Découvrir - Avril 2014
15 avril 2014
Guy Drouin
Université d'Ottawa

Si, chez l’aristocratie, la consanguinité est un choix, les populations isolées sont elles aux prises avec un bassin génétique limité. Celles du Lac-Saint-Jean et de la Finlande sont deux exemples de populations issues d’un petit nombre d’individus fondateurs. La région du Lac-Saint-Jean a été colonisée par des colons français qui furent par la suite isolés lorsque les Britanniques conquirent le Canada en 1760. La Finlande fut colonisée par deux vagues migratoires il y a 4 000 et 2 000 ans.…

Découvrir - Mars 2014
17 mars 2014
Guy Drouin
Université d'Ottawa

Les animaux et les plantes que nous avons domestiqués possédaient au départ les caractéristiques nécessaires à cette forme de soumission. Puis, c’est sous notre gardiennage qu’ils ont poursuivi leur évolution. Aujourd’hui, plusieurs seraient incapables de vivre sans nous!

Découvrir - Février 2014
16 février 2014
Guy Drouin
Université d'Ottawa

La domestication d’espèces mammifères implique un contact journalier. De plus, spécialement dans le cas des animaux dont on tire le lait, ces contacts sont très « intimes ». Intimité qui s’étend au partage de bactéries et de virus. Quoique les transferts viraux entre espèces soient très rares, ces « liaisons dangereuses »  augmentent leur probabilité. De fait, ils se sont produits à plusieurs occasions au cours de notre histoire.

Découvrir - Décembre 2013
28 novembre 2013
Guy Drouin
Université d'Ottawa

L’horloge moléculaire ne sert pas qu’à dater les temps de divergence entre les espèces. Elle peut aussi servir à dater des évènements aussi divers que le temps d’origine du sida et celui de l’invention des vêtements.

Découvrir - Novembre 2013
4 novembre 2013
Guy Drouin
Université d'Ottawa

En 1962, Emile Zuckerkandl et Linus Pauling ont remarqué que les mutations des gènes codant pour l’hémoglobine, une protéine des globules rouges, s'accumulaient à une vitesse proportionnelle au temps géologique. L'hypothèse de l'horloge moléculaire était née! Cette thèse fut initialement très controversée parce que plusieurs chercheurs ne comprenaient pas comment les mutations pouvaient s’accumuler non seulement à un taux constant, mais aussi chez des espèces aux modes de vie très différents…

Découvrir - Octobre 2013
30 septembre 2013
Guy Drouin
Université d'Ottawa

Jusqu’à maintenant, dans cette chronique, nous avons discuté des effets avantageux et désavantageux des mutations qui affectent nos gènes. Mais l’analyse de ces mutations peut aussi être utilisée pour étudier les relations évolutives entre les organismes vivants. Des relations souvent surprenantes se révèlent alors.

Découvrir - Septembre 2013
3 septembre 2013
Guy Drouin
Université d'Ottawa

Au cours de l’histoire, des individus et des institutions ont prêché la "purification" de notre espèce de ses "mauvais" gènes. Or, la génétique moderne démontre que non seulement ce n’est pas possible, mais qu'en plus, nos choix de vie vont produire de plus en plus de mutations.

Découvrir - Avril 2013
3 avril 2013
Guy Drouin
Université d'Ottawa

Ce qui est particulièrement intéressant avec cet exemple de sélection positive est que cette suggestion a été testée expérimentalement. En effet, à l’aide de cellules souches, des chercheurs ont créé des souris transgéniques ayant les deux mutations humaines

Découvrir - Mars 2013
3 mars 2013
Guy Drouin
Université d'Ottawa

Les haplotypes, ces morceaux de chromosomes non-recombinants, ont une longueur inversement proportionnelle à l’âge des chromosomes dans lesquels on les retrouve. Ce mois-ci, nous voyons comment la présence d’haplotypes anormalement longs permet de découvrir des gènes ayant joué un rôle important dans l’évolution de notre espèce.

Découvrir - Février 2013
4 février 2013
Guy Drouin
Université d'Ottawa

Nos chromosomes viennent en paire. C'est heureux car cela permet d'avoir une copie de secours quand il y a faute dans l'alignement des lettres.

Découvrir - Décembre 2012
1 décembre 2012
Guy Drouin
Université d'Ottawa

Il y a deux mécanismes de sélection naturelle : la lutte pour la survie et la lutte pour la reproduction.

Découvrir - Novembre 2012
31 octobre 2012
Guy Drouin
Université d'Ottawa

Nos poumons ont évolué à partir du système digestif… ce qui explique que l’on s’étouffe parfois avec de la nourriture. Le bassin de la femme sert très bien sa démarche de bipède, mais pour enfanter des rejetons matures, ce n’est pas le meilleur modèle. Quant aux testicules des mâles, ils ont migré hors du corps en prenant un chemin beaucoup plus long que nécessaire. Bref, pour le design intelligent, on repassera…

Découvrir - Octobre 2012
1 octobre 2012
Guy Drouin
Université d'Ottawa

Pour les yeux, l’évolution a fait ses gammes de 40 manières.

Découvrir - Septembre 2012
5 septembre 2012
Guy Drouin
Université d'Ottawa

Le génotype frugal inclurait les gènes produisant de l'insuline en abondance et ceux nous amenant à préférer les aliments calorifiques, comme les sucres et les graisses.

Découvrir - Mai 2012
26 avril 2012
Guy Drouin
Université d'Ottawa

La disparition du gène s’est produite il y a environ 60 millions d’années chez nos ancêtres simiens. Les autres primates, les pro-simiens, qui incluent les lémurs, ont toujours un gène GLO fonctionnel.

Découvrir - Avril 2012
30 mars 2012
Guy Drouin
Université d'Ottawa

Que s’est-il passé pour que plusieurs de nos concitoyens adultes continuent de boire du lait après leur plus tendre enfance?

Découvrir - Mars 2012
27 février 2012
Guy Drouin
Université d'Ottawa

Sur une très longue période, nous avons coévolué étroitement avec le Soleil. De ce fait, notre migration d'hominidés vers les contrées nordiques n’allait pas se faire sans quelque souffrance.