Connexion utilisateur

82e du Congrès de l'Acfas

Colloque 419 - Travailleurs pauvres, travailleurs migrants : vivre la pauvreté à l’heure du travail précaire

Vendredi 16 mai de 09 h 00 à 17 h 00.
Responsable(s)
Yanick noiseux Université de Montréal, Frédéric Lesemann Institut national de la recherche scientifique, Francois BORDELEAU Université de Montréal
Description

Dans le capitalisme avancé, l’emploi se transforme. De relativement stable qu’il était pour certaines catégories de personne dans la plupart des pays industrialisés, il devient de plus en plus précaire, flexible, temporaire, de sorte qu’il ne permet souvent plus de garantir un revenu suffisant pour sortir de la pauvreté. Cette évolution tient autant de l’évolution des stratégies d’entreprises – activement inscrites dans une dynamique de globalisation des marchés, et donc dans des stratégies diversifiées pour maintenir leur compétitivité – que de l’évolution même des conditions de travail, ou encore d’un droit du travail et de ses réglementations qui ne cessent de s’affaiblir. Ces mutations concernent aussi la détérioration des régimes publics de protections sociales reliés directement ou indirectement au travail tels l’assurance-emploi ou la sécurité du revenu.

Dans ce nouveau contexte social et politique se pose donc la question des formes possibles de mobilisation pour la défense des intérêts et la protection des catégories sociales les plus vulnérables. Les formes traditionnelles de mobilisation, propres à l’organisation de la « société salariale », sont par ailleurs devenues bien souvent inopérantes. Une avenue intéressante à explorer est celle des « initiatives citoyennes » qui tentent de trouver de nouveaux modes de défense des intérêts et de réponse aux besoins de protection des nouveaux « travailleurs et travailleuses pauvres ».

Dans le cadre de ce colloque, organisé conjointement par le Groupe interdisciplinaire de recherche sur l’emploi, la pauvreté et la protection sociale (GIREPS) et par le Pôle de recherche sur l’action collective et le travail atypique (PRACTA), nous chercherons donc à engager la réflexion sur des populations particulièrement touchées par ces modifications et sur les stratégies adoptées pour combattre cette précarité et organiser la vie quotidienne dans ces contextes.

Nous aborderons ainsi, en premier lieu, la réalité de ces travailleurs précaires. Les questions de la sécurité alimentaire, de l’?endettement et de la conciliation famille-travail seront ainsi mises de l’??avant, à travers l’??étude de l’??expérience concrète des travailleurs pauvres. Cette thématique nous permettra aussi de nous demander comment des travailleurs aux prises avec ce type de problèmes peuvent s’??organiser collectivement.

Par la suite, nous nous intéresserons plus spécifiquement au cas des travailleurs migrants et de la défense de leurs droits, à la fois par les milieux syndicaux et communautaires, ainsi que par ces populations migrantes elles-mêmes.

Ce colloque sera de plus l’??occasion de rassembler à la fois des chercheurs, des intervenants et des citoyens autour de la question de la montée du travail précaire. Une place particulière sera réservée aux discussions et aux tables rondes, ce qui permettra de mêler les expériences et les points de vue pour faire émerger les enjeux propres au monde du travail actuel.

Vendredi 16 Mai 2014

9 h 00 - 9 h 30
Introduction et présentation du GIREPS
Communications orales
Bâtiment – Local : Pavillon HALL (HH) – H-523
9 h 00_rem_

Introduction

9 h 30 - 11 h 00
Conciliation famille-travail-pauvreté
Communications orales
Bâtiment – Local : Pavillon HALL (HH) – H-523
9 h 30_rem_
Annabelle Seery Université de Montréal, Karine DAIGLE Centre D'Main de Femmes

Conciliation famille-travail pour les travailleuses pauvres : quelles réalités?

(Afficher le résumé)

La conciliation famille-travail est souvent discutée du point de vue des femmes de classes 
moyenne et supérieure. Mais quelles sont les réalités des femmes travaillant au bas de 
l’échelle? Quelles difficultés particulières rencontrent-elles en termes, entre autres, de 
gestion d’horaire et de modes de garde pour leurs enfants? Cette présentation proposera 
des pistes de réponses à ces questions. Une première partie portera sur la synthèse 
d’une revue de littérature sur les spécificités de la conciliation entre travail rémunéré et 
responsabilités familiales pour les femmes « travailleuses pauvres ». Une deuxième partie 
traitera des impacts observés chez les femmes à travers les différentes étapes de leur vie 
et de la concomitance avec d’autres facteurs qui contribuent à l’appauvrissement des 
femmes.

9 h 45_rem_
David DUFOUR Parole d'excluEs

Parcours de mobilisation citoyenne pour l’accès à l’alimentation pour tous à Montréal-Nord

10 h 00_rem_
Lorena Perez Université de Montréal

L’endettement étudiant qui rend pauvre

(Afficher le résumé)

À partir des résultats d’une étude comparative sur l’expérience d’endettement éprouvée comme étant problématique chez les jeunes adultes scolarisés à Montréal et à Santiago du Chili, cette communication vise à mettre au débat quatre dimensions analytiques qui cherchent à synthétiser les deux contextes étudiés, ainsi qu’à représenter les mouvements de continuité et discontinuité qui émergent de l’expérience d’endettement problématique des jeunes participants dans leurs différents contextes.

Cette proposition accordera une attention particulière à l’impact des façons des jeunes Québécoises, si individualisantes et si singularisantes, de se représenter le problème de l’endettement. Le récit de l’expérience de l’endettement comme expérience singularisée laisse dans l’ombre tous les évènements sociaux qui dépassent, mais qui concernent pourtant directement l’expérience d’endettement (Martuccelli, 2010). Par exemple, la précarisation de la condition de travail, le chômage, les difficultés éprouvées pour s’intégrer au marché de travail, etc., restent des situations secondaires dans le récit des jeunes débiteurs montréalais. Elles sont néanmoins déterminantes de leur situation d’endettement

10 h 15_rem_
Stéphanie Mayer Chaire Claire-Bonenfant

Enquête sur les conditions de travail et de vie des travailleuses québécoises chez Wal-Mart : quelles conséquences sur les luttes syndicales?

(Afficher le résumé)

Wal-Mart propage un modèle d'affaires basé sur les bas salaires, des heures de travail écourtées et par un déni agressif du droit à la représentation collective. Les exigences accrues de flexibilisation de l'employeur affectent à la fois les conditions de travail et de vie salarié.e.s: des prérogatives démesurées qui ne peuvent être renversées que par l'organisation collective, laquelle difficile à consolider. Les témoignes de onze salariées des succursales québécoises de Wal-Mart recueillis dans une enquête menée entre 2010-2012 permettent à la fois de lier les effets des conditions de travail et de vie sur la disposition à la syndicalisation et aux apprentissages que ces campagnes syndicales menées par les TUAC ont donné lieu pour le renouveau du syndicalisme

11 h 00_rem_
Pause
11 h 15 - 12 h 30
Table ronde 2 – Conciliation famille, travail et pauvreté
Panel
Participant(s): Lorraine DESJARDINS Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec, Jean-Paul FANIEL Table de concertation sur la faim et le développement social du Montréal Métropolitain
Bâtiment – Local : Pavillon HALL (HH) – H-523
12 h 30_rem_
Dîner
14 h 00 - 15 h 30
Travail migrant temporaire : les défis de l’organisation collective
Communications orales
Bâtiment – Local : Pavillon HALL (HH) – H-523
14 h 00_rem_
Sarah GIRARD

Travailleurs migrants temporaires et droit au travail

14 h 15_rem_
Marie-Jeanne VANDOORNE

Tentatives de syndicalisation et action collective chez les travailleurs migrants

14 h 30_rem_
Loïc Malhaire Université de Montréal

Mobilisation des travailleurs d’agence sur les lieux de travail

14 h 45_rem_
Elsa Galerand UQAM - Université du Québec à Montréal

Pinay : étude de cas sur la défense et l’organisation collective des travailleuses domestiques

15 h 30_rem_
Pause
15 h 45 - 17 h 00
Table ronde 2 – Le travail migrant temporaire et les défis de l'organisation collective
Panel
Présidence/animation : Sid Ahmed Soussi UQAM - Université du Québec à Montréal
Participant(s): Eugénie Depatie-pelletier Université de Montréal, Denise GAGNON Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec, Alexandra LAW Université de Montréal
Bâtiment – Local : Pavillon HALL (HH) – H-523

Participez à la conversation

Partenaire des activités scientifiques