Imprimer

408 - Intégrer urbanisme et transport collectif dans les métropoles canadiennes : regards croisés sur les projets mis en œuvre

Le colloque porte sur les modalités de réalisation concrète des stratégies de coordination urbanisme-transport, planifiées à l’échelle des métropoles canadiennes. De nombreux documents de planification métropolitains au Canada visent une meilleure articulation des stratégies de développement des transports et d’aménagement du territoire. Cet objectif de coordination intersectorielle transport-urbanisme se décline généralement en projets opérationnels de type TOD (transit oriented development) ou, en français, AATC (aménagement axé sur le transport collectif) aux échelle locales. Ces projets proposent la formalisation de milieux de vie complets (mixtes et denses), développés aux nœuds stratégiques des réseaux de transports collectifs. L’objectif est d’offrir une réponse simultanée à des enjeux tant métropolitains que locaux. À l’échelle métropolitaine, ces quartiers offriraient une solution de rechange à l’étalement urbain et à la dépendance automobile. À l’échelle locale, ils offriraient une stratégie de re-développement et de dynamisation des milieux de vie. Le colloque examine non pas tant les contenus des projets et leur effets sur la mobilité que les modalités de production soutenant la mise en œuvre de ces projets opérationnels. Au-delà des spécificités de gouvernance et de planification métropolitaines, la coordination urbanisme-transport est essentiellement un processus territorialisé et différencié. Celui-ci relève, aux différentes étapes des projets, d’un jeu d’acteurs spécifique et de ressources locales. Notre objectif est d’apporter des connaissances sur les instruments et les modalités de coopération entre les acteurs et sur les effets substantiels de cette coopération sur la coordination urbanisme-transport, et ce, sur la base d’une comparaison nationale.

Lire la suite »
Colloque
Section 400 - Sciences sociales
Responsables
UQAM - Université du Québec à Montréal
Afficher tous les résumés
Avant-midi
08 h 50 à 09 h 45
Communications orales
Conférence d’ouverture
Présidence/Animation : Mario
Batiment : (BR) BRONFMAN
Local : (BR) 410
08 h 50
Mot de bienvenue
09 h 00
Évaluer et comparer les projets de coordination urbanisme-transport dans les métropoles canadiennes : enjeux et agenda de recherche
Florence Paulhiac Scherrer (UQAM - Université du Québec à Montréal)

Cette conférence d'ouverture a pour ambition de présenter les enjeux, les modalités de réalisation et la portée attendue d'un vaste agenda de recherche en cours (au sein de la chaire In.SITU), portant sur les projets de coordination urbanisme-transport déployés dans les principales métropoles canadiennes. Plus précisément, au cœur de cet agenda, une recherche quinquennale (2015-2020) traite de projets opérationnels de types T.O.D. (transit oriented development) programmés au sein des métropoles canadiennes ("Le T.O.D. dans les grandes villes canadiennes : évaluation d'un instrument local de coordination urbanisme-transport", CRSH Savoir). Ainsi, la conférence vise plus précisément à exposer un dispositif théorique et méthodologique, apte à saisir, à évaluer et à comparer les conditions concrètes de réalisation de ces projets. Nous considérons que les projets de type T.O.D. sont des projets urbains innovants au sein des pratiques urbanistiques canadiennes. De tels projets, loin de produire des aménagements uniformes, se présentent plutôt comme fortement territorialisés et différenciés d’un territoire à l’autre. L’approche privilégiée pour saisir cette différenciation propose d’analyser les processus de coordination intersectorielle urbanisme-transports sous deux angles. Elle analyse les modalités et la portée de la coopération entre acteurs et analyse les différents instruments mobilisés par les acteurs, aux étapes de production et de mise en œuvre des projets.

Résumé
09 h 30
Discussion
09 h 45 à 12 h 30
Communications orales
La coordination urbanisme-transport dans la région de Montréal : nature et portée des projets de type AATC
Présidence/Animation : Mario
Batiment : (BR) BRONFMAN
Local : (BR) 410
09 h 45
Les projets AATC novateurs dans le Grand Montréal : de la stratégie métropolitaine aux projets locaux 
Juliette Maulat (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Franck Scherrer (Université de Montréal)

Cette communication rend compte d’une recherche consacrée à l’analyse des processus de planification et de production des TOD dans le Grand Montréal. En 2012, la Communauté métropolitaine de Montréal a adopté un nouveau Plan Métropolitain (PMAD) qui promeut la réalisation de nombreuses aires de TOD. Pour sa mise en œuvre la CMM a créé plusieurs outils parmi lesquels une démarche d’appui à la conception de « projets novateurs » de TOD. Dans ce contexte, cette recherche s’intéresse aux enjeux et processus liés à l’élaboration et la mise en œuvre de ces projets dans la banlieue montréalaise. La communication expose les résultats de la recherche en trois temps. Nous reviendrons tout d’abord sur la planification du TOD à l’échelle métropolitaine, les instruments associés, et la conception du dispositif des projets novateurs. Nous rendrons ensuite compte de l’étude de trois projets de TOD en cours d’élaboration dans les municipalités de Deux-Montagnes, Candiac et Mont-Saint-Hilaire. Ces études de cas soulignent la différenciation des projets locaux que ce soit au plan des objectifs, du contenu des projets, des processus de conception ou encore des modes d’action déployés par les municipalités pour soutenir leur concrétisation. Enfin, nous interrogerons la contribution de ces projets à un changement des référentiels des acteurs, des pratiques d’urbanisme et du contenu de la production urbaine dans les banlieues montréalaises.

Cette recherche a été financée par l’Observatoire Ivanhoé Cambridge du développement urbain et immobilier de l’UdeM. Elle s’inscrit dans le projet CRSS savoir sur les TOD au Canada piloté par Florence Paulhiac Scherrer de l’UQAM.

Résumé
10 h 15
Pouvoirs décisionnels et rôle des promoteurs immobiliers : analyse des projets AATC dans la région de Montréal
Yves-Olivier Palardy (UQAM - Université du Québec à Montréal)

Face aux enjeux soulevés par la dépendance automobile en Amérique du Nord, P.Calthorpe propose la mise en œuvre d’un nouveau type de projet urbain axé sur une augmentation des parts modales des transports alternatifs, ainsi que sur la maximisation du potentiel foncier autour des stations de transport collectif (projet TOD, transit oriented development) (Calthorpe, 1993). Ce modèle d’aménagement est largement mobilisé aujourd’hui dans les planifications spatiales en Amérique du Nord. Dans la région métropolitaine de Montréal, le Plan Métropolitain d’Aménagement et de Développement (2012) identifier un potentiel de 155 projets de ce type, témoignant de la volonté des acteurs publics locaux de mobiliser ces projets pour redynamiser les développements urbains et suburbains. Néanmoins, le concept ne traite pas des pratiques de gouvernance à développer pour garantir des conditions optimales et maximiser les externalités positives attendues. Or, les parties prenantes impliquées sont nombreuses. Ainsi, cette communication présente une analyse de la temporalité, de la portée et de l’objet de l’exercice décisionnel d’acteurs clés impliqués dans la réalisation de ces projets, les promoteurs immobiliers. La collecte des données s’appuie sur la recherche documentaire et des entrevues individuelles semi-dirigée. L’analyse se fonde sur une analyse des parties prenantes (Freeman, 1984) et la comparaison des processus décisionnel au sein de trois projets TOD dans la région de Montréal. Cette communication propose les premiers résultats d’une approche exploratoire dans le cadre d’un projet de mémoire de maîtrise en cours de réalisation.

Résumé
10 h 45
Période de questions
11 h 00
Pause
11 h 15
Instruments de politique publique : vecteurs de conciliation? Analyse de la relation entre les parties prenantes et impact du choix des instruments sur le caractère « durable » des projets AATC
Fanny TREMBLAY-RACICOT (UQAM - Université du Québec à Montréal)

La mise en œuvre des plans d’aménagement métropolitains au niveau local par le déploiement de projets T.O.D. implique la participation et la coopération d’acteurs privés, publics, para-publics et de la société civile ayant des intérêts spécifiques et disposant de pouvoirs et de ressources qui leur sont propres. Afin de comprendre le processus de production des T.O.D., il importe d’analyser les intérêts et les stratégies déployées par les acteurs au cœur des décisions et de la conception des projets. Quels sont les rapports de force entre les acteurs ? Comment les instruments de politique publique permettent de conjuguer les intérêts des parties et de délier les nœuds freinant la réalisation des projets ? Quels impacts ont ces choix d’instruments sur la durabilité des projets ? Cette présentation propose d’explorer les relations entre les parties à travers une analyse comparée de cinq projets T.O.D. situés en banlieue de Montréal, avec une attention particulière sur la relation liant les municipalités aux promoteurs immobiliers. L’application de ce cadre d’analyse aux autres villes étudiées permettra d’analyser les dynamiques qui sous-tendent la prise de décision, ainsi que les stratégies et instruments déployés par chaque groupe d’acteurs lors du développement des projets. Il s’agira de mettre en exergue les similarités et les différences dans chaque région et d’évaluer les impacts des différentes stratégies sur l’abordabilité et le caractère durable des projets.

Résumé
11 h 45
Entre mission impossible et mission (déjà) accomplie : la stratégie AATC du Grand Montréal
Olivier Roy-Baillargeon (University of Waterloo)

Les élus du Grand Montréal ont résolu d’axer l’aménagement de la région métropolitaine sur les transports collectifs par une stratégie de transit-oriented development (TOD). Dans quelle mesure la forme urbaine et les dynamiques de déplacement des abords des 155 stations visées sont-elles propices à la création de milieux de vie complets, conviviaux et incitant au transport collectif et actif? Cette communication classifiera ces 155 secteurs en fonction d’un indice basé sur le TOD Standard de l’Institute for Transportation and Development Policy et adapté à l’aide de seuils tirés de la littérature. Elle quantifiera l’ampleur des disparités qui subsistent entre la qualité de la desserte en transport collectif, la nature des comportements de mobilité et la convivialité de l’environnement bâti des abords des stations de métro de l’hypercentre et de ceux des gares de train de banlieue, des terminus d’autobus et des stationnements incitatifs des couronnes et même de la banlieue rapprochée. Alors que la forme urbaine et les dynamiques de déplacement des premiers correspondent d’ores et déjà au modèle du TOD, celles des derniers sont excessivement axés sur l’automobile pour permettre la densification, la diversification fonctionnelle et le transfert modal voulus par la stratégie du Grand Montréal. Elle esquissera ainsi des pistes d’adaptation de cette stratégie pour en accroître l’adéquation contextuelle et l’applicabilité en milieu suburbain épars façonné par et pour l’automobile.

Résumé
12 h 15
Période de questions
Dîner
12 h 30 à 14 h 00
Dîner
Pause repas
Après-midi
14 h 00 à 16 h 00
Communications orales
Les projets de coordination urbanisme-transport dans les métropoles de Gatineau-Ottawa, Toronto et Vancouver
Présidence/Animation : Franck
Batiment : (BR) BRONFMAN
Local : (BR) 410
14 h 00
Planifier des zones d’aménagement axées sur le transport en commun dans une région métropolitaine transfrontalière : regards sur la région métropolitaine d’Ottawa-Gatineau
Mario Gauthier (UQO - Université du Québec en Outaouais), Marie-Pier Tessier (Université du Quuébec en Outaouais )

La région métropolitaine d’Ottawa-Gatineau (1 323 783 habitants) qui se situe désormais au cinquième rang des régions métropolitaines canadiennes les plus peuplées, après Toronto, Montréal, Vancouver et Calgary (Statistique Canada, 2016), constitue à plusieurs égards une métropole atypique. Cette singularité se caractérise notamment par son statut de Capitale nationale du Canada, son caractère transfrontalier – deux grandes villes, deux provinces, deux communautés linguistiques – et par l’absence d’une structure formelle de gouvernance métropolitaine pour chapeauter la planification et l’aménagement de son territoire. Malgré cela, les villes d’Ottawa et de Gatineau se sont engagées depuis le début des années 2000 dans des démarches de coordination interprovinciale en matière de transports collectifs et ont entrepris la planification et la mise en œuvre de projets opérationnels d’aménagements axés sur le transport en commun. Articulé autour d’un corridor de train léger sur rail désigné comme étant la Ligne de la Confédération, la Ville d’Ottawa a planifié des secteurs prioritaires pour l’aménagement de quartiers densifiés à proximité des stations du réseau public de transport en commun. Pour sa part, la Ville de Gatineau a identifié dans ses documents de planification des Zones d’aménagement axées sur le transport en commun aux pourtours des stations existantes du Rapibus, ainsi qu’à proximité de la future infrastructure de transport collectif dans l’Ouest de la ville. La communication portera sur les enjeux et les défis associés à la gouvernance, à la planification et à la production territorialisée de ces grands projets opérationnels de coordination urbanisme-transport.

Résumé
14 h 45
Les projets AATC d’ordre supérieur à Toronto : effet de centralisation et dépendance à l’endroit de l’automobile
Pierre Filion (University of Waterloo)

La communication porte sur les principaux centres multifonctionnels de banlieue dans la région métropolitaine de Toronto. Furent sélectionnés pour cette étude, les centres qui agglomèrent une importante concentration d’au moins trois activités urbaines à l’intérieur d’un rayon de 1,2 kilomètres (environ quinze minutes de marche). Ces centres se trouvent au second niveau de la hiérarchie des TODs de cette région, derrière le centre-ville de Toronto. Ils ont comme rôle de créer un environnement qui est favorable à la marche et à l’usage des transports collectifs, tout en devenant des pôles d’attraction pour leurs environs suburbains et ainsi des facteurs de recentralisation dans des secteurs reconnus pour leur dispersion. Un autre objectif de ces centres est de constituer des points nodaux dans le réseau de transports collectifs et ainsi de contribuer à la hausse de l’usage de ces réseaux. Les résultats sont contradictoires. Lorsqu’ils réussissent à remplir leur rôle de centre par rapport aux banlieues ambiantes, les centres doivent faire une place importante à l’automobile et ainsi limiter leur densité et remettre en question leur adaptation à la marche. L’automobile demeure en effet le mode de transport dominant entre les centres et leur hinterland de banlieue. Par ailleurs, leur densification se fait surtout par l’entremise de tours de condos. Mais bien que favorable aux transports collectifs, cette densification ne contribue que peu à leur rôle de centralisation dans les secteurs de banlieue. L’évolution de ces centres illustre les conséquences d’un manque de coordination entre les politiques de transport urbain et l’aménagement de l’espace.

Résumé
15 h 15
Les projets AATC à Vancouver : coordination urbanisme-transport, gentrification et déplacement de populations fragiles
Emmanuel Brunet-Jailly (University of Victoria)

E.Brunet-Jailly et Kate Newman (université de Victoria, CB) traitent ici de La ligne Canada et des stratégies de développement des municipalités de la région de Vancouver. En effet, c'est un excellent cas d’études de Transit Oriented Development. Dans ce papier nous regardons la litterature sur les TOD à Vancouver et en particulier nous discutons l’impact des stratégies TOD sur la gentrification de l’espace urbain et les populations les plus démunis dans la grande région de Vancouver. Nos travaux portent en particulier sur le déplacement de populations fragiles et la transformation urbaine résultant des stratégies de développement des transports tel que la Ligne Canada.

Résumé
15 h 45
Période de questions
16 h 10
Pause
16 h 25 à 17 h 00
Communications orales
Conférence synthèse d’un grand témoin des transformations de l’action urbaine métropolitaine
Présidence/Animation : Florence
Batiment : (BR) BRONFMAN
Local : (BR) 410
16 h 30
Premiers regards croisés sur les recherche et les projets de coordination urbanisme-transport au Canada
Michel Gariépy (UdeM - Université de Montréal)

Michel Gariépy, professeur émérite, est invité à assister à cette journée à titre de grand témoin. Sa conférence, en fin de colloque, vise à dresser quelques constats synthétiques sur les différentes recherches présentées au fil de la journée. Elle vise également à proposer aux chercheurs et aux étudiants des pistes fécondes de réflexion pour leurs futurs travaux. Elle a notamment pour vocation d'interpeler les chercheurs sur les premiers éléments de comparaison possible entre les différents cas et projets T.O.D. étudiés au sein des métropoles canadiennes.

Résumé
16 h 55
Mot de clôture