Aller au contenu principal

611 - Faire face à la crise des surdoses : réduire les méfaits différemment

Section 600 - Colloques multisectoriels

  • Jeudi 6 mai 2021
  • Vendredi 7 mai 2021

Responsables

En 3,5 ans, 14 000 personnes sont mortes de surdoses au Canada (Santé Canada, déc. 2019.) Le Québec n’est pas en reste.

Les drogues de rue contaminées par des Fentanyl, opioïdes et autres substances aux effets indésirable, graves, mortels, affectent les consommateurs de drogues et leurs proches. La « Crise des surdoses » exige une mobilisation des intervenants en santé et services sociaux. Dans ce contexte, les pratiques et cadres légaux actuels ne suffisent pas face à cette crise de santé publique; la réduction des méfaits reste un des meilleurs outils d’intervention. Malgré la distribution de naloxone, la formation sur le terrain, l’émergence de centres supervisés et de centres de prévention dans des lieux spécifiques, on ne contient pas les surdoses. Dans les rues, la détresse se vit loin des institutions. Il apparaît donc urgent d’adapter les politiques, les moyens d’intervention et les approches d’intervention pour que la nature du filet de sécurité soit plus rapprochée, pertinente et efficace à court terme pour les usagers et les intervenants. Autrement dit, avec le changement de contexte et de cible réelle, le message et les mesures en réduction des méfaits classiques sont à repenser et renouveler.

Pour progresser en réduction des méfaits en contexte de crise, tous les acteurs.trices du milieu sont interpelés, ensemble ils peuvent développer une meilleure protection et ses solutions. Chaque acteur a des forces essentielles : les usagers peuvent faire comprendre leurs besoins, tactiques et compréhension de ce qui se passe; les intervenants de première ligne savent lire les besoins et accueillir la détresse déguisée; les professionnels en institutions peuvent trouver à mieux faire et être plus accessibles au-delà de leur mandat primaire; les politiques peuvent offrir des cadres répondant à la crise dans la proximité et enfin; les chercheurs peuvent se sensibiliser au terrain et trouver des solutions plus efficaces et pertinentes. La crise nous amène à se parler, à écouter, à échanger pour s’en sortir.

Dans ce forum, les acteurs et actrices intéressés à la crise des surdoses viseront à renouveler la réduction des méfaits. Nous appelons des utilisateurs.trices de drogues, intervenants.es, chercheurs.euses, du milieu médical, infirmier, du travail social et légal ou juridique et des intervenants de rue. Nous tiendrons des présentations, des panels sur les pratiques et les solutions à envisager, des ateliers de concertation permettant d’orienter les politiques et d’identifier de meilleures pratiques en réduction des méfaits. Nous ferons le point sur la situation, remarquerons les pratiques et noterons de nouvelles approches.

Ce colloque, sur 2 jours, utilisera différentes plateformes d’échanges tels présentations, panels, affiches, et réseautage. Un world café stimulera l’innovation des politiques et des pratiques. Une cérémonie de commémoration, en fin de journée (7 mai), en souvenir des personnes décédées, rappellera la détresse due à cette crise.


Appel à communications

La crise des surdoses touche l’ensemble de la société. L’intervention en réduction des méfaits, conçue pour le long terme, rencontre des difficultés dans ce changement de contexte. D’où ce forum, le colloque 611, invitant toutes les personnes intéressées à mieux agir face à la crise des surdoses. Des solutions innovantes émergeront des échanges, avec votre participation, que vous soyez du terrain, usager, intervenant de rue ou de première ligne, infirmier de tous niveaux ou travailleur social, médecin ou juriste, coroner ou acteur du domaine juridique ou politique, chercheur en toxicomanie, en sciences sociales ou en sciences fondamentales, autant débutant.e que chevronné. Face à la crise, chacun.e a une expertise à offrir et nous recherchons une variété de contributions.

C’est pourquoi, au-delà des résultats de recherche, nous dresserons le portrait de la situation des surdoses et ferons le point sur la réduction des méfaits. Objectif : comprendre les barrières à l’accessibilité et aux interventions, la recherche et aussi les initiatives d’intervention en santé ou en droit. Autant les politiques que les tactiques de consommation fort partie du paysage complexe des solutions à intégrer pour bâtir une résolution viable et durable face aux surdoses. Votre contribution (savoir, observation, moyen), que vous avez expérimenté, peut être ce qui complètera avec pertinence la pléiade de changements à apporter.   Toutes et tous sont conviés à notre démarche participative et constructive sur les nouvelles orientations, politiques et pratiques visant à faire face à cette crise.

Envoyez un court résumé (max.1500 caractères) à propos de votre contribution à ce colloque. Votre résumé peut offrir quelques idées, un sujet précis, une problématique à toucher, une intervention ou discuter la réduction des méfaits. Nous intégrerons les propositions retenues à une des activités du colloque (présentations, panel de discussion, affiches). En plus de ces activités, un world café ouvert à toutes les personnes inscrites à l’ACFAS (et donc au colloque) ouvrira à une concertation constructive des politiques et des pratiques en réduction des méfaits. De plus, on tiendra le 7 mai une commémoration ouverte au public à la mémoire des personnes décédées dans cette crise des surdoses.

Pour fins de sélection, veuillez communiquer svp avec gilbert.emond@concordia.ca ou acfas2020Colloque611@gmail.com. Indiquez-nous svp :

Votre nom

Adresse courriel

Numéro de téléphone (contact au besoin)

Noms de vos collaborateurs.trices

Titre de votre contribution (180 car. max)

Court résumé (1500 caractères au max. soit environ 230 mots) de votre proposition

Notez svp :

  • Présentation : durée max 20 minutes plus 5 minutes de questions.
  • Panel : Chaque panel partagera une durée de 1 heure. Les indications suivront.
  • Affiche : le format suivra.

Après sélection, nous vous communiquerons les démarches d’inscription au colloque et à l’ACFAS (tous les auteurs et autrices acceptées doivent s’inscrire au congrès).

PDF Lien vers l'appel à communications