Connexion utilisateur

 


À lire dans Le Devoir - mai 2012

Le Devoir
 

Avenir du français - Revenir à l'esprit de la loi 101

  • André Braën, professeur à la Faculté de droit de l'Université d'Ottawa et spécialiste des droits linguistiques
  • 3 avril 2012 
 
La loi 101 énonce que la langue de l'administration québécoise est le français. Pour des raisons évidentes, personne ne peut revendiquer le droit de recevoir dans la langue qu'il choisit des services et des communications de la part de l'État. La loi 101 n'offre à la minorité aucune garantie de ce genre, si ce n'est dans le cas des municipalités et institutions dites bilingues et lesquelles peuvent utiliser une langue autre que le français (un euphémisme pour signifier l'anglais). ... 
 


Claude Lévesque 1927-2012 - En mémoire d'un philosophe libre

 
  • Georges Leroux, Académie des lettres du Québec  
  • 3 avril 2012  

Avec la mort récente de Claude Lévesque, c'est toute l'histoire de la pensée philosophique au Québec qui nous apparaît sous la figure de la mutation profonde dont il fut l'un des artisans les plus importants. Je rappelle ici les mots de son ami Jacques Brault, dans la revue Parti Pris en 1965: «Philosopher au Québec a toujours été le contraire d'une délivrance, car la vérité préexistait si purement et si extérieurement à la conscience que nulle initiative de la liberté n'était possible et par là, j'entends non pas le doute, mais ce moment de rigueur et d'angoisse où le moi se pose par un non radical et irréversible [...]. Il y avait, il y a une tâche ici pour les philosophes: nous désapprendre la peur en donnant à notre peur des objets vrais et durs comme le réel.» ...


Office national du film - Série noire?

  • Grégoire Holtz - Professeur de littérature au Département d'Études françaises de l'Université de Toronto 
  • 13 avril 2012

Annoncée en catimini le 4 avril dernier, la fermeture progressive du studio de production de l'Office national du film (ONF), situé rue John à Toronto et consacré aux documentaires de l'Ontario et du reste du Canada, est passée quasiment inaperçue. Certes, on vous dira, il n'y a pas fermeture du studio lui-même, mais «simplement» licenciement de ses deux principaux cadres (productrice et administratrice)! […] Une telle décision relève de l'assassinat culturel et linguistique. C'est en effet tuer toute une tradition de documentaires francophones qui, de l'Ontario jusqu'à la Colombie-Britannique, s'est développée avec succès, assurant un rôle essentiel dans la vie des communautés. ...

Archives