Aller au contenu principal
10 mai 2012
Simon Dansereau
Journalistes

 

 

10 mai 2012, 80e Congrès de l'Acfas – Saviez-vous que le polystyrène que vous jetez sans doute à la poubelle (verres ou barquettes en styromousse, contenants pour champignons, et autres plastiques marqués du code de récupération numéro 6) est recyclable? De même que les produits de plastique biodégradables seraient une arnaque au plan du développement durable? Lors d’un colloque sur les approches innovatrices appliquées aux matières résiduelles, deux chercheurs ont remis en question les idées reçues au sujet des plastiques.

Jennifer Pinna, du Centre de transfert technologique en écologie industrielle du cégep de Sorel-Tracy, a présenté diverses manières de recycler le polystyrène, actuellement très peu récupéré. Sur les 20 919 tonnes produites par année, seulement 14,7% (3 067 tonnes) se retrouvent dans le bac vert. Pourtant, et c'est un fait méconnu, le produit est tout à fait recyclable. Avec son groupe de recherche, Mme Pinna vise à identifier un scénario de collecte et de tri du polystyrène qui permettrait, en plus d’être rentable économiquement, de le récupérer adéquatement afin d’en obtenir une grande quantité, de bonne qualité.

Marc Olivier, chimiste et professeur au cégep de Sorel-Tracy s’intéresse quant à lui à de nouvelles façons de créer du plastique à partir de composés organiques qui s’ajoutent aux molécules d’origine pétrolière. Il prône ainsi l’utilisation de ces nouveaux matériaux appelés les thermoplastiques... tout en dénonçant l’usage des plastiques dits « oxo-biodégradables » en raison de leur trop grande empreinte environnementale, ce qui, selon lui, va à l’encontre du développement durable.

[video:https://vimeo.com/41977159 width:700 align:center]

Auteur(e)

  • Simon Dansereau
    Journalistes
    Présentation des auteur(e)sAriane Thibault-VanasseDiplômée du collège Jean-de-Brébeuf en lettres, théâtre et communication, Ariane Thibault-Vanasse entreprend des études en journalisme à l’Université du Québec à Montréal. Elle s’implique au sein du journal étudiant L’Esprit simple en tant que chef de pupitre de la section culture. En grande passionnée des communications, elle compte dédier ses études et sa carrière aux différents médias québécois. Simon DansereauSimon Dansereau est actuellement en première année d’études en journalisme à l’Université du Québec à Montréal. Au cours des deux dernières sessions, il a écrit plusieurs articles dans les journaux étudiants Montréal Campus et L’Esprit simple. Il s’est également impliqué dans une émission d’affaires publiques à CHOQ-FM, la radio Internet de l’UQAM. Curieux de nature, Simon est passionné d’actualité et de culture. Il est également titulaire d’un diplôme d’études collégiales en sciences humaines, profil études internationales, du Collège Jean-de-Brébeuf.

Commentaires