Aller au contenu principal

Le lundi 6 mai 2013

La correspondance, forme discursive fortement répandue au 19e siècle, a longtemps été dominée par une lecture strictement documentaire, négligeant ainsi les considérations politiques, sociales, culturelles ou esthétiques. L’objet de cette journée d’étude est double. D’une part, il s’agit de faire le point sur les recherches actuellement consacrées aux oeuvres épistolaires du 19e siècle québécois et, d’autre part, d’interroger les différents types de relations qui se nouent entre l’épistolaire, le social et la naissance d’une littérature nationale. En somme, retracer les échos de la sensibilité du siècle à même le dit et le non-dit épistolaire.

En s’intéressant à la pratique de la correspondance chez les écrivains comme chez les sans-nom, il est possible de rectifier certains préconçus historiques, de réhabiliter des groupes d’individus, dont les femmes, ou de revisiter quelques trajectoires ou œuvres du corpus québécois. Si les spécialistes de l’épistolaire en France conçoivent ce siècle du privé, de l’éveil des nationalités, de l’historiographie et du romantisme comme une période de rupture ou de transition dans l’usage que font les individus de leur correspondance, il reste à observer ce qu’il en est au Québec. Voici quelques pistes de réflexion possibles :

Quels rapports la lettre entretient-elle avec les autres modes de sociabilité?

Que révèlent les correspondances de l’époque sur les pratiques de lecture?

Quel est l’usage que font les épistoliers des modèles et des codes en vigueur?

La lettre est-elle conçue comme un laboratoire de l’oeuvre littéraire?

Quelles sont les postures d’écriture privilégiées?

Dans quelle mesure la lettre participe-t-elle à la circulation des idées et des discours?

Lire la suite »

Colloque

Section 300 - Lettres, arts et sciences humaines
Ajouter à mon horaire

Responsables

Afficher tous les résumés

Avant-midi

09 h 00 à 10 h 15
Communication orale
Communications orales
L'épistolière et le politique
09 h 00
Mot de bienvenue
09 h 15
La sociabilité domestique à la croisée de la sphère publique : le cas de la correspondance Papineau
Marilyn Randall (UWO - University of Western Ontario)
Résumé
09 h 45
« A son Excellence, Mon cher Monsieur, cher ami » : quand la lettre féminine se fait requête
Mylène Bédard (UdeM - Université de Montréal)
Résumé
10 h 15
Pause
10 h 30 à 11 h 30
Communication orale
Communications orales
Correspondances et sociabilités
10 h 30
Posture, stratégies et réseaux : l'épistolaire comme creuset et faire-valoir de l'activité littéraire des femmes au 19e siècle
Julie Roy (Bibliothèque et Archives Canada)
Résumé
11 h 00
Du salon à l'Académie : sociabilités informelles et formelles dans la correspondance de Henri-Raymond Casgrain au 19e siècle
Manon Brunet (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières)
Résumé
11 h 30
Dîner

Après-midi

13 h 30 à 14 h 30
Communication orale
Communications orales
Lettres d'écrivains
Présidence/Animation : Manon Auger (UQAM - Université du Québec à Montréal)
13 h 30
La correspondance de Charles Gill à Louis-Joseph Doucet ou les confessions d'un enfant du 19e siècle : filiations et postures littéraires du poète épistolier
Louis-Serge Gill (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières)
Résumé
14 h 00
La lettre comme lieu d'invention d'un destin littéraire : le cas Laure Conan
Marie-Pier Savoie (Université Laval)
Résumé
14 h 30
Pause
14 h 45 à 16 h 15
Communication orale
Communications orales
La lettre comme genre protéiforme
Présidence/Animation : Manon Auger (UQAM - Université du Québec à Montréal)
14 h 45
À propos de trois lettres de François-Maurice Lepailleur
Marie-Andrée Beaudet (Université Laval)
Résumé
15 h 15
Lettres d'un exilé, lettres d'un condamné : postures et possibles littéraires dans les années 1830-1840
Marie-Frédérique Desbiens (Université Laval)
Résumé
15 h 45
Le Journal du siège de Paris au croisement de la lettre, du journal intime et du journal de presse
Micheline Cambron (UdeM - Université de Montréal)
Résumé