Imprimer

La cathédrale de Rimouski sous études

« C’est surprenant de voir comment la construction d’un bâtiment peut avoir des conséquences sur le développement d’une ville », souligne l'historien Kurt Vignola.
  La cathédrale menacée

En novembre dernier, tout juste avant Noël, la cathédrale de Rimouski fermait brusquement ses portes. Des raisons de sécurité étaient invoquées. Depuis, des citoyens sont prêts à déchirer leur chemise sur la place publique afin de la sauver alors que d’autres croient que cette dernière, qu’ils disent dénaturée depuis les rénovations des années 1980, devrait tout simplement être démolie. Dans les dernières semaines, cependant, une autre voix s’est élevée, celle d’une équipe de chercheurs décidés à y apporter leur expertise d'historiens.

La cathédrale en textes

L’équipe de recherche s’affaire à l'heure actuelle à rassembler une quinzaine de textes portant sur divers aspects de la cathédrale. « Ce bâtiment construit entre 1854 et 1859  n’a jamais été documenté mis à part un texte par-ci par-là ou un entrefilet », souligne Kurt Vignola, historien et enseignant au Cégep de Rimouski.

«Accroître les connaissances permettra d’avoir une vision plus juste des enjeux et ultimement cela servira aux personnes impliquées dans son avenir».

Accroitre les connaissances permettra d’avoir une vision plus juste des enjeux et ultimement cela servira aux personnes impliquées dans son avenir. Par exemple, un des textes explique pourquoi la riche ornementation intérieure a laissé place à un décor sobre lors des rénovations de 1984. « Il faut se placer à l’époque de ces travaux, exécutés dans le contexte de Vatican II, où l’Église voulait cesser de vivre dans l’opulence et se rapprocher des gens. D’ailleurs, l’intérieur faste résultait d’ajouts exécutés à partir de 1900 et non de la construction d’origine. Ainsi, la cathédrale est en quelque sorte aujourd’hui beaucoup plus près de ce qu’elle était au départ », précise Kurt Vignola.

La cathédrale dans la ville

La contribution de l’historien à l’ouvrage en cours consistera à replacer la cathédrale dans son contexte urbain. De fait, cette construction témoigne non seulement de l’importance historique de Rimouski, mais elle permet d'expliquer sa progression économique en démontrant son rôle de catalyseur.

Au moment de son édification, l’ancienne église située près de ce nouveau site est réaménagée et devient le Séminaire de Rimouski, un collège classique qui offrira une éducation supérieure. À partir de là, les notables s’établissent dans la région parce qu’entre autres ils peuvent désormais y faire instruire leurs enfants. On voit alors se développer les axes de l’avenue de la cathédrale et de la rue Saint-Germain. En d’autres mots, le cœur institutionnel de Rimouski se déploie avec la construction de la cathédrale et la mise en place du Séminaire.

L’importance de cette église entraîne la création du diocèse de Rimouski, puis la nomination de l’évêque Jean Langevin qui incitera plusieurs congrégations à s’installer dans la région. Cette croissance est si marquante que malgré le développement de la Côte-Nord à partir des années 1930, la base institutionnelle de l’Est-du-Québec demeurera à Rimouski. « C’est surprenant de voir comment la construction d’un bâtiment peut avoir des conséquences sur le développement d’une ville », conclut Kurt Vignola.

La sortie de l’ouvrage est prévue pour l’automne 2015, mais d’ici là, Kurt Vignola de même que les autres membres de l’équipe de recherche, les professeurs Jean-René Thuot et Nicolas Beaudry de l'Université du Québec à Rimouski, ont l’intention de rendre les textes disponibles à la Société rimouskoise du patrimoine.

Auteur(e)

Edith Jolicoeur
Journaliste
Présentation de l’auteureEdith Jolicoeur est doctorante en éducation à l’Université du Québec à Rimouski. Elle est également orthopédagogue à la Commission scolaire des Phares. En plus de se joindre à l’équipe du magazine Découvrir «spécial congrès», elle collabore à titre de réviseure linguistique à la Revue Canadienne des jeunes chercheur(e)s en éducation.