Imprimer

Prix des partenaires

Les prix de cotutelle de thèse parrainés par le ministère des Relations internationales du Québec et le Consulat général de France à Québec ainsi que les trois prix de l'ADÉSAQ sont attribués chaque années durant la remise des prix Acfas Relève. 

 

Prix de cotutelle de thèse

Soucieux d’encourager la mobilité des doctorants entre la France et le Québec, le ministère des Relations internationales du Québec et le Consulat général de France à Québec offrent les prix de thèse en cotutelle, qui récompensent les meilleures thèses produites dans le cadre d’une convention de cotutelle franco-québécoise.

Laureat2017Cotutelle
De gauche à droite : Laurence Haguenauer, Consule générale de France à Québec, et Kevin Cazelles. Crédits : Marc-André Girard
Laureat2017Cotutelle2
De gauche à droite : Bernard Denault, directeur France au ministère des Relations internationales de la Francophonie, et Jean-Sébastien Boisvert. Crédits : Marc-André Girard

Prix de l'ADÉSAQ

L'Association des doyens des études supérieures du Québec (ADÉSAQ) remet chaque année trois prix pour les meilleures thèse dans chacun des grands secteurs de recherche. Ils sont parrainés par les trois Fonds de recherche du Québec

Laureat2017ADESAQ
De gauche à droite : Philippe-Edwin Bélanger, président de l'ADÉSAQ, et Jean-François Lemay. Crédits : Marc-André Girard

 

Lauréats et lauréats 2017 

PRIX DE THÈSE EN COTUTELLE QUÉBEC-FRANCE ET FRANCE-QUÉBEC

JEAN-SÉBASTIEN BOISVERT, Université de Montréal et Université de Perpignan

 

Titulaire d’une maîtrise en physique quantique de l’Université du Québec à Trois-Rivières, le lauréat détient un doctorat en physique depuis novembre 2016 en cotutelle à l’Université de Montréal ainsi qu’à l’Université de Perpignan en France. Jean-Sébastien Boisvert travaille maintenant dans le domaine de la physique des plasmas et s’intéresse particulièrement aux plasmas froids à pression atmosphérique. Il effectue actuellement un stage postdoctoral au Centre Énergie Matériaux Télécommunications de l’INRS pendant lequel il s’intéresse à la polarisation de l’hélium-3. Ses travaux pourraient faciliter, entre autres, la détection de maladies pulmonaires par imagerie à résonance magnétique. Le lauréat a déjà contribué à plus d’une dizaine de conférences scientifiques nationales et internationales, et est auteur de divers documents de vulgarisation scientifique.

 

 

KEVIN CAZELLES, Université de Montpellier et Université du Québec à Rimouski

 

La biogéographie est l’étude des mécanismes et des processus influençant la répartition géographique des êtres vivants. Bien que ces mécanismes soient relativement bien identifiés, les biogéographes recherchent toujours une théorie cohérente pour les articuler. La littérature scientifique apporte un ensemble de preuves soulignant le rôle prépondérant des interactions dans la structuration des communautés locales, cependant relativement peu d’études révèlent les empreintes laissées par ces interactions dans les données de distribution d’espèces. Après sa formation d’ingénieur agronome à Paris, un stage en Écosse portant sur la modélisation de la croissance mycélienne et un second au Brésil pour étudier l’écologie de la restauration, Kevin Cazelles s’est confronté, dans sa thèse, à ce problème de l’intégration des interactions dans la répartition des espèces et de leurs effets sur ces distributions.

 

PRIX ADÉSAQ

Sciences naturelles et génie : EMILY COFFEY, Université McGill

C’est après avoir travaillé comme instructrice de vol sur des avions légers et comme instructrice pour les astronautes à l’Agence spatiale européenne que la lauréate en est venue, indirectement, aux notions neurologiques auditives. Le fil conducteur, qui est devenu sa passion scientifique, est l’apprentissage et la neuroplasticité. À l’Université McGill, sous la supervision du docteur Robert Zatorre, Emily Coffey achève son doctorat en neurosciences cognitives auditives en examinant comment différentes personnes représentent et traitent du son dans leur cerveau et comment ce traitement peut être amélioré grâce à la pratique musicale. Elle est actuellement chercheuse postdoctorale à Tübingen, en Allemagne, où elle s’intéresse à l’apprentissage lors du sommeil.


Sciences de la santé : JEAN-FRANÇOIS LEMAY, Université de Sherbrooke

Le lauréat, après un baccalauréat en biotechnologie, a entrepris des études supérieures sous la supervision de François Bachand à la Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé de l’Université de Sherbrooke. Avec le soutien de bourses Alexander-Graham-Bell du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) ainsi que du Fonds de recherche en santé du Québec (FRQS), Jean-François Lemay a identifié et caractérisé plusieurs mécanismes utilisés par la cellule afin d’obtenir une expression des gènes, optimale et sans failles. Il poursuit actuellement une formation postdoctorale aux laboratoires des professeurs Elliot Drobetsky et Hugo Wurtele, au Centre de recherche de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, où il étudie les mécanismes cellulaires impliqués dans la réponse aux dommages à l’ADN.


Sciences sociales et humaines, arts et lettres : KATHARINE GLOVER, Université McGill

La lauréate est titulaire des diplômes en droit et en philosophie de Dalhousie, Cambridge et McGill et a été reçue au barreau de l’Ontario en 2007. Ses recherches couvrent de nombreux domaines du droit public, en accordant une attention particulière au droit constitutionnel et administratif : Katharine Glover explore en particulier les aspirations et les idées qui sous-tendent l’ordre constitutionnel du Canada. Elle est nommée professeure adjointe à la faculté de droit de l’Université Western en 2015. Avant de se joindre à Western Law, elle a été auxiliaire juridique pour madame la juge Rosalie Abella de la Cour suprême du Canada. La lauréate a également présenté des conférences organisées par le Centre d’études constitutionnelles, la Société québécoise du droit comparé, l’Association du Barreau canadien et l’Association canadienne du droit et de la société.