103 - Le transfert de connaissances en génétique : de la population à la clinique

Les progrès en génétique sont considérables depuis le séquençage du génome humain en 2000. Les découvertes se sont accélérées, et de grands pas ont été réalisés, notamment dans les méthodes de séquençage de nouvelle génération ou encore dans le domaine de la médecine de précision. Il est possible de croire que ces avancées technologiques permettront d’améliorer les traitements de certaines maladies beaucoup plus rapidement et efficacement grâce à la connaissance du profil génétique de chacun, et ce, dans un avenir assez rapproché. Toutefois, plusieurs enjeux éthiques et sociaux font obstacle actuellement à l’application en clinique et à grande échelle de ces technologies. En plus de ces enjeux, d’autres limites sont mises en évidence, comme le manque de connaissances des professionnels de la santé ou encore le transfert de connaissances entre la recherche et l’application clinique inefficace. Par ailleurs, la culture scientifique de la population en général est aussi limitée, et les patients ne peuvent faire un choix éclairé s’ils n’ont pas les connaissances pour leur permettre de comprendre les différents enjeux liés à une éventuelle décision d’avoir recours ou non à des tests génétiques pour leur santé.

L’objectif de ce colloque est de montrer l’importance de la mobilisation et du transfert de connaissances en génétique auprès des professionnels de la santé et auprès de la société pour une meilleure applicabilité des technologies les plus avancées en génomique. Un échange sur les bonnes pratiques conduit habituellement à des actions concrètes et peut occasionner des pratiques innovantes. En première partie, certains moyens novateurs pour transmettre des connaissances scientifiques à un public large ou spécialisé seront proposés. Ensuite, le colloque abordera les nouvelles technologies en génétique utilisées actuellement. Finalement, les enjeux qui limitent leur application en clinique seront examinés afin de discuter sur le rôle de la mobilisation des connaissances.

Responsables
  • Karine Tremblay (UdeM - Université de Montréal)
  • Marie-Ève BLACKBURN (ÉCOBES - Groupe d’Étude des Conditions de vie et des Besoins de la population)
  • Camélia Dubois-Bouchard (ÉCOBES - Groupe d’Étude des Conditions de vie et des Besoins de la population)
  • Ann-Lorie Gagnon (UdeM - Université de Montréal)
Communications orales

Importance de la mobilisation de la connaissance

Avant-midi > à
Bâtiment / Local : UQAC P1-5050
08 h 30

Mot de bienvenue

08 h 40

Cadre théorique et pratique du transfert des connaissances: Une approche fondée sur la psychologie du travail

Francois Chiocchio (Université d’Ottawa)

Le paradigme actuel en science requiert des chercheurs qu’ils et elles garantissent l’utilité de leurs recherches et l’utilisation des résultats que ces recherches génèrent. De ces principes découle un nouveau domaine de recherche qui vise à comprendre la nature du transfert de connaissances, ses processus et leur incidence. En plus des obstacles et leviers que ce domaine de recherche a révélés, on sait que les interactions entre chercheurs et usagers seraient un déterminant du transfert. Or, bien que ces interactions aient lieu dans le cadre du travail des chercheurs, les théories et résultats de recherche issus de la psychologie du travail n’occupent pas l’espace conceptuel des travaux sur transfert de connaissances, et ce, malgré leur pertinence. En considérant les usagers comme des parties prenantes de la recherche, comme des partenaires aussi essentiels que les chercheurs et comme des membres à part entière des équipes de projet de recherche, il est possible de tirer profit des travaux sur les capacités adaptatives des équipes de projet, sur la collaboration entre coéquipiers qui se distingue sur le plan des connaissances et des expériences, sur l’interdépendance entre coéquipiers et sur la place des interactions comme déterminants du rendement et de la performance des équipes. L’objectif général de la présentation est donc de présenter ces recherches afin de susciter réflexions et applications auprès des chercheurs du domaine de la génétique.

09 h 30

Entre connaissances et pratique, une passerelle à consolider en génétique

Annie Plourde (CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean), Cynthia Gagnon (Université de Sherbrooke)

La mobilisation des connaissances est un enjeu important dans le domaine de la santé. L’accès et l’implantation des meilleures évidences nécessitent la mise en œuvre d’actions spécifiques pour améliorer les soins et services de santé. En regard des maladies génétiques, le défi est d’autant plus grand qu’une majorité des diagnostics sont rares. Les pratiques de mobilisation des connaissances traditionnelles sont donc peu efficaces pour accéder aux connaissances, trouver le public qui pourrait en bénéficier et implanter ces connaissances. Les activités de courtage de connaissances réalisées en maladies neuromusculaires au Saguenay–Lac-Saint-Jean constituent des exemples de certaines pratiques à mettre en place pour répondre aux défis de la mobilisation des connaissances en maladies génétiques (rares). Une série de trois exemples concrets permettront de mettre en lumière des stratégies efficaces pour favoriser l’utilisation des meilleures évidences en maladies génétiques et favoriser la confiance des utilisateurs envers ces stratégies. Les exemples permettront de répondre à trois éléments clés du transfert des connaissances : 1) accéder aux meilleures évidences en maladies rares (souvent l’expertise professionnelle); 2) adapter l’information pour répondre aux besoins du public ciblé (adaptation à la pratique); 3) assurer une diffusion efficace vers les publics ciblés (qui sont difficiles à identifier).

09 h 55

Et si le conflit décisionnel m'était conté: Utilisation du transfert des connaissances afin de mieux soutenir les personnes dans leur prise de décision

Marie-Eve Poitras (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi), Mélissa Lavoie (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)

L’état des connaissances en génétique évolue rapidement. Ces nouvelles connaissances, bien que positives pour la science et pour les personnes nécessitant des soins, peuvent être sources d’incertitudes et de conflits décisionnels lorsqu’un choix en lien avec un traitement ou un dépistage doit être fait. Un choix pérenne est un choix basé sur les valeurs et les préférences de la personne. Cependant, quelles sont les conséquences d’avoir fait le mauvais choix ? De quelle façon les professionnels de la santé peuvent mieux soutenir les personnes dans leur prise de décision ? Comment transmettre le savoir scientifique aux personnes confrontées à un choix difficile ? Lors de cette conférence, les enjeux éthiques en lien avec les innovations génétiques ainsi que le concept de transfert des connaissances via la prise de décision partagée seront discutés.

10 h 20

Pause

Communications orales

Transfert de connaissances populationnel

Avant-midi > à
Bâtiment / Local : UQAC P1-5050
10 h 35

Une meilleure connaissance sur la génétique pour une acceptabilité sociale accrue à l'égard des tests de porteur

Marie-Ève BLACKBURN (ÉCOBES - Groupe d’Étude des Conditions de vie et des Besoins de la population), Suzanne Veillette (Cégep de Jonquière), Julie Auclair (Cégep de Jonquière)

Dans le but d’évaluer les retombées sur la population du projet-pilote d’offre de tests de porteur pour quatre maladies héréditaires (MH) récessives au Saguenay-Lac-Saint-Jean, une enquête populationnelle sur la génétique communautaire, a été réalisée par ÉCOBES au printemps 2012. Cette enquête téléphonique a rejoint 1 386 répondants âgés de 18-44 ans (population visée par le projet-pilote). Les données amassées confirment l’importance stratégique de l’information et de la sensibilisation de la population à propos de la génétique. L’étude a permis d’évaluer les connaissances de la population sur la génétique et les MH tout en ciblant des groupes de population moins informés, d’une part, et moins favorables au projet-pilote d’autre part. On observe donc que la connaissance et l’intérêt pour les MH se trouvent étroitement associés à l’âge et au genre des répondants, de même qu’à leur niveau de scolarité. De plus, démontrer de l’intérêt pour la génétique et afficher une meilleure connaissance sur les MH influencent non seulement l’intention de recourir aux tests de porteur, mais apaisent aussi différentes inquiétudes que pourraient entretenir les individus au sujet de la génétique. Enfin, une connaissance accrue sur les MH procure une relative assurance quant à plusieurs aspects liés aux tests génétiques (par ex. : la crainte de subir des préjudices après avoir donné naissance à un enfant atteint ou de se sentir en moins bonne santé après être déclaré porteur).

11 h 00

CORAMH: informer, sensibiliser et éduquer la population

Annie Chamberland (CORAMH), Sophie Girard (CORAMH)

Fondé en 1980, CORAMH est un organisme à but non lucratif qui œuvre dans le domaine des maladies héréditaires fréquentes au Saguenay−Lac-Saint-Jean (SLSJ). Sa mission est d’informer, sensibiliser et éduquer la population sur les maladies héréditaires et les déterminants génétiques de la santé. L'organisme réalise sa mission en transmettant à la population des notions de base sur la génétique et l’hérédité, en informant la population du mode de transmission des maladies héréditaires et en fournissant une description des maladies héréditaires plus spécifiques et plus fréquentes dans la région. CORAMH sensibilise la population grâce à son programme d’information génétique (établissements scolaires, entreprises et groupes sociaux) et grâce à des campagnes d’information. Le principal défi est de toujours trouver des stratégies novatrices de transfert de connaissances afin de présenter des concepts complexes liés à l’hérédité et à la génétique pour un auditoire varié. Depuis près de 40 ans, les activités de sensibilisation de CORAMH ont rejoint plus de 80 000 personnes. CORAMH est devenu une référence quant au développement d’outils d’information, de sensibilisation et d’éducation sur la génétique des maladies héréditaires.

11 h 25

Lancer une offre de tests de porteur de maladies héréditaires récessives est possible mais exigeant: perspectives cliniques et analytiques

Luigi Bouchard (UdeS - Université de Sherbrooke)

La transmission héréditaire des caractères familiaux a été reconnue bien avant la découverte de son vecteur, l'ADN. Nous avons maintenant une connaissance approfondie de son rôle dans l'hérédité grâce au développement de capacités extraordinaires d'analyses de cette molécule étonnante. L’application de cette connaissance et les nouveaux outils d’analyses à la sphère clinique sont des objectifs poursuivis par plusieurs, mais n’en sont pas moins d’une grande complexité. En conséquence et même si le dépistage et le diagnostic moléculaire sont actuellement en plein essor, cette application demeure marginale dans les laboratoires médicaux. Après plus de dix ans de discussions et de réflexions et grâce à la collaboration de plusieurs acteurs régionaux et nationaux, une offre de tests de porteur pour quatre maladies héréditaires récessives fréquentes au Saguenay-Lac-Saint-Jean a été lancée en 2009 sous forme de projet-pilote. Depuis, plus de 13 000 personnes de la région ont eu accès à ce service gratuit. En janvier 2018, cette offre de tests de porteur a été élargie à tous les Québécois dont au moins un des grands-parents est originaire du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de Charlevoix ou de la Côte-Nord. L’objectif de ce programme national unique au monde est d’offrir de l’information clinique de qualité aux couples qui ont le projet de fonder une famille. Cette conférence présentera les perspectives cliniques et analytiques qui ont fait de cette offre de tests de porteur un succès.

11 h 50

Comprendre les maladies génétiques: Programme de formation populaire en santé

Martin Hudon (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)

La formation populaire en santé existe depuis 10 ans. Nous avons à ce jour présenté 19 programmes différents. Chaque année, nous organisons deux programmes, soit un à l'hiver et un à l'automne. En moyenne, ce sont 150 personnes qui participent à ces conférences. Chaque programme présente de 6 à 7 contenus différents échelonnés sur autant de semaines. La clientèle ciblée est la population en générale qui désire mieux comprendre les aspects des maladies génétiques, ainsi que tous les professionnels qui œuvrent dans le domaine de la santé. Les objectifs visés par le programme de formation populaire sont : mieux comprendre les maladies et leurs traitements; mieux comprendre le fonctionnement de son corps; être mieux informé et prendre des décisions judicieuses quant à ses propres soins de santé et ceux de ses proches; connaitre les avancées de la recherche médicale et ses retombées; connaitre les enjeux actuels en matière de soins de santé et d'éthique médicale, particulièrement dans le contexte des maladies génétiques.

Toutefois, malgré un effort supplémentaire de promotion et de diffusion, de partenariat avec les organismes du milieu, nous avons eu peu d'inscriptions pour ce programme. La présentation tentera d'expliquer pourquoi cette formation populaire n'a pas rejoint autant de personnes que toutes les autres au cours des dernières années.

Dîner

Dîner libre

Dîner > à
Bâtiment / Local : UQAC P1-5050
Communications orales

Transfert de connaissances de la recherche fondamentale à la pratique clinique

Après-midi > à
Bâtiment / Local : UQAC P1-5050
13 h 15

Cibler la PCSK9 par un anticorps monoclonal: Une découverte scientifique qui a mené à une nouvelle classe de médicaments pour traiter l’hypercholestérolémie familiale

Etienne Khoury (UdeM - Université de Montréal)

L’hypercholestérolémie familiale (HF) est une maladie génétique rare caractérisée par un défaut de clairance des lipoprotéines de basse densité (LDL), un taux élevé de LDL-cholestérol (LDL-C) et un risque accru de maladie coronarienne athérosclérotique (MCAS) prématurée. Depuis plus de 30 ans, les statines sont prescrites et utilisées comme traitement de première ligne afin de diminuer les taux de LDL-C et ainsi réduire les risques de maladies cardiovasculaires. Cependant, atteindre les cibles de LDL-C (inférieur à 1.8 mmol/L) chez les patients qui souffrent d’HF s’avère difficile avec de tels agents hypolipidémiants. La nécessité de traiter ce trouble génétique a donc mené à des efforts scientifiques qui ont récemment abouti à une nouvelle thérapie ciblant particulièrement la protéine convertase subtilisin/kexin de type 9 (PCSK9).  De la science fondamentale (identification de la protéine) à la recherche clinique (étude de phases chez l’humain), cette découverte innovatrice dans le domaine des lipides a su franchir, en un peu plus d’une décennie, toutes les étapes du processus de développement d’un médicament. Impliqué dans plusieurs études cliniques portant sur les inhibiteurs de PCSK9, le conférencier, membre de l’équipe du centre ECOGENE-21, présentera la genèse de cette nouvelle classe de médicaments, sa course vers la commercialisation et finalement le but ultime de l'accessibilité au patient.

13 h 40

Thérapie génique pour les patients atteints de la déficience en lipoprotéine lipase: un modèle de transfert des connaissances en pratique clinique

Julie Methot (Université Laval)

L'hyperchylomicronémie familiale est un désordre du métabolisme des lipides caractérisé par des triglycérides sanguins très élevés et associé à un risque de pancréatites récurrentes. Une des causes de cette condition est la déficience génétique complète en lipoprotéine lipase (LPL), une enzyme impliquée dans la dégradation des chylomicrons, lipoprotéines riches en triglycérides. Il n'existe actuellement aucun traitement pour abaisser les triglycérides sous le seuil de risque de pancréatite. Le contrôle de l'apport en gras suivant une diète stricte fait partie du plan de traitement des patients. Une thérapie génique contenant le variant du gène humain de la LPL (LPL-S447X) dans un vecteur viral a été développée afin de contrôler les symptômes et prévenir les complications associées à une déficience en LPL. Des études cliniques ont été réalisées pour évaluer cette thérapie génique. En 2012, cette thérapie génique a été la première autorisée pour la mise en marché dans le monde occidental sous l'appellation Glybera. La conférencière a été impliquée dans ce succès de recherche translationnelle avec l'équipe d'ÉCOGÈNE-21 et présentera le cheminement depuis la connaissance du gène au développement du Glybera et sa mise en marché comme avenue de traitement de l'hyperchylomicronémie familiale.

Communications orales

Les acteurs du transfert de connaissances

Après-midi > à
Bâtiment / Local : UQAC P1-5050
14 h 05

Pour que la recherche nous ressemble, on s’assemble ! La mise en place de l’approche patients-partenaires auprès de la clientèle atteinte de maladies neuromusculaires

Cynthia Gagnon (UdeS - Université de Sherbrooke), Véronique Gauthier (Université Laval), Samar Muslemani (UdeS - Université de Sherbrooke), Emilie Godin (UdeS - Université de Sherbrooke)

Dans le cadre de ces travaux de recherche, le Groupe de recherche interdisciplinaire sur les maladies neuromusculaires (GRIMN) a récemment implanté l’approche patients-partenaires. Dans cette approche, les patients-partenaires sont considérés comme des membres de l’équipe de recherche et leurs savoirs expérientiels viennent compléter/agrémenter le savoir théorique des chercheurs et des professionnels de la santé. Il a été démontré que l’implication de patients-partenaires dans une équipe de recherche permet d’obtenir des résultats qui correspondent davantage à leurs besoins. Cette approche est de plus en plus importante dans le milieu de la santé et permet de reconnaître l’expertise des patients comme unique et complémentaire à la connaissance des chercheurs, cliniciens et décideurs. Il est à noter que cela sous-entend que les patients-partenaires ne sont pas des participants à la recherche, mais des co-chercheurs. Les personnes atteintes de maladies neuromusculaires peuvent présenter des atteintes cognitives et un faible niveau de scolarité comme dans le cas de la dystrophie myotonique de type 1. Cette situation nécessite une adaptation de la formation et de l’accompagnement offerts aux patients-partenaires. La présentation permettre d’identifier les défis rencontrés et les stratégies utilisées pour optimiser la contribution des personnes atteintes de MNM dans le cadre de la recherche.

14 h 30

Les omnipraticiens, les pharmaciens et les patients : points de vue pour favoriser le transfert des connaissances de la pharmacogénétique en pratique clinique

Karine Tremblay (UdeM - Université de Montréal), Marie-Ève Blackburn (ÉCOBES - Groupe d’Étude des Conditions de vie et des Besoins de la population), Camélia Dubois-Bouchard (Cégep de Jonquière), Marie-Pier Frigon (Cégep de Jonquière), Suzie Tardif (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)

Certains marqueurs pharmacogénétiques (PGt) sont actuellement reconnus comme prédicteurs de la réponse aux médicaments prescrits et il existe des tests pour vérifier leur présence avant la prescription de ces médicaments. Cependant, les professionnels de la santé ont rarement recours à ces tests bien qu’ils puissent améliorer la qualité du traitement médicamenteux des patients. Nous présenterons les résultats d’une consultation effectuée auprès de trois groupes d’acteurs clés pouvant jouer un rôle dans l’utilisation ou non des tests PGt en pratique clinique de première ligne. Le projet de recherche dont il est question avait pour objectifs de mieux comprendre les limites et l’ouverture des omnipraticiens, des pharmaciens et des patients au sujet des PGt et de formuler des recommandations pour une meilleure applicabilité et pour faciliter le transfert de connaissances. Deux groupes d’entretien avec des omnipraticiens, deux groupes avec des pharmaciens et deux groupes avec des patients ont été réalisés. Suivant l'analyse des données qualitatives recueillies, les résultats obtenus démontrent une ouverture manifeste à utiliser des tests PGt dans chacun des groupes, toutefois, certains enjeux comme le manque d’informations sur leur accessibilité, des délais trop longs avant de recevoir les résultats ou le manque de connaissances sur leur utilité clinique ont également été relevés.

14 h 55

Pause

Communications orales

Atelier de réflexion créative sur les enjeux du transfert de connaissances en génétique

Après-midi > à
Bâtiment / Local : UQAC P1-5050
Discutant : Marie-Ève BLACKBURN ÉCOBES - Groupe d’Étude des Conditions de vie et des Besoins de la population, Karine Tremblay UdeM - Université de Montréal
15 h 05

Discussion

16 h 25

Mot de clôture