Connexion utilisateur

82e du Congrès de l'Acfas

Domaine de recherche 401 - Développement et fonctionnement des personnes et des communautés et vie sociale

Du lundi 12 mai à 09 h 00 au vendredi 16 mai à 16 h 00.
Responsable
  • Sophie Marcotte Université Concordia
Description

Les communications rassemblées dans ce domaine touchent à des enjeux cruciaux du développement de la société et de sa population. Les sujets abordés au cours de ces présentations et les problématiques posées se situent autant au niveau de l’identité de l’individu, de la famille, de la sexualité, de la santé, de l’immigration et démontrent ainsi la relation complexe existant entre la construction de l’individu, celle d’une communauté et celle de la société. À partir des regards, des comptes rendus, des analyses et des questionnements soulevés, le domaine 401 se veut une fenêtre ouverte sur le monde d’aujourd’hui!

Lundi 12 Mai 2014

9 h 00 - 11 h 00
Sexualité et homosexualité (I)
Communications orales
Présidence/animation : Philippe-Benoit CÔTÉ UQAM - Université du Québec à Montréal
Bâtiment – Local : Pavillon MB – MB S1.105
1_rem_
Jessica GARANT Université Laval, Laurie DUFRESNE Université Laval, Francine Lavoie Université Laval, Michel Boileau, Josée Mayer, Martin Blais UQAM - Université du Québec à Montréal, Martine HÉBERT UQAM - Université du Québec à Montréal, le groupe PAJ
Harcèlement sexuel d’adolescents québécois et souffrance psychologique
(Afficher le résumé)

Le harcèlement sexuel (HS), dont la prévalence augmente à l’adolescence, se définit comme une attention ou des comportements à caractère sexuel hostiles ou non désirés liés au genre. Le HS crée des effets dommageables sur la santé mentale des victimes en compromettant leurs droits, leur dignité ou leur intégrité. Les études antérieures montrent que les filles et les minorités sexuelles sont plus affectées. Cette étude veut identifier, selon le genre et l’orientation sexuelle, les manifestations de souffrance liées au HS : la détresse, le niveau d’estime de soi et les idéations suicidaires. À partir des résultats de l’Enquête sur les Parcours Amoureux des Jeunes, un sous-groupe victime de HS (n = 3 043, M = 15.4 ans), qui représente 37.14% d’un échantillon représentatif de 8 194 élèves québécois de 3e à 5e secondaire, a été analysé. D’après les hypothèses formulées, le HS serait lié à des manifestations de souffrance plus élevées chez les filles, les minorités sexuelles et plus particulièrement les minorités sexuelles de genre masculin. Les résultats montrent une augmentation plus marquée des indices de souffrance psychologique chez les garçons selon le niveau de HS vécu. D’autre part, l’estime de soi est plus faible chez les hétérosexuels victimes comparativement aux minorités sexuelles victimes. Tant la situation des garçons que celle des filles devraient être considérées dans les programmes de prévention et les recherches ultérieures sur les facteurs associés au HS.

2_rem_
Marie-Pier VAILLANCOURT-MOREL Université Laval, Noémie Bigras, Natacha Godbout UQAM - Université du Québec à Montréal, Martine HÉBERT UQAM - Université du Québec à Montréal, Stéphane Sabourin Université Laval
État de la recherche sur la santé sexuelle et relationnelle des hommes survivants de traumas interpersonnels durant l’enfance
(Afficher le résumé)

La victimisation interpersonnelle des garçons est un phénomène d’ampleur significative. Cependant, la documentation scientifique s’intéressant à la situation des hommes survivants reste fragmentaire et limitée. De plus, les études incluant des hommes présument parfois une équivalence des répercussions entre les sexes qui masque les répercussions propres aux hommes. Les études ciblant les hommes ont permis d’identifier certaines particularités, notamment des enjeux spécifiques liés au dévoilement en raison des normes sociales Les études menées auprès des femmes démontrent que les répercussions des traumas semblent se maintenir à l’âge adulte et se manifester via une symptomatologie hétérogène et complexe qui s’exprime avec force au sein de la sexualité et des relations amoureuses (Lemieux & Byers, 2008). Toutefois, un tel consensus reste à établir chez les hommes dans l'objectif de mieux identifier les défis en contexte clinique auprès de cette clientèle. Cette communication a pour objectif de présenter les résultats d’une recension des écrits des dix dernières années dans le but de mieux comprendre les enjeux sexuels et relationnels vécus à l’âge adulte par les hommes survivants de traumas interpersonnels en enfance. Une synthèse de la documentation scientifique ciblant les grandes conclusions, les lacunes et les besoins actuels est présentée. 

3_rem_
Marie GEOFFROY UQAM - Université du Québec à Montréal, Line Chamberland

Les initiatives de gestion de la diversité sexuelle des entreprises : perceptions et vécus des employé(e)s lesbiennes, gai(e)s et bisexuel(le)s

(Afficher le résumé)

Malgré les progrès en égalité sociale et législative des minorités sexuelles, les employés lesbiennes, gais et bisexuel(e)s (LGB) sont toujours victimes de discrimination, de micro-agressions et d'homophobie en milieu de travail. Au Québec, un employé sur dix serait victime de discrimination au travail et presque un employé sur quatre aurait subi une forme d'homophobie directe. Le Plan d'action gouvernemental de lutte contre l'homophobie du Québec souligne qu'il faut continuer à lutter contre l'homophobie en milieu de travail.

Une façon qu'ont les employeurs pour réduire la discrimination et l'homophobie en milieu de travail est d'adopter des initiatives de gestion de la diversité sexuelle, telles que des politiques antidiscriminatoires et des formations à la diversité sexuelle. À ce jour, les quelques recherches ayant vérifié l’efficacité de ces initiatives démontrent qu’il existe des limites à ces méthodes.

Les objectifs de notre étude sont: 1) dresser un portrait des initiatives de gestion de la diversité sexuelle adoptées par de grandes entreprises canadiennes 2) explorer les perceptions et les expériences qu'ont les employés LGB par rapport à ces dernières 3) suggérer des pistes d’amélioration.

La présentation fera entre autres état des résultats préliminaires d’une analyse thématique d’entrevues semi-dirigées menées auprès d'employés LGB qui travaillent dans diverses grandes entreprises, ainsi qu'avec des informateurs clés impliqués dans la diversité sexuelle au travail.

4_rem_
Roxanne BOLDUC UQAM - Université du Québec à Montréal, Aurélie Bélanger, Natacha Godbout UQAM - Université du Québec à Montréal, Martine HÉBERT UQAM - Université du Québec à Montréal, Michel Goulet UQAM - Université du Québec à Montréal, Noémie Bigras, Sophie Boucher UQAM - Université du Québec à Montréal
Qui consulte en thérapie sexuelle? Un portrait descriptif
(Afficher le résumé)

Cette communication présente les données préliminaires d’une étude longitudinale auprès d’individus consultant des stagiaires en sexologie clinique de l’UQÀM. Un total de 112 participants ont rempli un questionnaire portant sur leurs caractéristiques sociodémographiques, motifs de consultation, antécédents de traumas interpersonnels (p. ex., agression sexuelle, mauvais traitements en enfance), représentations d’attachement, ainsi que leur ajustement conjugal, sexuel et psychologique. L’échantillon est majoritairement Canadien (86 %), hétérosexuel (80 %) et féminin (58 %). Les résultats indiquent des taux importants de traumas interpersonnels (p. ex., agression sexuelle à l’enfance = 37 %) et de détresse psychosociale, ainsi que des corrélats entre l’ajustement des clients et leurs expériences de traumas interpersonnels. Par exemple, bien que le tiers des clients rencontrés rapportent des taux inquiétants de dissociation, cette proportion est significativement plus élevée chez les survivants d’agression sexuelle en enfance (44 % rapportent des symptômes dissociatifs qui atteignent le seuil clinique). Enfin, certaines différences sont observées entre les motifs de consultation rapportés par les clients et les impressions diagnostiques des thérapeutes. Cette étude vise à informer les chercheurs et cliniciens sur les différentes caractéristiques des individus qui consultent pour des problèmes sexuels et conjugaux, et à discuter des implications cliniques de ces résultats.

5_rem_
Philippe-Benoit CÔTÉ UQAM - Université du Québec à Montréal, Martin Blais UQAM - Université du Québec à Montréal, Émilie FOURNIER UQAM - Université du Québec à Montréal, Céline Bellot Université de Montréal, Hélène Manseau À déterminer
Drogue, sexualité et situation de rue : l’envahissement par la drogue chez les jeunes
(Afficher le résumé)

Si les risques sexuels associés à la consommation de drogues chez les jeunes en situation de rue sont bien identifiés, tels que l’usage inconstant du préservatif et la prostitution (Chettiar et al., 2010; Hathazi et al. 2009), peu d’études ont documenté, à partir du point de vue des jeunes, le rôle de la consommation de drogues sur leur expérience des relations affectives et sexuelles. Le discours de quatorze jeunesen situation de rue(8 femmes et 6 hommes) quitémoignent d’une consommation de drogues intensive a été analysé à partir de la méthode qualitative de Tesch (1990). L’analyse des témoignages de ces jeunes montre quela consommation de drogues représente une expérience envahissante où la dépendance aux substances prend le dessus sur l’ensemble de leurs activités. Devant l’urgence de répondre à cet envahissement, ces jeunes mentionnent se sentir contraints de marchander leur sexualité pour obtenir rapidement de l’argent afin de consommer de la drogue. Quelques jeunes indiquent avoir tissé des relations affectives avec des conjoints qui étaient eux aussi dépendants aux substances, mais la plupart mentionnent que l’envahissement par la drogue fait obstacle au développement d’une relation amoureuse. En se démarquant des travaux sur les risques sexuels, cette étude montre que la consommation intensive de drogues vient enfermer certains jeunes dans la situation de rue en freinant leurs relations sociales et affectives au profit de leur dépendance aux substances.

9 h 00 - 11 h 00
Santé mentale, délinquance, itinérance (I)
Communications orales
Présidence/animation : Geneviève Parent Centre jeunesse de Montréal - Institut universitaire
Bâtiment – Local : Pavillon MB – MB S2.105
1_rem_
Catherine MONTMAGNY GRENIER Université de Montréal, Camille Faubert Université de Montréal

La discrétion policière à l’égard des adolescent(e)s : entre genre et ethnicité

(Afficher le résumé)

Bien que le droit et son application semblent objectifs en théorie, il s’avère que certaines subjectivités des acteurs judiciaires influencent ces derniers. Précisément, le droit, entendu comme construit social, est un instrument pour favoriser les intérêts d’une certaine population, créant ainsi des relations de pouvoirs. Le droit reposant alors sur un système notamment patriarcal se voit teinté d’idées préconçues en ce qui a trait aux rôles sociaux de sexe ainsi qu’à l’ethnicité. Ainsi, la présente étude cherche à savoir si la conjoncture des identités de genre et d’ethnicité d’une personne influence l’application du droit à son égard, toute chose étant égale par ailleurs. Précisément, pour répondre à ce questionnement, nous étudions le pouvoir discrétionnaire des policiers à l’égard d’adolescent(e)s. Cette étude, qui est une analyse de cas, est basée sur un échantillon de 485 adolescents âgés de 16ans et ayant commis un vol de moins de 200$ sur l’île de Montréal. Suites à des analyses statistiques bivariées et multivariées, les résultats montrent qu’une relation significative existe entre l’ethnicité et la discrétion policière, mais ce, seulement chez les jeunes de sexe masculin; les garçons de couleur seraient alors punis plus sévèrement que les autres adolescent(e)s arrêté(e)s.

2_rem_
Paulo Rogers DA SILVA FERREIRA Université Laval

À la recherche du dernier verre : pour une esthétique du boire dans le Québec rural

(Afficher le résumé)

 Description de la problématique de recherche

Ce projet de recherche porte sur la consommation d’alcool à Saint Éphrem-de-Beauce (Chaudière-Appalaches), un village du Québec (Canada). Ciblant notamment l’imaginaire social entourant ce type de consommation, j’analyserai les impacts des systèmes de valeurs ruraux ainsi que son influence dans la logique de cette consommation à partir des interactions affectives entre les gens du village.

Méthodologie

La collecte des données reposera, comme le prescrit la méthode ethnographique, sur des techniques éprouvées : observations en situation (Jaccoud et Mayer, 1997), entretiens qualitatifs (Poupart, 1997) et récits de vie topiques (Pires, 1989). L’approche analytique retenue est celle de la théorisation ancrée (Strauss et Corbin, 1990) qui sied bien à une approche interprétative. La thèse devrait être complétée au printemps 2015.

Résultats prémilinaires

Le travail sur le terrain (09/2013-06/2014) suit son cours. Par contre, quelques résultats préliminaires sont présentés ci-dessus:

1)Les usages sociaux de l'alcool à Saint Éphrem sont liés à une esthétique de la pratique du quotidien;

2)La plularité chez le gens du village sur la notion d'"alcoolique" est comprise comme une stratégie affective pour planifier la consommation de l'alcool dans la région et

3)Au même temps, à Saint Éphrem, le stigmate sur celui qui boit est lié à celui qui ne travaille pas et ce qui reçoit l’aide sociale.

3_rem_
Mélanie DI MAMBRO UQAM - Université du Québec à Montréal, Monique Séguin UQO - Université du Québec en Outaouais, Marie Robert UQO - Université du Québec en Outaouais
Trajectoires de jeu et troubles de santé mentale associés chez 86 joueurs
(Afficher le résumé)

Objectif :

Le but de cette étude est d’identifier différentes trajectoires de comportements de jeux (aucun jeu, jeu récréatif, jeu pathologique) et leur évolution au cours de la vie.

Méthodologie :

86 joueurs à risque de jeu (2 critères ou plus sur le South Oaks Gambling Scale-SOGS) ont participé à l’étude et ont répondu à des entrevues semi-structurées utilisant les Structured Clinical Interview pour les troubles des axes I et II selon le DSM-IV (SCID I et SCID II) pour évaluer les troubles de santé mentale et les comportements de jeu.

Résultats :

Pour l’évolution des comportements de jeu, trois groupes furent identifiés. Le premier groupe jouait récréativement au jeu dans la mi-vingtaine et semble avoir connu une progression lente vers le jeu. Le deuxième groupe présentait des habitudes de jeu récréatives dans leur quarantaine et développent des habitudes de jeu pathologique dès la cinquantaine. Le troisième groupe a été exposé au jeu récréatif tardivement dans la vie et semble avoir développé des difficultés avec le jeu pathologique lors de la retraite. Pour les troubles de santé mentale, 98% des participant présentent un problème de santé mentale axe I durant la vie et 62% dans les 6 derniers mois.

Conclusion :

Au-delà des trajectoires identifiées, la psychopathologie était importante chez les trois groupes.



4_rem_
Geneviève Parent Centre jeunesse de Montréal - Institut universitaire, Jean-pierre Guay Université de Montréal, Chantal Fredette Université de Montréal, Catherine Laurier Centre jeunesse de Montréal - Institut universitaire

Repensons l’explication de la délinquance : l’interaction entre le risque individuel et le risque contextuel

(Afficher le résumé)



En criminologie, nos modèles théoriques et els travaux de recherche se concentrent généralement soit sur la personne et sa propension à la délinquance soit sur le contexte et ses opportunités criminelles. Toutefois, pour que le crime et la délinquance émergent, il faut qu’une personne entre en interaction avec une opportunité. Si nous voulons bien expliquer la délinquance, il faudrait donc considérer à la fois le risque individuel et contextuel ainsi que leur interaction. Le but de cette conférence est de faire la démonstration de la pertinence d’une modélisation interactionnelle, comparativement à celle additive, pour expliquer la délinquance. Pour se faire, 250 contrevenants (juvéniles et adultes) ont répondu à des questionnaires portant sur le risque individuel et contextuel. Les résultats suggèrent que nous délaissions le modèle additif et que nous concentrions dorénavant nos efforts vers une modélisation interactionnelle. En effet, les analyses d’arbres de régression (approche interactionnelle) permettent de rendre compte d’un pourcentage de variance expliquée plus élevée que les analyses de régressions linéaires classiques (approche additive) dans l’explication de la fréquence des crimes, mais aussi de leur variété et de leur gravité. Les implications cliniques de ces résultats seront abordées, particulièrement en ce qui a trait à la dérogation clinique lors de l’évaluation du risque de récidive.

5_rem_
Julie GAUDREAULT Université de Montréal, Carlo Morselli
Le bonheur chez les jeunes de la rue
(Afficher le résumé)

L'intervention auprès des jeunes de la rue est difficile. Susciter une motivation au changement chez eux est le plus grand défi qui entoure ce type d'intervention. Il est difficile de déterminer sur quel élément mettre l'emphase à fin d'inciter ces jeunes à changer et à éventuellement sortir de la rue. Il appert primordial de considérer le processus d'intervention auprès des jeunes de la rue comme étant dynamique, où il faut d'avantage comprendre le sens que le jeune attribue à sa vie dans la rue. Une nouvelle manière d'entrevoir la motivation, axée sur la perception de bonheur de ces jeunes, est mise de l'avant afin de réorienter l'intervention auprès de cette clientèle. Cette étude vise à déterminer quels sont les facteurs qui peuvent influencer la satisfaction des jeunes de la rue face à leur expérience de vie, c'est-à-dire sur la perception de leur bonheur face à leur style de vie. L'étude porte sur 167 jeunes de la rue de Montréal, à qui l'on a administré un questionnaire de 150 questions portant sur une variétés de sujets. Suite à des analyses de régression logistique multinomiale, il appert que certains facteurs ont une influence sur le bonheur des jeunes de la rue, notamment le temps passé dans la rue, la diversité de consommation de drogue, la précarité de logement, le niveau d'éducation et l'espoir en l'avenir. L'espoir en l'avenir est le seul facteur qui influence les jeunes toujours et jamais heureux, et devrait donc être approfondi dans les études futures.



13 h 30 - 15 h 30
Sexualité et homosexualité (II)
Communications orales
Présidence/animation : Claire BEAULIEU Cégep de l'Outaouais
Bâtiment – Local : Pavillon MB – MB S1.105
1_rem_
Anne-Sophie Ruest-paquette Université d’Ottawa
Démystifier la pansexualité
(Afficher le résumé)

La pansexualité en tant qu’orientation sexuelle est méconnue
et souvent confondue avec la bisexualité. Il y a d’ailleurs très peu de
documentation scientifique sur le sujet. Voulant clarifier le sens et la portée
socioculturelle de ce marqueur identitaire, un survol de douze articles en
ligne, d’une thèse doctorale et d’une poignée d’articles scientifiques portant
de près ou de loin sur le thème de la pansexualité a été réalisé. En outre, la
participation de sept personnes pansexuelles a été sollicitée par
l’intermédiaire de Facebook. Ces personnes ont chacune répondu à sept questions
de nature qualitative. En ressortent quelques tendances, qui feront l’objet de
cette communication : 1) la pansexualité est surtout une étiquette à
l’image de changements récents dans les discours sociaux et culturels en
rapport au sexe, au genre, à l’identité sexuelle et à l’orientation sexuelle
(SGISOS); 2) les personnes pansexuelles expriment une certaine ambivalence à
l’endroit des étiquettes identitaires; 3) la pansexualité réfère principalement
à l’orientation sexuelle des personnes qui se l’approprient; 4) elle désigne
autrement une affirmation sociopolitique en ce qui a trait aux représentations
sociales dichotomiques en matière de SGISOS; 5) elle se définit souvent en
opposition ou en relation à d’autres étiquettes; 6) les personnes pansexuelles
font l’objet de nombreux préjugés et stéréotypes; 7) il existe des tensions à
la frontière entre la bisexualité et la pansexualité.



2_rem_
Anne-Sophie Ruest-paquette Université d’Ottawa
Les élèves lesbiennes, bisexuelles ou ainsi perçues en Ontario français : enjeux
(Afficher le résumé)

Le harcèlement par les pairs en vertu du genre ou de l’orientation sexuelle, incluant toute violence favorable à la régulation ou au renforcement des normes de genre et de l’hétérosexisme, demeure un problème prédominant, persistant et mal compris dans les écoles nord-américaines, le personnel scolaire tendant à se déresponsabiliser envers les populations qui en sont visées. Cette inertie systémique engendre de nombreuses répercussions scolaires et parascolaires, et ce, dans la vie des personnes concernées, mais aussi de la société. Pour les minorités sexuelles, l’école est parfois l’unique milieu favorable au développement d’une construction identitaire positive. En Ontario français, l’école est parfois l’unique milieu au sein duquel les élèves font quotidiennement l’expérience du français. Les enjeux de pouvoir en cause sont donc nombreux, notamment chez les filles, dont le corps et la sexualité font l’objet de violences multiples, mais aussi en Ontario français, où les francophones sont minoritaires et où l’on remarque une diminution des effectifs scolaires. En s’appuyant sur les concepts d’intersectionalité, de socialisation et de construction identitaire, cette communication théorique soulèvera les enjeux particuliers concernant
l’expérience scolaire des élèves lesbiennes, bisexuelles ou ainsi perçues en Ontario français.

3_rem_
Kévin Lavoie Université de Montréal, Marie-Christine Saint-Jacques À déterminer, Mona Greenbaum Coalition des familles homoparentales

L’homoparentalité au prisme de la recomposition familiale : l’expérience de mères et de belles-mères lesbiennes

(Afficher le résumé)

Les familles lesboparentales jouissent d’une reconnaissance sociale grandissante au Québec. Depuis plus de dix ans, deux femmes peuvent être reconnues légalement comme mères. Certaines d’entre elles se sont séparées et forment désormais une famille recomposée avec leur nouvelle conjointe qui endosse le rôle de beau-parent. Dans le cadre de cette communication, nous présentons les résultats d’une étude exploratoire sur les familles lesboparentales recomposées dont les enfants de la mère sont issus d’une union homosexuelle antérieure. Cette démarche qualitative a permis de documenter l’expérience de recomposition familiale de dix-sept (n = 17) mères et belles-mères lesbiennes vivant au Québec. Plus spécifiquement, nous nous sommes intéressés aux difficultés rencontrées par ces femmes, notamment celles pouvant découler des stigmatisations liées à la structure familiale ou à l’orientation sexuelle des parents et des beaux-parents, ainsi que les stratégies mises en place afin de les surmonter. Les retombées positives entrainées par la recomposition familiale sont également identifiés, de même que les besoins exprimés par ces familles en terme de soutien et d’intervention. Finalement, des pistes de recherches futures et les implications pour la pratique sont discutées.

4_rem_
Claire BEAULIEU Cégep de l'Outaouais, Marie BOLDUC Cégep de l'Outaouais

Diminuer les insultes dans les relations amoureuses des cégépiens et cégépiennes

(Afficher le résumé)

Ayant recueilli des données sur la fréquence et la sévérité des comportements violents dans les relations amoureuses (850 sujets), de l’hiver 2011 à l’automne 2012, la violence psychologique prédomine chez les sujets. Tenant compte que les jeunes utilisent les T.I.C. pour s’informer et pour échanger, les chercheurs ont utilisé des messages personnalisés, diffusés via le web, afin de modifier la fréquence et la force de l’intention de l’utilisation des insultes lors des échanges dans une relation amoureuse. Les 200 sujets du groupe expérimental  ont été sélectionnés selon une technique d’échantillonnage stratifiée en fonction du sexe, du style d’attachement et du nombre d’insultes, dans quatre programmes au Cégep de l’Outaouais à la session hiver 2013. Ils ont appris à s'exprimer sans insulte dans le respect de leur partenaire en écoutant des messages personnalisés sur une période de quatre semaines. Les messages personnalisés et les «feedback» tiennent compte des caractéristiques des sujets et de la force de leur intention de s’exprimer sans insulte.  Cette démarche expérimentale est basée sur le «tailoring» et la théorie du changement planifié (modèle de Fishbein et Ajzen, 2010).

Au début de l’expérimentation 46,4% des sujets en couple s’exprimaient sans insulter leur partenaire. À la fin de l'expérimentation, 77,9% y parviennent. Cette performance se maintient toujours après un mois. Qu’en est-il de ceux qui insultaient plus fréquemment leur partenaire?  

5_rem_
Kévin Lavoie Université de Montréal, Isabel Côté UQO - Université du Québec en Outaouais, Francine Demontigny UQO - Université du Québec en Outaouais
L’offre de dons de gamètes par le biais de sites Internet : perceptions, expériences et motivations de donneurs de sperme
(Afficher le résumé)

Les pratiques de procréation assistée se sont démocratisées au Québec de telle sorte qu’il est possible d’avoir accès aux forces génétiques d’autrui pour l’établissement d’un projet parental sans avoir à transiger avec une clinique de fertilité, à tout le moins en ce qui concerne le don de sperme. Bien que l’ampleur du phénomène soit difficile à mesurer, l’émergence de l’offre de dons de gamètes en dehors du système médical s’est accentuée avec l’avènement du Web 2.0. Plusieurs hommes proposent d’effectuer des dons pour des couples ou des femmes célibataires. L'actualité récente témoigne de l’acuité des enjeux liés à la procréation assistée par autrui à l’aune des considérations légales et éthiques associées à cette pratique émergente. Cette communication présente les résultats d’une étude exploratoire visant à problématiser l’offre de dons de sperme entre particuliers au Québec et d’en faire l’état des lieux sur le Web, en plus de documenter la variabilité des expériences des hommes qui exercent le don de gamètes. Une soixantaine d’offres de sperme publiées sur Internet ont été colligées sur deux forums francophones et huit entrevues semi-dirigées ont été réalisées auprès de donneurs. De façon spécifique, cette recherche a permis de cerner les motivations de ces hommes à offrir leur sperme sur Internet et d’identifier les répercussions, réelles ou appréhendées, de leurs dons dans différentes sphères de leur vie.

13 h 30 - 15 h 30
Santé mentale, délinquance, itinérance (II)
Communications orales
Présidence/animation : Nathalie Poirier UQAM - Université du Québec à Montréal
Bâtiment – Local : Pavillon MB – MB S2.105
1_rem_
Nadia Abouzeid UQAM - Université du Québec à Montréal, Nathalie Poirier

Le trouble du spectre de l’autisme : état des connaissances sur la santé physique et psychologique

(Afficher le résumé)

Les personnes ayant trouble du spectre de l’autisme (TSA) présentent des particularités sur le plan de la santé qui les distinguent de l’ensemble de la population. Parmi celles-ci se retrouvent des conditions médicales, des troubles psychologiques et des caractéristiques liées à leur hygiène de vie.  L’objectif de l’étude, réalisée auprès de 52 parents, est d’explorer la variété des aspects liés à la santé de leur enfant ayant un TSA.Les données, recueillies par des questionnaires auto-administrés et des entrevues semi-structurées, ont été analysées quantitativement et qualitativement.L’analyse révèle la présence de conditions médicales, telles l’épilepsie et les troubles gastro-intestinaux. Les résultats indiquent l’existence de comorbidités telles que l’anxiété et la déficience intellectuelle. En ce qui a trait à leur hygiène de vie, ils présentent des difficultés de sommeil, d’alimentation et des problèmes d’acquisition de la propreté. Plus de la moitié des personnes ayant un TSA  prennent une médication pour le traitement d’un trouble associé. Il est évident que les personnes ayant un TSA présentent des spécificités sur le plan de la santé nécessitant une attention particulière. Malgré la présence de ces défis et la prise de médication, les parents ont une perception positive de la santé de leur enfant. Il s’avère essentiel de poursuivre les recherches dans le domaine de la santé auprès de cette population afin de prévoir des interventions efficaces.

2_rem_
Philippe-Benoit CÔTÉ UQAM - Université du Québec à Montréal, Martin Blais UQAM - Université du Québec à Montréal, Céline Bellot Université de Montréal, Hélène Manseau À déterminer
Les relations affectives et sexuelles des jeunes en situation de rue : une analyse qualitative de leurs usages
(Afficher le résumé)

Plusieurs travaux tendent à réduire les relations affectives et sexuelles des jeunes en situation de rue à une instrumentalisation à des fins de survie (Lanzarini, 2000; Loates et Walsh, 2010), sans prendre en considération l’ensemble des constructions subjectives de cette expérience. À partir d’un cadre conceptuel où l’amour et la sexualité sont considérés comme des stratégies visant l’amélioration des conditions de vie des acteurs sociaux, cette étude vise à décrire les usages que font les jeunes des relations affectives et sexuelles en situation de rue. Trente-deux jeunes en situation de rue (18 femmes, 14 hommes) ont été rencontrés en entrevue individuelle semi-dirigée. L’analyse qualitative des témoignages a mis en évidence deux principaux usages des relations affectives et sexuelles chez ces jeunes. Premièrement, certains jeunes indiquent que les relations affectives et sexuelles constituent une stratégie d’intégration à une identité collective permettant de renverser le fardeau symbolique de la situation de rue. Deuxièmement, d’autres jeunes témoignent que les relations affectives et sexuelles évoquent plutôt une stratégie de mise à distance permettant de rompre avec la situation de rue considérée comme expérience de disqualification de soi. Cette étude illustre la multiplicité des usages que peuvent prendre les relations affectives et sexuelles chez les jeunes pour améliorer leurs conditions de vie précaires et instables en situation de rue.

3_rem_
Nathalie Poirier UQAM - Université du Québec à Montréal

Le trouble du spectre de l’autisme : état des connaissances sur l’adolescence et l’âge adulte

(Afficher le résumé)

Introduction

Le nombre d’enfants diagnostiqués d’un trouble du spectre autistique (TSA) a augmenté de façon substantielle estimant sa prévalence à 1 %. Cette prévalence se note également chez les adolescents et les adultes.Le TSA se caractérise par un développement atypique de la communication, de la socialisation et de la variété des intérêts et des comportements. Le tableau clinique est variable en fonction des capacités cognitives, du niveau de langage, des interactions sociales et de l’âge.

 

Méthode 

Participants : 22 parents d’enfants présentant un TSA âgés de 13 à 41 ans

Instruments : entretien semi-structuré et questionnaire

Analyse : analyse qualitative et quantitative 

Résultats

 

Les résultats rapportent des données quant à la scolarisation des adolescents et des adultes ayant un TSA et leur type d'emploi.  La situation concernant leur milieu de vie, leurs relations sociales et amoureuses sont aussi disponibles. Enfin, les droits et la reconnaissance de ceux-ci sont précisés.

 

Conclusion

 

Les conditions et les services perçus par les parents pour leur enfant sont satisfaisants mais déclinent en fonction de l’âge et de la sévérité du trouble présenté.

4_rem_
Mélanie BOLDUC UQAM - Université du Québec à Montréal, Nathalie Poirier UQAM - Université du Québec à Montréal

Le trouble du spectre de l’autisme : état des connaissances sur le diagnostic

(Afficher le résumé)

Le trouble du spectre de l’autisme (TSA) est caractérisé par une altération qualitative sur le plan de la communication et des interactions sociales ainsi que par un patron de comportements rigide et restreint. Le taux de prévalence du TSA augmente de façon substantielle, de sorte que près d'un enfant sur 100 reçoit actuellement ce diagnostic. Cette étude vise à dresser le portrait du processus diagnostique de TSA, par le biais du vécu parental. L'échantillon est composé de 50 parents d'enfant présentant un TSA, ayant complété un questionnaire auto-rapporté ou ayant participé à un entretien semi-structuré. Une analyse descriptive des données quantitatives, ainsi qu’une analyse qualitative de verbatim a permis de déterminer que les parents sont majoritairement les premiers à remarquer une atypie chez leur enfant, et ce, avant l'âge de 24 mois. Le retard de langage, les intérêts restreints de même que le contact visuel limité constituent les premières préoccupations parentales. L'écart entre les premiers soupçons et l'annonce du diagnostic dépasse quatre ans et plusieurs parents croient que le diagnostic aurait pu être posé plus tôt. Ces résultats promouvoient l’expertise parentale à l’égard du développement de leur enfant et de leur importance dans le processus diagnostique. Ainsi, la sensibilisation des intervenants de première ligne et un dépistage au moment des premiers soupçons sont recommandés afin de favoriser un diagnostic et une prise en charge précoce.

5_rem_
Jacinthe VALLÉE-OUIMET UQAM - Université du Québec à Montréal, Nathalie Poirier

Le trouble du spectre de l’autisme : état des connaissances sur la famille

(Afficher le résumé)

Introduction

Le trouble du spectre de l’autisme (TSA) se caractérise par une atteinte de la communication sociale et des comportements ou intérêt restreints. L’association américaine de psychiatrie propose une cotation selon le niveau de sévérité du trouble. Le TSA connaît une croissance depuis plusieurs années et sa prévalence est présentement estimée à 1 % ce qui en fait une préoccupation actuelle importante. Ce trouble a des répercussions sur la famille qui doit soutenir et encadrer le jeune, et ce, à un âge précoce jusqu’à l’âge adulte.

Méthode

Participants : 11 parents d’enfants présentant un TSA de 5 à 26 ans pour le volet qualitatif et 41 parents d’enfants ayant un TSA de 3 à 41 ans pour le volet quantitatif.

Instrument : entretien semi-structuré et questionnaire.

Analyse : Analyse qualitative (analyse thématique) et quantitative (fréquence et moyenne).

Résultats

Les résultats permettent de préciser la tendance des familles à recevoir de la visite, à aller en visite, à faire des sorties, à prendre des vacances et à utiliser les services de répit. L’analyse des résultats tient compte du niveau de sévérité du TSA.

Conclusion

Cette étude permet une meilleure compréhension du vécu familial associé au TSA. 

13 h 30 - 15 h 30
Santé mentale, délinquance, itinérance (III)
Communications orales
Présidence/animation : Simon Louis Lajeunesse Université de Montréal
Bâtiment – Local : Pavillon MB – MB S2.401
1_rem_
Sylvie Lirette undefined

Les transformations des discours et pratiques dominants sur les personnes handicapées depuis les années 1960, ou la construction sociale d’une personne hors norme

(Afficher le résumé)

D’importantes transformations dans les discours et pratiques dominants relatifs aux personnes handicapées peuvent être notés depuis les années 1960s (Fougeyrollas, 2010). Ces changements ont, chacun leur tour, construit socialement et variablement l’image et le destin de la personne handicapée. Cette présentation fera un survol des diverses pratiques et discours à propos des personnes handicapées entretenus dans la société depuis une quarantaine d’années. Elle démontrera comment la société tente d’être inclusive et à la fois, ne reconnaît pas la diversité chez les personnes hors normes. Enfin, l’auteure exposera quelques hypothèses sur les similarités et disparités qui existeraient entre les pratiques et discours communs et les réalités sociales vécues par les personnes handicapées. Celles-ci seront vérifiées lors d’une recherche ultérieure menée par l’auteure dans le cadre de son projet de thèse de doctorat.



2_rem_
Carine BÉTRISEY Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale, Sylvie Tétreault Université Laval, Geneviève Piérart, Chantal Desmarais Université Laval, Alida Gulfi, Lyliane Rachédi, Daphney St-Germain, Marie-Catherine St-Pierre
Évolution du recours aux services de soutien chez les familles immigrantes ayant un enfant en situation de handicap
(Afficher le résumé)

Dans un contexte d’immigration, de nombreux facteurs modulent le recours aux services de soutien chez les familles ayant un enfant en situation de handicap (perception des ressources existantes, priorisation des besoins, accessibilité des services, maîtrise de la langue, diffusion de l’information, etc.). Afin d’établir un état des lieux actualisé des connaissances préalables sur l’utilisation des prestations de soutien, une étude de portée (« scoping review ») est en cours. Cette exploration des écrits scientifiques est centrée sur les types de soutien utilisés ou non utilisés, sur les raisons en cas de recours ou de non-recours aux services ainsi que sur l’évolution des besoins en soutien. L’objectif est d’identifier des « parcours de recours » aux différentes prestations par les familles immigrantes ayant un enfant en situation de handicap. Un tableau des résultats de la recension des articles scientifiques pertinents et de leur contenu sera présenté, soulignant les thèmes traités et les lacunes en lien avec la problématique de la recherche. Vu le peu de documentation liée au recours au soutien par les familles immigrantes
avec un enfant en situation de handicap, à l’évolution de leurs besoins, aux problèmes d’accessibilité et surtout aux facilitateurs à mettre en place, davantage d’études doivent être réalisées sur le sujet afin d’améliorer l’adéquation entre les services mis à disposition et les besoins.

3_rem_
Jessica Pugliese Université de Montréal, Serge Lecours
Effet médiateur de la régulation émotionnelle sur la relation entre la socialisation des émotions et la dépression
(Afficher le résumé)

Il a été démontré dans les écrits que la socialisation des émotions, définie comme les comportements parentaux ayant une influence sur l’expression et l'expérience des émotions de leur enfant, a un effet sur la dépression adulte. Toutefois, les mécanismes expliquant les effets persistants de la socialisation des émotions sont peu connus. Une hypothèse proposée est qu’elle aurait un effet sur la régulation émotionnelle adulte, ce qui amènerait des problèmes internalisés comme la dépression. Les hypothèses de la présente étude sont : 1) Plus une personne rapporte rétrospectivement une socialisation des émotions non soutenante, plus elle aura d’affects dépressifs; 2) Cette relation sera médiatisée par la dérégulation émotionnelle. L’échantillon était composé de 138 étudiants universitaires (106 femmes, âge moyen de 21,48 ans). Les questionnaires qui ont été administrés sont le McLean Screening Instrument for Borderline Personality Disorder, le Questionnaire de Socialisation des Émotions et l’échelle de dépression du Brief Symptom Inventory, qui visaient à évaluer respectivement la dérégulation émotionnelle, la socialisation des émotions et les affects dépressifs. Des analyses de régression hiérarchique ont mis en évidence un modèle de médiation complète, c’est-à-dire que la socialisation des émotions a un impact sur la dépression adulte en passant par l’importance des traits de personnalité borderline, indicateur du niveau de  dérégulation émotionnelle.

4_rem_
Simon Louis Lajeunesse Université de Montréal, Janie Houle UQAM - Université du Québec à Montréal, Gilles Rondeau Université de Montréal, Sébastien Bilodeau

Les hommes de la région de Montréal : analyse de l’adéquation entre leurs besoins psychosociaux et les services qui leur sont offerts

(Afficher le résumé)

La littérature scientifique démontre que les hommes utilisent moins les ressources d’aide que les femmes. Il y a 2 principaux obstacles à la demande d’aide des hommes : 1) la socialisation masculine amène les hommes à considérer la demande d’aide comme un signe de faiblesse; 2) l’inadéquation des ressources disponibles n’arrivent pas à accueillir correctement les hommes et à leur offrir une aide qu’ils perçoivent pertinente et efficace. Notre question: les services psychosociaux offerts dans la région 06 répondent-ils aux besoins des hommes? Méthodologie mixte et intégrée où nous analysons les différences de genre dans l’état de santé et l’utilisation des services  de la région 06 à l’aide des données de ESCC cycle 4.1. Dans un 2e temps, par une entrevue semi-structurée auprès des CSSS et des organismes communautaires, nous analysons les services offerts aux hommes dans la région 06. Le 1e volet consiste en une enquête quantitative et qualitative auprès des CSSS et organismes communautaires offrant des services psychosociaux aux hommes de la région 06. 10 CSSS ont participé, 89 organismes. Le 2e volet est composé d’une étude par groupes (6) de discussion auprès de 68 hommes usagers. Les services psychosociaux offerts dans la région 06 ne répondent que partiellement aux besoins des hommes. Un important virage reste à faire dans l’investissement, la formation, les ressources humaines, l’organisation et la structure des services et leur répartition dans le territoire. 

5_rem_
Rachel CHOUINARD Université de Montréal, Serge Lecours Université de Montréal
Exploration du lien entre différents types de maltraitance et la mentalisation d’affects spécifiques auprès d’une population clinique
(Afficher le résumé)

La maltraitance durant l’enfance semble associée à une dérégulation émotionnelle et à évitement des émotions négatives une fois à l’âge adulte, ce qui laisse supposer une moins bonne tolérance et mentalisation de ces émotions. Comme la recherche concernant la mentalisation des affects en est encore à ses débuts, il est pertinent de chercher à mieux comprendre les impacts des différents types d’abus sur le niveau de mentalisation de différents affects spécifiques. Dans la présente étude, 30 clients de la Clinique universitaire de Psychologie de l’Université de Montréal (moyenne d’âge : 30 ans, 73% de femmes) ont répondu au Childhood Trauma Questionnaire, et ont ensuite abordé en entrevue, à travers deux vignettes, des expériences interpersonnelles liées à la tristesse. Le discours des participants a été analysé grâce à la Grille d’élaboration verbale des affects, permettant de déterminer la qualité de la de mentalisation des affects, de même que la Mesure pour l’identification des contenus affectifs, permettant de déterminer la fréquence d’affects spécifiques dans le discours. Les résultats montrent notamment que l’abus sexuel et l’abus physique sont apparus comme liés à la fréquence du dégoût envers les autres (r = 0,61 et r = 0,53; p < 0,01). L’abus physique est également associé à la fréquence de la colère envers les autres (r = 0,44; p < 0,05), et la négligence physique est apparue comme corrélée négativement à la fréquence de la joie (r = -0,37; p < 0,05).

Mercredi 14 Mai 2014

9 h 00 - 12 h 00
Identités et filiations
Communications orales
Présidence/animation : Andrée Fortin Université Laval
Bâtiment – Local : Pavillon MB – MB S1.105
1_rem_
Rebecca Ganem UQAM - Université du Québec à Montréal, Ghayda Hassan UQAM - Université du Québec à Montréal

Identité, fratrie et immigration : étude qualitative sur les contributions des relations fraternelles à la construction identitaire de jeunes adultes immigrants au Québec

(Afficher le résumé)

 

La construction identitaire prend appui sur la relation que l’enfant entretient avec son entourage familial et plus tard social. Au-delà des relations verticales aux parents, l'identité se bâtit à partir des relations horizontales comme les relations fraternelles. Peu d'études identifient la contribution de la fratrie dans la construction identitaire individuelle. Cette question devient d'autant plus primordiale dans le mouvement migratoire, où bien souvent, les figures parentales sont fragilisées et le lien fraternel peut apparaître comme fondamental mais peu exploité. Comment le processus migratoire vient-il réaménager les liens fraternels? Ces derniers peuvent-ils servir de support à la négociation identitaire et à l'intégration du sujet migrant?

A partir d'une méthodologie qualitative, nous avons conduit des entrevues semi-structurées avec sept adultes ayant immigré avec un ou des membres de leur famille afin d'explorer l'évolution de leurs relations fraternelles ainsi que leur expérience d'immigration. Notre analyse s’inspire de la méthode de Paillé et Mucchielli (2005) et vise à mettre en évidence des thèmes et des catégories en lien avec nos objectifs et partant du vécu des participants.

Nos résultats révèlent que les frères et sœurs représentent une figure de continuité coexistant avec le déracinement provoqué par l’immigration, contribuent à la création de liens d’affiliation dans la société d’accueil et participent à la renégociation identitaire du sujet.

2_rem_
Wtwqqertertertertertertlkjewrt Ij UGUSHDGFKSDHFGKJSDHFGJSADHFSD UQAR - Université du Québec à Rimouski

L’identité et les nouvelles technologies, vers une meilleure compréhension

(Afficher le résumé)

Les nouvelles technologies de l’information (TI) enregistrent des avancées sans précédent. Pour plusieurs entreprises, elles sont devenues essentielles et indispensables. Mais, en prenant le virage numérique, ce ne sont pas juste les tâches et les processus qui en sont bouleversés, l’identité des acteurs, aussi, peut en être profondément affectée, c.-à-d. la façon dont ils se définissent comme des individus et des professionnels. La présente recherche se pense sur cette question. Son objectif est de proposer et vérifier empiriquement un modèle qui explique les mécanismes enclenchés lorsque l’identité d’un individu est mise au défi par l’usage d’une TI. Le modèle est situé dans le paradigme du réalisme critique et se base sur la théorie du contrôle de l’identité. Une enquête de terrain à caractère qualitatif auprès d’un groupe de médecins affiliés à un hôpital au Canada est menée. L’enquête vise à examiner les mécanismes d’adaptation de ces professionnels suite à l’introduction d’un système de dossier patient informatisé. La recherche a permis de valider et ajuster le modèle. En guise de contribution, l’étude a permis d’identifier les processus cognitifs, émotionnels et comportementaux qui s’activent lorsque l’identité et mise au défi par l’usage d’une TI – à savoir, le renforcement et l’ajustement de l’identité, la neutralisation de la menace TI, et la régulation de l’émotion – ainsi que leurs conséquences –, identité redéfinie, identité ambivalente et anti-identité.

3_rem_
Sophie HAMISULTANE Université Paris Diderot (Paris 7)

Reconnaissance, appartenance et désir de subjectivation : la complexité du rapport interculturel vécu par des descendants de migrants vietnamiens

(Afficher le résumé)

La recherche présentée, issue de ma thèse de doctorat en sociologie clinique, apporte un éclairage sur le rapport interculturel que des descendants de migrants vietnamiens entretiennent dans l’espace social. Nous avons examiné des processus socio-psychiques de constructions identitaires pour avoir accès aux sens de conduites individuelles, dans le rapport interculturel, tout en les resituant dans une histoire généalogique et le contexte socio-historique et politique du pays d’accueil. Dans la perspective d’articuler ces différents registres, des entretiens ont été réalisés en France et au Québec. La méthodologie utilisée est celle de l’histoire de vie, pratiquée individuellement et en groupe interculturel. Ce groupe de parole a permis d’observer comment se jouent les rapports intersubjectifs et interculturels. Il a été l’avatar d’une situation sociale. Dans les deux terrains, les processus socio-historiques agissent et viennent confronter l’individu avec une réalité sociale de « l’intégration » et un désir de reconnaissance complexifié par l’appartenance biculturelle. Au final, la recherche a mis au jour trois phénomènes majeurs au niveau identitaire qui interviennent dans le rapport interculturel participant au lien social du pays de socialisation : le sentiment d’appartenance,  le désir de reconnaissance et le désir de subjectivation, celui d’affirmer sa place en tension avec des déterminations psychiques et socio-culturelles.



4_rem_
Andrée Fortin Université Laval
Filiations en recomposition
(Afficher le résumé)

Les familles et les filiations ont connu d’importantes transformations depuis les années 1960.Les rapports entre les générations se sont approfondies : moins grand nombre d’enfants par famille et allongement de l’espérance de vie. La parentalité prend désormais plusieurs formes : cohabitation, mariage, séparations, monoparentalité et recompositions familiales. C’est ainsi que les normes et valeurs qui régissaient les relations familiales sont en porte-à-faux par rapport aux réalités contemporaines, et que les contours de ce qui pourrait en constituer de nouvelles sont incertains. D’où l’intérêt d’une démarche sociologique se penchant sur les représentations sociales des relations entre les générations. Cette conférence s’arrêtera plus précisément aux relations père-fils ainsi que mère-fille ; la question de la filiation pose celle de la transmission, de l’héritage que l’on assume ou que l’on rejette. Pour saisir lesreprésentations sociales des relations entre des générations, ainsi que les permanences et inflexions de ces représentations, je m’appuierai sur un corpus de plus de 200 films québécois (1965-2013). Les relations père-fils y sont souvent marquées par le conflit, alors que celles entre les mères et les filles le sont davantage par la folie ; dans les deux cas, un équilibre précaire se dessine, ouvrant la voie à une recomposition des normes et valeurs.

5_rem_
Jessie Caron UQAT - Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, Isabelle CHOUINARD UQAT - Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
Entre l’apprentissage d’une pratique professionnelle et la construction identitaire : enjeux et défis pour les formations universitaires dans le cadre de métiers relationnels
(Afficher le résumé)

La question de l’adéquation entre les connaissances théoriques et celles acquises en milieux de pratique constitue un vaste défi dans le cadre des professions relationnelles.  Les savoirs spécifiques qui s’opérationnalisent au cœur d’une interaction toujours située entre un usager et un professionnel posent des contraintes particulières aux formations, notamment la nécessité d’une prise en compte de nombreuses facettes, se prêtant elles-mêmes difficilement à l’analyse : la présence d’interactions multiples (Mayen, 2007), l’existence d’au moins deux acteurs (Goffman, 1974), les déterminants organisationnels pesant sur la relation (Soulet, 1997) ou encore la nature du service à rendre (Boujut, 2005).

Des chercheurs de l’Équipe de recherche et d’analyse des pratiques professionnelles, s’intéressant aux pratiques professionnelles de différents spécialistes, ont cherché à comprendre la place qu’occupe la composante relationnelle dans deux formations universitaires : le travail social et la psychologie. Cette communication exposera donc les résultats d’une analyse des programmes de ces deux formations. Après avoir contextualisé les débats actuels en matière de formation universitaire dans ces champs, l’accent sera mis sur les forces et faiblesses des approches pédagogico-didactiques adoptées par les programmes. Il sera ensuite possible de faire ressortir les éléments contribuant à façonner l’identité professionnelle des futurs travailleurs sociaux et psychologues formés au Québec.



6_rem_
Nabil BOUIZEGARENE UQAM - Université du Québec à Montréal, Frédérick Philippe UQAM - Université du Québec à Montréal

L’influence des processus implicites dans le développement identitaire : le cas de la mémoire épisodique

(Afficher le résumé)

La sagesse populaire veut que le développement identitaire soit un processus conscient.L’identité est alors comprise non pas comme un processus automatique ou implicite, mais comme un processus explicite. Or, certaines évidences empiriques tendent à montrer que des processus implicites influencent notre développement identitaire, et donc que celui-ci n'est pas seulement le fruit d'un processus réflexif conscient.

Je présenterai les résultats de notre recherche sur l'influence des souvenirs épisodiques sur l'identité. Les  participants  ont décrit deux souvenirs épisodiques (sur l'université et sur l'amitié). Ils ont ensuite rempli trois questionnaires de développement identitaire (sur l'identité à l'école, sur l'identité avec les amis, et sur l'identité globale) et un dernier mesurant la satisfaction des besoins psychologiques fondamentaux (Deci & Ryan 2000) dans leur souvenirs. Les résultats indiquent globalement que plus ces besoins sont satisfaits dans un souvenir, plus le développement identitaire sera adaptif.

Je terminerai ma présentation en soutenant que les effets des processus implicites sur le développement identitaire ne mettent pas nécessairement hors-jeu notre responsabilité face à notre identité. Pour ce faire, je m’appuierai sur les thèses de Browstein & Madva (2012), Arpaly (2002) et Räikkä & Smilansky (2011), voulant que l'influence des processus implicites sur nos processus décisionnels est compatible avec la responsabilité. 

7_rem_
Léa BERNARD DESROSIERS UQAM - Université du Québec à Montréal, Frédérick Philippe UQAM - Université du Québec à Montréal

Validation d’une procédure d’amorçage subliminal via Internet : la Tâche des lapins et des lions

(Afficher le résumé)

En psychologie, l’amorçage subliminal est utilisé afin d’activer inconsciemment chez des participants divers construits ou stéréotypes et d’évaluer l’effet de cette activation sur le comportement. Notre équipe a élaboré une procédure d’activation subliminale novatrice : la Tâche des lapins et des lions. Conçue en script Flash, elle est gratuite et présente l’avantage majeur de pouvoir être utilisée sur Internet. La tâche consiste à compter séparément le nombre de fois où les mots lapins et lions apparaissent au sein de 85 mots d’animaux et non-mots défilant très rapidement à l’écran. Durant la tâche, 6 mots d’amorçage sont présentés encore plus rapidement (33 ms), demeurant ainsi indétectables pour les participants. Nous avons mené 3 études visant à reproduire des études classiques ayant utilisées des procédures traditionnelles d’amorçage subliminal. Les études 1 et 2 ont démontré que les participants chez qui le construit d’intelligence ou de vieillesse avait été activé ont respectivement résolus plus et moins d’anagrammes que les groupes contrôles. L’étude 3 a révélé que les participants chez qui un souvenir satisfaisant avait été inconsciemment activé (vs un souvenir frustrant) ont rapporté un niveau de bien-être situationnel supérieur (vs inférieur) que les groupes contrôles. Ces résultats confirment que la Tâche des lapins et des lions permet d’activer inconsciemment divers construits mentaux avec succès. 

8_rem_
Anne-Marie Parisot UQAM - Université du Québec à Montréal, Suzanne Villeneuve UQAM - Université du Québec à Montréal

La notion de compétences en interprétation visuelle français/langue des signes québécoise (LSQ)

(Afficher le résumé)

Malgré que les interprètes de langue des signes soient reconnus au même titre que leurs confrères de langues officielles (OTTIAQ, 2008), la multitude des compétences spécifiques attendues pour ces interprètes (Schick et al., 2005; Napier et al., 2006) soulève le problème d’une liste distincte de compétences basée sur la seule différence de modalité linguistique. Dans ce cadre, nous proposons une analyse critique des descriptions de tâche pour les interprètes visuels dans le but de : i) faire état du rôle de l’interprète, des composantes de sa tâche, ainsi que des compétences nécessaires pour lui permettre d’exercer adéquatement son métier dans trois domaines : le sociocommunautaire, le scolaire et le service de relais vidéo (SRV). Dans un premier temps, nous comparerons les descriptions actuelles des compétences exigées par les employeurs, les ordres et les associations professionnelles d’interprètes LSQ/français. Dans un deuxième temps, nous décrirons les programmes actuels de formation postsecondaires canadiens en interprétation visuelle quant aux trois domaines ciblés choisis en ce qu’ils représentent les deux principaux domaines dans lesquels oeuvrent les interprètes visuels (sociocommunautaire et scolaire) ainsi qu’un domaine en émergence impliquant de nouvelles compétences reliées au SRV. Finalement, nous discuterons des résultats de cette analyse descriptive en regard de la mise en place d’une évaluation provinciale des interprètes LSQ/français.

9 h 00 - 11 h 00
Femmes et société
Communications orales
Présidence/animation : Mathilde PLARD Centre national de la recherche scientifique
Bâtiment – Local : Pavillon MB – MB S2.105
1_rem_
Danielle PELLAND UQO - Université du Québec en Outaouais, Josée Grenier UQO - Université du Québec en Outaouais
Regard compréhensif sur les trajectoires résidentielles de femmes âgées vivant en résidence privée de la région des Laurentides
(Afficher le résumé)

Le vieillissement accéléré de la population au Québec soulève de nombreux enjeux, dont le soutien à domicile et l’hébergement. Dans la dernière décennie, le virage marqué vers la privatisation a eu des effets négatifs pour les personnes en perte d’autonomie à revenu limité devant recourir à un hébergement. À partir de l’approche parcours de vie, voulant donner la parole aux femmes âgées sur ce sujet qui les concernent et du même coup poser un regard critique sur la manière dont la société organise la vie humaine, nous avons exploré comment se réalise le passage du domicile à la résidence privée en mettant en lumière le moment de la prise de décision, la transition et l’adaptation dans leur nouveau milieu de vie. L’analyse de contenu a permis de mieux comprendre — par les trajectoires de 11 femmes âgées de 72 à 99 ans vivant en résidence privée provenant de la région des Laurentides — les motifs de relocalisation, les agents facilitateurs ou limitants ainsi que les stratégies d’adaptation à l’insertion dans ce nouvel environnement. La recherche nous a également amenées à nous interroger sur différents aspects concernant l’équité dans le choix d’un milieu de vie, le respect des personnes, leur protection, leur autodétermination, la tendance à l’institutionnalisation et la présence d’âgisme dans certains milieux. Malgré cela, il ressort une grande résilience de la part des femmes où elles trouvent le courage de vivre revendiquant leur espace et leur autonomie.

2_rem_
Mathilde PLARD Centre national de la recherche scientifique, Anne Quéniart UQAM - Université du Québec à Montréal, Michèle Charpentier UQAM - Université du Québec à Montréal

Expériences du vieillissement chez les femmes aînées immigrées à Montréal : la migration, un événement biographique et des ajustements pluriels

(Afficher le résumé)

Cette communication présente certains résultats d’une recherche qualitative menée auprès de 90 femmes aînées ayant immigré à Montréal, dont on ne sait peu de choses. En effet, les données sur les aînées immigrantes sont rares et portent presque toutes sur le rôle de grand-mère (échanges de services, liens avec les petits-enfants, impact de l’éloignement géographique). Notre recherche visait à comprendre l’expérience – au sens à la fois des perceptions et des émotions ressenties et des actions déployées par les femmes pour organiser leur quotidien. Le vieillissement quant à lui doit être compris dans ses dimensions à la fois personnelles (rapport au corps, à la santé), familiales (relations et transmission intergénérationnelles) et sociales (rapport à la société québécoise -expériences de discrimination, de solidarité). Les femmes aînées immigrantes rencontrées lors d’entrevues de groupes appartiennent à trois générations, sont originaires de différents pays et ont des parcours migratoires et des trajectoires vie variés. Nous montrerons que la trajectoire migratoire de ces femmes amène des changements et/ou des ajustements dans le sens qu’elles se font de leur place, à la fois dans la société et dans la famille, de même que dans leurs pratiques concrètes. Ainsi, chez certaines, la migration est un facteur de déstabilisation (isolement, repli sur soi, vulnérabilité) alors que pour d’autres, elle est un facteur de « libération », voire d’émancipation.

3_rem_
Mathilde PLARD Centre national de la recherche scientifique, Michèle Charpentier UQAM - Université du Québec à Montréal, Anne Quéniart UQAM - Université du Québec à Montréal

Vieillir et vivre au quotidien dans son environnement : expériences de la marche chez les aînées immigrées à Montréal

(Afficher le résumé)

Dans le cadre d’une étude sur les femmes aînées immigrantes et leur rapport au vieillissement menée à Montréal, les expériences du vieillissement dans le rapport à soi et à son corps sont interrogées. Les données présentées dans cette communication sont issues de 15 focus groupes, soit 90 femmes d’origines et de communautés culturelles différentes et de parcours migratoires variés. À partir de ces données, le quotidien de ces femmes est présenté à travers une pratique commune : la marche. Les analyses comparatives ont permis de saisir l’importance accordée au mouvement. La marche en particulier atteste d’une volonté unanime dont elles font preuve, celle de rester autonomes et indépendantes. Il s’agit là d’un résultat de recherche que l’on retrouve dans tous les focus-groupes. En effet, quel que soit l’âge de la personne, son autonomie, son origine culturelle, ses pratiques religieuses, son parcours migratoire ou son statut familial, la marche est une façon de pratiquer et de vivre son environnement – espace vécu. Au-delà d’une vision qui pense le vieillissement en termes de limites et d’incapacités, nous mobilisons le prisme du mouvement pour montrer comment ces femmes s’adaptent à leurs corps pour rester autant que possible en cohérence avec leur environnement.

4_rem_
Rocco CHOUINARD GOMES UQAM - Université du Québec à Montréal, Caroline Tanguay, Yoan Mantha, Katerine Martineau

L’intégration des femmes dans le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM)

(Afficher le résumé)

Une enquête par entretiens a été menée auprès de patrouilleuses et de patrouilleurs oeuvrant au sein de forces de police de la région de Montréal pour analyser l’adaptation des femmes à la culture masculine du travail policier. Tandis que l’institution policière agi comme norme structurant les pratiques, les comportements et les représentations à la fois des hommes et des femmes, l'étude révèle que les femmes qui entrent dans la police se buttent à davantage d’obstacles. Notamment, une idée selon laquelle les policières s’adaptent différemment en raison de leur genre est répandue. S’interrogant d’abord sur l’adoption, par les femmes, d’attitudes et de comportements virils, l’enquête révèle que les nouvelles policières doivent avant tout prouver à leur-es collègues leur capacité d’utiliser la force physique. Pour maintenir les liens de camaraderie et assurer leur place dans le groupe, elles adoptent différentes stratégies individuelles, misant sur la complémentarité des genres, s’alignant sur les représentations sociales du masculin ou demeurant dans une position d’infériorité vis-à-vis de ces dernières. Une désolidarisation des femmes entres elles est performée et une resolidarisation avec le groupe de référence policier se trouve à remplacer cette solidarité féminine. Plusieurs dynamiques structurelles sont donc analysées afin de comprendre l'intégration des femmes dans un milieu quantitativement et qualitativement masculin. 

Jeudi 15 Mai 2014

10 h 30 - 12 h 30
Session d’affiches
Communications par affiche
Présidence/animation : Sophie Marcotte Université Concordia
Bâtiment – Local : Pavillon MB – MB Atrium - Zone 16
1_rem_
Julie SMYTH-LAPORTE Université de Montréal, Julien Morizot, Marie-Joëlle Gosselin Université de Montréal, Malaïka BITTAR-PIEKUTOWSKI Université de Montréal, Marjorie Carrier
Étude longitudinale des liens prédictifs entre les traits de personnalité et les comportements antisociaux à l’adolescence
(Afficher le résumé)

L’adolescence est une période sensible à l’apparition et à l’aggravation de divers problèmes d’adaptation, dont les comportements antisociaux. De nombreuses études ont démontré que ces comportements ont des conséquences négatives autant pour l’adolescent que pour la société en général. La communauté scientifique a généré des connaissances robustes sur les facteurs de risque des comportements antisociaux chez les adolescents. Toutefois, bien qu’ils soient reconnus comme étant des facteurs de risque de différents problèmes d’adaptation, on en sait encore très peu sur le rôle des traits de personnalité en lien avec les comportements antisociaux durant l’adolescence. Cette étude vise donc à déterminer si les traits de personnalité des adolescents permettent de prédire leurs comportements antisociaux ultérieurs, après avoir contrôlé pour l’effet du niveau initial de comportement antisocial ainsi que celui de plusieurs facteurs de risque connus de ces comportements. Les données utilisées proviennent d’une étude longitudinale prospective de 1036 adolescents provenant de huit écoles secondaires québécoises. Ils ont été évalués la première fois en secondaire 1 et à nouveau en secondaire 3. Les adolescents ont rempli des questionnaires autorévélés en classe. Des analyses de régression multiple ont démontré qu’après avoir contrôlé pour l’effet de plusieurs facteurs de risque connus, certains traits de personnalité sont reliés aux comportements antisociaux ultérieurs des adolescents

2_rem_
Charlie BROUILLARD UQAM - Université du Québec à Montréal, Stephanie CORREIA UQAM - Université du Québec à Montréal, Mara Brendgen UQAM - Université du Québec à Montréal, Frank Vitaro, Ginette Dionne, Michel Boivin

L’impact des relations interpersonnelles sur la dépression à l’adolescence : une méthode de différences de jumeaux monozygotes

(Afficher le résumé)

Un climat familial caractérisé par des conflits ainsi que les relations difficiles avec les pairs ont été associés à la dépression. Toutefois, les relations  avec les membres de la famille (i.e. mère, père, fratrie) et celles avec les pairs ont été étudiées de façon indépendante. Il est donc difficile d’en évaluer le rôle unique dans le développement de la dépression. En plus, compte tenu du fait que les facteurs génétiques expliquent entre 28% et 71% de la variabilité de la dépression, il est de mise d’en contrôler l’effet afin de bien cerner le rôle des expériences sociales. Pour ce faire, nous avons utilisé la méthode des différences entre jumeaux monozygotes qui permet d’évaluer l’effet d’expériences environnementales non-partagées par les jumeaux d’une même paire, tout en contrôlant pour les effets génétiques. L’échantillon est composé de 176 paires de jumeaux monozygotes qui ont évalués la qualité de la relation avec leur mère, père, meilleur ami et co-jumeau, ainsi que leur niveau de dépression en secondaire 1 et secondaire 2. Les analyses de régression montrent que, chez les filles, les jumeaux qui entretiennent une mauvaise relation avec leur père relativement à leur co-jumeau verront leurs sentiments dépressifs augmenter par rapport à leur co-jumeau de secondaire 1 à secondaire 2. Cependant, une mauvaise relation avec le père prédit une augmentation des symptômes de dépression pour les deux sexes lorsque la relation avec le meilleur ami est peu supportante.

3_rem_
Audrey MARQUIS-TRUDEAU UQAM - Université du Québec à Montréal, Thérèse Bouffard UQAM - Université du Québec à Montréal, Rebecca Levesque-Guillemette UQAM - Université du Québec à Montréal

Le lien entre le biais négatif d’auto-évaluation de compétence et les symptômes dépressifs à l’adolescence

(Afficher le résumé)

Les répercussions du biais négatif d’auto-évaluation de compétence scolaire sont largement documentées dans la littérature. Ainsi, certaines études ont montré que de faibles perceptions de compétence étaient liées au développement de symptômes dépressifs (Cole, Martin, & Powers, 1997; Seroczynski, Cole, & Maxwell, 1997). Par contre, peu d’études ont examiné les facteurs déterminant le développement et le maintien du biais négatif de compétence scolaire. Ceci fait qu’on ignore la nature de la relation entre les deux phénomènes. L’objectif de cette étude de deux ans était d’évaluer si la présence de symptômes dépressifs chez des élèves au temps-1 prédisait le biais d’auto-évaluation au temps-2, ou si c’était plutôt ce dernier au temps-1 qui prédisait les symptômes dépressifs au temps-2. L’échantillon comprenait 455 élèves (216 garçons) dont environ la moitié étaient en 3è secondaire au temps-1 de l’étude et les autres en 4è. En raison de la différence de genre dans la prévalence de la dépression à l’adolescence, les analyses ont d’abord été faites séparément pour les garçons et les filles. Aucune différence n’étant observée, elles ont été reprises pour l’échantillon complet. L’examen des corrélations montre un lien modéré (p < 0.01) entre les deux phénomènes et indique que chacun prédit l’autre de la même façon. Ces résultats suggèrent que les deux phénomènes se développent et évoluent conjointement. 

4_rem_
Catherine RUEL Université Laval, Caroline MARCOTTE Université Laval, Francine Lavoie Université Laval, Martine HÉBERT UQAM - Université du Québec à Montréal, Martin Blais UQAM - Université du Québec à Montréal
Attitudes et violence physique dans les relations amoureuses à l’adolescence
(Afficher le résumé)

Selon une enquête représentative québécoise, le taux de prévalence de victimisation de violence physique dans les relations amoureuses à l’adolescence est de 12% et celui de perpétration de 17% (Institut de la statistique du Québec, 2013). Pour contrer ce phénomène, il est important de comprendre comment les jeunes envisagent cette violence.Cette étude se penche sur la relation entre les attitudes envers la violence physique dans les relations amoureuses à l’adolescence et la prévalence de violence physique dans ces relations au cours de la vie. À partir de l’Enquête sur les Parcours Amoureux des Jeunes auprès d’élèves québécois de 13 à 17 ans, un sous-échantillon de 5 739 adolescents ayant déjà vécu une relation amoureuse a fait l’objet d’analyses de leurs attitudes et de leur vécu de ce type de violence ainsi que de certaines variables sociodémographiques. Les régressions logistiques ont montré que d’être une fille, d’être âgé de 16 à 17 ans, de vivre avec un seul parent et d’avoir des attitudes d’acceptation de la violence augmentent les probabilités d’être victime. Ces mêmes variables, à l’exception de vivre avec un seul parent, augmentent les probabilités d’être perpétrateur. Les victimes et les perpétrateurs de violence physique ont plus d’attitudes d’acceptation de ce type de violence que ceux sans vécu de violence. Il semble donc opportun d’encourager les mesures préventives favorisant le changement d’attitudes, on peut ainsi toucher l’agression et la victimisation.

5_rem_
Laurence TANGUAY-GARNEAU Université Laval, Evelyne Touchette, Nadine Forget-Dubois, Mara Brendgen, Frank Vitaro, Michel Boivin, Ginette Dionne
Devenir des symptômes anxio-dépressifs des enfants du primaire au secondaire
(Afficher le résumé)

La stabilité des symptômes anxio-dépressifs (SAD) de l’enfance à l’adolescence a été peu étudiée avec des trajectoires et des évaluateurs indépendants au primaire. 810 enfants de l’Étude des jumeaux nouveau-nés du Québec ont donc été évalués par leur enseignant de la maternelle à la 6e année sur leurs SAD. En secondaire 1 et 2, les symptômes de dépression (SD) et d’anxiété (SA) ont été rapportés par les jeunes. Les corrélations entre les temps de mesures ont été calculées et des trajectoires de SAD au primaire ont été estimées (Touchette et al, 2012). Des ANOVAs ont testé l’association entre l’appartenance à une trajectoire de SAD au primaire et les scores de SA et de SD au secondaire. Au primaire, les corrélations sont modérées entre les temps de mesures adjacents pour les SA (.16 < r < .33) et SD (.24 < r < .38). Au secondaire, la corrélation est de .60 entre les secondaires 1 et 2 pour les SA et SD. Les SAD au primaire sont associés aux SD en secondaire 1 à partir de la 3e année (.15 < r < .23), mais pas en secondaire 2. Les enfants de la trajectoire élevée de SAD au primaire ont un score plus élevé de SD en secondaire 1. Les SA au secondaire ne sont pas associés aux SAD au primaire ni aux trajectoires. Les résultats suggèrent que les SAD perçus par les enseignants montrent une stabilité modérée dès la maternelle et sont liés aux SD auto-rapportés en secondaire 1, mais non aux SA.

6_rem_
Caroline LEDUC UQAM - Université du Québec à Montréal, Thérèse Bouffard UQAM - Université du Québec à Montréal

Relations entre les biais d’auto-évaluation de compétence scolaire et sociale et le fonctionnement scolaire et social de l’élève

(Afficher le résumé)

La perception qu’une personne a de sa compétence dans divers domaines peut être erronée, et plus positive ou négative qu’elle le devrait. Ces biais d'auto-évaluation peuvent avoir des conséquences sur des aspects du fonctionnement dans le domaine spécifique du biais (Bédard, et al., 2008). Un biais d’auto-évaluation de compétence scolaire aurait des conséquences sur le fonctionnement scolaire de l’élève (Larouche, et al., 2008) alors qu’un tel biais dans le domaine social aurait des conséquences sur son fonctionnement social (McElhaney et al., 2008). À ce jour, peu d’études ont tenté de vérifier la spécificité des effets d’un biais d’auto-évaluation selon le domaine sur lequel il porte. L’objectif de la présente étude auprès de 334 jeunes (157 garçons) était de tester l’hypothèse voulant qu’un biais d’auto-évaluation de compétence scolaire ou sociale prédise 3 ans plus tard certaines variables du fonctionnement relatif à chacun de ces domaines. Cette hypothèse est généralement confirmée. La présence d’un biais d’auto-évaluation scolaire, mais pas sociale, est significativement liée à moins d’attitudes positives de l’élève envers le décrochage et à une évaluation plus positive par l’enseignant de son autorégulation en classe. Inversement, la présence d’un biais d’auto-évaluation de compétence sociale, mais pas scolaire, est significativement liée à une préférence pour l’évitement social plus élevée chez l’élève et à un rejet social plus élevé tel qu’évalué par l’enseignant.

7_rem_
François DURIVAGE Université de Montréal

Faire appel à un service de répit pour enfants présentant un trouble du spectre de l’autisme : une approche conceptuelle

(Afficher le résumé)

Les difficultés rencontrées par les parents d’enfants atteints d’un trouble du spectre de l’autisme (TSA) font l’objet d’une attention accrue dans la littérature. De nombreux travaux se sont notamment intéressés aux services de répit offerts pour répondre aux besoins grandissants et singuliers de cette clientèle. Pourtant, si la littérature a largement abordé le vécu des parents, en termes d’épuisement, de stress ou de souffrance psychologique, aucune étude n’a adressé directement la question des raisons de leur intention à faire appel à un service de répit. Or, cette question est essentielle si l’on veut pouvoir adapter l’offre de services et mieux répondre aux attentes de cette clientèle.

La présente recherche a alors pour objectif de développer un modèle conceptuel qui identifie les facteurs influençant les parents à se tourner vers un service de répit pour enfants présentant un TSA. À partir d’une revue de la littérature des vingt dernières années, nous développons un modèle conceptuel de ces facteurs autour de trois principaux déterminants : les caractéristiques des parents, les caractéristiques de l’enfant et les caractéristiques environnementales. Ce travail développe un outil de mesure synthétique, essentiel pour notre compréhension des motivations des individus et pour l’amélioration de l’offre actuelle.

8_rem_
Stephanie CORREIA UQAM - Université du Québec à Montréal, Charlie Brouillard, Mara Brendgen UQAM - Université du Québec à Montréal, Frank Vitaro Université de Montréal

La variabilité temporelle de normes injonctives pour les comportements d’agressivité physique et relationnelle chez les enfants d’âge scolaire

(Afficher le résumé)

Les normes injonctives qu’entretiennent les enfants à l’égard de comportements agressifs se reflètent dans leur niveau d’acceptation de ces comportements. Ces normes jouent un rôle crucial dans le développement et le maintien des comportements agressifs. Toutefois, le développement des normes injonctives par rapport à diverses conduites agressives ainsi que leur stabilité à l’intérieur d’une même année scolaire demeurent inconnus. Nous cherchons à déterminer si les normes injonctives se rapportant à l’agressivité physique et à l’agressivité relationnelle varient selon l’âge et le sexe des enfants, et si elles demeurent stables au cours d’une même année scolaire au sein d’un échantillon de 1, 118 enfants de la 4et 6e année. Pour l’agressivité physique, les ANOVAs mixtes révèlent que les élèves de 6e année ont des normes injonctives plus favorables que ceux de 4e année, quoique les deux groupes d’âge adoptent des normes plus défavorables à la fin comparativement au début de l’année. Par ailleurs, les garçons affichent des normes plus favorables que les filles. Un patron inversé est observé pour l’agressivité relationnelle, avec des normes plus favorables chez les élèves plus jeunes et chez les filles. De plus, l’agressivité relationnelle devient de plus en plus acceptée en cours d’année. Ces résultats suggèrent que les normes injonctives liées aux comportements agressifs varient en fonction du type d’agressivité et selon le niveau de développement des enfants.

9_rem_
Stéphanie LIMOGES Université de Montréal, Élizabeth Léveillée-Pouliot, Mylène Coderre, Jacques Bergeron Université de Montréal, Jacques Bergeron
De l’importance de la relation entre le niveau d’anxiété chez les jeunes conducteurs et la qualité de la communication avec leurs parents
(Afficher le résumé)

Selon le bilan de la SAAQ (2012), les jeunes de 15 à 24 ans sont le groupe d’âge le plus touché par les accidents de la route. En complément des diverses interventions actuelles visant à réduire ce taux d'accidents, l’étude présente s'interroge sur les relations entre deux variables pouvant influencer le style de conduite des jeunes, soit leur niveau d’anxiété et la qualité de leurs relations avec leurs parents.

L’échantillon comprend 260 jeunes adultes âgés de 18 à 25 ans ainsi que 137 parents de jeunes conducteurs, âgés de 35 à 67 ans. Tous les participants possèdent un permis de conduire depuis au moins un an. Les participants ont passé le questionnaire ASTA (Anxiété Situationnelle et Trait d’Anxiété, version TA) comprenant 20 questions allant de 1 (presque jamais) à 4 (presque toujours) ainsi que le questionnaire « Communication parent-jeune adulte » comprenant 10 questions sur la communication à propos de la conduite automobile. Les choix de réponses vont de 1 (très en désaccord) à 5 (très d’accord).

Selon l'hypothèse, les jeunes adultes plus anxieux devraient avoir une moins bonne communication avec leurs parents concernant la conduite automobile. C’est ce que démontrent les résultats (t=-4.441, p=0.001).

Ces résultats suggèrent qu’il serait pertinent de développer de nouvelles formes d’intervention qui impliquent aussi les parents des jeunes conducteurs.

10_rem_
Jeffry QUAN Université d’Ottawa, Sabrina Schmiedel, Kim Yurkowski, Jean-François Bureau

L’interaction entre la fréquentation d’un milieu de garde, l’attachement parent-enfant et les troubles socio-émotionnels chez les enfants d’âge préscolaire

(Afficher le résumé)

Certaines études suggèrent que les enfants en garderie sont plus à risque de développer des troubles socio-émotionnels, alors que d’autres études n’ont pas trouvé ce lien (voir NICHD, 2003). Bien que certaines études aient associé l’attachement à la fréquentation de la garderie et aux troubles socio-émotionnels, on n’a jamais testé si l’attachement a un effet modérateur sur le lien entre ces deux dernières variables. La qualité d’attachement (sécurisé vs. insécurisé) aux pères et aux mères de 64 enfants d’âge préscolaire a été évaluée dans la présente étude par le biais de la procédure de séparation-réunion. Les parents ont aussi rapporté les troubles socio-émotionnels de leurs enfants. Trois groupes d’enfants ont été créés selon leur fréquentation à la garderie: jamais, faible (1-20h/semaine) et forte (20h+/semaine). Les résultats révèlent que les enfants ayant un attachement sécurisés envers leur père ont moins de troubles de comportement, indépendamment de leur fréquentation à la garderie. Les enfants sécurisés envers leur mère ont moins de troubles émotionnels, s’ils ne fréquentent pas une garderie ou si leur fréquentation est forte. Mais, ils ont plus de troubles émotionnels s’ils vont à la garderie à faible fréquence. Ces résultats suggèrent que la fréquentation d’un milieu de garde à une faible fréquence, où l’enfant n’a peut-être pas la chance de s’adapter, peut causer des problèmes émotifs, si l’enfant a une relation de confiance avec la mère.

11_rem_
Josee-Anne BECOTTE Université Concordia, Jessica Yott, Diane POULIN-DUBOIS Université Concordia

Les habiletés en théorie de l’esprit du très jeune enfant sont-elles graduées sur une échelle de développement?

(Afficher le résumé)

La compréhension des états mentaux d’autrui chez le jeune enfant est une étape importante qui a des implications pour leur développement social. Une étude de Wellman et Liu (2004) a démontré que le développement des habiletés reliées à la théorie de l’esprit chez les enfants âgés de 3 à 5 ans correspond à une échelle,  soit de la compréhension des désirs à celle des émotions. Cependant, aucune étude à ce jour n’a démontré un développement similaire au cours de la petite enfance. L’objectif de notre étude est de vérifier cette hypothèse chez des enfants âgés de 18 et 24 mois. Des enfants  âgés de 18 mois (N= 29) et de 24 mois (N=34) ont complété une série d’épreuves qui mesurent la compréhension de l’intention, des émotions, du désir, et des fausses croyances. Une cote de réussite ou d’échec a été attribuée pour chaque tâche. Les résultats ont démontré qu’à 18 mois, 90% des enfants réussissent la tâche d’intention,  66% la tâche de l’émotion, 38% celle des fausses croyances, et 24% celle sur le désir. Les résultats des enfants de 24 mois ont démontré un taux de réussite de 97% pour la tâche d’intention, de 74% pour l’émotion, de 38% pour les fausses croyances, et de 18% pour le désir (Voir Figure 1). En ce qui concerne la progression du développement, les résultats indiquent qu’une même échelle de développement est observée chez 75% des enfants. Nous démontrons donc une progression de la compréhension des états mentaux chez le très jeune enfant grâce à un plan intra-sujets.

12_rem_
Andréanne LEFEBVRE Université de Montréal, Emmy Bérubé, Marie-Lyne Fortin-Thibault, Martin Paquette, Jacques Bergeron Université de Montréal
Étude du trait d’anxiété des parents en lien avec la qualité de la communication parent-jeune adulte par rapport au choix de carrière
(Afficher le résumé)

Cette étude avait pour but de déterminer si un trait élevé d’anxiété parentale peut nuire aux discussions relatives aux perspectives professionnelles du jeune adulte de 18 à 25 ans. Certaines études (v.g. Felsman & Bulstein, 1999 ;  Ketterson & Blustein, 1997) ont observé que les jeunes ayant un attachement sécurisant avaient tendance à explorer davantage les choix de carrière. Ainsi, l’hypothèse était que plus un parent possède un trait d'anxiété élevé, moins la communication parent-jeune adulte concernant le choix de carrière serait bonne. L’échantillon était composé de 137 parents de 35 à 65 ans (61 hommes, 76 femmes). L’hypothèse a été testée avec des corrélations de Pearson mesurant le lien entre le score du trait d’anxiété parentale au questionnaire State-Trait Anxiety Inventory et le score de la qualité de la communication parent-jeune à 10 items adaptés au choix de carrière, du questionnaire de Barnes et Olsen. L’hypothèse a été confirmée : il y a une corrélation faible mais significative (r = 0,23, p < ,01) entre le niveau du trait d’anxiété parentale et la qualité de la communication parent-jeune adulte. En effet, les coefficients de corrélation sont davantage élevés quand il s’agit de la relation père-fils (r = 0,34, p < ,01). Ainsi, il semble que l’anxiété pourrait avoir un effet négatif sur la relation parent-jeune adulte, surtout sur la dyade père-fils, probablement en créant un climat d’insécurité nuisible aux discussions.

13_rem_
Célia MATTE-GAGNÉ Université Laval, Dale STACK Université Concordia, Lisa Serbin

Les comportements maternels à travers le temps : trajectoires et prédicteurs

(Afficher le résumé)

Étant donné leur rôle dans le développement de l’enfant, l’étude des comportements maternels et de leur évolution à travers le temps constitue une importante avenue de recherche. Cette étude a pour but d’explorer l’évolution de la structure, la sensibilité et l’hostilité maternelle durant les premières années de vie en fonction de différents facteurs à l’aide d’analyses de trajectoires. 56 dyades mère-enfant provenant d’une vaste étude réalisée auprès d’individus défavorisés de Montréal (Concordia Longitudinal Risk Project) ont été rencontrées à leur domicile à 6, 12, 18 et 56 mois pour mesurer les comportements maternelles (Échelles de disponibilité émotionnelle; Biringen et al., 1998), le stress (Inventaire de Stress Parental; Adibin, 1990) et le soutien social (Échelle du Soutien Social Parental; Telleen, 1985). Les analyses de trajectoires démontrent que les comportements maternels sont stables (taux de changement non-significatif) mais leur trajectoire varient en fonction de plusieurs facteurs. Plus les mères ont un statut socioéconomique, un soutien social et un niveau d’éducation  faible moins elles sont sensibles et structurantes et plus elles sont hostiles. Les mères sont également moins sensibles et structurantes avec leur garçon et lorsqu’elles sont stressées. Comme on en sait très peu sur les facteurs susceptibles d’influencer l’évolution dans le temps des comportements maternels,  les résultats de cette étude revêtent une importance particulière.



14_rem_
Kimberly BURNSIDE Université Concordia, Irene Mantis, Dale Stack
Les fonctions communicatives du toucher mutuel en relation avec l’affect des nourrissons pendant une interaction face-à-face avec leur mère
(Afficher le résumé)

Le toucher est un mode de communication important entre une mère et son enfant. Certaines recherches ont examiné le rôle communicatif du toucher de la mère et celui de l’enfant mais à notre connaissance, il n’y a pas de recherche qui considère le toucher mutuel qui se produit simultanément entre une dyade mère-enfant. Cette étude a pour but (1) d’examiner les fonctions communicatives du toucher mutuel et (2) d’analyser leurs relations avec l’affect du nourrisson durant une interaction face-à-face mère-nourrisson. Le toucher a été mesuré auprès de 39 dyades mère-enfant à l’aide d’une échelle de codification (Functions of Mother-Infant Mutual Touch Scale) appliquée à deux périodes d’interaction face-à-face séparées par une période où la mère regarde son nourrisson (5½ mois) avec une expression neutre (Still-Face; Tronick et al., 1978). Les résultats indiquent d’abord que le toucher mutuel « actifs et stimulants » est plus fréquent lors des périodes d’interaction normales. Le toucher « régulateur » est plus présent durant la deuxième période normale tandis que le toucher ayant pour but d’attirer l’attention était moins présent. Le toucher « actifs et stimulants » était associé aux sourires du nourrisson tandis que les touchers « régulateur » et « déséquilibré » étaient corrélés avec l’agitation de ce dernier. Ainsi, le toucher mutuel constitue une forme de communication mutuelle entre la mère et son nourrisson qui s’adapte en fonction du contexte.

15_rem_
Kim Yurkowski Université d’Ottawa, Jeffry QUAN Université d’Ottawa, Sabrina SCHMIEDEL Université d’Ottawa, Jean-François Bureau
La qualité des interactions dyadiques mère-enfant et père-enfant lors de la période préscolaire : comparaison entre un contexte de jeu amusant et un contexte anxiogène
(Afficher le résumé)

La littérature suggère que les mères d’enfants dont l’attachement est sécurisé ont des interactions dyadiques optimales et que les mères d’enfants dont l’attachement est désorganisé ont des interactions dyadiques caractérisées comme étant les moins fonctionnelles (Dubois-Comtois et Moss, 2004). Toutefois, ceci n’a pas encore été testé chez les dyades père-enfant. L’objectif de la présente étude est d’examiner la qualité des interactions dyadiques  mère-enfant et père-enfant en fonction de l’attachement des enfants. Cent-dix-neuf enfants (63 filles; Mâge=46,46 mois, É.-T.=8,56) ont participé à deux visites en laboratoire avec chacun de leurs parents (ordre contrebalancé) où on demandait au parent d’exécuter une activité qui fait rire son enfant durant une période de 2 minutes. La dyade participait ensuite à une procédure de séparation-réunion (Cassidy et Marvin, 1992). Des analyses de variances avec contrastes planifiées révèlent que les interactions dyadiques mère-enfant et les interactions dyadiques père-enfant diffèrent significativement selon l’attachement de l’enfant où les enfants sécurisés (B) ont les interactions les plus fonctionnelles, les enfants désorganisés (D) ont les interactions les moins fonctionnelles et les enfants des groupes insécurisés-organisés (A, C) se situent entre les deux (Tableau 1). Ainsi, la dynamique entre l’attachement et les interactions dyadiques avec les pères est semblable à ce qui a été observé chez les mères.

16_rem_
Sabrina SCHMIEDEL Université d’Ottawa, Kim Yurkowski, Jeffry Quan, Jean-François Bureau
L’attachement envers le père des enfants d’âge préscolaire et leur compétence sociale
(Afficher le résumé)

Il a été démontré à maintes reprises qu’un attachement insécurisé envers la mère, tant chez les bébés que chez les enfants d’âge préscolaire, est associé à des difficultés d’adaptation sociale à partir de la période préscolaire jusqu’à l’âge adulte. (Carlson, 1998; Cassidy & Shaver, 1999; Moss & al., 2009). Alors que les pères semblent jouer un rôle de support à la mère lors de la petite enfance, les études montrent qu’ils s’impliquent davantage à la période préscolaire  et joueraient un rôle important dans le développement social de l’enfant (Rongfang, 2012).  Toutefois, le lien entre l’attachement envers les pères et les comportements sociaux de l’enfant durant la période préscolaire n’a jamais été exploré. La présente étude porte donc sur l’association entre l’attachement père-enfant, mesuré auprès de 110 dyades (59 filles) lors de la période préscolaire à l’aide d’une version adaptée de la situation étrangère, et les troubles de comportement de l’enfant tels que rapportés par le père. Les résultats indiquent que les enfants ayant un attachement sécurisés envers leur père auraient significativement moins de troubles de comportement extériorisés que ceux ayant un attachement ambivalent ou désorganisé. Ces résultats reflètent ceux obtenu par Moss et al. (2009) avec des enfants d’âge préscolaire et leurs mères, suggérant ainsi une dynamique similaire dans les relations pères-enfants et mères-enfant à cette période de développement.

17_rem_
Cybele beauvais-dubois UQAM - Université du Québec à Montréal, Louise Cossette, Catherine Smith, Gérard Malcuit, Andrée Pomerleau, Jean-François Chicoine, Céline Belhumeur, Gloria Jéliu
Rendement intellectuel à l’âge scolaire d’enfants adoptés à l’étranger, facteurs de risque à l’adoption et stress parental
(Afficher le résumé)

Les enfants adoptés à l’étranger présentent souvent au moment de leur adoption des retards de développement et des problèmes de santé qui peuvent constituer d’importants facteurs de risque pour leur développement ultérieur. Leur famille adoptive a, cependant, une influence déterminante. La présente étude s’inscrit dans le cadre d’une étude longitudinale amorcée en 1998 qui porte sur le développement et l'adaptation psychologique d’enfants adoptés de l’étranger depuis leur arrivée au Québec jusqu’en début de scolarisation. Elle a pour objectif d’examiner les liens entre le quotient intellectuel des enfants à l’âge scolaire, leur état à l’adoption et le stress parental des parents adoptifs. L’échantillon compte 97 enfants adoptés avant l’âge de 18 mois de Chine, de Russie et d’autres pays d’Asie de l’Est. Diverses mesures de leur croissance (poids, taille, périmètre crânien), de leur état de santé (atteinte neurologique) et de leur développement cognitif et moteur (échelles de Bayley) ont été recueillies peu après leur arrivée dans leur famille adoptive. Le WISC-IV a servi à évaluer leur rendement intellectuel à l'âge de 7 ans alors que le degré de stress parental a été évalué à l’aide du Parenting Stress Index. Les résultats montrent des liens entre l’état des enfants au moment de leur adoption, leur quotient intellectuel à 7 ans et le degré de stress parental. La discussion portera sur l’influence des facteurs pré et post adoption sur le rendement intellectuel des enfants.

18_rem_
Laurence NORMAND UQAM - Université du Québec à Montréal, Isabelle ABDUL-RAHMAN UQAM - Université du Québec à Montréal, Émilie Pigeon-Gagné, Ghayda Hassan UQAM - Université du Québec à Montréal

En quoi les familles immigrantes recevant le programme SIPPE se distinguent-elles des familles québécoises au regard des facteurs de vulnérabilité?

(Afficher le résumé)

Faisant face à des obstacles systémiques, certaines familles immigrantes sont plus à risque de vivre des difficultés parentales pouvant se répercuter sur le développement de leurs enfants (Vatz-Laaroussi et Bessong, 2008). Le programme de Services Intégrés en Périnatalité et pour la Petite Enfance (SIPPE) a été instauré pour optimiser le développement des enfants de 0 à 5 ans (MSSS, 2004). Or les critères d’admissibilité, soit le jeune âge de la mère ou un faible revenu combiné à la sous-scolarisation, ne semblent pas adaptés à la réalité de plusieurs familles immigrantes (Hassan et al., 2011). Le présent projet pilote a comme objectif d’identifier les critères de vulnérabilité propres aux familles immigrantes recevant SIPPE. Un devis mixte comprenant une analyse statistique descriptive sur l’ensemble des dossiers de 2 CSSS montréalais (n=287) ainsi qu’une analyse qualitative thématique sur 30 dossiers choisis au hasard a été utilisé. Les résultats suggèrent que l’immigration récente, une première grossesse au pays d’accueil, le manque de soutien concret, l’isolement et les barrières linguistiques sont parmi les facteurs ayant un impact négatif sur le rôle parental des immigrants. Cette étude tend à confirmer qu’il existe une différence entre les critères de vulnérabilité préconisés par SIPPE et ceux propres aux familles immigrantes, suggérant ainsi des pistes de réflexion afin d’améliorer l’accessibilité aux soins et l’insertion sociale des familles immigrantes à la société.

19_rem_
Valérie Callender UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières, Julie Blackburn, Suzanne Léveillée UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières

Analyse comparative des sexes sur les variables liées à l’emploi et à la conciliation travail-famille en région : le cas de Portneuf

(Afficher le résumé)

Plusieurs efforts ont été déployés afin de réduire les inégalités sociales et économiques entre les hommes et les femmes. Cependant, des inégalités importantes au niveau du revenu persistent toujours, particulièrement dans les régions rurales. Parmi les explications avancées pour expliquer cette différence, on constate que comparativement aux hommes, les femmes occupent plus fréquemment des emplois à temps partiel et ont un taux d’emploi plus faible. L’objectif de cette étude du Carrefour Jeunesse Emploi de Portneuf (réalisée grâce à Condition Féminine Canada) est d’examiner l’apport des difficultés liées à l’emploi et à la famille en région pour expliquer cette différence entre les sexes dans l’occupation d’un emploi. Pour ce faire, les résultats de 493 travailleuses et travailleurs à un questionnaire de 40 questions portant, entre autres, sur les responsabilités familiales, les croyances, l’emploi, la scolarité, le revenu, les services de garde, le transport et la conciliation travail-famille, ont été comparés. Les résultats font ressortir des différences significatives entre les sexes en ce qui concerne le revenu, le choix et la tentation de réduire ses heures de travail, les difficultés de conciliation travail famille, la responsabilité par rapport aux tâches familiales et la culpabilité de ne pas consacrer du temps de qualité aux proches. Les résultats seront discutés en termes d’explications et de solutions possibles. Des pistes de recherches futures seront soulevées.



20_rem_
Marie BRIEN BÉRARD UQAM - Université du Québec à Montréal, Carole-Anne Desrosiers, Gabriel Tétreault, Martin Paquette, Jacques Bergeron

Relation entre la consommation de cannabis des jeunes adultes et la qualité de la communication avec leurs parents

(Afficher le résumé)

La consommation de cannabis est un phénomène très répandu chez les jeunes adultes. En effet, un peu plus d’un jeune âgé de 15 à 24 ans sur trois affirme avoir consommé du cannabis au courant de sa vie (Statistique Canada, 2011). L’objectif de cette recherche est d’apporter une contribution aux résultats mitigés de la littérature concernant les relations entre la consommation de cannabis chez les jeunes et la qualité de la communication avec leurs parents. L’échantillon est composé de 260 participants âgés de 17 à 30 ans. Pour évaluer la qualité de la communication, la traduction faite par Gosselin du questionnaire « Communication Parent – Jeune Adulte » de Barnes et Olsen a été utilisée. De plus, le questionnaire « Habitudes de consommation » de Bergeron et Paquette (2008) a servi à évaluer la consommation de cannabis. Les résultats n’indiquent pas de corrélation significative entre les deux variables, quel que soit le sexe des participants. Ces données semblent ainsi appuyer les résultats d’une étude de Nonnemaker (2012) démontrant l’absence de relation significative entre la communication parent-enfant et la consommation de cannabis ; ceci, à l’inverse de résultats d’autres chercheurs (par ex. Brière et al., 2011 ; Stephenson et al., 2005) à l’effet que les parents qui prônent une communication parent-enfant ouverte et des discussions à propos des drogues diminuent les risques de consommation de drogues chez leurs enfants. Il faut donc poursuivre les recherches à ce sujet.

21_rem_
Mireille FORTIER Centre d'excellence sur le vieillissement de Québec, Andrée Sévigny Université Laval, Mélanie Levasseur Université de Sherbrooke, Julie Castonguay Université de Sherbrooke
La participation sociale des aînés : des savoirs à l’action
(Afficher le résumé)

Introduction– Face à l’enjeu incontournable que la participation sociale des aînés représente actuellement, un partenariat se développe avec des chercheurs, des collaborateurs des milieux de pratique et des étudiants (financé par le CRSH).

Objectifs– Ce partenariat vise à : 1) développer de nouvelles connaissances sur la participation sociale des aînés; 2) utiliser ces connaissances afin d’élaborer des stratégies d’intervention novatrices; 3) évaluer l’implantation et les impacts de ces stratégies; 4) transférer ces connaissances vers divers milieux (recherche, enseignement, pratique, décisionnels).

Méthode– Ce partenariat repose sur une approche où savoirs et pratiques s’enrichissent mutuellement. Il s’actualise par l’élaboration d’une programmation de recherche concertée, liée au développement de cinq catégories d’intervention : 1) interactions sociales en contexte individuel; 2) interactions en contexte de groupe; 3) activités portées par une démarche collective; 4) implication dans des organisations de bénévolat structuré; 5) implication sociopolitique et militante.

Résultats– Les travaux réalisés grâce à ce partenariat fourniront aux praticiens et décideurs des données probantes capables d’appuyer la mise en place de programmes destinés aux aînés. Ils offriront une plateforme pour l’élaboration, l’expérimentation et l’évaluation d’outils d’intervention fondés sur une base comparative solide. Cette affiche présente ce partenariat et fait état de l’avancement de ses travaux.

22_rem_
Ariane Matton UQAM - Université du Québec à Montréal, Pierre PLANTE UQAM - Université du Québec à Montréal

L’affichage des œuvres en atelier d’art-thérapie chez les personnes atteintes du cancer

(Afficher le résumé)

L’art-thérapie est un domaine de plus en plus étudié, mais les effets de l’affichage des œuvres réalisées, restent à ce jour peu explorés et sont une source de débats importants. Cette recherche s’est donc intéressée à l’expérience des participants de l’atelier d’art-thérapie de la Fondation québécoise du cancer, pour évaluer qualitativement le rôle de l’affichage. Suivant les principes de l’approche phénoménologique descriptive, des entrevues semi-dirigées ont été réalisées auprès de quatre participantes de l’atelier, pour ensuite être analysées dans le but d’identifier les aspects positifs et négatifs de cette pratique. Tels qu’attendus, les résultats ont soulevé neuf effets bénéfiques de l’affichage présents chez la majorité des participantes. Bien que cette étude exploratoire porte sur une clientèle spécifique, elle trace néanmoins un portrait du phénomène de l’affichage et fournit des pistes de recherches pertinentes pour le futur.

23_rem_
Natasha VOLTAIRE Université de Montréal

Étude exploratoire sur les interventions policières lavalloises en matière de santé mentale : une analyse descriptive du phénomène selon les données de 2013

(Afficher le résumé)
Problématique :
La police intervient auprès d’une population variée, mais suite aux différentes réformes dans le système de santé québécois en matière de santé mentale, elle a commencé de plus en plus à faire face à une nouvelle clientèle : les personnes présentant des problèmes de santé mentale (Ministère de la Santé et des Services sociaux, 1997). À titre d’exemple, plusieurs appels au 911 concernant des situations qui impliquent cette clientèle sont recensés à Montréal (Charette, Crocker, & Billette, 2011). Cependant, peu d’études empiriques canadiennes existent sur le sujet et encore moins dans les banlieues comme Laval, même si le phénomène n’est pas concentré dans les grandes villes.
Méthodologie :
Le but était de réaliser un portrait des événements (non criminels et criminels). À partir de données policières, des analyses descriptives et des tableaux croisés ont été effectués entre les caractéristiques spatio-temporelles des événements et quelques caractéristiques socio démographiques (âge, sexe, appartenance ethnique et lieu de résidence) des personnes pour tester leurs liens.
Résultats :
Les résultats montrent qu’à Laval, ces événements sont d’au moins 83% non criminels. De plus, les tentatives de suicide sont en hausse (18%) depuis 2012 et ont surtout eu lieu le jour ou le soir tandis que les suicides sont plutôt à la baisse (-18%) et ont plus eu lieu le jour.
Conclusion :
L’étude vise à orienter les interventions policières en matière de formation et de partenariats.
24_rem_
Youssef ALLAMI Université de Montréal, Frank Vitaro Université de Montréal, Mara Brendgen, Richard Tremblay

Profils de développement du jeu pathologique : un test empirique du modèle des parcours multiples

(Afficher le résumé)

Il existe différents types de joueurs de Jeux de Hasard et d’Argent (JHA). Le modèle étiologique proposé par Nower & Blaszczynski (2005) décrit 3 parcours que peuvent prendre les joueurs pathologiques. Les auteurs stipulent que certaines composantes affectives ou comportementales surviennent avant l’apparition du jeu pathologique, alors que d’autres en découlent; d’où l’importance d’avoir des données longitudinales afin de valider le pouvoir prédictif de chacune de ces composantes.

L’Étude Longitudinale et Expérimentale de Montréal a recruté 1037 garçons de milieux défavorisés en1984. Des données ont été cueillies annuellement auprès du même échantillon afin de permettre une analyse longitudinale. Une multitude de questionnaires ont été administrés aux parents, aux enseignants et directement aux participants afin de mesurer plusieurs composantes affectives, sociales et comportementales.

Des analyses de classes latentes seront effectuées auprès des participants présentant des comportements de JHA à 17 ans, en utilisant les critères définis par le modèle des parcours multiples. Des trajectoires seront ensuite établies pour chaque classe, en illustrant les composantes affectives et comportementales en fonction de l’âge (13, 17, et 23 ans).

Le but de ce projet est de valider le modèle des parcours multiples auprès d’une population à risque d’adolescents afin de guider les programmes d’intervention et de prévention futurs.

25_rem_
Émilie DUGRÉ Université de Sherbrooke

L’adoption coutumière : pratique culturelle à soutenir et valoriser lors des interventions familiales au sein des communautés autochtones du Québec

(Afficher le résumé)

Le phénomène de l’adoption coutumière demeure une pratique culturelle assez méconnue et peu étudiée en service social (Charpentier et coll., 2010; Sigouin, 2010). L’adoption coutumière  repose sur la prise en charge des petits-enfants par les grands-parents. Ceux-ci deviennent, dès lors, la principale figure parentale et par conséquent, assume la pleine responsabilité du bien-être de l’enfant. Il semble important de se pencher sur la question du développement de pratiques d’intervention adaptées aux réalités familiales des communautés autochtones du Québec et de valoriser l’adoption coutumière comme une pratique culturelle incontournable, et ce, dans un souci d'améliorer les services à la population (Sigouin, 2010). 

Bien que j'en sois à l'élaboration de mon projet de recherche, je propose, lors du 82ème Congrès de l'ACFAS, de démontrer en quoi consiste la pratique de l'adoption coutumière au Québec, de présenter le cadre théorique soutenant ma recherche et d'exposer les données préliminaires recueillies, entre autres, lors des entretiens exploratoires.

Références:

SIGOUIN, C. La place et le rôle des grands-mères Inuit dans les relations familiales intergénérationnelles, Mémoire (M.A.), Université du Québec à Montréal, 2010, 128p. 

CHARPENTIER, M., A. QUÉNIART et C. SIGOUIN (2010).  "La grand-maternité chez les Inuits : portraits d’une réalité méconnue", Nouvelles pratiques sociales, Vol.23, no1, p.114-129.



26_rem_
Valérie GUILBAULT UQAM - Université du Québec à Montréal, Frédérick Philippe UQAM - Université du Québec à Montréal
L’influence des souvenirs de couple de l’homme sur l’engagement de la femme
(Afficher le résumé)

La présente étude examine le lien entre les souvenirs significatifs de couple et l’engagement des deux partenaires. Un total de 69 couples hétérosexuels ont complété un questionnaire sur la perception de satisfaction de leurs besoins psychologiques fondamentaux dans leur couple et sur leur engagement. Chaque participant a également décrit un souvenir positif et significatif vécu dans le cadre de sa relation de couple actuelle et a indiqué la satisfaction de ses besoins vécue durant l’évènement du souvenir. Les résultats montrent que la satisfaction des besoins dans le souvenir de la femme et la satisfaction des besoins dans le souvenir de l’homme prédisent la perception de satisfaction des besoins dans le couple de la femme. Par contre, seule la satisfaction des besoins dans le souvenir de l’homme prédit la perception de satisfaction des besoins dans le couple de l’homme. Par ailleurs, la satisfaction des besoins dans le souvenir de la femme, la satisfaction des besoins dans le souvenir de l’homme et la perception de satisfaction des besoins dans le couple de la femme prédisent l’engagement de la femme. Seule la perception de satisfaction des besoins dans le couple de l’homme prédit l’engagement de l’homme. En somme, l’engagement de la femme et sa satisfaction des besoins dans le couple seraient directement influencés par la façon dont l’homme se souvient des évènements liés à son couple.

27_rem_
Alexandre CASTONGUAY UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières, Pier-Eric Chamberland, Marianne Michaud, Paule Miquelon
Effet de la motivation autodéterminée sur le niveau de glycémie des diabétiques de type 2 à travers la pratique de l’activité physique
(Afficher le résumé)

Des études ont révélé que la durée des pratiques d’activité physique (DPAP) au cours des derniers mois prédit le niveau de glycémie des 3 derniers mois (HbA1c) chez les diabétiques de type 2 (Db2) (Umpierre et al., 2011). Comme la motivation autonome (MA) envers l’AP prédit l’adhérence envers sa pratique chez les Db2 (Sweet et al., 2009), cette étude vise à vérifier la relation entre la MA et le HbA1c à travers la DPAP. 278 adultes atteints de Db2 (N = 132 femmes, âge moyen = 64 ans; É.-T. = 8.4) ont rempli un questionnaire papier mesurant la MA envers l’activité physique (Markland et Tobin, 2004), la DPAP (Godin et Shephard, 1997) et le HbA1c autorapporté. Les résultats d’une analyse de médiation avec bootstrapping basée sur la procédure de Preacher et Hayes (2004, 2008) révèlent un effet indirect significatif de la MA sur le HbA1c à travers la DPAP (p<.05). Ces résultats soulignent l’importance d’examiner les effets de la MA envers l’AP chez les Db2. Des études futures devraient vérifier si cet effet de médiation est modéré par d’autres facteurs (ex. : symptômes associés au Db2), afin de mettre sur pied des interventions plus efficaces et davantage ciblées, qui aideraient les Db2 a mieux contrôler leur glycémie par le biais de la pratique de l’AP.

28_rem_
Dominique GIRARD Université de Montréal, Stéphane Guay, André Marchand UQAM - Université du Québec à Montréal, Richard Boyer Université de Montréal, Richard Boyer

Évaluation du programme Oméga et perceptions des intervenants en milieu psychiatrique concernant la violence : sexe et genre

(Afficher le résumé)

La formation Oméga vise à  former des intervenants dans le domaine de la santé pour pacifier des situations d'agressions potentielles de la part des usagers. Les objectifs de cette étude visent à évaluer les changements sur le plan des perceptions quant au comportement que les employés (26 hommes et 34 femmes) adopteraient dans une situation fictive d'agression selon quatre scénarios développés en ordre croissant de dangerosité.  Nous avons évalué si les hommes et les femmes répondent  et réagissent de la même façon à ces différentes mises en situation. Ensuite, nous avons déterminé si les réactions des participants sont les mêmes selon le sexe de l’usager. L’étude de l’efficacité du programme Oméga a été menée selon un devis préexpérimental de type pré-post avec suivi à long terme. L’échantillon est composé d’employés des unités des soins intensifs et de l’urgence d’un hôpital psychiatrique du Québec ( âge moyen = 45 ans; moyenne années d’expérience : 19 ans). Les résultats des tests de Wilcoxon Signed-Rank ont révélé un résultat significatif chez les hommes pour les techniques d’interventions non-physique (Z= -2,378, p<.05) et pour l’adoption de mesures sécuritaires (Z= -3,465, p<.05) chez les femmes. En conclusion, les résultats suggèrent que la perception des employés ont été modifiées au cours de la formation Oméga et pourrait leur permettre de diminuer les risques d'agressions sur leur milieu de travail.

Vendredi 16 Mai 2014

9 h 00 - 11 h 30
Enfance, famille, couple (I)
Communications orales
Présidence/animation : Catherine CHOUINARD Avenir d'enfants
Bâtiment – Local : Pavillon MB – MB S1.105
1_rem_
Sonia Daly Avenir d'enfants, Catherine Chouinard, Annie Aubertin, Jacques Bérard

L’accompagnement des communautés avec l’approche partenariale écosystémique : résultats préliminaires de l’implantation auprès des groupes financés par Avenir d’enfants

(Afficher le résumé)

Implantée depuis 2009 au Québec, l'organisation Avenir d'enfants accompagne et finance chaque année plus de cent regroupements locaux de partenaires (RLP) dans tout le Québec. Leurs membres, qui totalisent plus de 2 000 organisations, se mobilisent autour de plans d’action concertés proposant des centaines d'activités qui contribuent au développement global des enfants de cinq ans et moins vivant en situation de pauvreté. Depuis le début, l'organisation soutient les communautés locales dans l'élaboration de leurs plans d'action concertés et dans la mobilisation de leurs partenaires. Or, en réponse à une évaluation du processus d’accompagnement offert, Avenir d’enfants a décidé de former l’ensemble des RLP à la Démarche partenariale écosystémique. À ce jour, 72 des 128 RLP de partenaires ont été formés. Cette conférence portera sur des résultats de l'implantation de cette démarche auprès des RLP accompagnés par Avenir d'enfants. Elle traitera des raisons qui ont motivé la transition vers ce type d'accompagnement et de son appréciation par les regroupements locaux de partenaires. 

2_rem_
Mélanie Bédard Université Laval

L’éducation d’enfants d’âge préscolaire et la sociabilité familiale : les expériences de familles rimouskoises

(Afficher le résumé)

Libre des longs déplacements quotidiens dans la congestion routière compliquant la vie de bien des familles en région métropolitaine, Rimouski et ses environs est un lieu de choix pour étudier la différenciation de l’éducation des enfants d’âge préscolaire selon la composition des réseaux des parents et les manières dont ils y définissent leur rôle éducatif. Cette communication présente l’analyse d’entrevues semi-dirigées auprès de 12 parents qui élèvent leurs enfants dans leur milieu d’origine et auprès de 37 autres qui le font loin des leurs. Les représentations exprimées et les expériences relatées dans ces entrevues varient selon l’occupation des parents et leur usage ou non, plus ou moins heureux, de différents types de services de garde. Leur intégration dans un milieu et dans des réseaux d’aide et de sociabilité fait aussi une différence. Leur manière de définir leur situation s’organise en somme dans l’affirmation de valeurs existentielles liées à leur engagement dans la parentalité, que certains situent dans un rapport de continuité ou de rupture avec le modèle de leur famille d’origine.

3_rem_
Iliane HOULE UQAM - Université du Québec à Montréal, Frédérick Philippe UQAM - Université du Québec à Montréal
Les réseaux de souvenirs épisodiques et les relations de couple
(Afficher le résumé)

Les souvenirs épisodiques sont des évènements marquants et émotionnellement chargés organisés en mémoire. La théorie des réseaux de souvenirs émotionnels (Philippe et al., 2009) soutient que lorsque des souvenirs épisodiques s’activent, ils peuvent influencer nos comportements en fonction du niveau de satisfaction des besoins psychologiques fondamentaux vécu durant l’évènement. De plus, les souvenirs s’organisent dans la mémoire en réseaux, sur la base de caractéristiques communes (ex. émotion ou thème commun). Ainsi, lorsqu’un souvenir s’active, les souvenirs réseaux qui lui sont associés s’activent aussi. L’objectif du projet était d’examiner l’effet des souvenirs-réseaux sur les relations de couple. Dans l’Étude 1, 204 participants en couple ont décrit un souvenir portant sur leur relation de couple actuelle ainsi qu’un autre souvenir associé à ce premier souvenir (souvenir réseau), portant sur leur relation de couple ou non. Dans une 2e étude, 154 célibataires ont raconté un souvenir portant sur une ancienne relation de couple, ainsi qu’un souvenir réseau. La satisfaction des besoins dans les souvenirs réseaux prédisait positivement la qualité de la relation de couple perçue et la satisfaction sexuelle, que le souvenir réseau porte sur la même relation de couple ou non (Étude 1), de même que le fait de se trouver un partenaire un an plus tard (Étude 2). Ces deux études supportent l’idée que nos réseaux de souvenirs ont un impact sur nous, parfois même inconsciemment.

4_rem_
Geneviève Lessard Université Laval, Anne-Sophie Germain, Marie-Eve Drouin, Pamela Alvarez-Lizotte, Valérie Meunier

Que gagne-t-on à travailler ensemble? Résultats de l’expérimentation-évaluation d’une stratégie novatrice de concertation en violence conjugale et familiale

(Afficher le résumé)

La concomitance de violence conjugale et de mauvais traitements envers les enfants est une problématique très couramment rencontrée par les milieux de pratique concernés (Trocmé et al., 2010). Elle entraîne des conséquences sérieuses pour la sécurité et le développement des enfants (Camacho et al., 2012), affecte les conditions d'exercice des rôles parentaux (Bourassa et al., 2008), pose des enjeux liés à la garde des enfants (Lessard et al., 2007) et suscite d'importants défis de collaboration entre les ressources d'aide concernées, car la violence conjugale et la maltraitance ont évolué dans des réseaux distincts (Potito et al., 2009; Lessard et al., 2010). Cette communication présentera les résultats de l'évaluation d'une stratégie novatrice de concertation. La stratégie a été expérimentée auprès d'un échantillon de 115 intervenants oeuvrant auprès de 29 familles en situation de violence conjugale et maltraitance. Les dimensions évaluées par une méthodologie mixte qualitative et quantitative incluent notamment l'effet de la participation des intervenants à cette stratégie de concertation sur leur compréhension de la problématique et des rôles des autres organismes, sur la capacité des interventions à assurer une meilleure prise en compte des enjeux de sécurité pour les enfants. La présentation et la discussion des résultats soulèvera des recommandations pour le développement des connaissances et des pratiques dans le domaine.

5_rem_
Nathalie PLANTE UQAM - Université du Québec à Montréal

L’exposition à la violence conjugale : les représentations sociales des intervenants sociaux à l’évaluation et l’orientation des signalements à la Direction de la protection de la jeunesse

(Afficher le résumé)

Nous assistons à une socio judiciarisation de l’exposition à la violence conjugale (EVC) qui est, depuis 2007, explicitement citée dans la Loi de la Protection de la Jeunesse (LPJ) ainsi qu’à une augmentation marquée des signalements (276%) pour ce motif depuis 1998. Toutefois, les pratiques d’intervention à cet égard dans le contexte de la protection de la jeunesse sont peu documentées. Au Canada, les signalements effectués en lien avec l’EVC ne sont pas retenus dans une très grande proportion des cas (64%), ce qui dépasse celle des signalements pour des problématiques de négligence ou d’abus physique. Des auteurs avancent que les intervenants, afin de répondre au cadre de la loi et au malaise que l’intervention en VC leur amène, vont cibler des motifs de compromission plus facile à documenter. Il apparaît donc des plus importants de questionner le processus décisionnel des intervenants afin de s’assurer que les familles en difficulté ont réellement accès aux services dont ils ont besoin et auxquels ils ont droit. Dans ce contexte, comment les représentations sociales des intervenants travaillant à l’évaluation et l’orientation de la direction de la protection de la jeunesse influencent-elles leur pratique dans les situations d’exposition à la violence conjugale? Une recension des écrits sur le sujet sera présentée. L’étude terrain se déroulant en 2014-2015, la méthodologie envisagée consiste en des entretiens qualitatifs semi-dirigés auprès d’intervenants de la DPJ. 

6_rem_
Adriana BUNGARDEAN CAVAC Laval

Impact et conséquences de l’engagement 810 du Code criminel pour les victimes de violence conjugale

(Afficher le résumé)

L'étude proposée ici porte sur le dénouement d’une poursuite judiciaire en violence conjugale sous forme d’engagement 810. L’article 810 du C.CR. est utilisé régulièrement comme issue du processus judiciaire dans les cas de violence conjugale. L’objectifdu « 810 » est d’assurer la sécurité de la victime en imposant à l’accusé des conditions à respecter. Le « 810 » est une mesure préventive et non pas punitive, ainsi elle n’occasionne pas de casier judiciaire au défendeur. La popularité de cet engagement nous amène à nous questionner sur l’impact de cette procédure sur les victimes en violence conjugale. Malgré l’utilisation fréquente, peu d’études se sont penchées à savoir si le 810 est une mesure appréciée par les victimes et si leur besoin de sécurité a été répondu. Les objectifs que nous nous sommes fixés se résument ainsi : 1. Comprendre les enjeux entourant le 810, 2. Le rôle de la victime dans la prise de décision, 3. Les raisons évoquées par les victimes qui ont accepté le « 810 », 4. L’engagement 810 répond-il aux besoins de sécurité des victimes?

Pour répondre à nos objectifs, on a réalisé des entrevues semi dirigées avec 15 victimes de violence conjugale ayant accepté un « 810 ». De ce nombre, 11 personnes ont participé à une deuxième entrevue après un an. Autres éléments qui ont été explorés : le contexte avant l’engagement 810, le besoin d’information et le besoin de sécurité, les attentes des victimes en matière de justice et enfin, pourquoi avoir accepté un 810.

9 h 00 - 11 h 30
Communautés, nations, migrations (I)
Communications orales
Présidence/animation : Mourad Boussetta Université Laval
Bâtiment – Local : Pavillon MB – MB S2.105
1_rem_
Mariette Julien École des Sciences de la Gestion (ESG) - UQAM
Les déterminants temporels des courants esthétiques vestimentaires
(Afficher le résumé)

On ne peut parler d’une mode si une esthétique touche uniquement un groupe marginalisé. Or, il existe toujours un décalage entre la naissance d’une esthétique corporelle et/ou vestimentaire et son adoption par un nombre significatif d’individus. En retraçant la logique de pensée de ceux et celles qui créent les tendances, qui s’en inspirent ou qui les copient, il devient possible de saisir cet espace temporel. Pour en faire la démonstration, nous appréhendons le processus d’appréciation collective de l’esthétique punk —qui a mis plus de trente ans à infiltrer la masse populaire— à partir des « parcours modèles de la pensée » issus de la conception kantienne de la logique. Notre démarche permet de saisir les fondements du phénomène de contagion sociale qui caractérise toute mode. Il offre également des pistes de réflexion sur les déterminants temporels des courants esthétiques vestimentaires et sur la stagnation de la mode contemporaine. 

2_rem_
Alassane SOW Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Alice DESCLAUX, Bernard TAVERNE, Ibra NDOYE

Invisibilité des personnes âgées dans les associations d’appui aux PVVIH au Sénégal, impact sur la prise en charge

(Afficher le résumé)

Introduction: Le vieillissement dans le domaine du VIH est un sujet émergent en Afrique. Le nombre des personnes âgées de 50 ans et plus atteintes du VIH augmente, mais la majorité d’entre elles ne fréquentent pas les associations d’appui aux pvVIH. L'objectif était de comprendre cette sous-fréquentation dans un contexte où les associations jouent un rôle important dans la prise en charge psychosociale.

Méthodes: Dans une approche qualitative, nous avons réalisé 16 entretiens semi-directifs avec des personnes âgées de 50 ans et plus séropositives et faisant partie de la cohorte ANRS 1215 au (CRCF).

Résultats: Les personnes âgées pensent qu’elles ont des besoins spécifiques liés et leur âge et à leur statut social. Les personnes qui ne sollicitent pas l’appui des associations sont le plus souvent : 1/ peu informées sur ce que peut leur apporter les associations ; 2/ elles bénéficient d’un réseau familial ou social qui les accompagnent dans leur traitement ; 3/ elles redoutent le manque de confidentialité. Elles pensent que les associations regroupent des personnes jeunes dont les préoccupations sont différentes des leurs. Il a été constaté que les associations ne développent pas de propositions ciblées d’accompagnement spécifique à l’égard des personnes âgées, comme elles le font pour d’autres groupes sociaux.

Conclusion: L’enquête a fait apparaitre une demande d’attention spécifique vis-à-vis des personnes âgées. Plusieurs propositions seront présentées dans la communication.

 



3_rem_
Mourad Boussetta Université Laval
Le syndrome d’Ulysse ou du mythe du tourisme-modernisme en Tunisie
(Afficher le résumé)

Le périple d’Ulysse, le héros de l’Odyssée d’Homère, sur l’île des Lotophages marque de nos jours la réalité et le quotidien de l’île de Jerba, considérée par plusieurs historiens comme étant l’île dont parlait le mythe. Des hôtels (Ulysse palace+Tours+Resort), le festival international Jerba Ulysse, la station de radio Ulysse Fm, rappellent le voyage mythique et reflètent le discours officiel de l’État. Le mythe glorifié de la sorte occulte une mémoire jerbienne défectueuse (la communauté juive se réduit à quelques centaines, disparition de la nomenclature berbère des lieux, dégradation du patrimoine architectural judéo-berbère). Les membres de la communauté berbère et juive vont entreprendre une revalorisation culturelle à l’antithèse du discours étatique : construction du Musée des traditions au village berbère de Guellala par des entrepreneurs locaux, ouverture de la synagogue l’Ghriba aux touristes amenés par des chauffeurs (de taxi)/guides. En 2012 s’est tenue la première version du festival du printemps amazighe (berbère) à Guellala. Tous ces exemples démontrent l’effort de résilience culturelle face à une occultation que je qualifie du syndrome d’Ulysse étant donné que, via le tourisme, l’État a visé l’homogénéisation culturelle des tunisiens sous un ethnos nationaliste qui se proclame du socialisme, du panarabisme et de la carthageneité. La révolution de 2011 conjuguée à la crise du tourisme va encore rouvrir -mais violemment- la question de « qui sommes-nous »?  

4_rem_
Bénédicte Collignon Université Laval

Victimes en construction : les discours de la Commission pour l’éclaircissement historique (CEH) et du projet pour la Récupération de la mémoire historique (REMHI)

(Afficher le résumé)
En tant que mécanisme de justice transitionnelle, les commissions de vérité participent à la reconfiguration des identités autrefois antagonistes de sorte que les individus puissent, a minima, partager le statut égalitaire de citoyens. Or, comme processus, elles ne font que renforcer les catégories dichotomiques de victimes et agresseurs. En fait, les commissions se bâtissent autour de ces deux groupes, présentés comme exclusifs et homogènes. Pourtant, la représentation des victimes faites par les commissions influence la société en reconstruction. Bien que le groupe victimaire est délimité dans le mandat instaurant la commission, les interventions des commissionnaires viendront nuancer cette catégorie, allant jusqu’à créer une typologie. Nous souhaitons démontrer de quelles façons la notion de victime s’élabore à travers les discours des commissions, en prenant l’exemple de celles du Guatemala. Les textes de la Commission pour l'éclaircissement historique et de la Récupération de la mémoire historique seront étudiés. En analysant la construction discursive de la définition de victime, nous espérons exposer ses différentes représentations et la manière dont les «zone de gris» sont abordées. Enfin, les visions des deux commissions seront comparées. Ainsi, à un moment où «la victime justifie tout», nous désirons susciter un questionnement sur l’origine de celles dont les sciences politiques s’intéresse surtout au regard de la mobilisation et de l’institutionnalisation.
5_rem_
Stéphanie CÔTÉ Université Laval
Société civile russe et environnement : point de vue des militants
(Afficher le résumé)

La littérature sur la société civile russe a décrit le rôle de l'aide internationale depuis la Péréstroïka, les conséquences du manque d'adéquation de cette aide, ainsi que les relations difficiles entre le gouvernement russe et les ONG locales et étrangères. Elle a également décrit les effets de la transition postsocialiste sur la société civile, notamment la difficulté de trouver du financement, le désengagement des activistes, ainsi que le manque d'intérêt et la méfiance du public. Sur ces prémisses, cette recherche s'intéresse aux militants environnementalistes russes. Pourquoi s'engagent-ils dans la défense de l'environnement ?  

Le terrain de recherches de maîtrise en anthropologie s'est déroulé  à Moscou de septembre à décembre 2012.  La présentation se base donc sur des entrevues effectuées avec des bénévoles et employés de deux organisations environnementalistes, ainsi que sur des observations de leurs activités. Il s'agit de Greenpeace Russie, une organisation internationale avec des bureaux à Moscou et Saint-Pétersbourg, et de Divise et Prospère, un organisme local basé à Moscou.

La présentation portera sur leurs parcours comme bénévoles et militants, leur perception des enjeux environnementaux en Russie et de leur rapport à la société et au gouvernement. Il sera également question de la notion de société civile, présentée par les répondants comme un projet de société démocratique.

6_rem_
Akané D'ORANGEVILLE Université de Montréal
« Ma robe est mon armure » : les communautés de sous-culture Lolita et Angura à Tokyo comme espace de réadaptation sociale
(Afficher le résumé)

Les sous-cultures japonaises Lolita, où les jeunes portent des vêtements inspirés par l’aristocratie française du 17e siècle, et Angura, regroupant les individus qui apprécient le S&M et les modifications corporelles ainsi que les styles fetish, steampunk et gothique, font partie de la culture de mode eccentrique de certains quartiers de Tokyo comme Harajuku et Shinjuku. Malgré les différentes références culturelles et les différentes valeurs de ces deux sous-cultures, les individus forment une même grande communauté partageant un espace social et géographique common. Ils participent à de nombreuses activités, allant de défilés de mode, des « thés à l’anglaise » à des soirées déguisées, et partagent une économie locale de bars et cafés. Or, durant un premier terrain auprès de cette communauté durant l’été 2013, il a été observé que cet espace joue ausi le rôle de refuge, ou un espace sécuritaire pour de nombreux membres ayant des problèmes de santé mentale ou se sentant repoussés de la société. Cette présentation va explorer les deux sous-cultures, leur communauté, les discours identitaires centrés sur l’ « anomalie » et la « perversion » ainsi que l’utilisation de leur espace sécuritaire comme étape transitoire de réadaptation sociale.

9 h 00 - 11 h 30
Communautés, nations, migrations (II)
Communications orales
Présidence/animation : Amal Madibbo University of Calgary
Bâtiment – Local : Pavillon MB – MB S2.285
1_rem_
Geneviève ROUSSY UQAT - Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, Caroline St-Jacques, Stéphane Grenier UQAT - Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, Patrice Leblanc UQAT - Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

Crise du logement dans le Nord-du-Québec : causes, processus et conséquences

(Afficher le résumé)

Lorsque l’on parle de crise du logement, on parle souvent de celle des grands centres urbains du sud du Québec (FRAPRU, 2013). Pourtant, les villes du nord du Québec et du Canada vivent en ce moment des crises similaires ou pires (Christensen, 2012). On sait peu de choses sur le déroulement d’une crise du logement dans de tels contextes. La présente communication s’attardera aux apprentissages tirés d’une recherche menée à Lebel-sur-Quévillon. En effet, cette ville mono-industrielle du Nord-du-Québec vit présentement une crise du logement et doit jongler avec le développement rapide de l’industrie minière et la réouverture d’une usine de pâtes et papiers (Lebel-sur-Quévillon, 2013). Nous présenterons dans un premier temps une mise en contexte de l’étude, que nous avons menée à la demande de la Ville de Lebel-sur-Quévillon, sur les besoins en logements sociaux. Nous expliquerons par la suite notre méthodologie mixte de cueillette des données : entrevues avec informateurs clés et calcul des logements disponibles. Nous limiterons la présentation de nos résultats de recherche aux étapes de la crise du logement dans une ville mono-industrielle nordique, aux répercussions et aux phénomènes particuliers qui s’y vivent. Nous conclurons notre présentation sur la nécessité de conjuguer développement économique et politique d’habitation pour éviter que de telles situations ne se reproduisent.



2_rem_
Karine POIRIER UQAT - Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, Bianca BERNIER BRASSARD UQAT - Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, Augustin Ependa UQAT - Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, Alex Cheezo, Stéphane Grenier UQAT - Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

Apprentissages mutuels : une recherche-action sur la prévention de la sécurité routière avec les Algonquins

(Afficher le résumé)

La principale cause de décès chez les enfants, les adolescents et les jeunes adultes des Premières Nations de moins de 25 ans est le nombre important d’accidents de véhicule motorisé (Pike, 2010). De plus, les blessures découlant de ces accidents nécessitent quatre fois plus de soins médicaux chez les Premières Nations que dans la population générale du Canada (Pike, 2010). Cela démontre de mauvaises habitudes ou pratiques en termes de prévention de la sécurité routière dans ces communautés autochtones. Cette communication est tirée de notre engagement en tant qu’étudiants/chercheurs auprès de la communauté du Lac Simon en Abitibi-Témiscamingue. En effet, nous effectuerons une recherche-action qui vise à évaluer et à réduire les blessures causées par les accidents de véhicule motorisé dans cette communauté en élaborant des pratiques novatrices et prometteuses, avec des gens de la communauté (Grenier, 2013). La communication traitera de deux éléments distincts : 1) le processus de la recherche-action en milieu autochtone, 2) nos apprentissages mutuels (communauté/chercheur) dans le cadre de ce projet de recherche action. La recherche-action n’est pas neutre et implique un engagement de toutes les parties. Nous espérons démontrer que ce type de recherche peut apporter des programmes plus efficaces dans les communautés autochtones, mais qu’il peut aussi être une source d’apprentissage majeur pour les chercheurs qui souhaitent travailler avec ces communautés (Blangy, 2010).



3_rem_
Leyla SALL Université de Moncton

Se déplacer pour se reproduire et gagner en qualité de vie : la « feuille de route » migratoire des entrepreneurs immigrants au Nouveau-Brunswick

(Afficher le résumé)

Depuis le début des années 2000, le Nouveau-Brunswick manifeste sa volonté d’avoir « sa part » d’immigrants entrepreneurs. Le recrutement se fait prioritairement en Chine, en Europe de l’Ouest et en Corée du Sud. Pour le gouvernement provincial, avoir des immigrants entrepreneurs soigneusement sélectionnés grâce à leurs avoirs financiers et leurs projets d’entreprise permettrait de lutter contre le « mauvais sort » économique de la province. Toutefois, les immigrants entrepreneurs  opérant dans un contexte caractérisé par la vulnérabilité entrepreneuriale sont tout aussi stratèges et leurs pratiques dépendent de leur propre « feuille de route migratoire ».

Les stratégies des immigrants entrepreneurs au Nouveau-Brunswick entrainent des pratiques de « satellisation » et de « plurilocalisation » des familles qui n’arrivent à assurer leur cohésion que grâce à l’usage intensif des nouvelles technologies de l’information et de communication. Dans ce schéma de mobilité, le Nouveau-Brunswick devient un nœud territorial instrumentalisé et transitoire en vue d’assurer aux familles d’immigrants entrepreneurs la sécurité et la reproduction de leur statut de classe moyenne.  

Cette communication, produit de recherches qualitatives basées sur des entretiens semi-directifs et des observations, vise à restituer les stratégies, les intentions des immigrants entrepreneurs et à décrypter la rationalité de leurs pratiques de mobilité et de choix d’installation.

 



4_rem_
Stefan WODICKA UQO - Université du Québec en Outaouais

Incidences des traités modernes sur le bien-être des collectivités autochtones : la convention de la Baie-James et du Nord québécois et le Manitoba Northern Flood Agreement

(Afficher le résumé)

Nous comparons le bien-être des signataires de la Convention de la Baie James et du Nord québécois (les Cris et les Inuit), de la Convention du Nord-Est québécois (les Naskapis) et du Manitoba Northern Flood Agreement (les Cris) avec le bien-être de collectivités autochtones qui sont demeurées sans traité moderne (les Innus de la péninsule Québec-Labrador et autres Cris au Manitoba) pour la période de 1981 à 2006. Ces collectivités ont été sélectionnées parce qu’elles ont toutes subi les effets de mégaprojets hydroélectriques sur leur territoire traditionnel. Nous inspirant des méthodologies développées par Saku (1995), McHardy et O’Sullivan (2004) et Asselin (2009), nous construisons un indice de bien-être en appliquant une analyse en composantes principales aux données de dix indicateurs socio-économiques provenant des recensements quinquennaux réalisés par Statistique Canada. À partir d’une analyse de variance, nous concluons qu’il existe une relation statistiquement positive entre l’existence d’un traité moderne et le bien-être des collectivités autochtones, et ce à partir de 1986. Dans un deuxième temps, une interprétation qualitative des résultats fait ressortir que l’État peut jouer un rôle déterminant s’il respecte ses obligations de traité, mais qu’au bout du compte l’action historique des collectivités autochtones est tout aussi ou plus structurante que l’action de l’État.

5_rem_
Reina Victoria Vega École des Sciences de la Gestion (ESG) - UQAM
L’insertion des immigrants et l’action communautaire à partir d’un cas à Montréal
(Afficher le résumé)



Dans cette communication nous nous référerons à l’insertion de la population immigrante d’origine haïtienne, une population menacée par l’exclusion sociale et la pauvreté. Nous présenterons les résultats d’une étude de cas : le Centre N A Rive. Cette organisation met en œuvre une approche innovatrice dans les pratiques de formation et d’intégration de la population immigrante (Klein et Champagne, 2011). À travers une démarche qui favorise l’entrepreneuriat social, cette organisation combine divers types d’action visant l’insertion socioprofessionnelle (Klein et Vega, 2013).

Notre étude a été réalisée suite à des entretiens avec des acteurs concernés par les programmes d’insertion sociale offerts par le Centre, dont la population immigrante. La présentation se fera en trois parties. Pour débuter, nous dresserons un bref portrait des étapes de l’immigration haïtienne au Québec. Ensuite, nous nous pencherons brièvement sur les difficultés éprouvées par les immigrants d’origine haïtienne dans leur processus d’insertion dans la société d’accueil. Puis, nous expliquerons comment un groupe de leaders d’origine haïtienne, qui se renouvelle d’ailleurs à travers divers cycles, à mis en œuvre divers types d’action, allant depuis l’alphabétisation jusqu’à la formation à l’entrepreneuriat, afin de faire face aux divers facteurs qui provoquent l’exclusion.

6_rem_
Amal Madibbo University of Calgary
Qu’est-ce qu’être immigrant francophone en milieu minoritaire au Canada?
(Afficher le résumé)

Cette communication porte sur la construction et la pratique de l’identité francophone chez la première génération d’immigrants africains francophones en Alberta. Nous examinons comment les immigrants en provenance de l’Afrique sub-saharienne se définissent par rapport à la communauté francophone, comment ils expriment leur identité francophone et pourquoi ils développent cette identité en particulier. La communication a également pour but de saisir l’impact des facteurs sociaux comme la race et la langue sur la construction identitaire des immigrants. Les données sur lesquelles cette communication est basée ont été recueillies par des méthodes de recherche qualitatives d’entretiens et d’analyse documentaire entre 2008-2011 dans les villes de Calgary, d’Edmonton et de Brooks auprès d’une trentaine de personnes issues de pays tels que la République Démocratique du Congo, le Rwanda et le Cameroun. Cette communication nous donnera l’occasion de dégager certains processus d’inclusion et d’exclusion identitaires au sein de la francophonie pour pouvoir suggérer des pistes de politiques et de bonnes pratiques qui donnent lieu à une intégration socio-économique réussie et qui renforcent davantage l’inclusion de la diversité raciale et ethnique au sein de la francophonie.

13 h 30 - 15 h 30
Enfance, famille, couple (II)
Communications orales
Présidence/animation : Andrée-Anne HOULE Université de Sherbrooke
Bâtiment – Local : Pavillon MB – MB S1.105
1_rem_
Julie NOËL Université Laval

Le pouvoir d’agir des mères biologiques dont l’enfant est placé de façon permanente ou adopté en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse (LPJ)

(Afficher le résumé)

La communication portera sur les résultats d’une étude qualitative qui a pour objectif de comprendre le vécu des mères biologiques dont l’enfant est placé de façon permanente ou adopté en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse (LPJ). Les mères qui perdent ou confient la garde de leur enfant sont à risque de vivre des conséquences à long terme sur les plans physique, psychologique et social. Ainsi, le sentiment d’être maître de sa vie peut se transformer. La rencontre de 12 mères biologiques dans le cadre d’entrevues semi-structurées a permis d’explorer, à partir de leur perception, ce qui caractérise leur expérience, et comment se transforme leur pouvoir d’agir à la suite de cet évènement. Les résultats de la recherche montrent que trois grandes difficultés viennent entraver la reprise de pouvoir sur leur vie. Premièrement, les femmes rencontrées vivent un processus de deuil à la suite du placement ou de l’adoption de leur enfant et celui-ci est difficile à traverser pour plusieurs d’entre elles. Deuxièmement, les difficultés à atteindre les attentes normatives liées à la maternité et la stigmatisation sociale subie ou perçue engendrent une baisse d’estime de soi et, par conséquent, l’identité de mère et de femme s’en trouve ébranlée. Troisièmement, la stigmatisation sociale et la crainte que la confidentialité ne soit préservée limitent leur recherche ou l’acceptation de l’aide offerte. 

2_rem_
David Lafortune UQAM - Université du Québec à Montréal, Sophie Gilbert UQAM - Université du Québec à Montréal
Répétition générationnelle et filiations traumatiques : perspectives d’intervention innovantes auprès des familles à risque de maltraitance
(Afficher le résumé)

Au Canada, les programmes d’intervention destinés aux familles à risque d’un signalement révèlent des résultats mitigés à endiguer la répétition, souvent générationnelle, de la maltraitance infantile (Mikton et Butchart, 2009). Des outils cliniques alternatifs focalisés sur les mécanismes psychologiques impliqués dans la répétition générationnelle des violences familiales, permettraient-ils d’entrevoir des pistes fertiles pour l’intervention? Notre recherche-action a permis l’utilisation – supervisée – du génogramme libre dans l'intervention communautaire auprès de 8 jeunes parents en situation de vulnérabilité psychosociale (18-30 ans) durant 5 rencontres de suivi. Une analyse qualitative par catégories conceptualisantes (Paillé et Mucchielli, 2012) des entrevues révèle deux niveaux de discours chez les participants. Au premier niveau se discerne un surinvestissement massif des problématiques psychosociales actuelles de la famille sur un plan factuel, contrastant avec un second niveau où se déploient progressivement les impacts affectifs d’un passé en souffrance pour le parent – ponctué d’épisodes de détresse dans l’enfance – sur le lien actuel à l’enfant. Si la prégnante précarité de ces familles explique pourquoi l’intervention demeure couramment limitée à une gestion psychoéducative et palliative de la maltraitance (Lacharité, 2013), le génogramme libre ouvrirait au clinicien l’accès à la souffrance psychologique sous-jacente à la répétition de la maltraitance.

3_rem_
Andrée-Anne HOULE Université de Sherbrooke, Thérèse Besnard Université de Sherbrooke, Annie Bérubé UQO - Université du Québec en Outaouais
Comment favoriser le recrutement des parents de familles vulnérables dans des programmes de prévention à la petite enfance?
(Afficher le résumé)

Les services préventifs qui s’adressent aux familles vulnérables ayant des enfants de moins de cinq ans à risque de difficultés de comportement ont des impacts significatifs positifs sur le développement de l’enfant. Or, dans les faits, le milieu de la pratique a de la difficulté à rejoindre les parents pour atteindre le niveau d’intensité d’intervention qui permet de susciter des changements positifs. Le projet cherchera à répondre à la question Comment favoriser le recrutement des parents d’enfants de 0 à 5 ans dans les programmes de prévention ciblée? Il verra à identifier les stratégies qui favorisent le recrutement des parents en fonction de leur profil familial. Un devis mixte à dominance qualitative sera utilisé. Des étapes de collecte(entrevues, instruments standardisés, info sociodémo.) et d’analyse de données(identification de thèmes, analyses de classes latentes) auront lieu en alternance. Une approche multi-répondants (gestionnaires, intervenants et parents) sera utilisée. Dans
cette communication, un modèle de la participation et les grandes lignes du projet de recherche seront présentés. Le recrutement des parents mérite une attention particulière, étant la première étape d’un processus qui vient influencer l’ensemble de la participation. Il semble juste d’améliorer les connaissances quant aux stratégies gagnantes des intervenants et des gestionnaires, ces aspects étant des éléments modifiables sur lesquels il est possible pour ces derniers d’avoir du pouvoir.

4_rem_
Leila monfared Université de Montréal, Milton Campos Université de Montréal

Archéologie de la violence envers les enfants de l’époque prémoderne à nos jours

(Afficher le résumé)

L’objectif général de cette recherche est de faire l’archéologiede la violence envers les enfants de l'époque pré moderne à nos jours.Nous traiterons ce sujet par le recensement de la littérature, en établissant un lien progressif et historique, sur le passage des sociétés en ce qui concerne la violence envers les enfants et les difficultés de ces enfants.

La recension des études faites sur la violence envers les enfants, nous a permis d’ organiser l’attitude de la société et la pensée de l’homme à ce sujet, dans une ligne de transformation historique. Plus précisément, cette recension a mis en évidence un processus historique du développement de l’attitude de la société, et la pensée de l’homme en ce qui concerne la notion de violence ainsi que la pratique de celle-ci envers les enfants. Selon nous, cette transformation historique corresponde à trois étapes : l’ère de la magie et du mythe ou le monde magico-mythologique, l’ère du pouvoir de la religion, et l’ère moderne sous le pouvoir de la science. Nous organisons notrearchéologie de la violence envers les enfantsselon ces étapes en tenant compte des époques, des milieux sociaux et des mondes culturels, qui peuvent présenter des différences considérables quant aux perceptions de la violence envers l’enfant et à la notion d’enfants vulnérables.

5_rem_
Ariane BOYER UQAM - Université du Québec à Montréal, Raphaële Noël

La place du père dans la famille d’accueil : un débat négligé?

(Afficher le résumé)

Depuis août 2012, les familles d’accueil du Québec bénéficient d’une première entente collective marquant leur syndicalisation. Cette démarche de professionnalisation de l’accueil familial a déjà eu lieu il y a près d’une décennie en France, où les assistants maternels, correspondant essentiellement à nos parents d’accueil québécois, sont soumis à une formation obligatoire. Des auteurs comme Neyrand (2005) évoquent toutefois leur malaise quant à «l’euphémisation de la position parentale» et à la «la dénégation de la place du père de la famille d’accueil» qui ont été engendrées par cette professionnalisation. Or, l’importance de l’implication du père dans l’efficacité des interventions auprès des enfants placés a déjà été établie (Martins, 2011). Cette communication propose une revue de littérature qualitative (bases de données PsychInfo et Cairn info) permettant de faire le bilan sur l’expérience du parent d’accueil et plus spécifiquement sur le père d’accueil à l’heure d’un changement sociopolitique important. Puisque les recherches actuelles dont l’objet d’étude principal est le père d’accueil au Québec semblent inexistantes, la présente revue de littérature suscite plusieurs questions et avenues pour des recherches futures. On peut par exemple se demander si le père d’accueil n’a pas été évacué des débats sur la protection de l’enfance et pourquoi? Ou encore, si cette absence n’est pas simplement en continuité avec l’absence du père dans les débats sociaux en général?

13 h 30 - 15 h 00
Enfance, famille, couple (III)
Communications orales
Présidence/animation : Patricia BROSSEAU-LIARD Université d’Ottawa
Bâtiment – Local : Pavillon MB – MB S2.105
1_rem_
Andrée-Anne BOUCHER Université Laval, Dominique Morin Université Laval
Considérer Rimouski comme le lieu idéal pour élever ses enfants : des représentations différenciées selon l’origine et le parcours migratoire des parents
(Afficher le résumé)

Si les Québécois des régions métropolitaines considèrent la banlieue comme le lieu idéal pour élever leurs enfants, tel n’est pas le jugement des parents qui s’établissent dans Rimouski et ses environs. L’attractivité de cette ville pour les familles se manifeste depuis le milieu des années 2000 par des soldes migratoires positifs chez les 0 à 14 ans et les 25 à 44 ans. L’objectif de la communication est de présenter la relation de sens entre le passé migratoire, les représentations de la ville, de la campagne et de la banlieue et l’établissement à Rimouski et ses environs, en portant une attention particulière à l’appréciation de ces milieux de vie. Des entrevues semi-dirigées auprès de 49 parents d’enfants d’âge préscolaire résidant à Rimouski révèlent des différences de jugement : alors que l’appréciation de Rimouski par les natifs repose principalement sur des liens affectifs, celles des migrants provenant de l’ouest ou de l’est du Québec résident et se distinguent essentiellement dans des combinaisons d’avantages associés à divers types de milieux que cette ville de taille moyenne apparaît leur offrir. L’étude de ce cas suggère des hypothèses pour une meilleure compréhension de la diversité des familles québécoises qui préfèrent s’établir hors des régions métropolitaines, mais qui choisissent tout de même de s’installer dans les environs d’une ville de taille moyenne.

2_rem_
Emmanuelle TURCOTTE UQAM - Université du Québec à Montréal

La non-maternité au Québec : analyse comparée des trajectoires biographiques de deux générations de femmes n’ayant pas donné naissance au cours de leur vie

(Afficher le résumé)

Au Québec, près du quart des femmes nées entre 1952 et 1965 n’ont pas donné naissance à un enfant au cours de leur vie (Institut de la statistique du Québec, 2012). Cette proportion représente le double de la situation des femmes issues de la décennie précédente. À partir des années 1960, le Québec occupe une place particulière en Occident en termes de transformation radicale des mœurs, avec la laïcisation de l’État et la perte du pouvoir moral de l’Église catholique sur les couples. L’utilisation des moyens contraceptifs est légalisée en 1968. Au même moment, le mouvement de libération des femmes attaque de front l’assimilation des figures de « femme » et de « mère » (Tahon, 2000). Ce faisant, les années 1970-80 vont représenter une époque nouvelle qui témoigne d’une véritable mutation culturelle : les femmes ne se définissent désormais plus par le mariage et la maternité (Corbeil et Descarries, 2003). Cette communication propose une démonstration des effets de cette redéfinition culturelle par l’analyse quantitative comparée des trajectoires biographiques de deux générations de femmes québécoises sans enfant (cohortes de naissance 1940-51 et 1952-65) à partir des données de l’Enquête sociale générale de 2011. Il ressort essentiellement de nos analyses que la 1ère cohorte présente des parcours homogènes tandis que les trajectoires des femmes sans enfant nées pendant le baby-boom sont multiples et diversifiées et ce, sur tous les plans (personnel, conjugal, professionnel).

3_rem_
Patricia BROSSEAU-LIARD Université d’Ottawa, Diane POULIN-DUBOIS Université Concordia
Les très jeunes enfants préfèrent-ils imiter les actions démontrées avec assurance?
(Afficher le résumé)

La présente étude examine les origines développementales de la préférence pour apprendre d’individus démontrant de l’assurance. Des enfants appartenant à deux groupes d’âge, soit 18 mois (N=36; moyenne = 18 mois 20 jours) et 24 mois (N=37; moyenne = 24 mois 19 jours), observent une expérimentatrice faire la démonstration d’actions avec assurance (hochement de tête, expression faciale suggérant la satisfaction) ou en manquant d’assurance (haussement d’épaules, expression confuse). Les enfants peuvent ensuite choisir d’imiter les actions. Par la suite, l’expérimentatrice démontre des actions additionnelles avec une expression faciale neutre. Le nombre d’actions imitées est soumis à une analyse de la variance, qui révèle une interaction significative entre la manifestation d’assurance et l’âge (voir Figure 1). Les enfants de 18 mois imitent autant l’expérimentatrice que son comportement soit assuré ou non (t(34)=-0,13, ns). À 24 mois, les enfants imitent plus fréquemment une expérimentatrice assurée que non assurée (t(35)=3,50, p=0,001). Cette préférence chez les enfants de 24 mois persiste pour la première action démontrée avec expression neutre (test exact de Fisher: p=0,008) mais disparaît pour la deuxième action (p=1,00, ns). Ces résultats démontrent que l’imitation préférentielle en fonction des indices d’assurance est présente à 24 mois, ce qui correspond au plus jeune âge auquel cette compréhension ait été démontrée.

4_rem_
Benjamin Weiss Université de Montréal

Grandir comme aidant : pour mieux comprendre la réalité des adolescents qui sont des aidants naturels auprès d’un parent

(Afficher le résumé)

Prendre soin d’un proche ayant une maladie chronique augmente le risque chez les aidants de développer eux-mêmes des problèmes de santé physique et/ou mentale et dans cette situation de vulnérabilité, la dynamique familiale est mise à l’épreuve. Il est ainsi évident que la santé des aidants naturels doit devenir une préoccupation pour la santé publique. La réalité des adultes qui sont des aidants naturels auprès d’un parent ou d’un conjoint est connue depuis longtemps. Par contre, la réalité des adolescents qui adoptent ce rôle d’aidant auprès d’un parent reste encore méconnue au Québec. Les jeunes aidants naturels (young carers) assument des tâches et rôles qui ne sont pas toujours adaptés à leur âge. En outre, la contribution de ces jeunes reste peu comprise dans la société québécoise. Une recherche en cours, dans le cadre d’une maîtrise, part de l’interrogation comment cette réalité est vécue par les adolescents ainsi que perçue et interprétée par les intervenants de différents milieux de pratique. Dans cette perspective, le propos de cette communication est double. Il s’agit d’offrir une introduction à ce phénomène et de faire ressortir les enjeux entourant la réalité des adolescents qui sont des aidants naturels, particulièrement en se basant sur la reconnaissance de leur réalité, d’une part, et, d’autre part, présenter quelques résultats préliminaires pour établir des liens entre cette reconnaissance et les effets sur le rôle d’aidant des adolescents. 

13 h 30 - 16 h 00
Communautés, nations, migrations (III)
Communications orales
Présidence/animation : Manon Chamberland UQO - Université du Québec en Outaouais
Bâtiment – Local : Pavillon MB – MB S2.285
1_rem_
Etienne GIROUARD UQAM - Université du Québec à Montréal

La chimie du national et les nations coréennes au pluriel : une nouvelle méthode menant au dévoilement des isomères structurels de la nation

(Afficher le résumé)

L'exceptionnalité coréenne pose de multiples défis aux théories traditionnelles du nationalisme. Les expériences nationales coréennes suggèrent ainsi deux questions fondamentales. D’abord, comment expliquer qu’une nation établie, la nation républicaine de 1919, puisse déboucher sur deux nouvelles nations dans l’après-guerre, la nation révolutionnaire au Nord et la
nation développementaliste au Sud, alors que celles-ci partagent à elles trois un même bagage historique et culturel. Ensuite, comment expliquer le fait que les communautés imaginées révolutionnaire et développementaliste en soient venues à
accoucher de relations autant acrimonieuses, puis à engendrer des conceptions politiques si radicalement opposées, et cela, tout en partageant les mêmes mythomoteurs, cette matière brute que nous livrent l’histoire et la culture et à partir de laquelle est tissée la courtepointe de la réalité nationale. La chimie du national propose de voir chacune des nations coréennes comme autant de corps sociaux constitués à partir d’une même matière brute, mais qui, sous l’effet de catalyseurs générant des «réactions nationales» différentes, s’agencent variablement de façon à doter la nation de propriétés singulières. Les nations coréennes apparaissent telles des isomères structurels et le chimiste du national voit l’histoire, la culture, les héros, et les symboles comme les atomes à partir duquel sont composées les nations en tant que structures moléculaire de l'identitité collective.

2_rem_
Myriam Tahiri hassani UQAM - Université du Québec à Montréal, Maryvonne Merri UQAM - Université du Québec à Montréal

Par quels processus peut-on expliquer la réussite scolaire des jeunes d’origine haïtienne issus de milieu socio-économique faible?

(Afficher le résumé)

Le Québec est la province canadienne ayant le taux le plus élevé de décrochage scolaire (17,57 %). Ce taux est plus élevé chez certains groupes confrontés à d’importantes difficultés socio-économiques et culturelles tels les enfants d’origine haïtienne, dont le taux reste le plus élevé au Québec (50 %). La précarité socio-économique familiale, la monoparentalité, le racisme vécu, la délinquance et la violence sont souvent identifiés comme des facteurs qui contribuent au maintien du « cycle de décrochage scolaire ». Cela dit, certains jeunes d’origine haïtienne qui ont vécu ces difficultés arrivent, malgré tout, à réussir à l’école et atteindre l’université. En effet, 12,4 % des jeunes d’origine haïtienne âgés de 15 ans et plus détenaient en 2001 un diplôme de grade universitaire. Comment s’en sont-ils y pris ? L’hypothèse selon laquelle le jeune « est capable d’intervenir sur [les facteurs] qui le déterminent » (De Gaulejac, 2009) en mettant en place de façon autonome des processus qui lui sont propres, est alors proposée. L’individu serait actif dans la construction de son parcours scolaire. Pour cela, il utiliserait des instruments lui permettant de développer les apprentissages nécessaires à sa réussite scolaire et pouvant, au-delà, contribuer à sa construction identitaire. À cet effet, nous développons un modèle conceptuel original qui propose de rendre compte des processus instrumentaux et identitaires mis en place par le jeune pour réussir à l’école.

3_rem_
Manon Chamberland UQO - Université du Québec en Outaouais

Le développement du pouvoir d’agir des personnes et des collectivités au sein d’organisations communautaires : des retombées identifiées par des femmes immigrantes

(Afficher le résumé)

Des femmes immigrantes figurent parmi les groupes de la population plus susceptibles d’occuper des emplois précaires et atypiques et de se retrouver marginalisés sur le marché du travail (Chicha, 2009 ; OCDE, 2011 ; Pierre, 2005). Il importe donc de s’intéresser aux pratiques d’intervention sociale permettant de considérer simultanément leur expérience, les obstacles qu’elles rencontrent et d’exercer une influence sur ceux-ci. Le développement du pouvoir d’agir des personnes et des collectivités est une alternative régulièrement évoquée pour y parvenir (Breton, 2004 ; Vissandjée et Maillet, 2007). Par contre, on souligne la difficulté de tenir compte simultanément des dimensions personnelles et sociales (Éliasoph, 2011 ; Everett, Homstead et Drisko, 2007). Quelles composantes des pratiques d’intervention sociale sont propices à soutenir le développement du pouvoir d’agir des femmes immigrantes ? Quelles retombées de ces pratiques identifient-elles ? À partir des résultats d’une recherche qualitative et exploratoire portant sur les pratiques au sein d’organisations communautaires, cette présentation permettra de rendre compte des retombées identifiées par des femmes immigrantes qui les fréquentent. Ces résultats conduiront à soulever des pistes de réflexion concernant le développement du pouvoir d’agir des personnes et des collectivités, des pratiques d’intervention sociale ainsi que pour la formation.

4_rem_
Godefroy Desrosiers-lauzon UQAM - Université du Québec à Montréal

La Floride pour qui? Relations entre l’industrie touristique et la communauté depuis les années 1970

(Afficher le résumé)

Considérant la place importante que l'industrie touristique occupe en Floride, le chercheur pourrait s'attendre à ce que cette place soit l'objet d'un consensus entre acteurs économiques et politiques, et entre résidents. Or les problèmes associés à la croissance rapide de la Floride ont engendré des conflits sur les politiques publiques locales. Le tourisme, secteur d'activité emblématique s'il en est, s'est retrouvé au centre de l'attention soulevée par les externalités de la croissance.

Cette communication propose une analyse des tensions, des conflits entre l'industrie touristique et les communautés locales depuis les années 1970, en portant attention aux politiques publiques relatives à la protection de l'environnement, à la gestion de la croissance, à la planification spatiale, et à la promotion touristique. Dans le cadre des débats sur ces politiques, une partie de l'élite politique et économique, et une partie de la population, a utilisé le tourisme comme une figure, un symbole des méthodes de promotion et de gestion traditionnelles.

Ces observations informent notre compréhension de l'évolution de la planification économique par les gouvernements locaux, de la formation des coalitions politiques au niveau local (pour répondre à la question "Qui gouverne?"), et de la formation d'une "coalition pour la croissance" (growth machine), dans un contexte de modernisation économique souhaitée et débattue.

5_rem_
Samuel Vézina INRS - UCS - Institut national de la recherche scientifique - Urbanisation Culture Société, Alain Bélanger Institut national de la recherche scientifique
Les déterminants du niveau de littératie de la population canadienne
(Afficher le résumé)

Le niveau de littératie, i.e. la capacité d’utiliser et de comprendre l’information nécessaire pour être fonctionnel en société, est directement lié à la propension d’un individu à occuper un emploi qualifié et rémunérateur. Au Canada, des études montrent que le niveau de littératie des immigrants est généralement inférieur à celui des Canadiens nés au pays, malgré leur niveau d’éducation plus élevé.

L’objectif de cette recherche est d’identifier les facteurs qui déterminent le niveau de littératie des Canadiens âgés entre 15 et 74 ans. Nous analysons les données de l’Enquête internationale sur l'alphabétisation et les compétences des adultes (EIACA) de 2003. Nos analyses multivariées utilisent les quatre types de compétences en littératie de l’EIACA comme variables dépendantes. Le modèle de régression est stratifié selon le statut d'immigrant pour identifier les déterminants propres aux Canadiens de naissance de ceux des immigrants.

Les résultats montrent que le niveau d'éducation et l'âge des individus sont les facteurs les plus déterminants du niveau d'éducation de la population adulte du Canada, suivi des variables de capital social et socio-démographiques. Chez les immigrants, l'âge à l'arrivée au Canada de même que la proximité culturelle (langue maternelle, pays de naissance et langue des études primaire) ont un impact significatif sur le niveau de littératie. Nous n’observons pas de différences notables selon la province de résidence ou la langue parlée.

Participez à la conversation

Partenaire des activités scientifiques