Imprimer

517 - L'apprentissage de l'art de penser à l'école : les apports de la philosophie pour enfants et adolescents

Le mardi 7 mai 2013

L’une des valeurs de fond qui traverse la philosophie de l’éducation touche à la formation de la pensée et du jugement, au développement d’une « tête bien faite » dirait Montaigne. L’école n’est pas que le lieu d’acquisition de connaissances, mais aussi celui où les élèves y trouvent des occasions d'apprendre l'art de penser, lequel fait d'ailleurs partie intégrante des processus de construction de savoirs et de connaissances. Cet apprentissage constitue donc un enjeu éducatif de premier ordre, d’autant qu’il pourrait contribuer à la réussite scolaire. Toutefois, l'attention qui lui est portée, notamment celle consacrée aux habiletés intellectuelles ainsi qu’aux processus de pensée, demeure somme toute marginale à l’intérieur des différents curricula. À cet égard, la philosophie pour enfants et adolescents (PPEA) peut représenter un véhicule de choix dans la poursuite de cette visée. Reconnue par l’UNESCO en tant qu’approche favorisant, entre autres, le développement de la pensée des élèves, la PPEA est présente dans plus de 60 pays et les recherches à son sujet ont augmenté de façon importante au cours des 10 dernières années. En PPEA, le regard des élèves est régulièrement dirigé vers les processus de pensée, c'est-à-dire à la fois vers leurs composantes et vers les relations qu'elles entretiennent entre elles. Partant, les habiletés intellectuelles, parmi d'autres, sont au centre de la démarche en tant qu'elles sont désormais considérées comme des éléments de contenu. En PPEA, les informations liées à ces habiletés sont sans doute parmi celles qui sont considérées les plus stables et autour desquelles se construisent les dialogues.

Ce colloque porte sur cette question de l’apprentissage de l’art de penser en PPEA. Y seront examinés les apports possibles de cet apprentissage à partir d’une diversité de perspectives : affectivité, réussite scolaire, transfert, formation des maîtres, pensée critique, exploration de contenus disciplinaires, éducation éthique, etc. 

Lire la suite »
Colloque
Section 500 - Éducation
Responsables
UdeS - Université de Sherbrooke
Adolfo Agundez Rodriguez
UdeS - Université de Sherbrooke
Ajouter à mon horaire
Afficher tous les résumés
Avant-midi
08 h 30 à 08 h 45
Communications orales
Mots de bienvenue
08 h 30
Mot de bienvenue
Mathieu Gagnon (UdeS - Université de Sherbrooke)
08 h 37
Mot de bienvenue
Adolfo Agundez Rodriguez (UdeS - Université de Sherbrooke)
08 h 45 à 10 h 15
Communications orales
Premier bloc : L'acte de philosopher
08 h 45
En philosophie pour enfants… philosophe-t-on réellement? Pistes de définition de l'acte de philosopher par une lecture comparée de Platon, d'Aristote et de Lipman
Myriam Michaud (Université Laval)

Le renversement pédagogique que propose Mattew Lipman repose notamment sur le présupposé que les enfants ont à la fois l'intérêt et la capacité, si on leur en offre l'occasion,  de penser philosophiquement. Que veut-il dire par là et, surtout, pourquoi est-ce si important ?  Qu'est-ce que philosopher, et à quels signes reconnaît-on que quelqu'un est engagé dans une réflexion philosophique ? La réflexion philosophique se mesure-t-elle à son sujet ou à sa méthode ? Peut-on dire que tout sujet recèle sa dimension philosophique et, si oui, comment faire pour la déceler ? En quoi la philosophie est-elle d'une richesse particulière dans le cadre d'une éducation proprement humaine ? La perspective éducative ouverte par Lipman est-elle davantage celle de la mise en œuvre d'une communauté de chercheurs à l'école, ou véritablement celle de la possibilité de redessiner la philosophie pour qu'elle soit accessible aux enfants ? À travers une lecture comparée d'Aristote, Platon et Lipman, nous proposerons une méthode systémique permettant de d'explorer quelques éléments de définition de la réflexion philosophique en tant qu'action ; de l'acte de philosopher en tant que pratique. Ce faisant, nous mettrons en lumière certains des aspects proprement éducatifs relatifs à l'acte de philosopher. Nous tenterons ainsi de porter la réflexion sur les impacts éducatifs de la réflexion philosophique lorsqu'elle est pratiquée par les enfants, mais aussi par les adultes.

Résumé
09 h 05
L'expérience de l'étonnement dans l'apprentissage du philosopher chez les élèves du cours de philosophie au collégial?
Chiara Cavalli (UQAM - Université du Québec à Montréal)

À l'occasion de ce colloque, je propose de présenter la problématique et les résultats préliminaires de ma thèse de doctorat concernant cette réflexion sur l'étonnement philosophique et l'enseignement de la philosophie

L'intention qui anime cette recherche est celle de comprendre l'expérience de l'étonnement philosophique vécu par les élèves du cours de philosophie au collégial. L'intuition accompagnant cette intention avance qu'à l'origine de l'apprentissage du philosopher se trouve l'expérience de l'étonnement. Cette intuition s'appuie sur les travaux de didacticiens de la philosophie pour enfants (p.ex. Lévine, 2008) et sur les affirmations de plusieurs philosophes de la tradition occidentale. Cette étude, par une analyse phénoménologique de l'expérience du sentiment de l'étonnement chez les étudiants, veut contribuer à l'élaboration de réponses au problème soulevé par certains didacticiens de la philosophie(p.ex. Frieden, 2005) et par plusieurs enseignants du collégial (p.ex. Cornellier, 2006) concernant la difficulté des élèves à apprendre à philosopher en raison de leur difficulté à cerner le sens et la pertinence des questions philosophique.

Résumé
09 h 25
La conjugaison des habiletés de la pensée dans une communauté de recherche philosophique
Michel Sasseville (Université Laval)

Dans un premier temps, je souhaite montrer que l'acte de rechercher dans une communauté de recherche philosophique (CRP) n'est pas, du moins si on se base sur ce qui se passe dans les faits, à l'image de ce que John Dewey, philosophe qui a grandement inspiré Lipman dans l'élaboration du concept de CRP, avait imaginé au début du XXe siècle. Le mouvement de la recherche qui se déploie dans une CRP prend plutôt les allures d'une exploration permettant des aller-retour entre différents instruments de la pensée. Cela est d'autant plus vrai si l'animateur prend bien soin de saisir au bond ce qui se dit entre les participants. Cette fluidité dans le processus de recherche nous permettra de saisir comment les différentes habiletés de pensée se conjuguent entre elles. En lien avec cette idée de conjugaison, j'aimerais examiner, dans un deuxième temps, l'hypothèse selon laquelle l'apprentissage de l'art de philosopher dans une CRP se ramène à l'apprentissage d'un langage et comment les différentes habiletés de pensée sont, du coup, analogues aux catégories grammaticales des langues indo-européennes. Sauf exception, les habiletés de pensée ne nous disent pas ce à quoi on pense, mais comment on pense ce à quoi on pense. Et ce comment est tout aussi important que le ce à quoi on pense. En fait, sous l'angle de la formation de la pensée, le maniement des habiletés de penséer (et leur conjugaison) est vraisemblablement encore plus important que ce que l'on traite grâce à ces habiletés.

Résumé
09 h 45
Président de séance et animation de la discussion (1er bloc)
Adolfo Agundez Rodriguez (UdeS - Université de Sherbrooke)
10 h 15
Pause
10 h 30 à 12 h 00
Communications orales
Deuxième bloc : Philosopher pour apprendre à penser à l'école et dans les autres disciplines
10 h 30
Bien penser au secondaire
Sébastien Yergeau (Université Laval)

Pour répondre à cette question, l'atelier tentera de déterminer la place de la pensée dans la vie de chaque individu, de caractériser sommairement du bien penser et de reconnaître la responsabilité de l'école secondaire dans la formation de celui-ci. En s'intéressant aux liens possibles entre le Programme de formation de l'école québécoise et le Programme de philosophie pour enfants initié par Matthew Lipman, l'atelier proposera la CRP comme approche pédagogique pouvant contribuer au développement de la pensée des jeunes. Toutefois, cette approche n'est pas sans implication pour une école secondaire soucieuse de ce développement.  La CRP est possible dans la mesure où l'école s'inscrit dans un paradigme de questionnement, de recherche, de coconstruction de sens et de valorisation des outils de la pensée.

Normal 0 21 false false false FR-CA JA X-NONE /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:Cambria; mso-ascii-font-family:Cambria; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-hansi-font-family:Cambria; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-ansi-language:FR; mso-fareast-language:EN-US;}

Est-ce que la communauté de recherche philosophique (CRP) peut contribuer à la formation de la pensée des jeunes?

Résumé
10 h 50
La pratique philosophique en communauté de recherche dans le cadre de la classe de français : construire la compétence à l'oral par le dialogue philosophique
Étienne Bouchard (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)

La présente communication vise à mettre en lumière les possibles relations entre la pratique dialogique en communauté de recherche philosophique (CRP) et la (co)construction de la compétence à l'oral. Précisément, Nous nous demanderons quelles relations il est possible d'établir entre les interactions orales en CRP et les habiletés argumentatives. Dans cette optique, nous nous interrogerons sur les tenants et aboutissants des interactions dans le développement de la compétence à l'oral, et ce, sous l'angle socio-cognitif. Nous proposons également d'illustrer le rapport théorique qui unit les habiletés de pensée observables dans une CRP (Lipman, 2006; Sasseville et Gagnon, 2012) et les habiletés argumentatives à l'oral (Auric-Peyronnet, 2003; Pekarek-Doehler, de Pietro, Lauzon et Pochon-Berger, 2008) afin d'alimenter une réflexion sur les possibilités d'arrimage entre les objectifs du Programme de formation de l'école québécoise propres à la compétence « Communiquer oralement selon des modalités variées » et l'espace pédagogique que constitue la CRP. Nous nous questionnerons également sur les éléments de comparaison et de distinction entre les méthodes d'enseignement de l'oral existantes (Dolz et Schneuwly, 2009; Hébert et Lafontaine, 2012; Lafontaine, 2001) et la CRP. À la lumière des hypothèses qui ressortiront de ces réflexions, nous examinerons la question des modalités d'implantation et de mise en œuvre de la CRP comme méthode d'enseignement de l'oral.

Résumé
11 h 10
Pratique de la CRP comme pédagogie du cours de religion catholique en Belgique francophone
Michel Desmedt (Administration générale de l'enseignement et de la recherche scientifique )

La CRP sert également de plus en plus comme cadre pour des rencontres interconvictionnelles entre les différents cours philosophiques (cours de morale non confessionnelle et cours de religion catholique, protestante, orthodoxe, juive et musulmane). Ainsi, lors de notre communication, nous ferons une présentation du cours de religion catholique dans le système scolaire de la Belgique francophone et des raisons ayant conduit à les maintenir. Ensuite, nous examinerons le développement de la pratique de la CRP dans le cadre de ces cours et ses implications pédagogiques, anthropologiques et théologiques. Finalement, nous ferons état de l'utilisation de la CRP lors des rencontres interconvictionnelles entre cours philosophiques.

Utilisée au départ pour travailler la compétence disciplinaire « Pratiquer le questionnement philosophique », la CRP est très vite devenue, pour les enseignants la pratiquant dans leurs cours,  le moyen par excellence pour travailler l'ensemble des onze compétences disciplinaire du référentiel de compétences du cours de religion catholique.

Bien plus est née la conviction que le cours devait devenir une Communauté de Recherche. Partant de la pratique de la CRP et de l'acquisition des habiletés de pensée visant à ce que les élèves soient capables de penser par et pour eux-mêmes  grâce aux autres, il est apparu que le cours de religion pouvait aussi devenir un lieu où les élèves apprennent à croire par et pour eux-mêmes grâce aux autres.

Résumé
11 h 30
Président de séance et animation de la discussion (2e bloc)
Mathieu Gagnon (UdeS - Université de Sherbrooke)
12 h 00
Dîner
Après-midi
13 h 30 à 15 h 00
Communications orales
Troisième bloc : Communauté de recherche philosophique et formation des enseignants
13 h 30
Une modalité d'implantation de la philosophie pour enfants et adolescents (PPEA) dans le cursus de l'école obligatoire : la catalyse de la formation continue
Samuel Heinzen (HEP - Haute école pédagogique - Fribourg)

Dans le paysage scolaire de la Suisse, la PPEA se profile comme outil pédagogique dans le domaine de l'éducation citoyenne selon les nouveaux objectifs d'apprentissages de l'Ethique et de la Culture Religieuse (Mise en application du Plan d'Etudes Romand) à l'école obligatoire. La Haute Ecole Pédagogie de Fribourg HEP-FR (Suisse) est amenée à répondre à des demandes émanant d'établissements souhaitant former ses enseignants aux pratiques de PPEA. Néanmoins, ces demandes sont calibrées sur des critères de rendement au sens où les enseignants doivent pouvoir dès le début de la démarche mettre en place des activités, telle une CRP, dans leur classe. Le système de formation doit donc se constituer sur un modèle d'apprentissage en cours d'activité professionnelle et avec quelques demi-journées de cours à disposition. Il a donc fallu aménager un processus viable tout en constituant une compréhension de la PPEA en des termes minimaux, de manière à garantir des mises en œuvre qui soient reconnaissables comme étant effectivement philosophiques. La présente communication propose donc une approche « minimaliste » de la PPEA s'implantant dans une conception de l'activité philosophique indépendante de la nécessité de recourir à des pratiques méthodologies spécifiques. Elle met pour cela en exergue la disposition philosophique de tout enseignant adoptant une posture pédagogique centrée sur le développement des compétences de l'enfant.

Résumé
13 h 50
Portées et limites de l'exercice philosophique sur la formation initiale en didactique professionnelle des mathématiques?
Anne Roy (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières)

Dans cette communication, nous ferons état de la portée et des limites de l'exercice philosophique en communauté d'apprentissage virtuelle sur les pratiques enseignantes en mathématiques de stagiaires en contexte d'adaptation scolaire. Le contexte de la recherche s'est effectué dans le cadre du stage d'internat impliquant dans le forum de discussion trois stagiaires, une orthopédagogue et une chercheure en éducation. L'objectif de cette recherche est de dégager dans quelles conditions des stagiaires parviennent à développer des habiletés réflexives efficientes pour leurs pratiques professionnelles en didactique des mathématiques. Dans cette recherche-formation de type qualitatif et interprétatif, un cadre théorique (Roy, 2005) que nous avons développé sur des styles de pensée, nous a permis d'étudier les conditions de développement d'habiletés réflexives dans les pratiques enseignantes déclarées et effectives des stagiaires. La collecte de données a été effectuée au moyen de trois outils: 1) une entrevue semi-structurée, au début et à la fin du stage, 2) le discours des DVP sur le forum de discussion et 3) l'observation filmée en classe, au début et la fin du stage. Les résultats permettront de mieux comprendre dans quelles conditions une approche philosophique et didactique peut contribuer au développement d'habiletés réflexives efficientes pour les pratiques enseignantes en didactique mathématique chez des stagiaires placés devant des contextes d'adaptation scolaire.

Résumé
14 h 10
Intégrer la CRP en ÉCR : quels impacts sur l'intervention éducative des enseignants?
Mathieu Gagnon (UdeS - Université de Sherbrooke), Sébastien Yergeau (Université Laval), Étienne Bouchard (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)

Depuis janvier 2012, nous menons un projet de recherche collaborative (financé par le MELS) visant à intégrer la communauté de recherche philosophique aux  cours d'ÉCR au secondaire. Dans le cadre de ce processus d'intégration, chacun des membres de l'équipe est considéré comme un cochercheur et l'expertise de tous est mise à contribution. Il s'agit d'abord et avant tout non pas d'utiliser la CRP comme une démarche visant à remplacer ce que les enseignants font en classe, mais bien davantage à enrichir leurs pratiques afin de créer des arrimages avec le programme du MELS (Gagnon, Yergeau et Couture, sous presse). Dans ce contexte, des rencontres de recherche-formation sont menées avec les enseignants et des accompagnements en classe sont offerts. Notre communication tentera d'examiner, à partir de données issues d'entretiens semi-dirigés, quels sont les impacts de ce projet sur l'intervention éducative des enseignants, principalement en ce qui a leur capacité à créer des conditions favorisant l'apprentissage de l'art de penser chez leurs élèves.

Résumé
14 h 30
Président de séance et animation de la discussion (3e bloc)
Adolfo Agundez Rodriguez (UdeS - Université de Sherbrooke)
15 h 00
Pause
15 h 15 à 17 h 00
Communications orales
Quatrième bloc : Philosophie pour enfants et approches innovantes
15 h 15
Expérimenter la CRP autrement : l'environnement numérique et le soutien au discours écrit collectif asynchrone?
Vincent Gagnon (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)

Depuis le début du XXIe siècle, les différentes sociétés à travers le monde vivent une véritable révolution au plan des communications et des façons de collaborer. Dans un environnement de collaboration ouvert sur le monde comme l'est Internet, l'individu exposé à autant d'informations doit être en mesure de mobiliser une pensée critique pour lui permettre de mieux comprendre et évaluer cette information, mais de plus, d'évaluer la crédibilité de sa source (Ennis,1987; 1989; Paul, 1990; Bers, 2005; Reece, 2005; Ku, 2009; Whitmire, 2004). Cela soulève la question de la formation des élèves à la pensée critique et, à ce titre, il existe différents exemples de contextes où l'on vise spécifiquement cet objectif : communautés de recherches philosophiques (CRP) (Gagnon & Sasseville, 2009; Dewey, 2004; Daniel, 1997; Lipman, 1995), apprentissage par problèmes, controverses structurées, îlots de rationalité, études de cas… Par contre, les formules d'échanges privilégiées dans ces différentes approches reposent généralement sur un discours en face à face. Dans le cadre de cette étude, nous nous sommes intéressés à un outil permettant de soutenir le discours d'élèves en CRP de manière asynchrone. L'outil d'écriture collaborative qui a été utilisé dans le cadre de notre étude est le Knowledge Forum. La présentation traitera en détail du contexte d'expérimentation et des données relatives au discours ayant pris forme dans cet espace d'écriture collective.

Résumé
15 h 35
La pratique de la philosophie appliquée aux domaines généraux de formation : le cas de l'éducation à la consommation
Adolfo Agundez Rodriguez (UdeS - Université de Sherbrooke)

Le Programme de formation de l'école québécoise (PFÉQ) (MEQ, 2001 et 2004; MELS, 2007), dans le but de favoriser «la construction d'une vision du monde» (p.6), propose les cinq domaines généraux de formation (DGF) suivants : santé et bien-être; orientation et entreprenariat; environnement et consommation; médias; vivre ensemble et citoyenneté. Ceux-ci sont définis comme des domaines directement liés aux valeurs, qui portent sur des grandes questions que les jeunes doivent affronter, abordant différentes facettes intéressantes et nécessaires pour le bon développement des élèves, et qui répondent à des attentes sociales importantes en matière d'éducation. Cependant, malgré l'importance donnée dans le PFÉQ au traitement des DGF en classe, dans la pratique éducative on constate qu'ils sont peu développés à cause d'un manque de repères pour soutenir leur applicabilité (Conseil supérieur de l'éducation, CSÉ, 2007), d'un manque de matériel didactique orientant leur mise en œuvre (Agundez-Rodriguez, 2008) et d'un manque de formation spécifique des enseignantes et enseignants dans ces domaines (Lévesque, Lachance, Cloutier, sous presse). Dans le cadre de notre présentation, nous aborderons les grandes possibilités offertes par le Programme de Philosophie pour enfants pour aborder les DGF en classe. Concrètement, nous prendrons l'exemple de l'éducation à la consommation qui est l'objet de recherche de notre thèse doctorale.

Résumé
15 h 55
Apprendre à penser en philosophie, apprendre à penser dans les arts vivants
Gilles Abel (FUNDP - Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix)

Par conséquent, en esquissant les paradigmes propres à chacun des contextes, cette communication visera à faire apparaître les points de convergence et de divergence entre ces deux horizons d'apprentissage de la pensée?

La pratique de la philosophie avec les enfants connaît aujourd'hui un développement et un retentissement notable.  Qu'on accrédite ou pas les distinctions qui s'opèrent parfois entre différents courants en son sein, il convient néanmoins de noter que les pratiques diverses qui en relèvent favorisent toutes, dans les discours et/ou dans les faits, un apprentissage de la pensée spécifiquement philosophique.   Celui-ci se décline généralement dans un corpus de compétences dont le but conjoint serait l'apprentissage de la pensée et du jugement.

Parallèlement à cela, et en dépit de la conjoncture actuelle, on peut également observer que le spectacle vivant destiné aux enfants (Théâtre et Danse) se développe également sans discontinuer.   Pour de multiples raisons, cette création voit son existence être intimement liée au monde de l'école.  Dans ce contexte, au-delà de l'œuvre proprement dite, il existe de nombreuses pratiques de médiation, dont certaines favorisent également une forme d'apprentissage de la pensée et du jugement.

Résumé
16 h 15
Président de séance et animation de la discussion (4e bloc)
Michel Sasseville (Université Laval)
16 h 45
Mot de clôture