Imprimer

Prix Acfas Adrien-Pouliot

Jean-Pierre Després

Université Laval

Jean-Pierre Després - Prix Acfas - 2010

Les découvertes du lauréat ont révolutionné les pratiques médicales relatives au traitement de l’obésité, et ce, tant du point de vue de la prévention, du diagnostic que des approches pharmaceutiques. Ainsi, ses collaborations avec les laboratoires français Sanofi-Aventis et Servier ouvrent la voie vers des traitements médicamenteux de cette pathologie. Alors que l’obésité est aujourd’hui considérée comme l’épidémie du 21e siècle, le chercheur est à l’origine d’avancées scientifiques remarquables dans ce domaine.

En menant des études cliniques bien structurées, il a établi le lien entre l’obésité viscérale (accumulation de tissu adipeux dans la cavité abdominale), le diabète de type 2 et les maladies cardiovasculaires. Cette découverte a permis de mettre en place de nouveaux outils de diagnostic, facilement applicables par le personnel médical, tels que la mesure du tour de taille et du taux de triglycérides. Cette approche permet de déceler 80% des personnes avec obésité viscérale qui sont à risque. Auparavant, les facteurs considérés, tels que le poids et le taux de cholestérol, possédaient un pouvoir de prédiction insuffisant. Il en résultait de nombreuses controverses quant au syndrome métabolique; cet ensemble d’anomalies physiologiques accroissant le risque de diabète de type 2, de maladies cardiaques et d’accident vasculaire cérébral. En introduisant dans un article de synthèse sur ses travaux, publié dans la revue Nature,le concept de risque cardiométabolique, qui regroupe les facteurs de risque traditionnels et les nouveaux facteurs liés à l’obésité abdominale, Jean-Pierre Després a réussi à enterrer les divergences au sein de la communauté médicale.

La démarche du scientifique est transdisciplinaire et dépasse largement les données physiologiques liées à l’obésité. Fervent promoteur de l’activité physique et d’une alimentation saine comme moyens de prévention, il a aussi développé des techniques d’imagerie médicale pour la détection des facteurs de risque. Il participe enfin à la recherche de médicaments anti-obésité, qui ciblent la diminution du tour de taille, et plus seulement la perte de poids.

Ses échanges avec la France se traduisent notamment par des collaborations fructueuses avec les laboratoires pharmaceutiques français Servier et Sanofi-Aventis. Ensemble, ils ont œuvré à la recherche de médication pour combattre l’obésité. Ainsi, la coopération avec Sanofi-Aventis a abouti à la publication d’un article dans New England Journal of Medicine, présentant une nouvelle cible thérapeutique pour le traitement de l’obésité viscérale. Par ailleurs, son influence en France s’étend au-delà de l’industrie pharmaceutique, puisqu’elle concerne aussi le monde médical, les décideurs politiques et les médias. De plus, ses qualités d’orateur l’ont amené à participer à plus d’une centaine de conférences sur le territoire français, ainsi qu’à une dizaine de points de presse. Jean-Pierre Després a également fait modifier le livre blanc européen sur « les problèmes de santé liés à la nutrition, la surcharge pondérale et l'obésité », afin d’y introduire l’obésité viscérale comme facteur majeur de risque cardiovasculaire. Cela atteste bien de l’étendue de son autorité jusqu’en Europe. Soulignons enfin qu’il a été désigné Lauréat de l’Académie Française de Médecine en 2006, venant récompenser des études originales consacrées à l’alimentation ou la nutrition.

Un autre aspect marquant de sa carrière est son souci permanent de partager ses connaissances avec la communauté scientifique comme avec le grand public. Dans cette optique, il a mis en place une plateforme éducative en ligne sur le risque cardiométabolique, qui représente un outil de sensibilisation puissant (www.cardiometabolic-risk.org/). Ce site internet est visité par des chercheurs et des médecins de plus de 100 pays à travers le monde.

En 2005, Jean-Pierre Després a inauguré la Chaire internationale sur le risque cardiométabolique afin de promouvoir la recherche et le transfert des connaissances dans ce domaine. Par ce biais, il poursuit sa contribution à l’amélioration du bien-être et de la santé de la population.