Imprimer

504 - Journée de la recherche sur la motivation au collégial

La motivation scolaire est un champ de recherche très documenté, étudié à partir de différentes perspectives théoriques. Plusieurs recherches portent sur la motivation en contexte collégial, mais peu d’écrits mettent explicitement en commun des résultats de travaux représentant différents axes d’étude (en matière de bases théoriques ou de cadres méthodologiques) de la motivation scolaire au collégial. Ce colloque est l’occasion idéale pour une telle mise en commun et pour favoriser les échanges entre chercheurs, décideurs et pédagogues.

Seront rapportés et discutés des résultats de recherche relatifs :

– aux conditions favorisant l’intérêt des étudiants et la valeur qu’ils accordent aux contenus à apprendre;

– aux ingrédients de la motivation pouvant influencer le transfert d’apprentissages inter-cours et hors classe;

– à certaines variables psychosociales d’influence (anxiété, dépression, relation pédagogique, indécision vocationnelle);

– à des pratiques pédagogiques stimulant la motivation et le développement de stratégies d’apprentissage.

Malheureusement, on ne constate que trop peu l’utilisation formelle des résultats de recherche dans la planification et la transformation de l’enseignement au collégial, jusque dans les classes. D’ailleurs, un des « rêves » formulés par les acteurs du réseau collégial ayant participé au dernier colloque de l’Association québécoise de pédagogie collégiale est d’être plus en contact avec la recherche. Dans cet esprit, M. Simon Larose, un chercheur chevronné en éducation et connaissant bien le collégial, jouera un rôle de président de séance, rendant explicites des liens à établir entre les communications, et facilitant les interactions entre les conférenciers et l’assistance. Il facilitera ainsi le transfert des connaissances issues de la recherche vers les milieux de pratique. De plus, il orientera les échanges de manière à faire émerger de nouvelles questions de recherche pertinentes et à mettre en lumière les besoins du milieu collégial en matière de recherche.

Pour stimuler les discussions, des acteurs liés au réseau collégial et à la recherche, ciblés par l’organisatrice, ont personnellement été invités à faire partie de l’assistance et à émettre leurs points de vue : des enseignants, conseillers pédagogiques et membres de directions de collèges, des personnes du Carrefour de la réussite, de la Commission d’évaluation de l’enseignement collégial, du Centre de documentation collégiale, du Conseil supérieur de l’éducation, de l’Association pour la recherche au collégial, du Centre collégial de développement de matériel didactique, du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur... Plusieurs d’entre eux ont déjà accepté l’invitation.

En somme, la Journée de la recherche sur la motivation au collégial devrait représenter un tremplin vers de nouvelles questions et projets novateurs et contributifs, en lien direct avec les besoins et préoccupations exprimés par les acteurs liés au milieu collégial.

Lire la suite »
Colloque
Section 500 - Éducation
Responsables
Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu
Afficher tous les résumés
Avant-midi
08 h 30 à 12 h 00
Communications orales
Recherches sur la motivation scolaire au collégial (Partie 1)
Présidence/Animation : Simon Larose (Université Laval)
Batiment : (MC) MCCONNELL
Local : (MC) 12
08 h 30
Mot de bienvenue
08 h 45
S’intéresser pour intéresser, le cercle vertueux de la relation pédagogique : une revue de la littérature
Anastassis KOZANITIS (UQAM - Université du Québec à Montréal), Karinne Latte (UQAM)

Quelle place occupe la relation pédagogique en contexte postsecondaire quant à la motivation pour apprendre? Quels gestes l’enseignant peut-il poser pour établir une relation positive? Une revue de la littérature a permis de constater que l’établissement d’une relation pédagogique adéquate peut devenir un catalyseur puissant pour susciter et maintenir un climat propice d’apprentissage (Liberante, 2012; Van Manen, 2002; Wallace, 2002). Sur le plan académique, ses effets les plus importants sont associés à une augmentation du taux de réussite scolaire (Hugh et Chen, 2011; Teren, 2001), ainsi qu’à une diminution du taux d’abandon (Witt et al., 2014). De plus, les études montrent que lorsque l’enseignant se soucie d’établir une relation positive avec ses étudiants, il contribue à la réduction de comportements indésirables en classe et de la malhonnêteté scolaire (plagiat, tricherie,) (Churchill, et al., 2011; Stearns, 2001). Cela pourrait entre autres s’expliquer, selon Elder et al. (2010), par la diminution de l’anonymat en classe. Enfin, sur le plan personnel, les étudiants qui perçoivent que l’enseignant s’intéresse à eux rapportent une meilleure confiance en soi (Ryan et al., 1998), ce qui en retour contribue à la hausse du sentiment d’auto-efficacité, de la perception de contrôle et de l’engagement envers les études (Kozanitis, 2015).

Résumé
09 h 15
Parole aux jeunes : apports d’une recherche qualitative au concept de perception de la valeur des études
Marie-France NOËL (UdeS - Université de Sherbrooke), Sylvain Bourdon (Université de Sherbrooke), Anne Brault-Lavallée (Université de Sherbrooke)

Cette contribution s’appuie sur une recherche doctorale (Noël, 2014) qui visait à mieux comprendre la dynamique motivationnelle de jeunes de niveau postsecondaire en faisant appel au concept de perception de la valeur (Eccles, 2005). La perception de la valeur des études correspond à un jugement posé sur les études, le programme ou le cours au regard de quatre composantes : l’intérêt, l’utilité, la valeur de réalisation et le cout. La présentation portera sur l’apport de cette recherche à la compréhension de chacune des quatre composantes de la perception de la valeur des études et de leur dynamique. Une analyse qualitative secondaire a été menée sur un total de 185 entretiens semi-dirigés, réalisés auprès de 36 jeunes sur une période d’environ 5 ans (6 vagues de collecte). Ces entretiens ont eu lieu dans le cadre de la recherche Famille, réseaux et persévérance au collégial (Bourdon et Charbonneau, subvention MELS-FQRSC). Les participants avaient été recrutés à leur première inscription au cégep, à l’âge moyen de 17 ans en vague 1. Les résultats valident largement le modèle et les définitions d’Eccles et la présence des quatre composantes de la valeur. Plusieurs aspects peuvent toutefois être nuancés, voire remis en question, comme la définition de la composante utilité ainsi que le poids négatif du cout en temps et en effort. Des aspects dynamiques de la perception de la valeur ont été mis en évidence, dont certains changements dans le poids relatif des composantes.

Résumé
09 h 45
Facteurs associés à l’intérêt et à la motivation des jeunes pour les études supérieures en sciences de la nature
Michel Pronovost (UQAM - Université du Québec à Montréal)

Bien que les sciences occupent une place importante dans la société, on observe à travers le monde un désintérêt des jeunes pour les études scientifiques et un écart croissant est observé entre la demande sociale et l’expertise scientifique. Il existe plusieurs raisons qui influencent les jeunes dans leur choix de programme d’études collégial et universitaire. Pour mettre en lumière les facteurs les plus saillants, nous avons réalisé une étude longitudinale auprès de 1742 étudiants de programmes préuniversitaires variés dans 11 cégeps et collèges privés afin de sonder leur intérêt et leur motivation pour les sciences et pour tenter de comprendre ce qui les avait poussés ou non à s’inscrire en Sciences de la nature au collégial puis dans un programme scientifique à l’université. Nous présenterons les facteurs affectifs, comportementaux et cognitifs associés à l’intérêt ou au désintérêt pour les études supérieures en sciences, dont l’influence des professeurs, des pairs et de la famille, en plus du sentiment de compétence, d’autodétermination et des préjugés qu’entretiennent les étudiants. Nous présenterons aussi les émotions ressenties par les étudiants, leur intérêt envers les sujets traités ainsi que leur appréciation des méthodes d’enseignement utilisées dans les cours de formation spécifique en sciences de la nature.

Résumé
10 h 15
Pause
10 h 30
La motivation des étudiants du collégial à poursuive des activités liées à leur choix de carrière et leur niveau d’indécision de carrière
Frederic Guay (Université Laval)

L’indécision de carrière est un état psychologique où une personne éprouve de la difficulté à effectuer un choix de carrière à une période de son développement où il serait opportun d’effectuer un tel choix. Plusieurs facteurs de la personnalité sont liés à cet état d’indécision, dont le névrosisme. Des recherches (Guay et al., 2003, 2006) ont aussi montré que plus les étudiants réalisent des activités liées à leur développement vocationnel par choix ou par plaisir, moins ils sont indécis. En d’autres mots, cette motivation leur permettrait de connaitre davantage leurs intérêts et le monde du travail ce qui les aiderait à régler leur problème d’indécision. Or, il se peut fort bien que l’on puisse observer la relation inverse : l’état d’indécision paralyserait les étudiants ce qui les amènerait peu à peu à perdre leur motivation à effectuer des activités liées à leur choix de carrière. Cette hypothèse alternative, bien qu’intéressante, a fait l’objet de peu de recherches. Dans cette recherche longitudinale, réalisée auprès de plus de 830 étudiants du collégial, les résultats suggèrent (en contrôlant différents facteurs) que c’est bel et bien la motivation des étudiants envers des activités liées à leur choix de carrière qui détermine leur niveau d’indécision et non l’inverse. Ces résultats soulignent de mettre en place des stratégies d’orientation scolaire qui mobilisent la motivation des étudiants du collégial envers leur choix de carrière.

Résumé
11 h 00
Le potentiel d’influence de l’intérêt scolaire dans la motivation des collégiens en difficultés
Isabelle Cabot (Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu)

L’intérêt est un concept motivationnel qui se distingue par sa composante émotionnelle importante. Et si cette distinction avait un potentiel spécifique pour les étudiants en difficultés… Cette communication permettra de voir, une à une, l’intégration de contributions scientifiques dans la compréhension du concept d’intérêt et de son influence auprès de collégiens en difficulté. D’abord, le rappel d’une étude quasi-expérimentale avec condition témoin misant sur une pédagogie interdisciplinaire pour stimuler l’intérêt (2012) indiquera qu’il faut miser sur un intérêt préexistant pour en faire émerger un nouveau. Ensuite, les résultats d’une étude suivant un devis similaire, mais basée sur un environnement numérique d’apprentissage (2014), laissent croire à l’influence de l’intérêt sur la réussite, sans que ses corrélats presqu’habituels, la perception d’utilité et le sentiment de compétence, n’aient varié durant l’intervention. En 2015, une étude explorant les troubles d’apprentissage non diagnostiqués, montre un lien entre les difficultés attentionnelles et l’intérêt scolaire, ajoutant une nouvelle avenue de connaissances et d’intervention au concept. Enfin, une recherche actuellement en cours, misant sur une pratique de feedback vidéo personnalisé, explore la dynamique pouvant lier l’intérêt, l’anxiété d’évaluation et la relation pédagogique. L’élément contributif que cette étude ajoutera à une meilleure connaissance du concept d’intérêt sera discuté.

Résumé
11 h 30
Discussion
12 h 00 à 13 h 30
Communications par affiches
Session d’affiches des communicateurs
Batiment : (MC) MCCONNELL
Local : (MC) zone affiches
Dîner
12 h 00 à 13 h 30
Dîner
Dîner et session d’affiches
Après-midi
13 h 30 à 16 h 30
Communications orales
Recherches sur la motivation scolaire au collégial (Partie 2)
Présidence/Animation : Simon Larose (Université Laval)
Batiment : (MC) MCCONNELL
Local : (MC) 12
13 h 30
La motivation dans le contexte des cours d’éducation physique au collégial
Jérôme LERICHE (Cégep de Sherbrooke), Frédéric Walczak (Cégep de Trois-Rivières)

La motivation est-elle un facilitateur ou un obstacle dans les cours d’éducation physique au collégial ? Pour répondre à cette question, nous allons présenter une recherche menée auprès de 636 hommes (33,7 %) et 1250 femmes (66,3 %) âgés en moyenne de 19,8 ans ± 4,34. Parmi ces participants volontaires, 1473 répondants (78,1 %) provenaient du Cégep de Sherbrooke et 413 (21,9 %) du Cégep de Trois-Rivières. Dans le cadre de cette recherche, nous nous appuyons sur la théorie de l’autodétermination de Deci et Ryan. Nous allons présenter les résultats obtenus à partir du « Questionnaire mondial sur la pratique d’activités physiques » (GPAQ) (OMS, 2006) et l’« Échelle de motivation dans le sport» (EMS) (Brière, Vallerand, Blais et Pelletier, 1995). Suite à des analyses quantitatives, cette recherche montre que 72,9 % des étudiants ne font pas suffisamment d’activité physique pour avoir un impact sur leur santé. De plus, 62,9 % des hommes et 79,2 % des femmes ont une pratique d’activité physique tellement faible que l’impact sur la santé est limité selon les normes de l’OMS. Cette recherche démontre que le fait d’avoir des niveaux de motivation intrinsèque et extrinsèque élevés et de participer à des cours d’éducation physique sont associés à des plus hauts niveaux de pratique d’activités physiques et sportives en dehors des cours.

Résumé
14 h 00
101 moyens de motiver : la présentation de certaines pratiques pédagogiques favorisant la réussite du premier cours de français
Julie Roberge (Cégep André-Laurendeau)

Basée sur les travaux de Pintrich (1988) et Viau (2009), une recherche interordre a décrit des pratiques d’enseignement et d’évaluation qui ont des retombées positives sur le niveau de motivation des étudiants dans le premier cours de français et littérature (601-101-MQ). Après avoir rencontré les enseignants dont les étudiants ont dit être toujours motivés, à la 12e semaine de la session, onze constats se dégagent des pratiques enseignantes: les activités sont variées et s’intègrent aux autres activités ; elles doivent avoir du sens pour les étudiants ; elles doivent permettre d’organiser les savoirs et représenter un défi pour les étudiants, être authentiques et exiger un engagement cognitif ; elles doivent responsabiliser les étudiants en leur permettant de faire des choix, leur permettre d’interagir et de collaborer avec les autres, avoir un caractère interdisciplinaire, comporter des consignes et des rétroactions claires ainsi que se dérouler sur une période de temps suffisante. Ce qu’on constate, c’est que l’environnement, au premier plan, joue un rôle fondamental dans la motivation des étudiants. Aussi, ce qui ressort des entrevues avec les professeurs motivants, c’est l’importance de la qualité de la relation interpersonnelle entre les professeurs et les étudiants, d’autant plus que de tous les facteurs ayant un impact sur la motivation scolaire, c’est le professeur qui est l’acteur le plus déterminant (Viau, 2009).

Résumé
14 h 30
Pause
14 h 45
Le développement d’instruments de mesure de la motivation et de l’engagement dans une perspective d’activité pédagogique
Bruno Poellhuber (UdeM - Université de Montréal), Normand Roy (Université du Québec à Trois-Rivières), Caroline Levasseur (Université de Montréal)

Selon l’approche sociocognitive de la motivation scolaire, l'engagement est conceptualisé soit comme une composante de la motivation, soit comme une conséquence directe de celle-ci. Cependant, un grand nombre de questionnaires mesurent la motivation envers un cours ou une discipline (Pintrich et al., 1991) ou l’engagement envers l’école en général (Skinner, 2009). De plus, nous avons pu constater que les enseignants se fient surtout à des observations intuitives sur l’engagement comportemental pour évaluer l’effet de leurs interventions. Partant d’une conception multidimensionnelle de la motivation, qui évolue dans le temps plutôt que de constituer une caractéristique stable, il est particulièrement utile de développer des instruments visant à mesurer la motivation et l’engagement suscités par une séquence d’activités pédagogiques précise, afin d’informer rapidement les enseignants-concepteurs d’activités des impacts de leur approche. C’est pourquoi nous sommes à développer une grille d’observation de l’engagement comportemental et nous finalisons la validation de trois échelles situationnelles permettant d’aborder l’intérêt, l’engagement et la perception de la valeur d’une séquence d’activités précise. Ces échelles prennent la forme d’un très court questionnaire (8  min.) qui peut être administré après une séquence pédagogique donnée. L’instrument est en cours de validation et le dispositif permettra à l’enseignant de recevoir rapidement un feedback sur ses activités.

Résumé
15 h 15
Réussite scolaire des cégépiens offrant du tutorat aux élèves du primaire en milieu défavorisé multiethnique
Alisha Wissanji (Cégep Marie-Victorin)

La CSPI est la commission scolaire à plus haut taux de décrochage à Montréal avec un taux de 25.7% versus 15.3% au Québec. Soucieux de faire partie de la solution à ce problème, le Cégep Marie-Victorin a mis en place le projet l’École des Grands : un centre d’aide aux devoirs et d’éveil scientifique. Tous les samedis matins, des élèves de deux écoles primaires en milieu défavorisé multiethnique de la CSPI viennent au Cégep où ils reçoivent de l’aide aux devoirs en français et mathématiques par des étudiants bénévoles du Cégep issus de tous les profils et participent à des expériences scientifiques ludiques dans le laboratoire du Cégep. Le projet vise à favoriser la réussite scolaire des élèves du primaire vulnérables et à soutenir la réussite éducative des étudiants collégiaux. On mesure que la participation des élèves du primaire au projet a amené une amélioration plus grande du rendement en français et du rendement moyen général chez ces derniers, comparé à ceux du groupe contrôle. Une étude longitudinale est en cours dans deux Cégeps offrant l’École des Grands afin d’évaluer si ce programme permet de soutenir la réussite scolaire des étudiants collégiaux qui participent à titre de tuteurs. Nous évaluons les variables clés menant à la réussite scolaire selon le modèle de Skinner et Belmont (1993) dont le développement du sentiment d’appartenance, le sentiment de compétence, l’autonomie, l’engagement, les buts d’évitement, la réussite scolaire et la persévérance scolaire.

Résumé
15 h 45
Discussion
16 h 30
Mot de clôture