Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.

14 - De l’autruche au truchement : la collaboration intersectorielle et ses arrimages

Enjeux de la recherche

  • Mardi 4 mai 2021

Responsables

Après La recherche hors-piste: oser la rupture (Acfas 2018), Entreprise, université, société: la synergie des savoirs (Ubisoft 2018) et L'Université du XXIe siècle: enjeux, défis et prospectives (Acfas 2019), ce nouveau colloque du Scientifique en chef aborde de front la problématique fondamentale des « truchements indispensables » à une intersectorialité réussie. 

À partir de la figure du « truchement » de la Nouvelle France, le colloque explore les diverses pistes susceptibles de rendre plus facile à instituer et plus efficace dans sa mise en jeu la collaboration entre disciplines scientifiques, proches ou éloignées, qui constitue l'intersectorialité. Celle-ci est de plus en plus exigée par les divers problèmes auxquels l'humanité d'aujourd'hui est confrontée: leur complexité exige non seulement la mobilisation de diverses disciplines, mais aussi une collaboration beaucoup plus organique qui doit intervenir dès l'identification du problème nécessairement défini par une diversité de points de vue et d'approches. Mais, indépendamment de sa réquisition pour la résolution de problèmes, l'intersectorialité constitue, de l'avis de plusieurs, une des clés du développement futur de la science et plus globalement des savoirs, y compris les savoirs expérientiels. Dans cette autre fonction, l'intersectorialité, nous le postulons, amènera les chercheurs qui s'y livreront à inventer de nouvelles approches permettant de voir ce qui reste encore invisible ou inconnu, de nouvelles théories permettant de le penser et de nouvelles méthodologies aptes à mieux le saisir, ce qui devrait entraîner des retombées de diverses natures.

Pour que cette nouvelle façon de faire donne ses meilleurs résultats, il sera nécessaire de mobiliser des « truchements », c'est-à-dire dans notre contexte, soit des personnes, soit des espaces où les diverses disciplines puissent s'arrimer les unes aux autres. Par « espace », il faut entendre ici des programmes de subvention (comme AUDACE) ou encore des structures administratives (facultés ou départements) comme celles sur lesquelles repose l'INRS, par exemple.

Le colloque mettra de l'avant des individus et des organisations, des événements et des projets qui ont mérité le titre de truchement ou aspirent à le faire. Il est aussi question d'explorer les diverses pistes qui permettraient d'instaurer à la plus grande échelle possible la recherche intersectorielle, éventuellement jusqu'à la collaboration internationale.

L’équipe organisatrice se saisit également de l’évolution fulgurante des modes d’échanges en ligne pour faire de ce colloque, une expérience de truchement en soi, en empruntant les normes et les codes interactifs des jeux vidéo pour transformer les conventions des communications scientifiques. Ainsi, la réflexion sur le truchement s’opère à tout instant, par un engagement accru et une multiplicité de modes d’expression.  Ce format permet également des apartés, des rencontres imprévues et des dialogues par petits groupes.