Imprimer

Pratiques de gestion de l’innovation : guide sur les stratégies et les processus

Ce livre  est né d’une volonté commune des enseignants du programme de maitrise en gestion de l’innovation de concevoir un ouvrage vulgarisé qui résumerait les aspects fondamentaux des cours enseignés dans ce programme, mais aussi de rejoindre tous les praticiens qui oeuvrent dans le domaine de l’innovation, que ce soit dans le secteur public ou privé.  Cette volonté avait aussi comme dénominateur commun de diffuser et donc de démocratiser, ou de démystifier, les nombreux aspects et spécialités qui caractérisent le spectre de la chaine de l’innovation.  Ce dernier vocable, imparfait en soi mais souvent utilisé, permet de visualiser des étapes, lesquelles s’imbriquent de manière linéaire ou en parallèle afin d’amener une idée créative vers son (ou ses) marché(s).

DC - Gardoni et NavarreRien ne va de soi, rien n’est donné, tout est construit

Toute démarche de recherche résulte d’un questionnement comme l’exprimait fort bien Bachelard  :  « pour un esprit scientifique, toute connaissance est une réponse à une question. S’il n’y a pas eu de question, il ne peut y avoir connaissance scientifique. Rien ne va de soi. Rien n’est donné. Tout est construit. ».  D’où la nécessité de développement de processus afin de pouvoir faire progresser des idées vers leur validation et d’identifier les avenues qui s’offrent pour ses applications. La créativité est une ressource renouvelable qui demande à être harnachée, un peu comme un cours d’eau pour en générer de l’électricité.

Mais comment donc une école de génie, l’École de technologie supérieure (ÉTS), peut-elle contribuer dans un monde où la gestion est généralement l’apanage des écoles de commerce? Il y a l'exemple de l’Europe, où ce sont les ingénieurs qui sont souvent formés pour devenir des gestionnaires. L’ÉTS a donc incorporé dans sa panoplie de cours disponibles au deuxième et troisième cycle, mais aussi pour ses étudiants de premier cycle, des cours de gestion de l'innovation.

La gestion de l’innovation est complexe et recoupe nombre de facettes : la créativité, la technologie, les processus administratifs, la gestion de la propriété intellectuelle (un enjeu qui fait appel à des professionnels hyperspécialisés), une intelligence de marché (une idée sans marché n’a pas trop d’avenir), la mise en marché, la production, la distribution, le financement de la démarche, etc. Ces compétences se résument souvent en fin de compte dans un plan d’affaires, parfois par des licences d’exploitation ou même, par la création d’entreprises.

Comment illustrer ce diaporama de compétences et faire que les morceaux de ce puzzle contribuent à la pratique du gestionnaire d’innovation, ce nouveau métier que l’on commence à retrouver dans nombre d’entreprises, petites et grandes. C’est avec cette préoccupation que nous avons conçu ce livre avec un cas d’étude transversal, discuté dans chacun des chapitres et permettant en filigrane d’illustrer les acquis directement applicables. Cette interdépendance des chapitres n’empêche pas leur autonomie, et le lecteur peut ainsi, selon ses besoins, aborder le livre à sa façon. Ajoutons que les chapitres ont été écrits par des experts bien ancrés dans le milieu de l’innovation.

C’est ainsi que treize coauteurs se sont joints au projet pour contribuer à la rédaction des onze chapitres couvrant le processus d’innovation, de la créativité à la mise en marché d’un produit.

La préface est écrite par la très honorable Julie Payette, gouverneure générale du Canada et astronaute canadienne bien connue. Elle exprime ainsi sa vision : la gestion de projets innovants offre la possibilité d’un travail gratifiant et d’immenses satisfactions lors de leur concrétisation. Et toute nouvelle idée réalisée laisse un impact tangible pour l’avancement de notre monde, car à travers elles, on dessine le futur.

Ce livre devrait donc être fort utile non seulement aux gestionnaires de petites et moyennes entreprises (PME), aux entrepreneurs en démarrage d’entreprises, aux étudiants chercheurs, ou chercheurs ou entrepreneurs en quête d’innovations, mais aussi à tous les patenteux ou créatifs qui désirent envisager une démarche menant à un produit innovant.

Auteur(es)

Mickaël Gardoni
École de technologie supérieure

Mickaël Gardoni est professeur au Département du génie de la production automatisée et le directeur du programme de gestion de l’innovation à l’École de technologie supérieure (ÉtS). Ses intérêts de recherche portent sur la gestion de l’innovation, la gestion des connaissances, le transfert de technologie et le cycle de vie des produits (PLM).

Alexandre Navarre

Alexandre Navarre est associé de recherche et a enseigné la gestion de la propriété intellectuelle à l’ÉTS, ainsi qu'à l’Université de Sherbrooke. Il a œuvré au sein du gouvernement fédéral, notamment pour le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) et a aussi travaillé en recherche dans le milieu industriel.