Connexion utilisateur

  • Les chercheurs sont les premiers rédacteurs
  • La Tribune libre est ouverte à tous
  • Proposez des contenus!

Thou shalt speak English

Décembre 2013 | Chroniques » La science c'est politique
Eve Seguin
Université du Québec à Montréal
«À l’heure actuelle, l’anglais ne possède pas l’exclusivité de la communication scientifique, mais il est certain que de nombreux mécanismes sont en train d’imposer la croyance que son hégémonie indéniable est destinée à se transformer en monopole. Si elle n’est pas rapidement analysée et exposée pour ce qu’elle est, cette croyance a toutes les chances de se matérialiser».

 

 

Au début du 20e siècle, les publications scientifiques obéissaient à un plurilinguisme restreint, réparti selon les secteurs de recherche : allemand en médecine, biologie, et chimie; français en science politique et droit; anglais en géologie et économie politique. Avec la montée des États Unis comme première puissance économique et politique tout au long du siècle, cette partition a disparu. Au milieu des années 1990, la littérature scientifique internationale était en anglais à 82.5 % en sciences humaines et sociales, et à 90 % en sciences naturelles.

Le perçu et le réel

Faut-il en conclure que l’anglais est devenu la langue universelle des publications scientifiques? La réponse courte est non. Nous savons que les chercheurs des pays dont la langue est importante historiquement et/ou démographiquement (espagnol, russe, allemand, français) ont nettement tendance à publier dans leur langue.

Une étude effectuée l’an dernier apporte par ailleurs un éclairage complémentaire sur cette question. Utilisant des données de la base Scopus, elle couvre la période 1996-2011, et porte sur les Pays-Bas, l’Allemagne, l’Italie, la France, l’Espagne, la Russie, le Brésil et la Chine. Elle examine l’origine disciplinaire des publications dans les langues locales de ces pays, en répartissant les disciplines en quatre blocs: sciences de la vie, sciences physiques, sciences de la santé, et sciences sociales/arts/humanités.

Les résultats ne concordent pas avec le discours ambiant. L’utilisation disciplinaire de la langue locale varie d’un bloc de disciplines à l’autre – mais cette variation ne reproduit pas la distinction sciences naturelles/sciences sociales. Quatre cas de figure se présentent :

  • 1) Les articles en français et en italien sont publiés en proportion élevée en sciences sociales… mais ils le sont dans la même proportion (de l’ordre de 38 %) en sciences de la santé (médecine, médecine vétérinaire, nursing, dentisterie).
  • 2) Pour ce qui concerne les articles en espagnol, en hollandais, et en portugais, c’est en…sciences de la santé qu’on trouve la proportion la plus élevée (45 % en moyenne).
  • 3) Les articles en allemand sont quant à eux publiés majoritairement en…sciences de la santé et en…sciences physiques, et ce, dans la même proportion (de l’ordre de 33 %).
  • 4) Finalement, les articles en russe et en chinois sont publiés majoritairement en… sciences physiques  – dans une proportion de 72.5% dans le cas du chinois.
La croyance au monolinguisme

Quelle conclusion générale peut-on tirer de l’ensemble des données rapportées plus haut? L’anglais est bel et bien devenu hégémonique dans les publications scientifiques, mais il n’a pas acquis le monopole que certains voudraient lui attribuer.

Le discours qui présente systématiquement l’anglais comme LA langue de la science ressemble étrangement à une prophétie auto-réalisante. Le concept de prophétie auto-réalisante a été développé par le grand sociologue américain Robert Merton. Il en a donné la définition suivante, que nous éviterons de traduire pour ne pas fâcher les apôtres de l’anglais-langue-unique : « The self-fulfilling prophecy is, in the beginning, a false definition of the situation evoking a new behaviour which makes the original false conception come "true". This specious validity of the self-fulfilling prophecy perpetuates a reign of error. For the prophet will cite the actual course of events as proof that he was right from the very beginning ».

La croyance erronée au monolinguisme scientifique repose sur plusieurs facteurs. On se contentera ici d’en mentionner trois.

Facteur 1 : le biais « anglo » des bases de données

Le plus important est sans conteste l’extraordinaire biais anglophone qu’on trouve dans le Web of Science (WoS) et dans Scopus, les deux plus importantes bases de données sur la production scientifique à l’échelle mondiale.

Quelques chiffres suffisent à le montrer. Dans Scopus, dont la couverture est pourtant plus large que celle du WoS, 80 % des revues scientifiques indexées sont anglophones. Les revues françaises n’y apparaissent qu’à hauteur de 19 %, – ce qui est toutefois mieux que les piètres 9 % du WoS. Sur les 750 éditeurs de revues scientifiques françaises, seulement 10 % éditent des revues qui ont un Impact Factor (WoS), et seulement 17% éditent des revues ayant un SCImago Journal Rank Indicator (Scopus).

«En clair : les revues françaises sont invisibles, [...] ce qui  laisse dans l’ombre des pans entiers de l’output scientifique international».

En clair : les revues françaises sont invisibles. Ce biais a des conséquences pour l’évaluation de la recherche puisqu’il surestime la productivité scientifique des pays anglophones par rapport aux autres pays. Mais ce qui est plus grave, il laisse dans l’ombre des pans entiers de l’output scientifique international, et des résultats qui pourraient s’avérer décisifs, en médecine notamment, disparaissent de la circulation.

Facteur 2 : la facture évolutionniste du discours

Un deuxième facteur impliqué dans la croyance au monolinguisme est la facture évolutionniste du discours de l’anglais-langue-de-la-science. Le « monopole » de l’anglais en science est présenté comme sous-produit d’un processus plus large, internationalisation ou globalisation, et ce dernier est lui-même cadré comme une sorte d’évolution biologique, dont la force est irrésistible et le résultat inévitable.

Ce fonctionnement discursif caractérise aussi bien le discours des chercheurs que celui des politiciens et des journalistes. La controverse suscitée par l’article 2 de la loi française sur l’enseignement supérieur et la recherche l’a mis en pleine lumière. Mais ce fonctionnement sous-tend également les enquêtes scientifiques sur les langues en science. L’enquête Elvire, qui porte sur les chercheurs français, affirme ainsi: « En sciences humaines et sociales (SHS), le paysage est plus contrasté, mais l’anglais occupe déjà une position dominante pour 59% des directeurs de laboratoire…» (nous soulignons). Le discours évolutionniste recourt ainsi à un ensemble de marqueurs temporels (déjà, désormais, dorénavant, etc) qui inscrivent les pratiques des chercheurs dans un mouvement unidirectionnel inéluctable.

Facteur 3 : le subtil dénigrement de ce qui n’est pas in english

Un troisième facteur intervenant dans la construction de la croyance au monopole est le dénigrement plus ou moins subtil des disciplines et des chercheurs qui ne sont pas (encore…) convertis au monolinguisme anglais. Ceux qui s’élèvent contre cette évolution sont invariablement soupçonnés d’obscurantisme, taxés d’anti-américanisme primaire, ou encore rangés dans le camp d’un nationalisme dont le racisme n’est jamais bien loin.

«Ceux qui s’élèvent contre cette évolution sont invariablement soupçonnés d’obscurantisme».

De nouveau, la controverse qui a agité la recherche française au printemps dernier en a donné des exemples saisissants. Une tribune publiée dans le journal Le Monde par un collectif de chercheurs affirmait ainsi : « Donner aujourd'hui la possibilité de proposer des cours en anglais, de façon encadrée et limitée, offre des perspectives d'ouverture sur le monde et de croissance que la situation actuelle interdit de sacrifier sur l'autel de préjugés anciens, passéistes et rétrogrades ».

Une croyance pernicieuse

À l’heure actuelle, l’anglais ne possède pas l’exclusivité de la communication scientifique. Mais il est certain que de nombreux mécanismes, tels ceux listés plus haut, sont en train d’imposer la croyance que son hégémonie indéniable est destinée à se transformer en monopole. Si elle n’est pas rapidement analysée et exposée pour ce qu’elle est, cette croyance a toutes les chances de se matérialiser. On verra dans une chronique ultérieure pourquoi la progression de l’anglais en science est problématique.

Sujets : langage, socio-histoire des sciences

Présentation de l'auteure

Eve Seguin détient un doctorat en sciences politiques et sociales de l'Université de Londres (Royaume-Uni). Spécialiste du rapport entre politique et sciences, elle est professeure de science politique et d'études sociales sur les sciences et les technologies à l'Université du Québec à Montréal. Ses recherches portent sur les controverses technoscientifiques publiques, l'interface État/sciences/technologies, et les théories politiques des sciences.

 

Note de la rédaction :
Les textes publiés et les opinions exprimées dans Découvrir n'engagent que les auteurs, et ne représentent pas nécessairement les positions de l’Acfas.

Commentez cet article

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
  _                                     
| | ____ _ _ __ _ ___ _ _
| | |_ / | | | | / _` | / __| | | | |
| | / / | |_| | | (_| | \__ \ | |_| |
|_| /___| \__, | \__, | |___/ \__,_|
|___/ |___/
Enter the code depicted in ASCII art style.

La note

M. Daganaud,

La note est associée aux chroniques. C'est une formule qui permet tout simplement de laisser place aux controverses, certes, mais aussi aux opinions diverses.

Cordialement
Johanne Lebel
Rédactrice en chef

Francophone?

Je ne m'étais pas résolu à commenter le texte d'Eve Seguin, dont je partage entièrement l'analyse : elle y capte les essentiels, les justes causes et les enjeux fondamentaux. Le déclencheur de ce petit mot est le saut que j'ai réalisé vers le texte de Christian Nadeau, « Comment penser la responsabilité collective? » Comme je l'ai fait pour Madame Seguin, j'ai lu la présentation de l'auteur. Et là, quelque chose d'anodin m'est apparu et j'ai souri... Que la notice de l'Acfas, Association francophone pour le savoir, soit accolée au texte de Seguin dépasse, à mon sens, l'âme de l'entendement. La notice? Quelle notice? Celle-ci: « Note de la rédaction : Les textes publiés et les opinions exprimées dans Découvrir n'engagent que les auteurs, et ne représentent pas nécessairement les positions de l’Acfas.» Non, lectrice ou lecteur, la notice ne suit pas tous les textes. Elle suit les controverses, n'en soient-elles pas. Mais, réjouissons-nous, Alain Deneault et son texte « Juste le ton » subissent le même sort. Comme quoi la rectitude de l'Acfas et les essentiels ne font pas toujours bon ménage, même quand on fait la promotion du savoir francophone! À moins que ce ne soit l'Association francophone pour le savoir exprimé en langue anglaise...

Patrick Daganaud

Science en français? Bis cette fois-ci en juin 2014

Madame Eve Seguin,

Intéressante, votre étude. Que pensez-vous de la proposition de la LISULF, que le français, langue officielle du Québec, devienne aussi la langue officielle des Prix du Québec scientifiques?

Aussi, je met en référence Science et Francophonie, qui paraît depuis 1983. Dernier No SF029, novembre 2013.

Salutations amicales

Pierre Demers 1914, physicien
Rédacteur en chef de Science et Francophonie Président de la LISULF
Membre émérite de l'Acfas

dilemme de langue

Je partage en partie votre point de vue et je trouve intéressante l'idée de prophétie auto-autoréalisante. Mais je ne peux m'empêcher de me poser les questions suivantes : Les revues françaises sont invisibles mais si elles étaient visibles, dans quelles mesures seraient-elles plus lues? Si chacun écrit dans sa langue et n'est lu que par ceux qui partagent cette langue, est-ce la meilleure façon de rendre visible et de faire circuler les nouvelles connaissances? Dans quelle langue un scientifique non anglophone doit-il écrire ses résultats de recherche s'il veut maximiser ses chances d'être lu?

Valérie

Science en français?

Science en français? Lisez Science et Francophonie, qui paraît depuis 1983. Dernier No SF029, novembre 2013. LISULF.

Pierre Demers
Rédacteur en chef
Président de la LISULF
Membre émérite de l'Acfas

3XII2013