Imprimer

Le néolibéralisme : une logique destructrice pour l'éducation

En plus d'encourager la compétitivité performante et la méritocratie, le néolibéralisme entraîne un transfert de la responsabilité et du coût de l'éducation de la société vers l'individu.

Le Rapport de la Commission royale d'enquête sur l'enseignement dans la province de Québec des années soixante (rapport Parent, paru en 1963) recommandait l'élimination des inégalités bloquant les portes de l'école par la promotion de l'accès à l'éducation pour tous et toutes : « Les écoles de la province de Québec doivent donc être accessibles à chaque enfant, sans distinction de croyance, d'origine raciale, de culture, de milieu social, d'âge, de sexe, de santé physique ou mentale. » (tome I, p. 96).

Aujourd'hui, quelque 50 ans plus tard, les iniquités sont encore bien présentes à l'intérieur des murs des établissements d'enseignement. Non seulement le système scolaire québécois ne contribue plus à réduire les inégalités sociales, mais il les reproduit en adoptant une approche managériale issue du secteur privé qui favorise principalement, et plus que jamais, les classes dominantes.

Le néolibéralisme en éducation : quelles implications?

Les modes d'intervention de l'État en matière d'éducation découlent directement de la politique dominante de nos sociétés dites développées. Zajda et Geo-Jaja (2010) soulignent que les impératifs de l'idéologie néolibérale en éducation affectent le système scolaire en entier, y compris la nature et la direction des réformes (p. vii). Pour Bihr (2011), le néolibéralisme « constitue bien ainsi une idéologie, aujourd’hui non seulement dominante, mais même sans doute unique au sein du champ politique » (p. 43). De ce fait, il importe de mieux comprendre ce que sont le néolibéralisme et ses effets.

D'abord, on observe que le pouvoir gouvernemental se décentralise : l'autorité et la gestion se déplacent vers le niveau local (association école/parents par les conseils d'établissement) et/ou vers les entreprises privées. Cette réduction des responsabilités gouvernementales au profit d'un cadre propice à la concurrence des marchés et des écoles, constitue une visée bien assumée du néolibéralisme. Milton Friedman (1912-2006), fervent défenseur du libéralisme qui deviendra le néolibéralisme que l'on connait aujourd'hui, mentionne dans son célèbre ouvrage Capitalisme et liberté (1971) – version française de Capitalism and Freedom (1962) :

  • « Le marché, cependant, réduit grandement le champ des questions auxquelles    doivent être données des réponses politiques, et par là minimise la mesure dans laquelle il est nécessaire que les pouvoirs publics participent directement au jeu. [...]. En ôtant à l'autorité politique le droit de regard sur l'organisation de l'activité économique, le marché supprime cette source de pouvoir coercitif. » (p. 30-31)

Le néolibéralisme s'exprime ensuite, entre autres, par l'accroissement des interventions « privées » dans les sphères publiques, dont l'éducation, au nom de la promotion de la liberté individuelle, de l'économie de marché et de l'efficacité collective. Bien qu'il prône le retrait presque complet du pouvoir de la collectivité dans les domaines dits publics, « le néolibéralisme nécessite le recours à la puissance publique, non plus pour faciliter le bon fonctionnement du marché ou en compenser les défaillances, mais pour construire un cadre propice à la concurrence » (Desjardins, 2008, p. 1). La logique néolibérale applique donc des méthodes managériales propres à l'entreprise privée, modifiant notamment le rôle économique et politique de l'État dans les secteurs publics en laissant place à la privatisation, à l'économie du savoir et à la reproduction des inégalités (Laval, Vergne, Clément et Dreux, 2012).

Le néolibéralisme s'exprime, entre autres, par l'accroissement des interventions « privées » dans les sphères publiques, dont l'éducation, au nom de la promotion de la liberté individuelle, de l'économie de marché et de l'efficacité collective.

Reproduction des inégalités sociales

En consultant les données du ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport couvrant la période de 2004 à 2008, on observe un écart stagnant d'environ 30 % du taux de diplomation après cinq ans d'études secondaires entre les jeunes du secteur public et ceux du secteur privé (ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, 2013, 2014). Notons que 65 % des établissements privés sont toujours subventionnés par l'État, ce qui représente environ 60 % des subventions versées aux écoles du secteur public (MELS, 2014). On trouve aussi un écart d'environ 12 % du taux de diplomation entre les secteurs francophone et anglophone (ibid.) ainsi qu'un taux de décrochage deux fois plus élevé en milieu défavorisé qu’en milieu favorisé, écart qui perdure depuis les années 2000 (Gouvernement du Québec, 2011).

Rappelons aussi que les commissions scolaires des milieux autochtones Crie et Kativik affichaient des taux de 84,7 % et 93,4 % pour les élèves sortants sans diplôme et sans qualification en 2006-2007, alors que la moyenne pour les 72 commissions scolaires du Québec était de 29 % la même année (Fédération des commissions scolaires du Québec, 2009).

Finalement, sur le plan de l'accès à l'université, un écart de 18 % subsiste entre les étudiants de familles ayant un revenu de moins de 50 000 $ par année versus ceux de familles ayant un revenu de plus de 50 000 $ (Statistique Canada, 2011). Certaines autres iniquités sont à noter en ce qui concerne l'accès à l'université des immigrants de deuxième génération, des élèves handicapés ou de ceux issus de milieux ruraux, de familles monoparentales et dont les parents sont peu éduqués (Conseil supérieur de l’éducation, 2014).

Pourquoi ces ségrégations sociales se perpétuent-elles dans un lieu censé promouvoir l'égalité des chances? L'une des principales explications est rattachée aux conséquences néfastes du néolibéralisme et de sa logique du marché appliquée au secteur de l'éducation.

Gérer un système éducatif québécois comme une colonne de chiffres

Au Québec, la Convention de partenariat (MELS, 2009) issue du projet de loi n° 88 modifiant la Loi sur l'instruction publique explique assez clairement les poussées managériales sur le système éducatif. Claude Lessard, président actuel du Conseil supérieur de l'éducation, et son collègue P.-D. Desjardins mentionnent :  

  • « [...] la loi 88 prévoit des encadrements plus musclés pour des écoles et des commissions scolaires qui n’atteindraient pas les cibles quantitatives déterminées dans la convention. [...] Si on ajoute la pression exercée sur les écoles publiques par la publication annuelle du Classement des écoles de l’IF [institut Fraser], on ne peut que constater la multiplicité et la force des pressions qui pèsent sur les écoles dans une perspective d’obligation de résultats. » (Desjardins et Lessard, 2011)

Il ne serait pas trop osé d'affirmer que cette régulation bureaucratique verticale accompagnée de standards quantifiés tels les profits d'une entreprise serait une conséquence directe de la concurrence et des pressions économiques marquées par le néolibéralisme. Comme Maurice Tardif (2013a) le souligne : « Depuis les années 1990, le new public management et la GAR (gestion axée sur les résultats) ont passablement chamboulé les règles de gouvernance du système éducatif québécois. » (p. 225). Ce désengagement de l'État au profit des entreprises privées, tout comme la formation – qui tend à ressembler de plus en plus à la production d'une main-d’œuvre « utile » –, non seulement nuirait à l'égalité des chances prônée par notre système d'éducation, mais dévaloriserait la « formation aux humanités [qui] conduit à des citoyens qui pensent et surtout qui s'interrogent et interrogent » (Omar Aktouf). L'égalité des chances pour tous et toutes ainsi que les fondements démocratiques et humanistes de l'éducation sont ainsi relégués aux oubliettes. Quels citoyens ce nouveau paradigme va-t-il « formater »?

"Depuis les années 1990, le new public management et la GAR (gestion axée sur les résultats) ont passablement chamboulé les règles de gouvernance du système éducatif québécois", Maurice Tardif.

Le néolibéralisme et l'austérité en éducation au Québec

En plus d'encourager la compétitivité performante et la méritocratie (Dubet, 2013), le néolibéralisme entraîne un transfert de la responsabilité et du coût de l'éducation de la société vers l'individu. En 2012, la tentative du gouvernement du Québec d'augmenter les frais de scolarité d'environ 75 % s'inscrivait dans cette perspective. Il en est de même des coupures répétées dans le domaine de l'éducation par coups de dizaines de millions de dollars, qui affectent les commissions scolaires et les écoles, mais jamais les élèves, nous dit-on...

Dans cette « déconcentration », l'individu doit assurer sa propre qualification et développer lui-même son employabilité. Ainsi, la logique néolibérale en éducation défavorise les groupes déjà désavantagés et accentue les inégalités scolaires, ce qui contribue à la reproduction des iniquités sociales. En ce sens, les visées du rapport Parent de garantir des possibilités égales, pour tous les Québécois et Québécoises, d'un réel affranchissement social ne sont pas atteintes.

Les conséquences du néolibéralisme sur le système éducatif québécois prennent donc diverses formes : 1) des politiques et réformes éducatives austères basées sur la compétitivité et les impératifs financiers, et qui accroissent les inégalités; 2) des mesures de contrôle et de reddition de comptes des enseignants jumelées à une intensification du travail et à une importante précarité professionnelle; 3) des attaques invisibles et opportunistes des missions éducatives fondamentalement démocratiques et du rôle émancipateur de l'école.

Les lois actuelles ainsi que les données officielles laissent transparaître une reproduction des inégalités sociales, une gestion managériale issue des entreprises privées et un système d'austérité bien en place dans le système d'éducation au Québec. Dans ces circonstances, il est plus que temps de réviser notre conception de l'équité indépendamment des indices économiques, sociaux et culturels. La réflexion critique et l'action sociale représentent certainement des outils indispensables dans la lutte contre le néolibéralisme, cette logique destructrice pour l'éducation.

La réflexion critique et l'action sociale représentent certainement des outils indispensables dans la lutte contre le néolibéralisme, cette logique destructrice pour l'éducation.

Références :

  • BIHR, A. (2011). « L’idéologie néolibérale », Semen (30), p. 43-56.
  • CONSEIL SUPÉRIEUR DE L’ÉDUCATION (2014). Cinquante ans après le rapport Parent : où en est l’école publique en matière de démocratisation et d’égalité des chances? Communication personnelle.
  • DESJARDINS, P.-D., et C. LESSARD (2011). « Les politiques d’imputabilité en Ontario et au Québec : le point de vue des directions », Revue internationale d’éducation comparée, Numéro thématique « Les politiques d’accountability », 1-11.
  • DESJARDINS, X. (2008). « Le logement social au temps du néolibéralisme », Métropoles, 2008(4).
  • DUBET, F. (2013). « Le néolibéralisme, bouc émissaire du malaise scolaire », Projet, 333(2), p. 13.
  • FÉDÉRATION DES COMMISSIONS SCOLAIRES DU QUÉBEC (2009). Constats, bilan et projets visant la persévérance scolaire.
  • FRIEDMAN, M. (1962). Capitalism and Freedom, London, University of Chicago Press.
  • FRIEDMAN, M. (1971). Capitalisme et liberté, Paris, Laffont.
  • GOUVERNEMENT DU QUÉBEC (2011). La stratégie d'intervention Agir autrement (SIAA) : contrer les écarts de réussite entre les milieux défavorisés et ceux qui sont les plus favorisés.
  • LAVAL, C., F. VERGNE, P. CLÉMENT et  G. DREUX (2012). La nouvelle école capitaliste, Paris, La Découverte.
  • MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT (2009). Convention de partenariat, Gouvernement du Québec, Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport.
  • MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT (2013). Diplomation et qualification par commission scolaire au secondaire - Édition 2013, Gouvernement du Québec.
  • MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT (2014). Diplomation et qualification par commission scolaire au secondaire.
  •  MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT (2014). Règles budgétaires pour les établissements d'enseignement privés agréés aux fins de subventions.
  • STATISTIQUE CANADA (2011). Groupes sous-représentés à des études postsecondaires : Éléments probants extraits de l’Enquête auprès des jeunes en transition, Toronto, COQES, 65 pages.
  •  ZAJDA, J. I., et  M.A. GEO-JAJA (2010). The Politics of Education Reforms, New York, Springer.

Auteur(e)

Anne-Marie Duclos
Université de Montréal

Anne-Marie Duclos est chargée de cours et doctorante au Département de psychopédagogie et d’andragogie de l’Université de Montréal. Ses recherches portent notamment sur les modèles organisationnels tels que le rationalisme et le gradualisme, ainsi que sur les théories du changement et de l’innovation en éducation. Elle a enseigné pendant plus de 10 ans aux ordres préscolaire et primaire et supervise aujourd’hui des stagiaires en formation initiale des maîtres. Elle offre également des formations et des animations reliées au programme Philosophie pour enfants de Matthew Lipman.