Francois Chagnon (UQAM - Université du Québec à Montréal)

Les difficultés de transfert des connaissances sont une problématique persistante et dont l'ampleur inquiétante nuit au fonctionnement optimal d'un grand nombre d'organisations. Face à cette éternelle problématique, la chaire CJM-IU-UQAM d'étude sur l'application des connaissances dans le domaine des jeunes et des familles en difficultés et ses collaborateurs organisationnels ont conçu un outil diagnostique (ORAUC, 2012) permettant aux organisations d'identifier leurs forces et leurs faiblesses organisationnelles influençant leurs pratiques en lien avec le transfert des connaissances. Ce projet a amené la chaire et ses collaborateurs organisationnels à se questionner au sujet des facteurs importants à considérer dans la conception de stratégies de transfert des connaissances. Cela a donné naissance au projet SACO, faisant l'objet de cette présentation d'affiche. Ce projet alimente actuellement une communauté de pratique en exercices réflexifs, et prend la forme d'études de cas successives visant à mieux comprendre les facteurs importants à considérer dans l'élaboration d'une stratégie de transfert de connaissances. Une première étude de cas fut réalisée à l'aide d'une grille d'observation prédéterminée et d'un modèle théorique exhaustif, dont les résultats préliminaires guideront les études de cas subséquentes et permettront ultimement de générer un second outil diagnostique et décisionnel complémentaire à celui de l'AUROC.

Résumé
Les conditions qui influencent l'utilisation des connaissances issues de la recherche dans les interventions sociales complexes en santé publique : une étude de portée
Stéphanie SIRON (UdeM - Université de Montréal)

Depuis les dernières années, des efforts considérables sont déployés afin que les connaissances issues de la recherche (CIR) profitent aux milieux de pratique et de prise de décision. Une attention particulière est ainsi portée sur les processus de transfert de connaissances par lesquels les résultats de recherche sont transformés de manière à pouvoir être utilisés. On dispose aujourd'hui d'études permettant d'identifier les conditions individuelles et contextuelles susceptibles d'influencer l'utilisation des connaissances issues de la recherche. Dans le cadre des interventions sociales complexes en santé publique, l'étude de ces conditions présente encore peu de données probantes. Il devient pertinent de les regrouper afin de savoir ce qui a été étudié et comment cela a été fait. Le présent projet vise à répertorier toutes les études empiriques traitant de ce sujet, selon une méthodologie systématique, exploratoire et qualitative, nommée étude de portée (scoping study)(Arksey & O'Malley, 2005). Les objectifs visent à : 1) examiner l'étendue et la nature des recherches sur les conditions qui influencent l'utilisation des CIR sur les interventions sociales complexes en santé publique; 2) décrire les domaines d'interventions les plus étudiés; et 3) déterminer la qualité scientifique des études répertoriées afin de proposer des pistes pour les recherches futures. Les résultats de ces analyses seront présentés lors du colloque.

Résumé
Ludification : perspective et potentiel dans un contexte de transfert de connaissances visant à susciter des pratiques basées sur des données probantes dans le domaine de la santé
Sara Mathieu-C. (Thèsez-vous), Louis-Martin GUAY (UdeM - Université de Montréal), Sebastian DETERDING (Universität Hamburg)

À l'heure où la pratique basée sur des données probantes est vivement encouragée, le transfert de connaissances (TC) suscite un intérêt croissant. Force est de reconnaitre l'influence limitée des modèles traditionnels de transfert (Waddell & al, 2005) qui se voient remplacés par des modèles continus, dynamiques et multidirectionnels (Lemire & al, 2009). Parallèlement, la ludification (gamification), soit l'usage d'éléments du design de jeu dans des contextes non ludiques, est une pratique émergente dont les possibilités sont multiples et encore méconnues (Deterding & al, 2011). Cette étude vise à relever les avantages et les limites de la ludification à des fins de transfert des connaissances et de transformation des pratiques professionnelles dans le domaine de la santé. Pour ce faire, une recencion des écrits a été réalisée, permettant de révéler en quoi la ludification pourrait favoriser une plus grande utilisation de la recherche à partir d'écrits théoriques et de pratiques jugées exemplaires. L'interface, les modèles, les principes, les mécaniques et les méthodes de design de jeux (Deterding & al, 2011) ont été mis en relation avec les composantes du TC, soit l'identification d'un problème, la sélection de connaissances, l'analyse du contexte, les activités de transfert et l'utilisation de connaissances (Ward & al, 2009). Au final, cette étude permet d'illustrer le potentiel de la ludification et met en perspective son application en contexte québécois.

Résumé
Quelles sont les meilleures stratégies afin de favoriser l'utilisation des connaissances : développement d'un modèle théorique issu de trois études de cas
Mathieu-Joel Gervais (UQAM - Université du Québec à Montréal), Francois Chagnon (UQAM - Université du Québec à Montréal), Renée PROULX (Coordonnatrice aux activités de recherche et de transfert des connaissances, CRDI TED de Montréal, établissement CRDI Gabrielle-Major), Nico Trocmé (Université McGill)

Contexte : Les professionnels œuvrant dans les établissements offrants des services psychosociaux au Québec sont appelés à utiliser les connaissances scientifiques (UC) afin de fournir des services de qualité. L'étude vise à poser un regard critique sur les stratégies les plus efficaces afin de favoriser l'UC par ces professionnels. Méthodologie : Trois expériences de collaboration recherche/pratique, au sein de trois établissements offrant des services psychosociaux, sont analysées. D'abord, un modèle théorique est développé, à partir d'une recension critique portant sur les stratégies afin de favoriser l'UC. Ce modèle théorique est, par la suite, adopté comme cadre afin d'analyser les stratégies, tels que retrouvées au sein des trois expériences de collaboration. Résultats : Les résultats soulignent la place centrale qu'occupent les relations entre chercheurs et professionnels afin d'expliquer l'UC. L'étude appuie l'importance que les professionnels soient actifs dans l'acquisition et la transformation des connaissances scientifiques. Ces connaissances doivent à la fois être valides tout en répondant aux besoins des professionnels. L'importance de soutenir, à la fois, les chercheurs et les professionnels par l'investissement de ressources (monétaires, humaines, matérielles) ressort également comme un déterminant clé pour favoriser l'UC. En se basant sur ces constats, des recommandations sont proposées pour le développement de stratégies efficaces afin d'augmenter l'UC.

Résumé
Étude de faisabilité de l'évaluation du programme de formation d'Anorexie et Boulimie Québec
Laurence Plouffe (UdeM - Université de Montréal)

Malgré l'abondance de nouvelles informations validées empiriquement au cours des dernières années pour le traitement des troubles alimentaires (TA), un nombre important d'intervenants n'utilise pas les pratiques démontrées efficaces par la recherche. Dans une perspective d'intervention multidisciplinaire, l'évaluation des programmes d'interventions des organismes communautaires est nécessaire afin d'offrir des services adéquats qui s'appuient sur des données probantes. Anorexie et Boulimie Québec (ANEB Québec) est un organisme communautaire sans but lucratif dont la mission consiste à assurer une aide spécialisée aux personnes souffrant d'un TA. Dans l'optique d'améliorer les pratiques adoptées par les intervenants de l'organisme, une évaluation du contenu empirique du programme de formation pour les groupes de soutien fermés est envisagée. Toutefois, avant de procéder à cette évaluation, une étude de faisabilité doit être conduite afin de s'assurer que l'évaluation du programme est réalisable. Cette démarche vise à définir objectivement les activités du programme, à clarifier ses buts, à fixer des objectifs réalistes, à identifier des indicateurs de performance ainsi qu'à explorer des plans d'évaluation alternatifs. Les priorités d'ANEB Québec en matière d'évaluation de ses pratiques et l'utilisation future des résultats de l'étude par l'organisme seront exposées.

Résumé
Femmes en construction et intérêt pour l'implication syndicale : étude de l'impact du type de connaissance et du médium de transfert, d'après les critères de Kirkpatrick (1959)
François-Albert Laurent (UQAM - Université du Québec à Montréal), Nathalie Houlfort (UQAM - Université du Québec à Montréal)

Il n'est pas nouveau d'entendre parler des mauvaises conditions de travail des femmes sur la construction. L'organisme F.R.O.N.T. lutte pour améliorer cette situation à l'aide d'une collaboration étroite avec le milieu de la recherche. Notamment, en 2008 et en 2012, certaines de ces initiatives ont indiqué l'importance de l'augmentation de la participation syndicale féminine dans l'amélioration de leurs conditions de travail et l'importance de huit facteurs d'influence principaux sur leur intérêt pour l'implication syndicale. L'un de ces facteurs concernait leur niveau de connaissances syndicales. Un troisième projet de recherche fut donc lancé pour investiguer cette avenue, dans l'objectif de vérifier l'influence causale de l'augmentation du niveau des connaissances syndicales, l'influence spécifique de certaines connaissances plutôt que d'autres et l'impact de divers médiums de transfert sur leur intérêt pour l'implication syndicale. Pour se faire, 150 participantes, attribuées au hasard à deux conditions expérimentales (médiums de transfert : formation, pamphlet) et à un groupe témoin, rempliront un questionnaire en ligne avant la période d'expérimentation, trois mois après et un an plus tard. Les variables résultantes mesurées s'inspirent du modèle généré par Houlfort et Laurent (2012) et du modèle de Kirkpatrick (1959). Les résultats préliminaires du premier temps de mesure (N=60) seront discutés plus en détail lors de la présentation de l'affiche.

Résumé
Une revue de la littérature sur les initiatives de gestion des connaissances dans les organisations de développement international et d'action humanitaire
Narcisse Nzimi (Université Laval)

La gestion des connaissances dans les secteurs de l'humanitaire et du développement se révèle progressivement indispensable pour l'efficacité des organisations qui y sont impliquées. La littérature sur les initiatives de gestion de la connaissance dans les organisations élabore sur les enjeux, défis et les perspectives liés à l'utilisation des connaissances. À travers une revue de la littérature, basée sur six articles scientifiques et qui s'appuient sur des études de cas, nous ferons un état des connaissances sur quelques initiatives de gestion des connaissances au sein des Organisations Non-Gouvernementales (ONG) actives dans les secteurs de l'humanitaire et du développement. Cet article essayera de rapporter les contraintes, les défis et perspectives identifiés par des auteur(e)s, dans leurs études. Il s'agit au final de dresser un portrait des initiatives de gestion de la connaissance des organisations dans les secteurs de l'humanitaire et du développement à partir de trois initiatives spécifiques identifiées.  Ce travail pourra susciter l'intérêt des chercheurs ou professionnels à approfondir la recherche sur les avenues possibles pour améliorer la performance des organisations de DIAH.

Résumé
Élaboration d'une grille de classification des stratégies d'application des connaissances selon leurs critères d'implantation
Préscilla Labelle (UQAM - Université du Québec à Montréal), Mélodie BRIAND-LAMARCHE (UdeM - Université de Montréal)

La littérature scientifique nous en apprend peu sur les stratégies d'application des connaissances (AC) les plus efficaces ainsi que leurs conditions d'implantation (Grimshaw et al., 2004). Il incombe plutôt aux personnes responsables de la planification de processus d'AC de choisir une stratégie adaptée au contexte dans lequel elle sera implantée. Pour faciliter ce choix, nous avons développé une grille de classification des stratégies d'AC selon différents critères correspondant au contexte d'implantation. Premièrement, une recension des écrits a été effectuée pour établir une liste de 17 stratégies d'AC avec pour chacune une brève définition, son objectif spécifique et son efficacité relative. Ces stratégies ont par la suite été classées selon leur degré d'interaction, leur coût relatif et leur potentiel de rayonnement avec l'aide d'un cadre développé par Lemire et al. (2009). Pour compléter la grille de classification, les stratégies d'AC ont été catégorisées selon la nature de leurs activités : diffusion de connaissances, résolution de problème, accompagnement de changement de pratique ou développement et adaptation des connaissances. Enfin, un accord interjuge a été effectué avec deux professionnelles de recherche afin de valider la classification de chacune des stratégies. Cette grille de classification des stratégies d'AC permet en un coup d'œil de connaitre leurs conditions d'implantation et ainsi, servir de point de départ dans la planification de processus d'AC.

Résumé
Le débat sur l'utilisation de la recherche en psychologie clinique : recension critique des écrits
Stéfanie Rinfret (UdeM - Université de Montréal), Christian Dagenais (UdeM - Université de Montréal)

Malgré les montants considérables alloués à la recherche annuellement et la définition du psychologue comme scientifique, la recherche demeure actuellement peu utilisée en psychologie clinique. La question de l'utilisation de la recherche dans cette discipline soulève des polémiques parfois fortement chargées en émotions qui influencent immanquablement le processus de transfert des connaissances (TC) et ses efforts pour l'amélioration des pratiques cliniques. L'exploration des enjeux relatifs à ce débat ressort comme incontournable pour l'étude et l'évolution constructive du TC. Cette étude consiste en une recension des articles en psychologie qui discutent du débat depuis 1995 inclusivement. Les principaux mots-clés utilisés lors d'une première recension (français et anglais) concernent l'utilisation de la recherche, la controverse, les données probantes, les traitements validés empiriquement, et le TC en psychologie. Les enjeux identifiés comme centraux aux débats, tels que l'inégalité des méthodologies favorisées, les données sur l'efficacité comme les risques des traitements psychothérapeutiques, et le débat particulier à la psychanalyse, sont étayés par une seconde recension et discutés. Le contenu des arguments présentés pour et contre l'utilisation de la recherche atteint la saturation empirique. Il est argumenté que la recherche en psychologie clinique est nécessaire et utile, et une discussion sur les enjeux sociaux reliés à son utilisation est finalement présentée.

Résumé
Accompagner le transfert des connaissances issues de la recherche (CIR) en éducation : quel modèle de soutien innovateur ?
Caroline Marion (UQAM - Université du Québec à Montréal)

Au Québec, la production de connaissances en éducation a été des plus prolifiques ces trois dernières décennies. Juste sur les concepts attenants à la réussite scolaire, de multiples connaissances ont été produites en termes de caractéristiques, d'éléments à considérer, de solutions, voire d'approches ou de pédagogies révélées plus efficaces. Sur le concept de réussite scolaire seulement, cela totalise près de 45 000 publications scientifiques et professionnelles ces dix dernières années (EBSCO). Considérant toutes ces connaissances parues sur la réussite scolaire, les taux de diplomation et de décrochage au Québec ont de quoi susciter des interrogations. Si ces taux relèvent de causes multiples, ils questionnent sur la prise en compte réelle des connaissances issues de la recherche (CIR) dans les milieux de pratique. De ce fait, en éducation, il y aurait toujours un décalage important entre les connaissances produites et celles utilisées véritablement (Landry, Becheikh, Amara, Ziam, Idrissi et Castonguay, 2008; Lemire, Bigras et Eryasa, 2011). En ce sens, si des chercheurs s'inscrivent dans des actions orientées sur le transfert des CIR et malgré la mise en place de dispositifs axés sur leur vulgarisation et la formation continue, il semble que leur transfert soit un problème persistant et complexe. Aussi, la présentation portera sur l'exploration d'un modèle d'accompagnement innovateur qui réunirait des conditions centrales reliées à un transfert efficace.

Résumé
15 h 30 à 16 h 30
Communications orales
Table ronde Équipe Renard : enjeux de la collaboration entre organismes de transfert et chercheurs
Présidence/Animation : Christian Dagenais (UdeM - Université de Montréal)
15 h 30
Le transfert de connaissances : où débute et où s'arrête la responsabilité du chercheur
Renée Pinard (CTREQ - Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec)

Le Centre de transfert sur la réussite éducative du Québec (CTREQ) a, depuis plus de 10 ans, la mission de promouvoir l'innovation et le transfert de connaissances (TC) en vue d'accroître la réussite éducative au Québec. En décembre 2011, il s'est vu confier la coordination d'un comité de concertation pour le TC en éducation, rassemblant des représentants des milieux gouvernemental, universitaire, collégial et des commissions scolaires. Son mandat : développer une vision globale des activités de TC au Québec afin de favoriser les initiatives complémentaires et de les faire connaître. Au fil des ans, le CTREQ a noué des partenariats et collaborations avec environ 130 chercheurs issus de toutes les universités du Québec. Dix ans plus tard, quelle vision se fait-il de la responsabilité du chercheur en TC? Comment, tant dans son enseignement, ses activités de recherches que les services à la collectivité, le chercheur peut-il contribuer au transfert? Qu'en est-il de sa responsabilité de concertation tant avec ses collègues universitaires qu'avec les milieux de pratique et les intermédiaires en TC comme les OLTIS. Enfin, d'autres questions de fond seront abordées comme le degré d'ouverture du chercheur à d'autres formes de savoirs, sa contribution à l'implantation d'une culture de recherche, et ainsi de suite. Cette communication est une occasion de reconnaître la contribution de chercheurs qui font un travail louable en TC et de paver la voie pour que d'autres emboîtent le pas. 

Résumé
15 h 45
Les relations entre les chercheurs et les organismes de liaison et de transfert de connaissances : l'expérience des directrices de projets du CLIPP
Rachel Benoît (CLIPP - Centre de liaison sur l'intervention et la prévention psychosociales), Josée BOISVERT (CLIPP - Centre de liaison sur l'intervention et la prévention psychosociales), Stéphanie TAILLON (CLIPP - Centre de liaison sur l'intervention et la prévention psychosociales), Jean PERRAULT (CLIPP - Centre de liaison sur l'intervention et la prévention psychosociales), Gilles DUPUIS (CLIPP - Centre de liaison sur l'intervention et la prévention psychosociales), Diane BERTHELETTE (CLIPP - Centre de liaison sur l'intervention et la prévention psychosociales)

La mission du CLIPP est de faciliter une plus grande utilisation des connaissances issues des résultats de la recherche psychosociale. Le CLIPP s'attache à produire des stratégies et des outils de transfert qui soient pertinents et qui répondent aux besoins des collectivités. Dans le cadre de cette présentation, nous nous intéressons aux relations que nous tissons avec les chercheurs, en nous attardant plus spécifiquement à l'expérience des directrices de projets du CLIPP. Dans un premier temps, nous décrirons les balises qui structurent les démarches de transfert de connaissances au CLIPP. Nous aborderons ensuite le rôle joué par les directrices de projets en mettant l'accent sur les faits saillants de leurs expériences avec les chercheurs. C'est à la lumière de ce portrait que nous dégagerons les principaux enjeux et questionnements qui jalonnent nos activités. Nous conclurons sur des pistes de réflexion pouvant alimenter les recherches subséquentes sur le transfert de connaissances dans le domaine psychosocial.

Résumé
16 h 00
Collaborer à la recherche sur le transfert des connaissances : opportunités et défis pour l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ)
Karine Souffez (INSPQ - Institut national de santé publique du Québec)

Le transfert des connaissances est au cœur de la mission de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). Depuis 2010, un projet organisationnel est en vigueur afin de systématiser les pratiques de transfert des connaissances à l'INSPQ.  Ce projet consiste à soutenir les équipes scientifiques à l'interne dans l'élaboration de plans de transfert des connaissances, une pratique jugée prometteuse pour adapter les interventions de transfert en fonction des besoins et du contexte des utilisateurs des connaissances. Si le projet présente déjà des résultats positifs, il soulève également des enjeux sur le plan de la structuration des ressources, de l'infrastructure requise pour soutenir un tel changement, et de l'évaluation des retombées. Collaborer avec des réseaux de chercheurs spécialisés en transfert des connaissances autour de ces enjeux représente, pour l'INSPQ, l'opportunité de s'appuyer sur les plus récentes avancées dans ce champ et la possibilité de bénéficier d'une expertise rigoureuse pour évaluer la portée de ses activités. Néanmoins, cela soulève aussi des défis importants, notamment sur le plan méthodologique, compte tenu des besoins de recherche variés, complexes et « contextuels » de l'INSPQ. Cette présentation traitera de ces considérations à l'occasion de la table ronde sur les enjeux et défis des collaborations de recherche en transfert des connaissances.

Résumé
16 h 15
Période de questions
16 h 30 à 17 h 00
Communications orales
Mot de clôture par Céline Mercier
17 h 00 à 19 h 00
Cocktail
Cocktail et lancements – Colloque Le transfert des connaissances : enjeux et paradoxe