Imprimer

Prix Acfas Marcel-Vincent

Maurice Tardif

UdeM - Université de Montréal

Maurice Tardif - Prix Acfas - 2008

[Depuis 2013, le prix Marcel-Vincent des sciences sociales porte le nom de Thérère Guouin-Décarie]

La démarche de ce chercheur est très pragmatique : pour étudier et améliorer le système éducatif, il soutient qu’il faut pénétrer au cœur même du travail des enseignants dans les classes et les établissements scolaires. Les nombreuses études empiriques qu’il a menées sur le terrain lui ont ainsi donné une connaissance aiguë de la réalité du métier d’éducateur.

Maurice Tardif est un acteur de premier plan en sciences de l’éducation tant au Canada qu’à l’international. Sa maîtrise de multiples disciplines – philosophie, histoire, sociologie, psychologie – lui a permis de développer une conception originale et systémique du domaine. Publiés dans une quinzaine de pays, ses travaux sur la profession enseignante, par exemple, recouvrent aussi bien l’évolution sociohistorique de cette profession et l’analyse des pratiques d’enseignement, que l’étude des connaissances et de la formation de ces praticiens.

D’un point de vue théorique, il définit l’enseignement comme une forme très singulière de travail, puisque sa matière première est l’humain lui-même. L’enseignement cherche, en effet, à transformer les personnes, au même titre que d’autres métiers d’interactions humaines comme la médecine ou l’assistance à la personne. Ses travaux théoriques dépassent ainsi largement le cadre des sciences de l’éducation et englobent les métiers et professions de relations humaines qui sont de plus en plus au cœur de l’organisation du travail dans nos sociétés modernes avancées.

Lorsque Maurice Tardif analyse le système éducatif, il s’intéresse non seulement aux enseignants, mais aussi aux professions périphériques telles que les directions d’établissement, les orthopédagogues, psychologues, conseillers, techniciens, etc. De plus, il a étudié l’enseignement dans tout son contexte, de l’échelle individuelle à l’échelle provinciale, du micro au macrosocial. Enfin, les rapports et avis qu’il produit alimentent les politiques de l’éducation et permettent d’améliorer la formation des enseignants, la conception des programmes ou l’architecture des systèmes scolaires.

Le Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE) occupe une place prépondérante dans la carrière de ce chercheur, puisqu’il a fondé l’institution et l’a dirigée pendant quatorze ans. Considéré comme le plus grand centre de recherche en sciences de l’éducation du Canada, le CRIFPE réunit plus de 90 chercheurs réguliers et associés. Au sein de cette organisation, le lauréat a mené, entre autres, le programme des Grands travaux de recherche concertée du CRSH qui a permis de suivre l’évolution du personnel de l’enseignement primaire et secondaire au Canada, en collaboration notamment avec Statistique Canada.

Par ailleurs, il a contribué à la diffusion des résultats de sa discipline en rédigeant plusieurs ouvrages significatifs, traduits en différentes langues, sur les savoirs des enseignants, les réformes internationales d’enseignement ou encore la division et l’organisation du travail des agents scolaires.

Finalement, Maurice Tardif a dirigé, de 2005 à 2008, en Suisse, la Haute École Pédagogique des cantons de Berne, du Jura et de Neuchâtel, une université professionnelle consacrée à la formation du personnel scolaire.