Aller au contenu principal
Martin Chénal
Finaliste

Martin Chenal

Institut national de recherche scientifique

Caractérisation de la protéine GspA chez Neisseria meningitidis : un régulateur important de la compétence

Avez-vous déjà tenté de vulgariser votre thèse à votre famille? Qu’est-ce qui a constitué le plus gros défi? Ce processus a-t-il suscité des réactions cocasses?

Par encore! Je les avais tou-te-s invité-e-s à regarder la finale institutionnelle du concours MT180, mais je leur avais donné la mauvaise date…

Pour vous, que représente votre recherche : un rêve d’enfance devenu réalité, un choix de carrière réfléchi, etc.?

Ma recherche est vraiment la continuation de mon parcours universitaire linéaire. Ça n’a jamais été un objectif fixe, j’ai simplement saisi les opportunités qui se sont présentées à moi. Quant à mon choix de carrière, il me reste encore plus de 2 ans pour y réfléchir ! À l’heure actuelle, je ne sais même pas si je veux poursuivre une carrière universitaire ou faire mon entrée dans le secteur privé. J’adore la vie universitaire, mais je ne connais pas assez le privé pour exclure cette option.

Au quotidien, à quoi ressemble votre vie d’étudiant chercheur? Quelle est l’expérience la plus enrichissante que vous avez vécue en tant que chercheur?

Chaque jour est différent du précédent, on ne s’ennuie jamais au doctorat. Certes, une grosse partie de mon temps (environ 60%) est alloué à mes expériences au laboratoire, mais même celles-ci sont extrêmement variées. En une semaine, je peux par exemple passer une journée en microscopie électronique à visualiser mes bactéries, une autre à l’animalerie pour réaliser des tests sur les souris, et une autre dans mon laboratoire régulier pour mes expériences de biologie moléculaire. Lorsque je ne suis pas en pleine expérience (40% du temps), je lis les derniers articles publiés dans mon domaine, j’analyse mes résultats, je fais de la bio-informatique ou bien je prépare mes prochaines expériences. Occasionnellement, je présente mes résultats dans divers congrès scientifiques.

Pourquoi avez-vous décidé de participer au concours Ma thèse en 180 secondes?

Je me suis découvert un talent pour la communication scientifique en présentant mon projet et mes résultats de recherche à mes premiers congrès scientifiques. Ces derniers, souvent associés à mon domaine de recherche, se composent d’un public expert pour qui la vulgarisation n’est peu ou pas nécessaire. J’ai donc voulu répéter l’expérience avec un défi supplémentaire, la vulgarisation pour le grand public. MT180 est le concours parfait pour développer cette aptitude.