Aller au contenu principal
Il y a présentement des items dans votre panier d'achat.
Acfas-Alberta

Fondée en 1983 à l'initiative de Gamila Morcos, alors doyenne de la Faculté Saint-Jean, l’Acfas-Alberta fait la promotion de la recherche en français dans la province à travers diverses activités établies depuis des décennies : colloque La journée du savoir (depuis 1989), conférences-midi, publication des actes du colloque, etc.

Suivez l'Acfas-Alberta : site InternetFacebook, Twitter. 

Comité directeur

  • Anne-José Villeneuve (présidente par intérim / sociolinguistique)

  • Pierre Rousseau (vice-président / éducation)

  • Guillaume Durou (trésorier / sociologie)

  • Hélène Flamand (administratrice / psychologie)

  • Kristan Marchak (administratrice / psychologie)

  • Lambert Baraut-Guinet (administrateur  /  journaliste aux Territoires du Nord-Ouest)

  • Ahmed Bouferguene (administrateur  / mathématiques)

  • Yael Orsot (agent de projets / étudiant au Campus Saint-Jean)

  • Noémi Larivière (agente de projets / étudiante au Campus Saint-Jean)

Activités à venir

Les heures indiquées correspondent à l'heure locale d'Edmonton.

Finale de l'Ouest du concours Ma thèse en 180 secondes 

Après les succès des dernières années, des finales locales seront organisées à nouveau en Atlantique, dans l'Ouest canadien, dans les Prairies, au Québec et en Ontario, et les gagnant·e·s de ces finales participeront à la finale franco-canadienne du concours. Vous serez soutenus dans la préparation de votre présentation lors d’une formation de l’Acfas. Pour être admissibles à cette finale, vous devez être un·e étudiant·e de maîtrise ou de doctorat dans une université canadienne, qui peut présenter en français. Plusieurs bourses seront remises aux gagnant·e·s de chaque catégorie, et au coup de cœur du public. Ne manquez pas cette expérience unique de faire rayonner vos recherches à l'échelle du pays, dans un contexte multidisciplinaire! 

Pourquoi participer?

  • Élargir ton réseau dans le milieu de la recherche;
  • Faire découvrir une partie de ta recherche à la communauté scientifique et à un large public;
  • Diffuser ta recherche au sein de la communauté;
  • Développer tes aptitudes en communication;
  • Avoir de premières expériences d'entrevue dans les médias;
  • Courir la chance de recevoir une bourse;
  • Clarifier tes idées en vue de la rédaction de ta thèse;
  • Développer tes compétences en vue de ta soutenance de thèse ou de présentations orales.

Dates importantes 

  • Date limite d'inscription comme candidat·e : Le 10 janvier 2023

  • Séance d'introduction : Le 20 janvier 2023 à 10h

  • Formation : Le 27 janvier 2023 et le 17 février 2023 à 10h (date au choix)

  • Finale de l'Ouest canadien : Le 28 mars 2023

  • Finale canadienne : Le 10 mai 2023 à Montréal (Québec)


100 ans de l'Acfas
Journée du savoir : Les enjeux du savoir scientifique en français en Alberta

Le 15 mars 2023, en présentiel et en ligne au Campus Saint-Jean de l'Université de l'Alberta

La Journée du savoir est un colloque multidisciplinaire organisé par l’Acfas-Alberta, qui s’ouvrira avec une conférence rejoignant le thème de la valorisation des savoirs de la communauté, suivie de présentations de professeur·e·s et d’étudiant·e·s des trois cycles universitaires. Toute la communauté d’expression française de l’Alberta est invitée à se joindre à cette journée de diffusion des savoirs en français dans la province. Cette journée soulignera également les 100 ans de l'Acfas.

Lien d'inscription à venir


Activités passées

Affiche GRAAL
Minis conférences du GRAAL : Circulations, mobilités et développement

Série de 2 conférences, le mardi 22 novembre de 10h à 11h30 et le jeudi 24 novembre de 10h à 11h30. Sur place (Pavillon Lacerte 3-04, Campus Saint-Jean) et en ligne (sur Zoom).

L'Acfas-Alberta est partenaire des minis conférences organisées par le GRAAL, Groupe de Recherche sur les Afriques et l'Amérique Latine du Campus Saint Jean. Ces minis conférences ont pour thème "Circulations, mobilité et développement". Ce sujet donne l'occasion de faire connaître le pôle de recherche du GRAAL dédié à cette question. Ce pôle aborde les questions des migrations internationales (entre les Afriques et les Amériques et pas seulement) dans une perspective plus large des mobilités et dans l'optique de faire des liens avec le développement des régions concernées.

Conférenciers du 22 novembre :

  • Dre Mama Hamimida (économiste, Université Hassan II, Maroc)
  • Pierre Rousseau (professeur-enseignant, Campus Saint-Jean)
Photo du professeur Leyla Sall
Le 3 novembre 2022 : Les francophonies minoritaires canadiennes et « leurs » immigrant·e·s

Conférencier: Leyla Sall, professeur à l'Université de Moncton

Les communautés francophones en situation minoritaire (CFSM) du Canada ont opéré une transformation sociétale remarquable durant la première décennie des années 2000. De communautés revendicatrices de services, elles sont devenues des communautés d’accueil d’immigrants francophones. L’objectif visé est le maintien de leur vitalité démographique, linguistique et économique par l’ajout de nouveaux locuteurs. Une fois cette transformation achevée se pose le défi de la cohésion communautaire. Comment faire société en intégrant la diversité ethnoculturelle lorsqu’on a eu tendance à protéger ses spécificités identitaires? Comment concilier logiques ethniques et citoyenneté civile inclusive lorsqu’on est minoritaire?

Nos résultats de recherche démontrent qu’il existe des facteurs favorables à la cohésion communautaire : partage du français considéré comme un bien commun, un discours des élites favorable à l’immigration, des espaces communautaires francophones rassembleurs, des institutions d’enseignement où cohabitent immigrant·e·s et résident·e·s locaux, un sentiment d’appartenance latent. Toutefois, il existe de nombreux obstacles à la cohésion communautaire : une segmentation des communautés francophones, une hiérarchie des locuteur·trice·s francophones selon leur accent et leur « race », une instrumentalisation de l’immigration perçue de manière négative par les nouveaux arrivants, des distances socio- spatiales, et des discriminations à l’emploi dans des secteurs du marché du travail contrôlés par les CFSM. Au-delà des obstacles, les immigrants généralement souhaitent mieux connaitre les CFSM et veulent bâtir un projet de francophonie commune. Aussi ont-ils émis des recommandations pouvant faciliter la « désethnicisation » des interactions et des institutions de leurs communautés d’accueil.


Affiche
Séance d'information sur le concours Ma thèse en 180 secondes

Le jeudi 29 septembre à 10h

Venez entendre les témoignages d'ancien·ne·s candidat·e·s d'un océan à l'autre, et leur poser vos questions.