Imprimer

515 - La transformation des pratiques en milieu scolaire par la voie de la collaboration

Dans une perspective de collaboration, la transformation des pratiques peut être abordée selon une visée d’ajustements (Savoie-Zajc, 2005) ou encore de changements prescrits, attendus ou adaptés des pratiques professionnelles (Lenoir, 2012; Marcel, 2005). Ces pratiques transformées, ajustées ou modifiées concernent les actes professionnels et les savoirs explicites et implicites des acteurs scolaires (Shulman, 1996; Tardif et Lessard, 1999). La transformation des pratiques intéresse notamment des travaux portant sur le développement professionnel (Uwamariya et Mukamurera, 2005), sur la formation continue (Brodeur, Deaudelin et Bru, 2005) ou sur le développement pédagogique (Lafortune, Deaudelin, Doudin et Martin, 2001). Quel que soit l’angle retenu, des chercheurs en éducation ont adopté des postures méthodologiques visant à rapprocher le monde de la recherche et le monde de la pratique. Ces postures ont montré que, pour obtenir des changements de pratiques, des processus d’accompagnement (Boucher et Jenkins, 2004) tenant compte des contextes professionnels (Malo, 2000) ainsi que des processus de recherche menés en collaboration avec les acteurs scolaires (Desgagné, 1997; Savoie-Zajc, 2005) s’avèrent des voies fructueuses. Toutefois, l’analyse, la réflexion ou l’expérience singulière ne suffisent pas toujours à transformer les pratiques. Dès lors, considérant les enjeux actuels en matière de motivation, d’engagement, de persévérance et de réussite scolaires (CSE, 2005, 2013), ce colloque vise à discuter sur les préoccupations portées par les questions suivantes : quelles collaborations propulsent les acteurs vers la transformation des pratiques? Sur quelles pratiques et sur quels savoirs ces transformations s’appuient-elles? Quelles sont ces transformations et à quels savoirs émergents aboutissent-elles? Quelles sont les retombées (diffusion, mobilisation, transfert) pour les milieux scolaires et pour les milieux de recherche?

Lire la suite »
Colloque
Section 500 - Éducation
Responsables
Sandra Coulombe
UQAC - Université du Québec à Chicoutimi
UQAC - Université du Québec à Chicoutimi
UQAC - Université du Québec à Chicoutimi
UQAC - Université du Québec à Chicoutimi
UQAC - Université du Québec à Chicoutimi
Ugo Collard-Fortin
UQAC - Université du Québec à Chicoutimi
Afficher tous les résumés
Avant-midi
08 h 45 à 10 h 00
Communications orales
Conférence principale
Présidence/Animation : Christine Couture (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)
Batiment : (A) ARTS
Local : (A) W-215
08 h 45
Accueil — Mot de bienvenue
Christine Couture (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)
09 h 00
La transformation des pratiques en collaboration : réponse à une formation initiale qui n’atteint pas sa cible?
Stéphane Allaire (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)

Les approches de recherche en collaboration ont la cote en éducation depuis plusieurs années, et ce pour différents motifs. Par exemple, l’interaction en continu qu’on y trouve entre chercheurs et intervenants du milieu scolaire en fait un lieu de rapprochement privilégié entre ces acteurs ainsi que de développement professionnel pour eux. Ensuite, ces approches sont reconnues pour favoriser un transfert de connaissances issues de la recherche. En outre, elles soutiennent les efforts de transformation des pratiques éducatives en tenant compte des particularités contextuelles propres aux participants.

La conférence présentera une réflexion sur certains dysfonctionnements potentiels de la formation initiale à l’enseignement, lesquels peuvent être résolus par les approches de recherche en collaboration. La réflexion aboutira à une proposition visant à accorder une place accrue et mieux intégrée au processus de recherche dès la formation initiale.

Résumé
10 h 00 à 11 h 00
Communications orales
Transformation des pratiques par la voie de la collaboration et évaluation
Présidence/Animation : Sandra Coulombe (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)
Batiment : (A) ARTS
Local : (A) W-215
10 h 00
Les interactions comme moteur de la reconstruction du savoir évaluer d’enseignants formés à l’étranger qui s’intègrent dans les écoles québécoises
Joëlle Morrissette (UdeM - Université de Montréal), Annie Malo (UdeM - Université de Montréal), Serigne Ben Moustapha Diédhiou (UdeM - Université de Montréal)

Le Québec accueille plusieurs immigrants qui s’intègrent comme enseignants dans les écoles, surtout à Montréal (MELS, 2013). Dans leur pays d’origine, ils ont été socialisés à des manières de faire qui valorisent uniquement la fonction de sanction et de sélection sociale de l’évaluation des apprentissages. Puisant à une conception constructiviste et interactionniste de l’apprentissage (Morrissette & Malo, à paraître), un dispositif de recherche-formation (CRSH 2015-2017), qui fait place à la voie de la collaboration, a permis à un groupe d’entre eux d’expliciter leurs expériences d’intégration dans les écoles montréalaises, à la faveur d’échanges avec d’autres participants, membres de leur écologie professionnelle (conseiller pédagogique, tuteur de stage, direction, parent). Dans le cadre de cette contribution, nous montrons d’une part comment les interactions vécues dans le cadre de la collaboration ont permis à ce groupe d’enseignants de s’engager dans une réflexion critique au sujet des changements en matière d’évaluation des apprentissages des élèves dans lesquels ils se sont engagés. D’autre part, nous montrons comment les interactions vécues au quotidien dans le cadre de situations de travail concrètes ont aussi contribué à ce processus de reconstruction de leurs savoirs pratiques en cette matière. Ce processus transformatif les a amenés à développer un savoir évaluer plus opératoire en contexte, selon des adhésions variables aux valorisations qu’il sous-tend.

Résumé
10 h 30
La transformation des pratiques d’enseignement et d’évaluation en science, technologie et univers social : un processus en évolution à travers trois projets de recherche
Christine Couture (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi), Catherine Duquette (UQAC - CRIFPE), Nicole Monney (UQAC - CRIRES)

Dans le cadre de projets réalisés en collaboration avec des enseignants et des conseillers pédagogiques de la région du Saguenay Lac-Saint-Jean, des chercheurs de l’Université du Québec à Chicoutimi (Couture & Duquette) ont identifié un certain nombre de défis à relever en termes d’enseignement de science, technologie et univers social dont celui de l’évaluation des apprentissages.  Repartant de ce défi et sur l’élan de ces projets, un troisième a été élaboré (Monney, Couture & Duquette) pour regarder plus finement la question de l’évaluation des apprentissages (Laurier, 2014; Laveault, 2014),  en étroite relation avec celle de la planification (Ball, 2007). Cette proposition de communication suggère de montrer comment de nouvelles questions émergent de savoirs construits dans le cadre de projets portant sur la transformation des pratiques par la voie de la collaboration et permettent l’élaboration de projets novateurs. Ce sera l’occasion de porter un regard sur les savoirs qui se construisent dans le cadre de ces trois projets, les transformations de pratiques et leurs retombées pour la pratique, la recherche et la formation. 

Résumé
11 h 00
Pause
11 h 15 à 12 h 15
Communications orales
Transformation des pratiques par la voie de la collaboration et didactique (Partie 1)
Présidence/Animation : Christine Couture (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)
Batiment : (A) ARTS
Local : (A) W-215
11 h 15
La collaboration enseignante-chercheure en contexte de recherche-action-formation : une voie pour penser la formation continue?
Alice Vanlint (Université Laval), Pauline Sirois (Université Laval)

Ces dernières décennies, face aux difficultés en écriture rencontrées par les élèves, des chercheurs ont formulé différentes propositions didactiques qui semblent trouver peu d’écho dans les écoles primaires. Le projet de recherche qui fera l’objet d’une présentation s’intéresse à cette apparente imperméabilité des milieux scolaires au regard des propositions de la recherche. Nous émettons l’hypothèse que leur adoption requiert une collaboration entre milieux de recherche et milieux scolaires. La présentation aura pour objectif d’analyser les possibilités de collaboration offertes par les recherches de type Recherches-Action-Formation (RAF) afin de soutenir un travail de construction du sens des propositions par les enseignants. Nous présenterons le cas d’une enseignante ayant pris part, pendant 10 mois, à une RAF qui visait à l’accompagner dans le déploiement d’une approche de l’enseignement de l’écriture. L’analyse des moments de Formation (rencontres enseignante-chercheure) et d’Action (activités d’écriture menées par l’enseignante) ont permis de conceptualiser le développement professionnel de l’enseignante sous l’angle de la Théorie de l’Action Conjointe en Didactique. Les résultats indiquent que la collaboration enseignante-chercheure ainsi que l’alternance de moments de Formation et d’Action ont permis de soutenir l’élaboration d’une toile de fond conceptuelle partagée, pierre angulaire d’un processus de construction du sens de l’approche proposée et de son adoption. 

Résumé
11 h 45
La recherche-action pour former et accompagner des enseignants dans leur enseignement de l’orthographe au 1er cycle du primaire : un témoignage croisé de trois acteurs participants
Annie Charron (UQAM - Université du Québec à Montréal), Brigitte Gagnon (Commission scolaire des Hautes-Rivières), Danielle Pomerleau (Commission scolaire des Hautes-Rivières)

Cette communication a pour but présenter l’expérience d’une recherche-action (RA) sur l’enseignement de l’orthographe auprès d’une trentaine d’enseignants du 1er cycle du primaire d’une commission scolaire durant deux années. Cette RA visait à former et à accompagner des enseignants dans leur enseignement de l’orthographe au moyen des orthographes approchées[1] (OA). Un dispositif de formation de six journées et d’accompagnement au moyen d’observations en classe et de rétroactions a été développé et a permis aux enseignants de s’approprier la pratique des OA. À l’instar de Butler, nous croyons qu’« un développement professionnel signifiant doit être soutenu et les enseignants ont besoin de suffisamment de temps pour expérimenter des idées et réfléchir sur les changements qu’ils tentent d’apporter à leur pratique pour changer les cadres théoriques sur lesquels leurs approches de l’enseignement sont fondées » (Butler, 2005, p. 62). Pour illustrer la collaboration entre les acteurs, un témoignage croisé entre une enseignante participante, la conseillère pédagogique et la chercheure principale du projet permettra d’expliquer, d’une part, les transformations et les savoirs scientifiques et pratiques qui ont émergé de leur participation au projet et, d’autre part, les retombées pour le milieu scolaire, qui se traduit comme un ajustement de pratiques de l’enseignement de l’orthographe, et pour le milieu scientifique, qui a étudié la démarche des OA en début de scolarité et son impact auprès des élèves.

[1] Les OA sont des situations d’écriture où l’élève est encouragé à écrire en mobilisant ses idées sur l’écrit, à partager ses réflexions sur le fonctionnement du système alphabétique et à comparer ses hypothèses d’écriture aux mots normés.

Résumé
Dîner
12 h 15 à 13 h 45
Dîner
Dîner
Après-midi
13 h 45 à 14 h 15
Communications orales
Transformation des pratiques par la voie de la collaboration et didactique (Partie 2)
Présidence/Animation : Sandra Coulombe (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)
Batiment : (A) ARTS
Local : (A) W-215
13 h 45
La recherche collaborative comme vecteur de transformations des pratiques : réalité ou fiction?
Claude BURDET (HEP - VAUD - Haute école pédagogique Vaud ), Sonia Guillemin (HEP - VAUD - Haute école pédagogique Vaud )

Dans le cadre d’une recherche collaborative portant sur l’enseignement explicite de la compréhension en lecture au cycle 2 (élèves de 8 à 10 ans), nous nous sommes intéressés aux stratégies de compréhension et au rappel de texte. Cette recherche, menée avec 4 enseignants, a eu lieu entre 2013 et 2015, dans le canton de Vaud, en Suisse. 12 rencontres se sont déroulées sur les deux ans. Des entretiens des professionnels ont été réalisés à la fin de chaque année. Un troisième entretien, conduit 18 mois après la fin de la recherche, a permis de détecter les changements de pratiques réellement intégrés et encore mis en œuvre, suite à cette expérience.

Pour Desgagné et al. (2001), la recherche collaborative est vue comme une façon d'encourager les enseignants à mettre en cause leur pratique et à la raffiner. C’est bien cette problématisation de la remise en cause qui est au cœur de notre réflexion.

Dans cette communication, nous nous intéresserons dans un premier temps aux raisons du changement, aux transformations de pratiques espérés et au chemin à parcourir pour les atteindre. Dans un deuxième temps, notre attention portera sur les nouveaux savoirs nommés par les professionnels lors de l’entretien de fin de recherche. Du point de vue des enseignants, la recherche collaborative contribue-t-elle aux changements ? Pour terminer, nous relèverons les pratiques en œuvre dans la classe, 18 mois après la fin de la recherche.

Résumé
14 h 15 à 14 h 45
Communications orales
Transformation des pratiques par la voie de la collaboration et formation professionnelle
Présidence/Animation : Sandra Coulombe (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)
Batiment : (A) ARTS
Local : (A) W-215
14 h 15
La communauté d’apprentissage comme vecteur de transformation des pratiques d’utilisation du TNI à l’éducation préscolaire par des dyades enseignantes associées-stagiaires
Carole Raby (UQAM - Université du Québec à Montréal), Matthieu Gosselin (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières), Émilie Tremblay-Wragg (UQAM - Université du Québec à Montréal), Stéphane Villeneuve (UQAM - Université du Québec à Montréal), Annie Charron (UQAM - Université du Québec à Montréal)

Le tableau numérique interactif (TNI) a été implanté massivement dans les classes du Québec depuis 2011. Or, plusieurs recherches démontrent que cet outil est souvent utilisé de manière frontale et qu’il renforcerait même un enseignement traditionnel, surtout lorsque les enseignants commencent à l’utiliser ou qu’ils ne sont pas formés à son utilisation. Les membres d’une communauté d’apprentissage (CA) formée de chercheurs, de conseillers pédagogiques, d’enseignantes associées à l’éducation préscolaire et de leurs stagiaires ont participé au projet Cap sur le TNI 2 pour développer de nouvelles pratiques liées à l’utilisation collaborative du TNI par les enfants à l’éducation préscolaire. Cette communication vise à illustrer les transformations de pratique qui ont émergé au sein de cette communauté d’apprentissage. Les données ont été recueillies à l’aide d’un questionnaire et d’une entrevue en début et en fin de projet, de même que grâce à la rédaction d’un journal de réflexion et à l’enregistrement des discussions et des bilans de pratique. Les résultats préliminaires montrent que certains modes de fonctionnement et activités mises en place au sein de la communauté professionnelle ont joué un rôle prépondérant dans la transformation des pratiques des enseignantes associées et de leurs stagiaires et que leur participation au projet a influencé le contrôle qu’ils exercent sur le TNI, de même que leur perception de la capacité des enfants à utiliser cet outil pour apprendre. 

Résumé
14 h 45
Pause
15 h 00 à 16 h 00
Communications orales
Transformation des pratiques par la voie de la collaboration et formation professionnelle
Présidence/Animation : Christine Couture (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)
Batiment : (A) ARTS
Local : (A) W-215
15 h 00
Mettre en œuvre et adapter les pratiques d’enseignement pour accompagner les élèves avec des besoins particuliers (EBP) : quels savoirs permettent d’adapter quelles pratiques?
Sandra Coulombe (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi), Manon Doucet (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi), Danielle Maltais (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi), Annie De Champlain (UQAC - CRIFPE)

L’effectif hétérogène des étudiants en formation professionnelle (FP) crée de nouvelles conditions d’enseignement et d’apprentissage (Gagnon et Beaucher, 2016). Dans ce contexte, les élèves possèdent des parcours scolaires dit non linéaires (Rousseau, Tétreault, Bergeron et Carignan, 2007) et plusieurs d’entre eux ont des besoins particuliers sur les plans de l’apprentissage et de l’adaptation scolaire (MELS, 2007). Par ailleurs, s’ajoute à cette réalité des élèves celle des enseignants. En fait, une majorité d’entre eux commence à enseigner sans avoir complété de formation à l’enseignement (Balleux, 2006). En considérant ce double enjeu, il est opportun de se questionner sur les pratiques d’enseignement, les savoirs professionnels et les stratégies de soutien en FP favorisant la réussite des ÉBP. Ainsi, la mise en œuvre et l’adaptation de la pratique enseignante pour faire face à l’hétérogénéité des classes et répondre aux besoins des élèves s’imposent. Dans une perspective d’ajustements des pratiques (Savoie-Zajc, 2005) et de développement des savoirs professionnels enseignants tels que proposés par Tardif et Lessard (1999), cette communication expose des résultats, émergeant d’une recherche collaborative réalisée avec un centre de formation professionnelle, liés aux savoirs didactiques, pédagogiques, disciplinaires, expérientiels déclarés par les enseignants pour adapter leurs pratiques d’enseignement afin de mieux répondre aux besoins de tous les élèves.

Résumé
15 h 30
Comment concevoir la collaboration entre chercheurs et praticiens : l’exemple du transfert d’une recherche sur l’identité professionnelle des apprentis
Isabelle Caprani (IFFP), Kerstin Duemmler (Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle IFFP), Alexandra Felder (Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle IFFP)

Durant leur carrière les enseignants doivent s’enrichir de pratiques innovantes impliquant l’intégration de nouvelles sources d’enseignement. La question est dès lors de savoir comment faciliter le transfert des résultats d’une recherche afin qu’ils soient utiles pour la pratique.

Partant d’une recherche sur l’identification professionnelle des apprentis, l’objectif était de développer une collaboration entre chercheuses et enseignants permettant d’effacer l’idée d’une simple transmission de résultats. Les chercheuses au contact des enseignants ont pu développer leurs connaissances sur les besoins du terrain et ainsi engendrer un véritable développement professionnel (Uwamariya & Mukamurera, 2005). Le travail en commun avait comme objectif d’enrichir les thématiques de cours au moyen d’une approche scientifique, mais également de développer ses compétences pédagogiques (Lafortune, Deaudelin, Doudin & Martin, 2001). Il s’agissait d’ajuster des exercices pratiques en s’appuyant sur des exemples concrets issus des résultats de recherche tout en développant de nouveaux outils intégrant la thématique de l’identité professionnelle. Ces échanges qui impliquaient une réflexion sur ses propres pratiques ont permis de faire évoluer nos contenus de cours au point de développer un véritable transfert collaboratif. La mise en place progressive d’outils pédagogiques adaptés - valorisant et rendant ainsi utile les résultats de recherche - a également permis de proposer une formation continue.

Résumé
16 h 00 à 16 h 45
Communications orales
Transformation des pratiques par la voie de la collaboration et les territoires et synthèse
Présidence/Animation : Sandra Coulombe (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)
Batiment : (A) ARTS
Local : (A) W-215
16 h 00
Le Consortium régional de recherche en éducation : la recherche au service des milieux scolaires du Saguenay–Lac-Saint-Jean
Catherine Dumoulin (UQAC- Université du Québec à Chicoutimi), Pascale Thériault (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)

Le Consortium régional de recherche en éducation (CRRE) est né d’une initiative des professeurs du département des sciences de l’éducation de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Au cours des 18 dernières années, le Consortium a développé son propre modèle de recherche participative avec l’ensemble des milieux éducatifs du Saguenay–Lac-Saint-Jean (SLSJ). À ce jour, les dix partenaires (4 commissions scolaires, 5 cégeps et l’UQAC) ont investi plus de 500 000 $ pour la réalisation de plus de 100 projets de recherche participative visant à répondre aux besoins de développement professionnel des praticiens. Les activités du CRRE s’appuient systématiquement sur les besoins des praticiens ou sur des enjeux prioritaires identifiés au plan régional et qui constituent également des problématiques peu documentées au plan scientifique. Notre présentation mettra d’abord en avant  les caractéristiques et l’apport du Consortium à la formation continue des professionnels de l’enseignement. De plus, elle exposera les résultats d’une analyse descriptive des projets financés, notamment les problématiques récurrentes, les principales visées des projets et les secteurs de formation les plus impliqués. Cette analyse permet d’une part, de poser un regard éclairé sur l’évolution des pratiques éducatives de collaboration sur le territoire et d’autre part, de fournir des pistes de structuration et de développement pour le Consortium (Dumoulin & Courcy, sous presse).

Résumé
16 h 30
Distinction conceptuelle sur la transformation de la pratique : synthèse et pistes de développement
Ugo Collard-Fortin (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)