Découvrir - Septembre 2015
Marie Audette et Jean-Christophe Bélisle-Pipon
Université Laval et Université de Montréal

La diversité des parcours des doctorants représente un apport essentiel qui peut se traduire dans l’ensemble des secteurs d’activités, de la R et D en entreprise à la fonction publique, des milieux communautaires aux organisations d'économie sociale.

Découvrir - Octobre 2015
Comment se préparer à œuvrer aussi hors de l’université? 7 réponses à la question du dossier

"Selon moi, la réponse est dans la question : pour se préparer à œuvrer en dehors de l'université, il faut œuvrer en dehors de l'université", Nicolas Beauchamp, ing. M.Sc.A., enseignant, auxiliaire d'enseignement et étudiant au doctorat.

Découvrir - Octobre 2015
Tiphaine Rivière
Illustratrice

À la suite du dossier "Un doctorat... et après", publié en septembre, Tiphaine Rivière nous offre ici un extrait de ses Carnets de thèse, un ouvrage illustré de ses "aventures" de doctorante.

Découvrir #MagAcfas : Jorge Flores-Aranda
Membres du Regroupement des Étudiants Chercheurs en Médecine de l’Université de Sherbrooke RECMUS
Université de Sherbrooke

Selon un rapport du Conference Board du Canada, la majorité des personnes qui obtiennent un doctorat – les trois quarts - ne deviennent pas professeurs, et ils œuvrent plutôt en dehors du milieu universitaire. Nouvelle étonnante puisque elle contredit la conception partagée par plusieurs étudiants qui amorcent un doctorat. Un projet a alors émergé : présenter à la communauté étudiante les autres possibilités de carrière à travers des témoignages vidéos. Le projet visait aussi à exposer les…

Découvrir - Septembre 2015
Manon Théberge
OSEntreprendre

Entreprendre c’est essentiellement mettre en œuvre une idée pour répondre à un besoin, et mobiliser des ressources pour la réaliser. Entreprendre se vit dans le domaine de agroalimentaire comme dans celui du design, se déploie sous la forme d’une innovation technologique ou communautaire, vise à opérer un service de proximité comme à produire un bien largement exporté. Entreprendre se fait à tout âge. 

Découvrir - Septembre 2015
Maude Laliberté,Jean Nicolas
Université de Montréal,Université de Sherbrooke

Discussion à partir et autour d'une étude de 2008 sur la formation doctorale, Un doctorat en question, encore et toujours d'actualité.

Découvrir - Septembre 2015
Jean-François Lessard
Cégep André-Laurendeau et UQÀM

Il m’est difficile d’imaginer une autre raison que la passion pour entreprendre un doctorat. Si l’on envisage de telles études, soit un programme de scolarité, de réflexion et d’écriture, qui s’étalera sur quatre ans, voire davantage pour certains, mieux vaut être enthousiasmé à l’idée de consacrer une bonne partie de son existence à la vie de l’esprit.

Découvrir - Septembre 2015
Marise Ouellet
Université Laval

On entreprend un doctorat par intérêt personnel, et ce cheminement exige passion et persévérance. La pertinence et l’intérêt du sujet de recherche constituent des éléments fondamentaux de ce parcours que l’on tend souvent à considérer comme une fin en soi.

Découvrir - Septembre 2015
Marc Daniel
Journaliste économique, CNRS Le journal

L’insertion professionnelle des titulaires de doctorat dans le secteur privé ne va pas de soi en France. Mais les choses changent. Des pistes sont à l’étude pour accélérer le mouvement.

Découvrir - Septembre 2015
Jean Frédéric Ménard
University College London

« Je suis retourné aux études alors que j’étais père de deux jeunes enfants. Même si c’est un défi immense de conjuguer études doctorales et parentalité, la flexibilité de mon horaire de chercheur et le fait que je puisse souvent travailler de la maison m’a permis de passer beaucoup de temps avec mes enfants avant qu’ils ne fassent leur entrée à l’école à temps plein, ce qui a constitué pour moi un bénéfice inattendu.

Découvrir - Septembre 2015
Aude Motulsky
Université McGill

Alors que l’appel du marché du travail est puissant, séduisant, sécurisant, pourquoi débuter, voire poursuivre des études doctorales à temps plein? Et surtout, pourquoi traverser ces années tumultueuses et terminer cet épuisant, mais oh combien satisfaisant, parcours? À chacun sa réponse, et la mienne est plutôt banale : parce que j’adore la recherche. Cette liberté de penser, cette liberté d’explorer.