Connexion utilisateur

82e du Congrès de l'Acfas

Colloque 521 - Santé et Petite Enfance : comment soutenir les saines habitudes de vie en contextes éducatifs?

Mercredi 14 mai de 08 h 45 à 17 h 00.
Responsable(s)
Geneviève CADORET UQAM - Université du Québec à Montréal, France Simard UQAM - Université du Québec à Montréal, Lise Lemay UQAM - Université du Québec à Montréal
Description

La petite enfance est une période importante pour les fondations de la santé future des individus (McCain, Mustard et McCuiag, 2011; Shonkoff, 2000; Goldfield et al., 2012). Pour cette raison, une des missions essentielles des contextes éducatifs qui accueillent les jeunes enfants, comme les services de garde et les maternelles, est d’offrir un environnement favorable au  développement de saines habitudes de vie, de saines habitudes alimentaires et à l’adoption de comportements qui influencent de manière positive leur santé et leur bien-être (Ministère de la Famille et des Aînés, 2011 ; Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, 2005). Cette mission est d’autant plus importante aujourd’hui, alors que  plusieurs problématiques de santé publique touchant l’enfance ont été soulevées, comme la prévalence de l’obésité (Shields, 2006), l’insuffisance du niveau d’activité physique (Bigras et al., 2012 ; Bornstein et al., 2011) et l’augmentation des troubles respiratoires comme l’asthme (Lajoie et al., 2013, McConnell et al., 2010). Les contextes éducatifs constituent l’environnement dans lequel une majorité d’enfants passe la plus grande partie de son temps d’éveil (Bushnick, 2010). Il est alors essentiel de s’interroger sur l’influence qu’exerce cet environnement sur la santé des enfants et sur sa contribution au développement de saines habitudes de vie. Le colloque portera sur cette problématique et touchera plusieurs aspects de la santé de l’enfant en lien avec les contextes éducatifs de la petite enfance, comme le sommeil, l’activité physique, l’alimentation et la santé environnementale. Il sera aussi question de la santé des adultes qui travaillent avec les enfants dans ces milieux.

Mercredi 14 Mai 2014

8 h 45 - 12 h 00
Session 1
Communications orales
Présidence/animation : Nathalie Bigras UQAM - Université du Québec à Montréal
Bâtiment – Local : Pavillon MB – MB 1.210
8 h 50_rem_
France Simard UQAM - Université du Québec à Montréal, Geneviève Cadoret UQAM - Université du Québec à Montréal

Mot de bienvenue

9 h 00_rem_
Julio SOTO Institut national de santé publique du Québec

Promouvoir la santé et le développement de la petite enfance dans un contexte éducatif de qualité

(Afficher le résumé)

La santé est un concept défini, entre autres, par l’Organisation mondiale de la santé. Elle a un caractère multidimensionnel (contextuel) et un autre multifactoriel quant à ses déterminants (physiques-environnementaux, sociaux, économiques, biologiques, génétiques). Ces facteurs sont interreliés et agissent en combinaison à chaque étape de la vie.

Parmi les déterminants sociaux figure le développement de la petite enfance, véritable pierre angulaire de l’état de santé et du bien-être des individus. Les expériences vécues depuis la conception jusqu’au début de l’âge scolaire et tout particulièrement pendant les trois premières années de vie auront une influence positive ou négative sur le développement de l’enfant et de ses capacités sensori-motrices, socio-émotionnels et cognitives/langage.

De là l’importance des milieux qui accueillent les enfants à cette étape de leur vie (en particulier ceux issus de familles vulnérables) et dont on peut leur offrir des interventions de stimulation précoce enrichissantes, des apports nutritifs équilibrés, des habitudes de vie saines, des comportements conformes aux valeurs de la société ainsi que des activités éducatives et des soins de santé physiques et préventifs.

Toutefois, les services de garde éducatifs à l’enfance doivent être de qualité (infrastructure, normes associées aux services, ressources et liens avec le milieu familial) pour assurer l’avenir de nos ressources les plus précieuses… nos enfants.

9 h 30_rem_
Sylvie BÉDARD L'Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail du secteur affaires sociales

Quand la santé et la sécurité du travail en service de garde compte!

(Afficher le résumé)

Les milieux de garde de la petite enfance du Québec se sont particulièrement développés au cours des dernières décennies. Que sait-on de la santé des éducatrices, qui composent la majeure partie du personnel? Les fichiers des lésions indemnisées par la CSST nous informent sur certains des risques à la santé rencontrés par les éducatrices. Près de 3 éducatrices se blessent chaque jour dans le cadre de leurs activités professionnelles. Les blessures qui affectent le système musculosquelettique (e.g. tendons, ligaments, muscles) dominent, particulièrement au niveau du dos et des membres supérieurs. Les blessures sont principalement associées à des efforts et des mouvements (ex : se pencher, se tourner). La connaissance du milieu de travail permet d’identifier plusieurs éléments qui peuvent contribuer à expliquer ces malaises : soulèvement d’enfants, flexion du corps, manipulations d’objets lourds. Des solutions ont été mises en place dans plusieurs milieux de garde. Des exemples sont présentés afin d’illustrer que le choix de méthodes de travail, de mobilier et d’aménagement simples peuvent faciliter le travail pour changer les couches, pour s’assoir à la hauteur des enfants, pour distribuer les repas.

10 h 00_rem_
Pascale Morin Université de Sherbrooke, Karine Demers Université de Sherbrooke

Perceptions vis-à-vis de l’obésité infantile, besoins en matière de prévention de l’obésité infantile et pratiques alimentaires des parents travailleurs ayant des jeunes enfants

(Afficher le résumé)

 Cette communication vise à décrire les perceptions et les besoins en matière de prévention de l’obésité infantile des parents travailleurs ayant des jeunes enfants. Elle propose aussi de montrer comment opère le sentiment d’efficacité dans l’adoption de certaines pratiques alimentaires.

 La présentation reposera sur les résultats d’une étude menée en Estrie auprès de 417 parents ayant un enfant inscrit à un service de garde, travaillant plus de 20 heures par semaine et ayant répondu à un questionnaire auto-administré.

Les résultats montrent que la majorité des parents considèrent fortement que l’obésité infantile peut engendrer des problèmes de santé (82 %) et augmenter le risque de souffrir d’obésité à l’âge adulte (71 %). Ils souhaitent que des programmes d’éducation physique et de nutrition soient offerts aux enfants dans les services de garde. Ils mentionnent qu’ils pourraient bénéficier de cours favorisant le développement de leurs compétences culinaires (54%).

En s’inspirant de la théorie socio cognitive, des analyses associant le sentiment d’auto-efficacité et les pratiques alimentaires des parents ont été effectuées. Les résultats montrent que les parents ayant un sentiment d’auto-efficacité élevé utilisent des pratiques alimentaires « maison » telle la planification de menus(OR=1.171 - 1.959) alors qu’un faible sentiment d’auto-efficacité est lié à l’adoption de pratiques “commerciales” telle la fréquentation des « fast food » (OR=0.713 - 0.898).

 

10 h 30_rem_
Pause
11 h 00_rem_
Dominique PETIT Centre d'études avancées en médecine du sommeil

Le sommeil : un protagoniste mal connu, mais primordial dans le développement du jeune enfant

(Afficher le résumé)

Mal connu, le sommeil est pourtant un acteur de premier ordre dans le développement du jeune enfant. En effet, plusieurs études, dont l’Étude Longitudinale du Développement des Enfants du Québec (ÉLDEQ), ont démontré qu’une réduction de la durée du sommeil de façon chronique chez le jeune enfant entraîne des conséquences multiples sur son développement.

Par exemple, les données de l’ÉLDEQ ont révélé que,comparativement aux enfants dont la durée de sommeil nocturne est de 10 à 11 heures pendant la petite enfance, les enfants qui ont une durée de sommeil insuffisante (9 heures ou moins par nuit) sont plus nombreux à afficher une faible performance à une échelle de vocabulaire à 5 ans et à un test d’habiletés cognitives non verbales à 6 ans.De plus, les enfants qui dorment 9 heures ou moins la nuit à 2 ½ ans, même si leur durée de sommeil augmente par la suite, sont plus nombreux à obtenir un score élevé à une mesure d’hyperactivité-impulsivité à 6 ans et ont plus de chances de présenter un surplus de poids à 6 ans que ceux qui ont une durée de sommeil suffisante. Ces études ont conclu à un effet direct du sommeil car on contrôlait au plan statistique pour une myriade de variables potentiellement médiatrices d’un tel effet.

Dans la petite enfance, le sommeil diurne est un complément important de la durée totale de sommeil sur 24 heures. Les parents et les intervenants en milieux éducatifs devraient être informés de l’importance du sommeil pour le développement du jeune enfant.

11 h 30_rem_
Nancy Gros-Louis McHugh Commission de la santé et des services sociaux des première nations du Québec et du Labrador, Julie Taillon Commission de la santé et des services sociaux des première nations du Québec et du Labrador

Portrait de la situation des enfants des Premières Nations et initiatives de la CSSSPNQL favorisant les saines habitudes de vie des enfants des Premières Nations

(Afficher le résumé)

Un résumé de l’état de santé des enfants des communautés des Premières Nations sera présenté à l’aide des données de l’Enquête Régionale sur la Santé (ERS-2008). Il s’agit de la première enquête populationnelle sur la santé des Premières Nations dont la gouvernance est entièrement sous la responsabilité des autorités des Premières Nations, de même que l’élaboration de la méthode de recherche et la coordination du projet. L’enquête régionale sur la santé recueille de l’information liée tant à la vision traditionnelle que la vision occidentale de la santé. Le but de cette enquête est de produire une banque d’informations holistiques et exhaustives se rapportant à l’état de la santé ainsi qu’au bien-être en général des membres des Premières Nations du Québec. Des informations relatives aux jeunes enfants (0-11 ans) sont donc disponibles grâce à l’ERS.

 Par la suite, les projets développés par le secteur de la petite enfance de la Commission de la Santé et des Services Sociaux des Premières Nations du Québec et du Labrador (CSSSPNQL) qui sont directement en lien avec le développement des saines habitudes seront brièvement exposés : la Boite à Bouger, le calendrier de nutrition et le guide d’introduction des aliments. Un survol du projet de Prévention de la Violence et des Agressions dans les Communautés Premières Nations (PVAC) sera également proposé, dans la mesure où, celui-ci vise l’adoption de comportements influençant positivement la santé et le bien être des jeunes enfants.

12 h 00_rem_
Dîner
12 h 00 - 13 h 30
Session d’affiches
Communications par affiche
Bâtiment – Local : Pavillon MB – MB 3.130
13 h 30 - 17 h 00
Session 2
Communications orales
Présidence/animation : Annie Charron UQAM - Université du Québec à Montréal
Bâtiment – Local : Pavillon MB – MB 1.210
13 h 30_rem_
Julie POISSANT Institut national de santé publique du Québec

La place des écrans dans les milieux éducatifs à la petite enfance : réflexions à partir des recommandations d’un comité d’experts en santé publique

(Afficher le résumé)

L’adoption et le maintien de saines habitudes de vie passent par la modification des environnements qui rendent les choix sains plus faciles. Une grande proportion d’enfants de moins de 5 ans passe la majorité de leur temps d’éveil dans les services de garde éducatifs ce qui conditionne leurs habitudes de vie, dont leur niveau d’activité physique. Selon des directives canadiennes, les enfants de moins de 4 ans ne devraient pas être inactifs pendant plus d’une heure lors des périodes d’éveil au cours d’une même journée. Un comité d’experts mis sur pied par la Direction de santé publique de l’Agence de la santé et des services de Montréal recommande d’éviter complètement le temps passé devant les écrans pour les enfants de moins de 2 ans, et de limiter à moins d’une heure par jour le temps passé devant les écrans pour les enfants de 2 à 5 ans. Plus récemment, le cadre de référence Gazelle et Potiron destiné aux services de garde éducatifs à l’enfance recommande d’éviter l’utilisation de la télévision, des écrans ou d’équipements audiovisuels. L’exposition quotidienne à des écrans pendant plus de deux heures est associée à une moins bonne santé physique et psychosociale. Tout en considérant l’environnement hautement technologique dans lequel nous vivons et le fait que les services de garde éducatifs à l’enfance sont considérés comme des milieux exemplaires, nous réfléchirons si les écrans ont leur place en contexte éducatif de la petite enfance.

14 h 00_rem_
Liesette Brunson UQAM - Université du Québec à Montréal, Roxanne Fournier UQAM - Université du Québec à Montréal, Sylvain Coutu UQO - Université du Québec en Outaouais, Nathalie Bigras UQAM - Université du Québec à Montréal, Gilles Cantin UQAM - Université du Québec à Montréal, Geneviève Cadoret UQAM - Université du Québec à Montréal, Marie-Hélène Gagné Université Laval, Lise Lemay UQAM - Université du Québec à Montréal

Une étude exploratoire des conceptions des informateurs-clés du réseau des services de garde concernant la mission préventive des services de garde éducatifs

(Afficher le résumé)

Une composante importante de la mission du réseau des services de garde éducatifs (sgé) québécois est l’offre des services de promotion et de prévention visant à améliorer la santé et le bien-être des enfants sous leur responsabilité. Constituant un des rares systèmes de services touchant la vie quotidienne d’un grand nombre d'enfants de base âge, les services de garde ont un énorme potentiel pour la prévention des problèmes de la santé et des problèmes psychosociaux chez les jeunes enfants, ainsi que chez leurs familles. Malgré ce potentiel, la mission préventive du réseau est relativement peu connue et surtout peu mise en valeur. Cette étude exploratoire vise à décrire les représentations des acteurs clés du réseau concernant la mission préventive des sgé. Dix entretiens qualitatifs semi-structurés ont été réalisés auprès d’informateurs-clés du réseau. Les résultats permettent de répondre à trois questions : 1) Comment les acteurs clés du réseau conçoivent-ils la mission préventive des sgé? 2) Quelles sont les activités, les pratiques et les programmes en place dans le réseau qui actualisent la mission préventive? 3) Quelles sont des pistes à suivre pour renforcer ce volet de la mission des services de garde? Ces résultats fournissent un portrait préliminaire de la capacité et du potentiel du réseau à réaliser sa mission préventive.

14 h 30_rem_
Marie-Pascale DEEGAN Regroupement des centres de la petite enfance de l'île de Montréal

Le projet Bouger, manger… Plaisir assuré! : accompagnement des équipes de gestion et de soutien pédagogique visant à favoriser les saines habitudes de vie chez les enfants

(Afficher le résumé)

 Le projet Bouger, manger… Plaisir assuré! vise à accompagner les Centres de la petite enfance (CPE), les bureaux coordonnateurs de la garde en milieu familial et les haltes-garderies communautaires dans leurs efforts pour mieux soutenir le développement moteur des tout-petits et favoriser davantage chez eux l’adoption de saines habitudes de vie sur les plans de l’activité physique et de l’alimentation. En 2012-2013, suite à une recherche documentaire effectuée sur les conditions favorables au développement moteur et à l’adoption de saines habitudes de vie, le Regroupement des CPE de l’île de Montréal (RCPEÎM) mène un sondage auprès de plus de 900 répondants pour établir un portrait des pratiques dans le réseau des services de garde. À l’issue de l’analyse des résultats, une offre de services axée sur l’accompagnement professionnel des équipes de gestion et de soutien pédagogique est développée. Déployée en sept étapes elle est expérimentée gratuitement dans dix milieux en 2013-2014, dans le cadre d’un projet-pilote. Après évaluation et réajustements, cette offre sera proposée à l‘ensemble des milieux de garde intéressés. L’accompagnement du RCPEÎM vise une formalisation accrue et une amélioration générale des pratiques éducatives et de gestion des milieux, mais aussi des changements de pratiques durables qui se traduiront par la création d’environnements plus favorables au développement moteur et à l’adoption de saines habitudes de vie chez les tout-petits.

15 h 00_rem_
Pause
15 h 30_rem_
Camille Gagné Université Laval

Qu’est-ce qui fait bouger les enfants d’âge préscolaire?

(Afficher le résumé)

Les données indiquent que les enfants âgés de trois à cinq ans passent la plus grande part de leur temps dans des activités sédentaires ou de faible intensité lorsqu’ils sont au milieu de garde. Être physiquement actif au jeune âge est important non seulement pour prévenir les problèmes de surplus de poids, mais aussi pour le développement des habiletés motrices, la santé des os, etc. En outre, c’est dans les six premières années de leur vie que les enfants déterminent leurs préférences en activité physique. Il s’agit donc d’une période clé où il importe d’intervenir. Des interventions ont été développées en vue d’augmenter le niveau d’activité physique des enfants. Cependant, la plupart de ces interventions sont peu ou pas efficaces ou les données disponibles ne permettent pas de formuler des conclusions quant à leur efficacité. Cette situation peut s’expliquer, du moins en partie, par le fait que ces interventions ont souvent été développées sans une identification préalable des facteurs empiriques qui expliquent l’activité physique des jeunes enfants. Il s’agit pourtant là d’une condition nécessaire au développement d’interventions efficaces. Le but de cette communication est de présenter des facteurs associés à l’activité physique de jeunes enfants de trois à cinq ans qu’il serait pertinent de prendre en considération dans le développement d’une intervention visant à augmenter les occasions offertes aux enfants d’être physiquement actifs en milieu de garde.

16 h 00_rem_
Véronique MARTIN Ministère de la Famille

Gazelle et Potiron : pour créer des environnements favorables à la saine alimentation, au jeu actif et au développement moteur en services de garde éducatifs à l’enfance

(Afficher le résumé)

 On estime que les enfants passent en moyenne 7,5 heures par jour en services de garde éducatifs à l’enfance. Ce chiffre, pour une enfant qui est éveillé de 12 à 13 heures par jour, correspond à 60-65% du temps d’éveil dans une journée. Les milieux de garde ont donc une forte influence sur le mode de vie des tout-petits. La présence de conditions optimales en matière de saines habitudes de vie peut ainsi jouer un rôle déterminant quant à l’acquisition de ces dernières par l’enfant.

 Parmi les encadrements permettant de mettre en œuvre ces conditions optimales, le ministère de la Famille, en collaboration avec divers partenaires, a rédigé le Cadre de référence Gazelle et Potiron : pour créer des environnements favorables à la saine alimentation, au jeu actif et au développement moteur en services de garde éducatifs à l’enfance. La présentation permettra d’exposer la vision véhiculée dans le Cadre de référence en concordance avec le programme éducatif Accueillir la petite enfance et la vision des environnements favorables aux saines habitudes de vie. La présentation permettra également de présenter les concepts clés, les orientations et les pratiques à privilégier qui sous-tendent ce Cadre de référence. Finalement, la démarche de changements de pratiques proposée aux services de garde éducatifs sera abordée puisqu’elle constitue une condition de mise en œuvre importante, soutenue par autant de partenaires désireux de soutenir et d’accompagner les milieux de garde au Québec.

16 h 30_rem_
Lise Lemay UQAM - Université du Québec à Montréal

Synthèse et mot de clôture

Participez à la conversation

Partenaire des activités scientifiques