Connexion utilisateur

Pour diffusion immédiate


Dans le cadre d'un budget d'austérité, l'Acfas reconnaît l'effort du gouvernement dans le soutien à la recherche et à l'innovation

Montréal, le 30 mars 2012 – L’Association francophone pour le savoir – Acfas salue la décision du gouvernement de maintenir les budgets alloués à la recherche et à l'innovation et d'y accorder des investissements supplémentaires, dans un contexte de compressions budgétaires de l'ordre de 6,9 %. Dans ce budget, le gouvernement reconnaît le rôle clé de la recherche et de l'innovation dans le développement économique et octroie aux entreprises canadiennes un avantage concurrentiel de niveau international. Cependant, la recherche est un système complexe que ces investissements, strictement dédiés à la recherche orientée vers les besoins des entreprises, risquent de déséquilibrer.

Premièrement, les prochains enjeux sociaux auxquels les canadiens vont être confrontés, tels que la démographie ou l'intégration des nouveaux arrivants, pour ne citer que ces deux exemples, ne bénéficient pas des sommes annoncées, alors que les recherches et les innovations sociales peuvent, elles aussi, générer des économies financières considérables.

Deuxièmement, il est capital d'investir dans la recherche fondamentale. « Si la recherche appliquée est l'arbre qui produit les fruits de la croissance économique, la recherche fondamentale est le terreau qui les nourrit. Ne pas investir dans la recherche fondamentale revient à appauvrir notre société, à long terme. » précise Louise Dandurand, membre du Conseil d'administration de l'Acfas.

Par ailleurs, l'Acfas est heureuse de constater que la plupart des recommandations du rapport Innovation Canada : Le pouvoir d'agir, dit Rapport Jenkins, seront appliquées. Publié en octobre dernier, ce rapport proposait six recommandations pour améliorer de soutien de la recherche et développement au Canada.

Enfin, l'Acfas salue les montants alloués à la Fondation Canadienne pour l'Innovation (FCI) et souhaite que ceux-ci soient bonifiés lorsque les finances du gouvernement le permettront. « Nos universités, nos hôpitaux et nos collèges doivent bénéficier des infrastructures et des équipements de pointe nécessaires pour effectuer une recherche de calibre international », commente Louise Dandurand.

Toutefois force est de reconnaître que ce budget traduit un net changement de culture en proposant une gestion de la recherche entièrement axée sur l'atteinte d'objectifs économiques, à court terme. Cette vision revêt de nombreux effets pervers. « Dans l'avenir, nous ne pourrons nous passer du soutien à la recherche fondamentale et à tous les domaines de recherche, si nous souhaitons comprendre les prochains enjeux sociaux du Canada et améliorer notre qualité de vie » de conclure Louise Dandurand.

À propos de l’Acfas 
Créée en 1923, l’Association francophone pour le savoir – Acfas s'attache à promouvoir l'activité scientifique, à stimuler la recherche et à favoriser la diffusion du savoir. Établie au Québec, l’Association regroupe quelque 6 000 scientifiques de tous les secteurs de la connaissance. 

-30-

Source :
Association francophone pour le savoir – Acfas
www.acfas.ca

Julie Dirwimmer
Coordonnatrice - relations médias et communications
Téléphone : 514 849-0045 poste 233
Courriel : julie.dirwimmer@acfas.ca

Suivez-nous!

linked-in rss