Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.

304 - L'écrivain dans la cité: politique et littérature canadienne d'expression française

Section 300 - Lettres, arts et sciences humaines

  • Jeudi 12 mai 2022

Responsable

Dire que la langue française fait partie des débats sociaux et des revendications dans la francophonie canadienne serait un euphémisme tellement les exemples abondent. Nous n’avons qu’à penser aux élections fédérales de 2021 qui ont retardé l’adoption de la modernisation de la Loi sur les langues officielles par le parlement canadien. L’Université de l’Ontario français est devenue réalité après un âpre combat politique. Les difficultés financières de programmes en français à l’Université Laurentienne, celles du campus Saint-Jean, tout comme celles du mouvement communautaire d’un océan à l’autre, voilà autant de combats qui prouvent une volonté de faire société en français mise à l’épreuve par la sphère politique. Mais à l’intérieur de ce projet de société, qu’en est-il du projet littéraire de la francophonie canadienne? La littérature canadienne d’expression française contemporaine (à entendre au sens de roman, nouvelle, poésie, théâtre, essai et chanson écrits en français au Canada) se fait-elle porteuse d’un projet de société en français? Poser la question reviendrait à conférer à l’écrivain une intention, un projet qui en ferait un écrivain engagé, un écrivain dans la cité. Si c’est vraiment le cas, de quelles façons se reflète ce projet politique dans l’œuvre? Est-il toujours lié à la question linguistique comme elle l’était, entre autres, dans les années 1970, ou se trouve-t-il porteur de causes à résonnance régionale, nationale voire mondiale ou serait-il en proie au discours du moment, voire porté par une ironie du moment? L’on souhaite également interroger la manifestation de ce projet politique : se retrouve-t-il de façon thématique, voire militante, ou épouse-t-il différentes formes esthétiques qui permettent de pousser ce projet politique plus loin dans la sphère du poétique? (Des Rosiers 2009 : 59)


Appel à communications

L’objectif de ce colloque sera de réfléchir au rôle de l’écrivain dans la société afin de faire le point sur l’écriture en français au Canada par l’exploration des dimensions du champ politique qui y sont déployées et les questions sociales mises à l’avant. Nous comptons également explorer si le champ politique en littérature canadienne d’expression française dépasse la dimension linguistique de l’œuvre pour s’ancrer davantage dans la dimension sociale du hors-texte, ce qui conférerait à l’écrivain une intention, un projet qui en ferait un écrivain engagé, un écrivain dans la cité (Blankeman 2013). Cette dimension sociale permettrait, par exemple, de sonder des causes liées à la résilience en français, à la migration, mais aussi à l’environnement, au racisme, aux genres, à la vie autochtone, voire à une poétique de la décolonisation (Beauclair 2014) entre autres, et exprimerait des réalités qui dépassent le fait français.

Quelques exemples de thèmes qui pourraient être abordés :

  • Écrivain dans la cité dans la littérature canadienne d’expression française
  • La place l’écrivain canadien d’expression française dans la francophonie canadienne ou/et dans sa région
  • La place de la société dans le texte
  • Le dialogue avec le contexte historique d’écriture
  • Les questions posées par les écrivains : questions linguistiques, sociales, environnementales, géographiques, politiques, militantes, polémiques, etc.
  • Les groupes d’intérêts ou les problématiques portés dans la littérature canadienne d’expression française (autochtones, francophones, féminins, féministes, LGBTQ2S+, santé)
  • Les questions sociales non inscrites dans le champ politique
  • Les pratiques narratives, structurelles, stylistiques ou de mise en scène développées
  • Traitement du champ politique par la littérature canadienne d’expression française en tant que littérature tournée vers l’esthétisme

Les propositions de communication en français (10-15 lignes avec un titre) et un court CV sont à adresser à Carlo Lavoie, responsable du colloque, à clavoie@upei.ca avant le 21 janvier 2022. Les réponses seront adressées en février.

Ouvrages cités

Beauclair, Nicolas. 2018. « Littérature amérindienne, éthique et politique : la poétique décoloniale de Joséphine Bacon ». Studies in Canadian Literature / Études en littérature canadienne, 43(1). https://doi.org/10.7202/1058064ar

Blanckeman, Bruno. 2013. L’écrivain impliqué : écrire (dans) la cité In : Narrations d’un nouveau siècle : Romans et récits français (2001-2010) [en ligne]. Paris : Presses Sorbonne Nouvelle (généré le 03 octobre 2021). Disponible sur Internet : http://books.openedition.org/psn/471

Des Rosiers, Joël. 2009. Théories caraïbes. Poétique du déracinement. Montréal : Triptyque.

Guérin, Jeanyves. 2020. Littérature du politique au xxe siècle : de Paul Claudel à Jules Roy. Paris : Honoré Champion.

Thériault, Joseph Yvon. 2007. Faire société. Société civile et espaces francophones. Sudbury : Prise de parole.

PDF