Connexion utilisateur

  • Les chercheurs sont les premiers rédacteurs
  • La Tribune libre est ouverte à tous
  • Proposez des contenus!

Quand "English" rime avec "rubbish"

Avril 2015 | Chroniques » La science c'est politique
Eve Seguin
Université du Québec à Montréal
Les ressources substantielles, matérielles ou non, que les non-anglophones consacrent à l’anglais sont directement soustraites à la poursuite de leurs travaux de recherche théorique ou empirique, en laboratoire ou sur le terrain. On assiste ainsi à un très net ralentissement et même à un "détournement" de la recherche.
Les effets délétères de l’hégémonie de l’anglais sur la recherche

Il est bien connu que l’hégémonie de l’anglais en science exerce des effets négatifs à plusieurs niveaux. Au plan émotionnel, les chercheurs non anglophones contraints de publier en anglais font l’expérience de frustrations identitaires et de déchirements entre des valeurs contradictoires. Au plan culturel les autres langues sont en passe de subir de dramatiques « pertes de domaines », selon la terminologie des linguistes, puisqu’elles ne pourront plus exprimer des pans entiers de la science, lesquels auront été développés uniquement en anglais. Et sur le plan de l’ordre (ou désordre) politique international, l’hégémonie de l’anglais conforte le statut de producteur de science de certains pays tout en maintenant les autres dans celui de simples consommateurs.

Certains rétorqueront que ce sont là des considérations humanitaires et politiques qui peuvent intéresser Mère Teresa, Sigmund Freud, ou Fidel Castro, mais qui n’ont aucune place dans une réflexion sur ce qui est bon pour la science. Qu’importe que l’anglais hégémonique ait des impacts négatifs s’il bénéficie à la science et aux chercheurs!

La question qu’on doit se poser ici est donc : l’hégémonie de l’anglais favorise-t-elle la recherche? La réponse est loin d’être univoque puisqu’on peut identifier (au moins) cinq effets délétères qui y sont associés.

«La question qu’on doit se poser ici est donc : l’hégémonie de l’anglais favorise-t-elle la recherche? La réponse est loin d’être univoque puisqu’on peut identifier (au moins) cinq effets délétères qui y sont associés».

1. Ralentissement de la recherche

De nombreuses études montrent que la pression à rédiger communications, articles, et demandes de subventions, en anglais, crée une nette inégalité entre chercheurs anglophones et non anglophones. Elle oblige les non-anglophones à consacrer des ressources très importantes à l’apprentissage et à la correction de l’anglais, et à la traduction.

Lorsqu’il y a apprentissage de l’anglais par le chercheur, celui-ci doit investir de l’argent et du temps dans des cours d’anglais, démultiplier le temps passé à rédiger et, dans le cas des communications, à pratiquer, et mobiliser des réseaux personnels et/ou professionnels pour revoir et corriger son anglais. Lorsque le chercheur fait le « choix » de la traduction, il doit y consacrer des sommes très importantes, et investir un temps considérable pour trouver le bon traducteur, ce qui ne le dispense pas pour autant de pratiquer pendant des heures ses communications traduites par un tiers.

Cette nouvelle inégalité entre chercheurs est déplorable sur le plan humain et défavorise les carrières des non-anglophones. Mais l’essentiel est qu’elle nuit considérablement à la recherche entendue comme entreprise collective. Des gens formés pendant de longues années et recrutés pour produire des connaissances se retrouvent ainsi empêtrés dans des activités qui n’ont en soi rien de scientifique.

Ne nous faisons aucune illusion, le jeu ici est bel et bien à somme nulle. Les ressources substantielles, matérielles ou non, que les non-anglophones consacrent à l’anglais sont directement soustraites à la poursuite de leurs travaux de recherche théorique ou empirique, en laboratoire ou sur le terrain. On assiste ainsi à un très net ralentissement et même à un « détournement » de la recherche.

2. Indifférence à certaines contributions

La traduction, même quand elle s’avère possible, ne dispense pas les chercheurs non-anglophones d’utiliser l’anglais. Il n’est qu’à penser aux congrès internationaux en anglais, où ils ne peuvent évidemment pas se faire accompagner par un traducteur. Dans ces congrès, les communications prononcées dans un anglais approximatif parviennent au mieux à susciter une écoute polie et endormie, et débouchent rarement sur de réelles discussions. Certains commentateurs vont jusqu'à soutenir que les chercheurs non anglophones ne sont pas simplement devenus inégaux, mais qu’ils sont désormais « stigmatisés », au sens du sociologue américain Erving Goffman.

Leur mauvais anglais est ainsi abusivement associé à des caractéristiques personnelles comme la paresse ou une intelligence moindre. Leurs manuscrits sont évalués d’abord en fonction de la qualité de leur anglais, le contenu scientifique étant plus ou moins laissé à l’arrière-plan. Cette situation est d’ailleurs reconnue par des éditeurs de grandes revues anglophones. On peut même se demander si le pays d’origine des manuscrits et les noms des chercheurs n’agissent pas comme filtres à la première étape du peer review.

Dans cette optique, il vaudrait mieux être Martin Smith de Leeds que Roberto Ruggieri de Milan (cet exemple utilise délibérément des noms masculins). La stigmatisation des non-anglophones semble trouver sa meilleure confirmation dans la réduction de leur employabilité. Des études montrent en effet qu’aussi bien en sciences sociales que naturelles, les employeurs privilégient l’embauche de chercheurs ayant fait leur doctorat ou postdoctorat dans des universités anglophones. Ici aussi, cette situation a des conséquences néfastes sur la recherche. Elle conduit à la priver d’apports de chercheurs non anglophones, dont certains pourraient s’avérer décisifs.

«Des études montrent qu’aussi bien en sciences sociales que naturelles, les employeurs privilégient l’embauche de chercheurs ayant fait leur doctorat ou postdoctorat dans des universités anglophones».

3. Appauvrissement du raisonnement et des échanges

Maîtriser l’anglais au même titre que les locuteurs natifs ne va pas de soi. L’économiste des langues François Grin estime que pour comprendre, parler en public, débattre, et négocier, en anglais, il faut investir 12 000 heures d’étude et de pratique, ce qui correspond à 4 heures par semaine, 10 mois par an, pendant 75 ans. Dès lors, il n’est pas étonnant que les chercheurs non anglophones qui utilisent l’anglais le fassent avec difficulté.

Il s’avère que les non-anglophones ne disent pas ce qu’ils veulent, mais ce qu’ils peuvent. En France, ce sont 42 % des chercheurs qui sont concernés. D’autres études montrent que les non-anglophones ne comprennent pas tout ce qu’ils entendent en anglais. Mentionnons par exemple que des chercheurs et ingénieurs coréens saisissent moins de 50 % du contenu auquel ils sont exposés, lors même qu’ils résident au Royaume-Uni. Bref, les anglophones sont mal compris de leurs pairs non anglophones. Ces deux facteurs expliquent que dans les congrès internationaux, les échanges sont entièrement dominés par les anglophones, les non-anglophones ne pouvant pas véritablement participer.

Et pour ajouter l’insulte à l’injure, les occasions se multiplient où l’anglais est pratiqué en l’absence d’anglophones. Dans des pays comme le Japon, l’utilisation de l’anglais est en train de s’imposer même dans les activités qui ne regroupent que des natifs. Sans surprise, les chercheurs rapportent que les discussions sont moins animées en globish qu’en japonais. Il est donc très clair que la difficulté à maîtriser l’anglais à laquelle sont confrontés les non-anglophones a un fort impact négatif sur la recherche. C’est le raisonnement individuel et collectif, de même que la quantité et la qualité des échanges scientifiques, qui se trouvent ainsi sérieusement appauvris.

«Il s’avère que les non-anglophones ne disent pas ce qu’ils veulent, mais ce qu’ils peuvent».

4. Réduction du pluralisme

Loin d’être un simple code de communication, une langue est indissociable d’une culture. Elle porte les traces des conditions sociales dans lesquelles elle s’actualise : valeurs, histoire, coutumes, œuvres, positionnements de ses locuteurs. Si les mathématiques sont l’outil privilégié des sciences « ingénieriques » et naturelles, celui des sciences humaines et sociales (SHS) est le langage. Il n’est qu’à comparer les articles scientifiques des unes et des autres pour s’en convaincre. L’adoption de l’anglais en SHS ne permet pas simplement une (supposée) plus grande diffusion des résultats. Elle conduit à adopter du même coup les traditions conceptuelles et théoriques, les objets d’étude, les postulats épistémologiques, et les choix méthodologiques associés à l’anglais et à ses locuteurs natifs.

Du point de vue épistémologique, la recherche anglophone, américaine en particulier, a tendance à considérer que les SHS doivent émuler les sciences naturelles. Cela a des répercussions sur tous les autres aspects. Sont ainsi privilégiées des théories qui voient dans l’ordre des choses un donné, par exemple le fonctionnalisme plutôt que le féminisme, de même que des méthodes quantitatives plutôt que qualitatives.

L’adoption de l’anglais conduit aussi à la marginalisation des objets locaux, y compris à l’extérieur des SHS, en sciences environnementales notamment, au profit d’objets théoriques ou d’objets « centraux », c'est-à-dire appartenant de fait aux sociétés anglophones. Pour se donner une idée de la réduction du pluralisme à laquelle nous pourrions un jour assister, mentionnons que l’Asie et l’Amérique latine, qui ont connu récemment une très forte croissance de leurs publications en sciences sociales, citent majoritairement (de l’ordre de 55 %) des revues scientifiques nord-américaines. Certains commentateurs prédisent ainsi que l’hégémonie de l’anglais pourrait déboucher sur une véritable « stérilisation » du processus créatif en SHS.

«Certains commentateurs prédisent ainsi que l’hégémonie de l’anglais pourrait déboucher sur une véritable "stérilisation" du processus créatif en sciences humaines et sociales».

5. Effritement de la compétence

Pendant longtemps la plupart des chercheurs ont parlé ou lu une 2e et une 3e langue, et cela valait bien évidemment pour les chercheurs anglophones. Rappelons que la thèse du physicien américain Robert Oppenheimer, père de la bombe atomique, est rédigée en allemand. L’admission aux programmes d’études supérieures requérait d’ailleurs des compétences en langues étrangères.

Aujourd’hui, la majorité des chercheurs anglophones ne peuvent lire qu’une seule langue, la leur, ce qui ne semble guère causer d’émoi au sein de la communauté scientifique. Pourtant, nous n’avons pas affaire ici à une simple perte d’habiletés culturelles, mais à une méconnaissance de la littérature scientifique. C’est bien d’effritement de la compétence scientifique qu’il s’agit. En effet, les chercheurs anglophones sont incapables de lire les travaux, répertoriés dans les grandes bases de données, qui ne sont pas rédigés en anglais. Ils sont tout aussi incapables d’accéder aux travaux, infiniment plus nombreux, qui ne figurent pas dans ces mêmes bases, connues pour indexer surtout les revues en anglais.

Certes, on entend souvent dire que les objets locaux sont étudiés dans la langue locale par tous les chercheurs, y compris par les anglophones. Selon cette logique, les spécialistes d’écosystèmes amazoniens liraient tous le portugais, les spécialistes de Mussolini liraient tous l’italien, etc.

Pourtant, l’expérience du Canada, pays officiellement bilingue, donne des signes que cette affirmation doit être relativisée. Les objets locaux canadiens engendrent une littérature dans chacune des deux langues officielles. Or, si les chercheurs canadiens francophones maîtrisent l’ensemble de cette littérature, des études indiquent que leurs pairs anglophones ignorent complètement les travaux en français. On ne peut pas exclure que le choix de l’ignorance soit motivé par des considérations purement politiques, mais il demeure que ce choix trouve une légitimation a posteriori dans l’idéologie de l’anglais-langue-de-la-science.

«Aujourd’hui, la majorité des chercheurs anglophones ne peuvent lire qu’une seule langue, la leur. Nous n’avons pas affaire ici à une simple perte d’habiletés culturelles, mais à une méconnaissance de la littérature scientifique».

Conclusion

Il n’est guère risqué d’affirmer que combinés, les cinq effets délétères décrits ci-haut nuisent très sérieusement à la recherche. Le problème est bien réel, il est collectif, et à ce titre il appelle une réponse collective et mondiale.

L’establishment scientifique donne régulièrement des signes d’en être conscient. On trouvait ainsi en 2012 cette affirmation sous la plume de deux éditeurs de Molecular Biology of the Cell, revue officielle de l’American Society of Cell Biology : « …advancing scientific progress, depends on elimination of obstacles faced by non-native speakers of the English language. This ideal can best be achieved when all members of the scientific community work together. »

Quoi? L’élite scientifique serait-elle plus éclairée que les élites politique et économique globalisées, dont l’aveuglement est en train de nous précipiter droit dans le mur? On croit rêver! Malheureusement, le réveil est rapide. Le même éditorial affirme ensuite: « Non-native speakers of English must be aware that reviewers, editors, and journal staff do not have the time or resources to extensively edit manuscripts for language… ».

Message reçu 5 sur 5...

Sujets :

Présentation de l'auteure

Eve Seguin détient un doctorat en sciences politiques et sociales de l'Université de Londres (Royaume-Uni). Spécialiste du rapport entre politique et sciences, elle est professeure de science politique et d'études sociales sur les sciences et les technologies à l'Université du Québec à Montréal. Ses recherches portent sur les controverses technoscientifiques publiques, l'interface État/sciences/technologies, et les théories politiques des sciences.

 

Note de la rédaction :
Les textes publiés et les opinions exprimées dans Découvrir n'engagent que les auteurs, et ne représentent pas nécessairement les positions de l’Acfas.

Commentez cet article

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
   __     _____       _   _____               _____ 
/ /_ |___ | __| | |___ / _ __ ___ |___ |
| '_ \ / / / _` | |_ \ | '_ ` _ \ / /
| (_) | / / | (_| | ___) | | | | | | | / /
\___/ /_/ \__,_| |____/ |_| |_| |_| /_/
Enter the code depicted in ASCII art style.

Réponse à Patrick Donovan

Les mots d'humour ont cette caractéristique d'œuvrer à la frange des idées et des concepts, et la lecture du texte d'Eve Seguin vient lever toute ambiguïté quant au sens de son titre moqueur. Et anecdote, je sais de cette auteure qu'elle est une grande admiratrice de la poésie de Yeats...

Cordialement
Johanne L.
Rédactrice en chef

Le titre laisse à désirer

Il y a moyen de faire valoir ces arguments sans insinuer que la langue anglaise est un déchet.

Patrick Donovan

Bravo !

Je vous prie d'accepter mes sincères félicitations pour votre excellent article. Tous les chercheurs dans le monde, y compris les anglophones, devraient réfléchir aux cinq points que vous développez et agir en conséquence. Mais, ce n'est pas facile d'être optimiste... Nous devons continuer le combat ! Même si l'attitude des nôtres est souvent décourageante.

Pr Jean-Luc Dion, ingénieur retraité, D.Sc.
Spécialiste en ultrasonique
Titulaire retraité et professeur associé Département de Génie électrique et Génie informatique
Université du Québec à Trois-Rivières

Auteur de trois livres et d'une cinquantaine de publications dont plusieurs en français quand on pouvait encore publier dans notre langue dans plusieurs grandes revues internationales...

Effets délétères de l’hégémonie de l’anglais sur la recherche

Je suis assez d'accord avec les postulats. Je l'ai vécu beaucoup mais dans l'autre sens: un non-francophone au Québec écrivant mes rapports en français. J'ai toujours pensé qu'internationalement, les anglophones (de souche?) avaient une avantage à plusieurs niveaux : science, commerce, politique, tourisme, etc. Par le fait même, ils sont devenus paresseux quant à l'apprentissage d'autre langues (car tout le monde parle anglais!). En Europe, les cours donnés aux étudiants gradués et les thèses sont en anglais. Mon fils (un non-anglophone) fait toutes ses études à l'Université de Brème en Allemagne en anglais. Or, la majorité des profs sont allemands. Je finis avec la question qui s'impose(ou comme on dit en anglais : it begs the question )-: que faut-il faire, quelle est la solution? Car veut ou veut pas (whether you like it or not), le monde international est devenu anglophone.

Effets délétères de l’hégémonie de l’anglais sur la recherche

Voilà un diagnostic savamment établi. Ce qui fait peur est également la soumission docile d'une majorité des chercheurs : toute hégémonie a ses complices... Sans doute les pressions d'édition et de subventions exercées font-elles plier les échines.

Bien d'accord

Mme Seguin,

Bien d'accord. Lisez Science et Francophonie. Trouvez LISULF sur la toile.

Pierre Demers 1914
pierre.demers@lisulf.quebec 16IV2015

L'article de Madame Seguin

L'article de Madame Seguin vise juste et il est fort bien écrit et structuré. Je publie tous mes travaux en anglais, ce qui prend un certain temps à réaliser par rapport à celui des collègues anglophones. Cependant, je publie plusieurs ouvrages collectifs dans notre langue, ce qui me procure beaucoup de satisfaction; mais les collègues anglophones, tous unilingues pour la plupart, les ignorent ....par ignorance et indifférence. J'ai déjà, il y a un bon moment, été membre d'un comité d'évaluation des subventions à la découverte du CRSNG. J'avais alors proposé aux membres du comité (des anglophones à 95 %) d'augmenter de 10 % le montant de la subvention octroyée à un francophone à cause justement du travail additionnel requis pour publier en anglais. On comprendra que cette suggestion a été refusée du revers de la main. Mais, je pense que certains collègues anglophones ont pu alors réfléchir sur notre triste sort!