Imprimer

Prix Acfas Marcel-Vincent

Bernard Bernier

UdeM - Université de Montréal

Bernard Bernier - Prix Acfas - 2010

[Depuis 2013, le prix Acfas Marcel-Vincent des sciences sociales porte le nom de Thérère Guouin-Décarie]

Le Japon est souvent embué sous des idées simples et résumé en quelques clichés. Le dévouement envers le travail et l’entreprise en est un bel exemple. Si vous souhaitez passer de l’autre côté du miroir, plongez vous dans les ouvrages de cet anthropologue-nippologue. Ce parcours multidimensionnel sera à la fois historique, économique, social ou culturel. En fait, c’est un regard critique sur la complexité de toute culture que nous lègue Bernard Bernier.

Le lauréat figure parmi les plus grands spécialistes occidentaux du Japon. S’inspirant du sociologue Pierre Bourdieu et du philosophe Michel Foucault, il a développé une perspective originale et critique, interreliant économie, politique, histoire et culture. Fort de cette perspective globale, il s’est particulièrement intéressé à la question du travail. Il y a posé un regard critique en proposant de lire l’histoire du Japon comme une projection du passé sur les circonstances actuelles. En effet, pour mieux comprendre l’histoire contemporaine de l’économie japonaise, Bernard Bernier s’est intéressé à son évolution historique depuis les codes du travail de la période Edo (1600-1867), soit la période précédant l’arrivée des Occidentaux, jusqu'aux « après » de la crise financière des années 1990.

Les travaux et les écrits de Bernard Bernier rayonnent à l’international. Son ouvrage sur le Japon, par exemple, publié en trois volumes - Capitalisme, société et culture au Japon; aux origines de l’industrialisation, 1988, Le Japon contemporain; une économie nationale, une économie morale, 1995, et Le Japon au travail, 2009 - forme un outil de référence offrant une analyse fine et incontournable du Japon contemporain. Usant d’une langue claire et précise, ce chercheur a grandement contribué à éliminer ou atténuer quelques clichés circulant autour de l’organisation de l’économie japonaise.

Au-delà de sa contribution à l’avancement des connaissances en sciences sociales, ses interventions dans le milieu académique et dans les médias ont permis aux Québécois de mieux comprendre la société du Soleil levant. Communicateur hors pair, Bernard Bernier s’est attiré un large auditoire d’étudiants et de collègues en Amérique du Nord, en Europe et au Japon. Son talent d’orateur lui a valu d’être l’invité, a plusieurs reprises, d’émissions radiophoniques et télévisuelles, mais également, de participer à la rédaction d’études pour le ministère des Communications du Québec et le Musée des civilisations.

Bernard Bernier a apporté et continue d’apporter une contribution exceptionnelle à la formation des étudiants et à l’ouverture de la société québécoise. Par exemple, ce sont près de 500 étudiants-chercheurs québécois mais aussi japonais ou français, tous niveaux confondus (maîtrise, doctorant, postdoctorant) qui ont pu bénéficier de ses conseils, et avec qui il a partagé son approche originale de l’étude des dynamiques sociales.