Imprimer

473 - Langues et technologies : chercheurs, praticiens et gestionnaires se donnent rendez-vous (Colloque Secteur langagier et technologie, édition 2013)

Le jeudi 9 mai 2013

Le présent colloque, organisé avec l'appui du Groupe de recherche sur les comportements en ligne (GRECEL) de l'Université de Sherbrooke, vise à donner la parole aux chercheurs, aux gestionnaires et aux praticiens du domaine, afin de favoriser les échanges et encourager la collaboration entre les différents acteurs de la recherche liée aux technologies langagières, aux outils d’aide à la traduction et d’aide à la rédaction, à la traduction automatique, aux systèmes d’information dans le secteur langagier et aux processus d’affaires de l’industrie de la langue. Le colloque Évolution de l’industrie de la langue : enjeux organisationnels, technologies et métiers, organisé dans le cadre du 80e Congrès de l’Acfas en 2012, a suscité l’intérêt des praticiens et des chercheurs du domaine et fait figure aujourd’hui d’événement fondateur de la série des colloques SLT (secteur langagier et technologie).

L'expression « secteur langagier » au Canada renvoie, d’après la définition qu’en donne Travaux publics et Services gouvernementaux Canada, à « la combinaison de l'industrie de la langue au Canada et de l'ensemble des organismes sans but lucratif et des établissements d'enseignement postsecondaire à l'appui de l'industrie». Les organisateurs souhaitent que les colloques SLT deviennent un événement récurrent et rassembleur pour une communauté de chercheurs, de gestionnaires et de praticiens désireuse d’échanger des connaissances, des témoignages et des savoir-faire.

Lire la suite »
Colloque
Section 400 - Sciences sociales
Responsables
UdeS - Université de Sherbrooke
AnneMarie Taravella
UdeS - Université de Sherbrooke
Université d’Ottawa
Ajouter à mon horaire
Afficher tous les résumés
Avant-midi
08 h 30 à 09 h 30
Cocktail
Accueil
09 h 25
Mot de bienvenue
09 h 30 à 10 h 30
Communications orales
Séance 1
09 h 30
Démocratisation du savoir humain et traduction
Donald Barabé (Bureau de la Traduction)

Si le savoir humain, c.-à-d. l'ensemble des connaissances acquises par l'humanité depuis ses origines, a progressé lentement pendant des millénaires, il a fait des bonds prodigieux au cours des deux derniers siècles. Tant et si bien que, aujourd'hui, il doublerait tous les sept ans. L'accès à ce savoir et à l'information qui le sous-tend est devenu un enjeu fondamental pour l'humanité, car une information inaccessible est une information inutile. Pour être utile au plus grand nombre, l'information doit être mise à la disposition du plus grand nombre. L'internet contribue grandement à la démocratisation de l'information et du savoir. Il en va de même de sociétés comme Wikipedia et Google. Cette dernière s'est d'ailleurs donné pour mission de structurer l'information du monde entier et de la rendre universellement accessible et utile. Or, la démocratisation du savoir passe inévitablement par la traduction. Deux obstacles semblent se dresser sur la voie de cette démocratisation : l'offre en traduction et le coût de celle-ci. D'une part, la traduction humaine professionnelle ne suffit pas à la demande, laquelle doublerait au plus tous les sept ans, à l'instar du savoir humain. D'autre part, le coût de cette traduction humaine professionnelle est jugé prohibitif par bon nombre. La communication permettra de faire le point sur les enjeux d'ordre professionnel, éthique et financier auxquels la profession de traducteur se trouve confrontée ainsi que sur les solutions qui s'offrent à elle.



Résumé
10 h 00
La société 3.0 et ses impacts sur l'acquisition de compétences chez les langagiers
Laurence Pelletier (UQO - Université du Québec en Outaouais)

La société 3.0 se caractérise par des changements sociaux et technologiques accélérés, des relations mondialisées et une quantité grandissante d'information accessible à tous (Moravec, Apollo Research Institute, Blom, Harkins, Van Den Hoff, Cobo,Wilen- Daugenti). Dans cette communication, nous décrirons les impacts des tendances de la société 3.0 sur l'acquisition de compétences chez les langagiers en abordant quatre aspects. Premièrement, la formation continue devient une variable importante dans l'acquisition de compétences chez les langagiers, par rapport à la formation initiale. De plus, la transdisciplinarité est non seulement une exigence imposée par le marché du travail, mais un principe éducatif appliqué aux programmes de formation initiale. En second lieu, l'apprentissage et la didactique évoluent. L'ère de la transmission de contenus par la seule méthode de l'autorité est en grande partie révolue et les nouveaux apprenants ont recours à une multitude de modalités d'apprentissage accessibles grâce à la société 3.0. Troisièmement, le milieu de travail contribue également à l'éclosion de nouvelles compétences chez les langagiers, mais chacun de ces environnements est exposé à des pressions et des exigences différentes. Finalement, l'évolution fulgurante des outils technolangagiers est aussi source de nouvelles compétences pour le langagier. Ce dernier sera appelé à maîtriser ces nouveaux outils, selon le degré de pénétration de ceux-ci dans son quotidien. 

Résumé
10 h 30
Pause
11 h 00 à 12 h 00
Communications orales
Séance 2
11 h 00
Analyse du processus de recherche de mots dans un dictionnaire électronique en ligne par des apprenants de langue 
Marie-josée Hamel (Université d’Ottawa)

La recherche de mots est une activité importante en apprentissage d'une langue et le dictionnaire est au cœur de cette activité (Atkins & Varantola, 1998; Bogaards, 1998; Nation, 2001). Cependant, les mots sélectionnés dans le dictionnaire par les apprenants de langue ne correspondent pas toujours à des choix idéaux (Chon, 2009), optimaux, idiomatiques dans la langue d'arrivée. L'analyse d'erreurs lexicales dans les corpus écrits d'apprenants de langue en témoigne (Granger, 2007; AUTEURS, 2007; Nesselhauf, 2005), mettant en lumière les faiblesses des apprenants face à certains de leurs choix lexicaux. Révélatrice en acquisition des langues et utile sur le plan pédagogique, l'analyse de résultats fondés sur le produit de la tâche langagière ne permet pas de savoir comment les apprenants procèdent pour sélectionner les mots qu'ils utilisent en contexte d'encodage du texte. Nous rendrons compte d'une étude empirique centrée sur le processus de la tâche langagière à l'ordinateur pour laquelle nous avons analysé, grâce à la capture vidéo écran, la manière dont les apprenants font leur sélection lexicale dans un prototype de dictionnaire électronique accessible en ligne. Nous mettrons en évidence l'interdisciplinarité de notre approche d'analyse des données fondée sur des acquis en recherche documentaire et en ergonomie des interfaces web, puis discuterons de l'intérêt de notre méthodologie pour les chercheurs en langues et technologies.

Résumé
11 h 30
Enseigner la communication orale médiatisée par ordinateur
Adel Jebali (Université Concordia)

Les cours de communication orale en français langue seconde (FLS) privilégient la communication face à face. Bien que cela représente un aspect important de la communication orale humaine, la compétence communicationnelle est ici définie seulement en termes pragmatiques. Cette conception ne prend pas en compte le média utilisé et c'est pour cela qu'une nouvelle définition multimodale est proposée par Kenning (2007) et implique que le média choisi pour effectuer les tâches de communication aura des impacts plutôt bénéfiques sur l'apprentissage (Blake 2010). Pour vérifier le bien-fondé de cette hypothèse, nous choisissons Skype comme média de communication. Malgré sa très grande popularité, très peu de travaux sont consacrés à la recherche sur l'intégration de cet outil à l'enseignement des langues secondes. Nous adhérons à l'approche interactionniste et à l'approche didactique actionnelle (Ellis 2003). Dans ce cadre, nous présenterons notre expérience didactique qui consiste à utiliser Skype dans des discussions en groupes de deux pour amener les apprenants à entreprendre une « négociation du sens ». Ces apprenants seront aussi amenés à se concentrer sur la forme linguistique par le biais de tâches de communication précises (par exemple, expliquer le sens d'un nouveau mot). Notre but est de déterminer avec précision l'apport de Skype à l'enseignement de la communication orale en FLS, et ce, en recensant les stratégies de communication favorisées par ce média.



Résumé
12 h 00
Dîner
Après-midi
13 h 30 à 14 h 30
Communications orales
Séance 3
13 h 30
Dépersonnalisation du processus de traduction ou maintien de la créativité et l'appropriation d'un métier et de ses processus
Alain O. Villeneuve (UdeS - Université de Sherbrooke)

Devant une charge de travail de plus en plus lourde, un bassin restreint de personnels qualifiés, une demande en volume croissante dans le domaine de la traduction, plusieurs technologies de traduction sont proposées et les processus de traduction doivent être revus, repensés, réorganisés. Les changements dans les processus remettent directement en cause la liberté et la créativité du traducteur en lui imposant de nouvelles méthodes de travail, de nouvelles approches dans l'exécution de ses tâches. Les mémoires de traduction, par exemple, offrent des traductions automatisées qui évacuent la plupart du temps la créativité du traducteur. Ce dernier doit souvent poser des choix irraisonnés et mécaniques qui relèvent probablement plus du réflexe que d'un choix éclairé. Peut-ont maintenir un équilibre entre 1) la dépersonnalisation du processus et 2) l'appropriation consciente du métier et de ses processus par le traducteur et le futur traducteur, laquelle favoriserait l'accomplissement personnel, le cheminement, la qualité du travail exécuté. La recherche d'un tel équilibre pourrait resituer le traducteur au centre du processus et non pas dans sa périphérie, ce qui est le cas lorsque la technologie, trop souvent, impose et que le traducteur doit s'adapter. En d'autres termes, au lieu de cibler les tâches dans le développement des technologies langagières peut-être vaudrait-il mieux cibler l'individu, le traducteur, de manière à mieux le soutenir dans l'ensemble de son métier.



Résumé
14 h 00
De la technologie aux pratiques commerciales : une enquête in situ en milieu de travail
Matthieu Leblanc (Université de Moncton)

Dans cette communication, nous présenterons les résultats partiels d'une étude ethnographique menée dans trois entreprises et services de traduction situés au Canada. L'étude en question porte sur l'interaction entre les traducteurs professionnels et les outils d'aide à la traduction, notamment les mémoires de traduction, et sur la satisfaction professionnelle des traducteurs. Pour les besoins de cette communication, nous insisterons non pas tant sur ce que les traducteurs ont à dire au sujet des mémoires de traduction en tant que telles que sur les transformations qui ont suivi leur implantation à grande échelle. Par exemple, de quelle(s) manière(s) le recours systématique aux mémoires de traduction a-t-il modifié les pratiques administratives ou commerciales au sein de ces services et entreprises au cours des dix dernières années? Qu'en est-il des exigences de productivité? Les traducteurs ont-ils l'impression d'avoir gagné ou perdu de l'autonomie? Ont-ils l'impression que les processus sont contraignants à certains égards? Et finalement, qu'ont-ils à dire sur le statut professionnel du traducteur et l'évolution de la profession? Voilà autant de questions que nous aborderons dans le cadre de cette communication.

Résumé
14 h 30
Pause
15 h 00 à 16 h 00
Communications orales
Séance 4
15 h 00
Mesure de l'affect chez le traducteur utilisateur de systèmes d'information langagiers (SIL)
AnneMarie Taravella (UdeS - Université de Sherbrooke)

Un certain nombre de modèles issus des travaux en systèmes d'information portent sur la façon dont les utilisateurs interagissent avec leur outil informatique. Cependant, ils ne prennent généralement pas en compte l'affect. Du propre aveu de Davis (1989), auteur d'un modèle célèbre sur l'utilité perçue et la facilité d'utilisation perçue d'un système d'information, le comportement émotionnel des utilisateurs de ce système d'information n'a été que peu exploré.  Or, les émotions vécues par le traducteur influent notamment sur sa créativité, sur sa motivation et sur son bien-être au travail. Elles accompagnent par ailleurs les variables cognitives dans la définition de l'effort fourni par le traducteur. Dans cette communication, nous nous attacherons dans un premier temps à recenser les variables émotionnelles susceptibles de jouer un rôle dans la performance et le bien-être au travail des traducteurs et donc, de constituer la base d'un modèle d'affect en traduction. Dans un deuxième temps, nous explorerons la façon dont les travaux récents en systèmes d'information ont abordé le comportement émotionnel des utilisateurs, de manière à adapter notre modèle à la réalité du traducteur utilisateur de SIL.

Résumé
15 h 30
Quels défis pour la création et l'évaluation d'une ressource intégrée en technologies pour langagiers? Le cas du site LinguisTech
Annie Duplessis (UQO - Université du Québec en Outaouais), Marie-Josée Goulet (UQO - Université du Québec en Outaouais), Élizabeth Marshman (Université d’Ottawa)

Cette communication porte sur l'évaluation que nous avons effectuée de LinguisTech, un site destiné aux langagiers (et surtout aux langagiers étudiants) qui comporte trois sections : une boite à outils de technologies langagières, un centre de formation et de documentation ainsi qu'une communauté virtuelle. En plus de donner accès aux langagiers à une grande variété d'outils (mémoires de traduction, outils de localisation, correcticiels, aligneurs de texte, etc.) et à des tutoriels sur leur utilisation, la communauté virtuelle, avec son forum et son blogue, permet aux langagiers d'interagir entre eux et de partager leurs réflexions sur les technologies ou sur leur profession. Comment faire pour évaluer un site comprenant trois sections de natures différentes dont certaines sont interactives? Comment évalue-t-on une collection de tutoriels? Un blogue? Dans la première partie, nous présenterons la stratégie que nous avons élaborée pour évaluer LinguisTech. Notre approche combine l'évaluation-expert à partir de plusieurs critères (ergonomie, navigation, structure, rédaction web, etc.) et l'évaluation-utilisateur à partir d'un sondage long et de minisondages contextuels. Dans la deuxième partie, nous présenterons les résultats des évaluations et nous les commenterons. 

Résumé
16 h 00
Pause
17 h 00 à 18 h 00
Communications orales
Table ronde
18 h 00 à 19 h 00
Cocktail
Clôture et cocktail 
18 h 00
Mot de clôture