Aller au contenu principal
Zakaria Mestari
Troisième prix

Zakaria Mestari

Université du Québec à Montréal

Programme de gestion des comportements problématiques auprès des jeunes enfants ayant un trouble du spectre de l'autisme : implantation et validité sociale

Avez-vous déjà tenté de vulgariser votre thèse à votre famille? Qu’est-ce qui a constitué le plus gros défi? Ce processus a-t-il suscité des réactions cocasses?

Comme toute personne passionnée, cela m'arrive souvent de parler de mes intérêts de recherche, ou de ma thèse. J’en parle avec ma famille, mes amis et ma copine. Ce faisant, on est obligé d’apprendre à utiliser un langage accessible pour tout le monde. L’autre défi est aussi d’éviter un langage trop clinique. Avoir des discussions enrichissantes avec les gens autour de nous, sur un sujet aussi pointu qu’une thèse doctorale, c’est souvent l’occasion de l’aborder d’un angle nouveau, ou sous une autre perspective.

Pour vous, que représente votre recherche : un rêve d’enfance devenu réalité, un choix de carrière réfléchi, etc.?

À mes yeux, mon projet de recherche représente un pont entre deux mondes qui me passionnent, mais qui sont parfois durs à concilier. Ces deux mondes sont celui de la recherche et celui de l’intervention clinique. Mon projet de recherche est ainsi pour moi pour moi un moyen d’allier mes deux passions ensemble. Ainsi, je garde un pied sur le terrain concret de l’intervention, et un pied dans l’environnement innovant et stimulant de la recherche.

Au quotidien, à quoi ressemble votre vie d’étudiant chercheur? Quelle est l’expérience la plus enrichissante que vous avez vécue en tant que chercheur?

Chaque jour est différent et c’est très bien comme ça ! J’ai la chance d’étudier dans un laboratoire actif et dynamique, rempli de personnes qui participent activement à cette effervescence. Une des expériences les plus enrichissante selon moi est de participer à des conférences internationales. Ces moments permettent de rencontrer des individus qui viennent de partout à travers le monde, qui partagent les mêmes intérêts et proposent des solutions différentes à des problème similaires.  

Pourquoi avez-vous décidé de participer au concours Ma thèse en 180 secondes?

La vulgarisation scientifique m’a toujours intéressé. Le fait de pouvoir expliquer des phénomènes complexes de manière simple à un grand nombre de personnes, afin de leur permettre de comprendre ces phénomènes, est quelque chose qui m’a toujours fasciné. Quand j’étais petit, je me rappelle que les émissions les Débrouillards et Découverte furent pour moi une révélation ; il y avait une explication pour presque tout et cette explication n’était pas si compliquée! Par la suite, ce sont des personnes comme Carl Sagan et Neil Degrass Tyson qui m’ont prouvé que la vulgarisation scientifique pouvait s’étendre à des phénomènes encore plus grands.

En participant à ce concours, en quoi avez-vous atteint de nouveaux sommets?

Faire partie de ce concours m’a poussé à synthétiser certains concepts et idées, ce qui m’a permis de mieux maîtriser mon sujet de recherche. Ma thèse me semble plus claire, utile et réelle que jamais. C’est une activité très formatrice que je recommande à quiconque entreprend un projet de de recherche. Cela permet de mettre en valeur ce qui importe vraiment dans le projet, de le rendre clair et accessible à tous et d’en réaliser l’impact scientifique et social.