Aller au contenu principal

407 - Subalternité et agentivité : les enseignant.e.s contractuel.le.s au sein des universités du 21e siècle

Section 400 - Sciences sociales

  • Lundi 3 mai 2021

Responsables

L'un des changements les plus importants survenus dans le monde universitaire nord-américain ces dernières décennies est la recomposition du corps enseignant, dont une part importante est maintenant constituée d’enseignant.e.s qui, bien que qualifié.e.s, ne sont pas embauché.e.s de manière permanente. Cette tendance est bien établie par une littérature récente (ACPPU, 2014; Foster et Birdsell-Bauer, 2018; Hoeller, 2014). Au Québec, selon les données institutionnelles, la moitié des cours du 1er cycle est aujourd'hui donnée par des enseignant.e.s à contrat. Le recours à des professionnel.le.s de recherche est un phénomène similaire. Ces transformations soulèvent de nombreuses questions, dont les suivantes :

- Dans quelle mesure assiste-t-on à une segmentation des tâches auparavant accomplies par un seul corps professoral permanent?
- Quels espaces socio-institutionnels et quelles conditions de travail offre-t-on aux personnes contractuelles en nombre croissant?
- Comment la collégialité qui fonde la structure universitaire s'est-elle adaptée à la montée en importance de celles-ci?
- Comment ces personnes contractuelles s’organisent-elles pour faire valoir l’ensemble de leurs droits?

Cette recomposition n’est pas sans générer de nouveaux clivages au sein du corps enseignant, notamment entre un groupe «installé» (professeur.e.s et cadres), détenteur d’une permanence et d’une légitimité, et des groupes «périphériques» (chargé.e.s de cours et professionnel.le.s de recherche), que l’on pourrait analyser à la lumière de leur «subalternéité». À cet égard, il parait intéressant d’appliquer les concepts issus de la théorie subalterne au contexte de l’éducation supérieure. Mettant en exergue les stratégies d’adaptation et de résistance des groupes subalternes, elle pourrait s’avérer féconde pour appréhender et comprendre les reconfigurations en cours dans les structures universitaires.