Imprimer

François Delsarte et les arts de la scène : l’enquête américaine

François Delsarte fut le premier à mener une recherche approfondie sur les mouvements, les gestes et les expressions du corps humain, et l’on s’entend généralement pour situer les débuts de la modernité des arts de la scène au moment de ses premières recherches et de son enseignement sur le corps et son langage. À travers ses nombreux élèves, son influence se répandit dans l’ensemble du monde occidental parmi les pionniers du théâtre et de la danse moderne, de l’éducation somatique et de la psychosomatique.

Delsarte
François Delsarte, 1833. Gravure de Pidoux. Source : avec l'aimable autorisation d'Anne-Marie Mathey (Cahors, France).

Delsarte :  un maître des arts de la scène

François Delsarte fut le premier à mener une recherche approfondie sur les mouvements, les gestes et les expressions du corps humain, et l’on s’entend généralement pour situer les débuts de la modernité des arts de la scène au moment de ses premières recherches et de son enseignement sur le corps et son langage. À travers ses nombreux élèves, son influence se répandit dans l’ensemble du monde occidental parmi les pionniers du théâtre et de la danse moderne, de l’éducation somatique et de la psychosomatique.

Mais un doute s’est rapidement installé en Amérique du Nord : et si une grande partie de son enseignement... n’était pas de lui mais de pédagogues américains? Pour tenter d’y répondre, je verse à ce célèbre dossier les derniers éléments, après pas moins de quatorze ans d’enquête. Le dossier serait-il enfin complètement instruit, autant que faire se peut du moins? Au lecteur et aux autres chercheurs d’en décider.

Lors de mon postdoctorat en 2014 au département de danse de l’UQAM, j’ai mené un étude minutieuse du manuscrit Harmonic Gymnastics de Steele Mackaye, le principal élève américain de François Delsarte (1811-1871) qui a permis que les enseignements expressifs de ce dernier arrivent en Amérique du Nord anglophone, et à partir duquel s’est développé un courant culturel très important à la fin du XIXe siècle, le delsartisme américain1, touchant tant le domaine des arts de la scène, de l’élocution, des loisirs et de la gymnastique2. Ce courant participa au fait que les enseignements de Delsarte soient aujourd’hui considérés comme le point de départ de la modernité des arts de la scène en Occident.

Harmonic Gymnastics est la principale trace écrite des enseignements corporels expressifs dispensés par Steele Mackaye aux États-Unis d’Amérique et initialement présentés comme étant ceux de Delsarte. Ils ne furent ni publiés, ni étudiés de manière minutieuse avant mon travail (qui les a transcrits, traduits en français et en mouvement, et analysés)3. Datés de 1886, ils précèdent de peu les polémiques américaines autour de la question de la paternité du travail corporel expressif de Delsarte4. Au sein de ces polémiques, dans une lettre à sa femme5, Mackaye affirma que « Delsarte ne connaissait rien de la Gymnastique Harmonique », et que « la Gymnastique Harmonique est [s]a propre création du premier au dernier mot »6 (une autre traduction possible serait gymnastique harmonieuse).

Mon étude a permis d’infirmer cette déclaration. Elle s’appuie tant sur les apports de la recherche historique que de l'analyse du mouvement et de l’éducation somatique (favorisant la conscience corporelle) et plus particulièrement de l’Analyse Fonctionnelle du Corps dans le Mouvement Dansé (AFCMD). Elle montre que la part de Mackaye reste marginale quand aux contenus, et qu’alors ce n’est pas forcément un ajout qualitatif. Elle suggère que son apport le plus intéressant est à chercher dans une démarche pédagogique (organisation de la matière enseignée par Delsarte) et dans une attention à la manière de faire les exercices, à la qualité du travail, favorisé par le « terrain fonctionnel terre »7 de Mackaye mis à jour par mon étude.

Les complices : méthodologie pluridisciplinaire illustrée par le groupe de travail

Mon étude s’est faite grâce à la collaboration de quatre personnes.

  • Moi-même : mon doctorat Corps, arts et spiritualité chez François Delsarte (1811-1871). Des interactions dynamiques (2009), premier doctorat en français sur le sujet, est à ce jour le travail le plus approfondi concernant Delsarte et ses enseignements. J’ai poursuivi la connaissance des enseignements de Delsarte avec l’étude (été 2011) des manuscrits d’Henrietta Hovey (qui a travaillé avec le fils de Delsarte et qui a enseigné au chorégraphe Ted Shawn) présents à New York dans la Ted Shawn Collection8.9 Puis avec une nouvelle étude des manuscrits de Thomas-Étienne Hamel10, qui fut élève de Delsarte à la fin des années 1850. Dans ma thèse, j’ai montré que Delsarte dispensait un enseignement pratique associant à la fois la voix et le geste, et j’ai donné un cadre général de compréhension de l’approche delsartienne. J’ai aussi tiré une partie de la vie de Delsarte de la légende, en confrontant la mémoire qui en avait été transmise avec des documents administratifs réglant facilement certaines questions (date de la mort de sa mère par exemple). L’étude des manuscrits Harmonic Gymnastics relevait cependant d’une approche bien plus complexe, nécessitant à la fois mes compétences, non seulement d’historien, mais encore de praticien du mouvement expressif, et aussi l’aide d’une équipe. Pour la compréhension des informations tirés des archives, j’ai travaillé en partenariat avec des personnes reconnues pour leurs compétences dans différents domaines afin d’avoir les outils nécessaires pour une analyse aussi juste que possible du manuscrits.
  • Joe Williams (New York) : danseur et pédagogue, le principal transmetteur américain contemporain des enseignements de Delsarte. Il nous a en particulier permis de bien saisir les modifications de vocabulaire effectuées par Mackaye, qui a adapté la terminologie delsartienne au contexte américain.11 Nous avons aussi bénéficié de son excellente connaissance de la littérature delsartiste américaine et de son expertise en tant que pédagogue.
  • Nicole Harbonnier (UQAM, Montréal) : une spécialiste en analyse du mouvement et en éducation somatique, et plus particulièrement de l’Analyse Fonctionnelle du Corps dans le Mouvement Dansé (AFCMD).
  • Geneviève Dussault (UQAM, Montréal) : spécialiste des enseignements de Rudolf Laban.

Avec ces deux dernières chercheuses, spécialistes de la danse et de l'analyse du mouvement, nous avons réalisé de nombreux films traduisant dans le mouvement les exercices décrits, ce qui nous a permis d’entrer en profondeur dans les questions de qualité du travail corporel (caractéristiques de l’approche delsartienne) et de faire une analyse de ces exercices avec les outils de l’éducation somatique.

Les preuves et les témoignages

Les documents en présence :
Les documents suivants ont été analysés. À noter que Mackaye, Delaumosne, Arnaud, Giraudet et Hamel ont été des élèves de Delsarte. Stebbins a été élève de Mackaye et son ouvrage est devenu une référence concernant la transmission de Delsarte aux USA. Hovey a été élève de l'un des fils de Delsarte, Gustave.

       Les manuscrits :

  • le manuscrit Harmonic Gymnastics de James Steele Mackaye, photographié dans ses différentes versions, transcrit et traduit en français par mes soins avec l’aide de mon équipe;
  • les documents manuscrits de Delsarte accessibles aujourd’hui en France et aux États-Unis d’Amérique, en particulier ceux se rapportant au travail corporel;
  • les documents manuscrits de Henrietta Hove;
  • les documents manuscrits de Thomas-Étienne Hamel.

       Les publications :

  • Abbé Delaumosne, Pratique de l’art oratoire de Delsarte, Paris, Joseph Albanel, 1874;
  • Angélique Arnaud, François del Sarte, ses découvertes en esthétique, sa science, sa méthode, précédé de détails sur sa vie, sa famille, ses relations, son caractère, Paris, Ch. Delagrave, 1882;
  • Genevieve Stebbins, Delsarte System of Expression, New York, Dance Horizons, 1977 [1885-1902];
  • Alfred Giraudet, Mimique, Physionomie et Gestes. Méthode Pratique D’après le système de François Del Sarte pour servir à l’expression des sentiments, Paris, Ancienne Maison Quantin/Librairies-Imprimeries Réunies, 1895;
  • Thomas-Étienne Hamel, Cours d’éloquence parlée d’après Delsarte, Québec, Imprimerie de la compagnie de l’Événement, 1906.

Contextualiser les documents en présence
Ce que Mackaye a transmis de la vie de Delsarte montre qu’il maniait l’invention assez facilement12… Cela permet de recevoir avec recul ses affirmations concernant sa supposée paternité du travail, mais ne remplace pas un examen approfondi de son manuscrit. Delsarte ayant toujours privilégié la transmission directe et n’ayant jamais publié à propos de sa méthode, ses documents d’archives sont toujours très en deçà des réalités de son travail. Ainsi, il donna des cours de chant toute sa vie, mais il n’y a que deux ou trois documents centrés sur l’apprentissage du chant dans ses archives.

La pertinence des différents documents-témoignages
Il y a deux types de documents en présence : les manuscrits et les publications. Côté manuscrits, il y inégalité de départ. Le manuscrit de Mackaye est tout entier consacré à la transcription de cours pratiques. Ceux de Delsarte sont pour l’essentiel des notes peu organisées et allant de la pratique (très minoritaire) à des textes spéculatifs. Il convient donc de ne surtout pas jauger la transmission de Delsarte à l’aune des documents aujourd’hui accessibles, d’autant que les documents pédagogiques de Delsarte :

1) n’ont pas été transmis aux Américains mais sont restés entre les mains de son fils Gustave qui poursuivait sa transmission à Paris;
2) ont probablement été donnés par Gustave à Alfred Giraudet à la fin de sa vie et ne sont pas aujourd’hui accessibles.

Les manuscrits de Henrietta Hovey rendent compte de la transmission que cette dernière fit en sa basant sur les enseignements reçus de Gustave Delsarte. Ceux de Thomas-Étienne Hamel rendent compte des cours que celui-ci prit avec Delsarte dans les années 1850, et attestent des sources de son ouvrage.

Du côté des publications en français

Convient-il de distinguer celles faites au début des années 1870, de celles faites plus tard au motif que ces dernières pourraient hypothétiquement avoir été influencées par le delsartisme américain13? Le seul ouvrage de référence ayant pu arriver en France depuis les EUA est celui de Stebbins (1885). Ne seraient alors concernés que les ouvrages de Giraudet (1895) et de Hamel (1906). L’ouvrage de Stebbins intègre nombre d’informations tirées des ouvrages de Delaumosne et de Arnaud. Ces informations ne se retrouvent pas dans les ouvrages de Giraudet et de Hamel, ou du moins pas de la même manière : elles sont alors plus claires, et plus proches des manuscrits de Delsarte quand il est possible de faire la comparaison.

Mais surtout, l’ouvrage de Hamel est très précisément construit à partir de notes que l’auteur a prises lors des cours qu’il a suivis avec Delsarte à la fin de années 1850 (soit plus de 10 ans avant que Mackaye ne travaille avec Delsarte, en 1869-1870).

Quand à l’ouvrage de Giraudet, il est fait pour l’essentiel de tableaux pédagogiques décrivant synthétiquement des dizaines d’exercices corporels, tableaux qui souvent ne se trouvent nul par ailleurs, et dont la présentation est propre à Giraudet. Cet ouvrage est construit à partir d’une expérience de transmission14, et intègre probablement des données issues des documents pédagogiques de Delsarte lui-même15. Notons que l’ouvrage de Giraudet est la seule publication d’un élève de Delsarte centré uniquement sur la pratique corporelle expressive.

Les résultats de l’enquête

Le « terrain fonctionnel » de Mackaye
Un élément central issu de l’analyse est la mise à jour du « terrain fonctionnel » de Mackaye qui a influé sur sa manière de transmettre Delsarte. De nombreuses constantes présentes dans Harmonic Gymnastics (indication d’un pré-mouvement dans les pieds pour un mouvement des bras, nombreuses initiations indiquées à partir du bassin etc.) tendent à caractériser le « terrain fonctionnel » de Mackaye, selon la grille d’analyse proposée par l’AFCMD, c’est-à-dire les « prédisposition personnelle pour une dynamique ascendante ou descendante selon une polarité privilégiée (terre ou ciel) dans sa relation à la gravité »16. Mackaye semble être un « terrain fonctionnel terre » (dynamique ascendante, geste fondateur « se repousser ») : il favorise naturellement l’initiation du mouvement par le bas du corps, la région du bassin en particulier.

La transmission de cet exercice par Mackaye et par Henrietta Hovey illustre bien cela :

Danse

Mackaye fait initier le mouvement par les jambes et le bassin17, Hovey indique une initiation à partir de la tête18.

La transmission optimale est la synthèse de ces informations : une double initiation des hanches et de la tête tournant autour du cœur (ce qui répond parfaitement à la notion delsartienne du cœur comme centre de tout mouvement). Le trait rouge indique la ligne verticale allant de la zone du pied supportant le maximum de poids à sa projection dans le corps :

Danse

Le terrain fonctionnel terre de Mackaye a favorisé la transmission par ce dernier des qualités liées au poids. Ainsi, Harmonic Gymnastics présente des exercices dont la description met en valeur la sensation et l’utilisation du poids et de son transfert dans le mouvement. 

Mais le terrain fonctionnel terre de Mackaye a entrainé à l’inverse une dénaturation partielle du travail des jambes. Avec les attitudes des jambes, il est facile de vérifier la marque de Mackaye car ce travail bénéficie d’une excellente documentation dans les archives delsartiennes permettant des comparaisons précises.

Mackaye a réorganisé l’ordre de ces attitudes, en y apportant parfois des modifications légères ou significatives (suppression des deux attitudes de transition)19. Les neuf attitudes ne peuvent plus être enchaînées, ce qui est pourtant clairement le cas chez Delsarte. Surtout, Mackaye supprime toutes les mentions des initiations des changements d’attitude par le thorax, alors que cela est systématiquement présent chez Delsarte. Mackaye ne mentionne que des initiations par les jambes ou le bassin. Au total, il évacue l’aspect dynamique.20


Les failles dans la transmission faite par Mackaye révélées par son manuscrit
La connaissance que nous avons des enseignements de Delsarte permet de faire ressortir certains manques dans la transmission que Mackaye en a faite en Amérique.Ainsi, Harmonic Gymnastics ne fait aucune mention de l’accord de neuvième, outil préférentiel de Delsarte pour le travail expressif du corps. L’accord de neuvième est un tableau à double entrée croisant deux à deux trois termes (un excentrique, un concentrique, un neutre ou normal ou équilibré), ce qui produit neuf termes finaux. Voici ceux que publient Giraudet et Delaumosne pour la main :

Main
Accord de neuvième (attitudes) des mains selon Giraudet (1895, planche XIX) et Delaumosne (1874 : 105)

Par ailleurs, Harmonic Gymnastics ne contient de pas toutes les lois du mouvement expressif énoncées par Delsarte.21

Exemples d’exercices de Hamonics Gymnastics présents dans des publications d’élèves de Delsarte
Un très grand nombre des exercices de Harmonic Gymnastics sont présents dans les publications d’autres élèves de Delsarte. Ainsi, Hamel décrit avec précision un exercice pour les bras22, qui peut être résumé par les photographies suivantes :

Bras

Cet exercice est présent tel quel dans Harmonic Gymnastics : au sein des exercices pour les bras23, et sous la formulation de « law of Order »24. Il est basé sur le principe de « décomposition du mouvement » dont parle Giraudet à l’occasion d’exercices de déplacements25, et qui, chez Mackaye, se déploie sous la forme de nombreux exercices (relâchement, relaxation grâce à l’utilisation du poids)26.

Sur les trente-trois leçons concernant le travail corporel contenues dans Harmonic Gymnastics, treize peuvent être résumées de manière très rapide par des illustrations tirées de l’ouvrage de Giraudet, que cela soit des tableaux d’accords de neuvième des différentes parties du corps27, ou des croquis décrivant des exercices. En voici un exemple :

Mackaye

 Giraudet28 

1r mouvement : soulever le bras droit, le coude allongé, la main pendant vers le bras, vers la terre, le bras monte de façon directe sur le coté jusqu’à ce que le poignet soit au même niveau que le sommet de la tête.

2e mouvement : en fixant le majeur au même niveau dans l’espace que le niveau atteint à la fin du mouvement précédent, baisser le bras à partir de l’épaule, coude allongé, jusqu’à ce que la main soit depuis le bras, depuis la terre.

3e mouvement : en gardant la main depuis le bras, depuis la terre, abaisser le bras sur le côté, coude allongé.

4e mouvement : laisser la main tomber normalement sur le côté.29

Mouvement
Planche XXXIV, figures 245 et 246

 

Mackaye donne une précision concernant la qualité du geste (le majeur restant à la même place au moment où la position de la main change, cela indique un mouvement organique, fait par le bras se baissant depuis l’épaule et non par la main).

Cinq autres leçons du manuscrit Harmonic Gymnastics peuvent être partiellement résumées par le même type d’iconographie publié par Giraudet.

De manière générale, le manuscrit de Mackaye ne contient pas tous les exercices transmis par Giraudet, et l’on retrouve chez Mackaye des exercices non transmis par Giraudet mais par d’autres élèves de Delsarte (cf. exercice des bras transmis par Hamel), ou encore qui se trouvent (ou dont des éléments se trouvent) dans des manuscrits de Delsarte ou de ses élèves francophones. Certains exercices ne sont décrits que par Mackaye, ce qui ne suffit pas forcément à lui en attribuer l’entière paternité (cas des exercices de décomposition et de certains exercices des bras).

En conclusion

La difficulté et la richesse de cette étude a été de mettre en lien des documents de nature différentes qui sont des indices d’une pratique vivante, les divers « témoignages recueillis » renvoyant à des exercices corporels. La traduction par le mouvement des informations confrontées fut une étape indispensable. Et à une approche stricte d’historien a dû s’ajouter une approche sensible afin de saisir au mieux ce que les textes disaient. L’évaluation de la pertinence du témoignage de chaque document a dû se faire en croisant ces différentes approches.

 Cette étude a montré que la plupart des exercices présents dans le manuscrit Harmonic Gymnastics viennent clairement de Delsarte : ils peuvent mis en lien avec des document de Delsarte ou de ses élèves francophones. L’affirmation de Mackaye clamant sa paternité sur ce travail est donc invalidée. Il restera toujours une incertitude sur sa part dans l’élaboration d’autres exercices. Quand cette élaboration peut être clairement identifiée, l’apport de Mackaye n’est pas forcément probant (cf. les attitudes des jambes).

Mon étude a permis également de faire parler le manuscrit de manière nouvelle : non pas uniquement comme un recueil d’exercices, mais aussi comme la signature fonctionnelle de son auteur. Avec la notion de « terrain fonctionnel » proposée par Godard, l'un des fondateurs de l'AFCMD, nous avons pu mettre à jour un critère d’explication des caractéristiques du type de transmission que fit Mackaye des enseignements de Delsarte. D’un point de vue méthodologique, c’est le principal apport de mon travail.

Cette donnée permet de nuancer la notion de « vérité historique » et de bien comprendre comment celui qui reçoit un enseignement corporel le fait en fonction de son propre fonctionnement. La synthèse, plus que la confrontation, des différents témoignages aujourd’hui accessibles concernant les enseignements de Delsarte, permet de saisir au mieux ce que chacun de ses élèves a retenu et transmis de ces enseignements, et d’avancer des hypothèses solides sur ce qu’ils ont pu être dans leur version originale.

Au total, cette étude confirme la paternité de Delsarte sur ce qui a été transmis sous son nom aux États-Unis d’Amérique sous la dénomination de Harmonic Gymnastics, gymnastique harmonique ou harmonieuse.

Bibliographie :

  • ARNAUD, Angélique (1882). François del Sarte, ses découvertes en esthétique, sa science, sa méthode, précédé de détails sur sa vie, sa famille, ses relations, son caractère, Paris, Ch. Delagrave.
  • DELAUMOSNE, Abbé (1874). Pratique de l’art oratoire de Delsarte, Paris, Joseph Albanel.
  • DELSARTE, François (1865). « Esthétique appliquée – Des sources de l’art », Conférences de l’Association philotechnique, Victor Masson et fils, Paris, p. 89-139.
  • DELSARTE, François (1882). All the Literary Remains of François Delsarte, in Delsarte System of Oratory, New York, Edgar S. Werner.
  • DELSARTE, François (2015). « Conseil à mes élèves », in Waille, Damour, 2015, p. 296-298.
  • DELSARTE, François (2016a). « Geste de rejet / Geste de l’ordre et de la réitération », in Waille (2016), p. 476-477.         
  • DELSARTE, François (2016b). « Textes inédits de Delsarte sur le corps », in Waille, 2016, p. 479-484.  
  • GIRAUDET, Alfred (1893). « Trueness in Singing », in Delsarte System of Oratory, New York, Werner, p. 569-573.
  • GIRAUDET, Alfred (1895). Mimique, Physionomie et Gestes. Méthode Pratique D’après le système de François Del Sarte pour servir à l’expression des sentiments, Paris, Ancienne Maison Quantin/Librairies-Imprimeries Réunies.
  • GODARD, Hubert (1990). « À propos des théories sur le mouvement », Marsyas, vol. 16, p. 19-23.
  • HAMEL, Thomas-Étienne (1906). Cours d’éloquence parlée d’après Delsarte, Québec, Imprimerie de la compagnie de l’Événement.
  • HARBONNIER-TOPIN, Nicole, & FERRI, Catherine (2011). Pre-movement, an essential moment for the dancer. Communication presented at the Dance Kinesiology Teachers Group Conference (24-26 june 2011), Brockport, New York (http://www.brockport.edu/dance/docs/DKTGannouncement.pdf).
  • LE MOAL, Philippe (dir.) (2008). Dictionnaire de la danse, Paris, Larousse.
  • PORTE, Alain (1992). François Delsarte, une anthologie, Paris, IPMC.
  • RANDI, Elena (1993). François Delsarte: le leggi del teatro. Il pensiero scenico del precursore della danza moderna, Roma, Bulzoni editore.                                                                
  • RANDI, Elena (1996). Il magistero perduto di Delsarte. Dalla Parigi romantica alla modern dance, Padova, Esedra editrice.
  • RANDI, Elena, BRUNETTI, Simone (2013). I movimenti dell'anima. François Delsarte fra teatro e danza, Bari, Edizioni di Pagina.
  • RUYTER, Nancy Lee Chalfa (1979). Reformers and visionaries: the Americanization of the Art of Dance, New York, Dance Horizons.
  • RUYTER, Nancy Lee Chalfa (1991). « Delsarte, son système aux États-Unis », in François Delsarte, 1811-1871. Sources-Pensée, Châteauvallon, Théâtre National de la Danse et de l’Image, p. 33-37.
  • RUYTER, Nancy Lee Chalfa (1999). The Cultivation of Body and Mind in Nineteenth-Century American Delsartism, Westport Connecticut/ London, Greenwood Press.
  • SHAVER, Claude L. (1933). The Delsarte System of Expression As Seen Through the Notes of Steele Mackaye, PhD. Dissertation, University of Winsconsin.
  • SHAVER, Claude L. (1954). « Steele Mackaye and the Delsartean Tradition », in Karl Wallace, History of Speech Education in America, New York, Appleton-Centery-Crofts, p. 202-218.
  • SHAWN, Ted (1974). Every Little Movement, a Book about François Delsarte, the Man and his Philosophy, his Science and Applied Aesthetics, the Application of this Science to the Art of the Dance, the Influence of Delsarte on American Dance, Brooklyn, Dance Horizons [1963].
  • STEBBINS, Genevieve (1977). Delsarte System of Expression, New York, Dance Horizons [1902] (first edition in 1885 with the title Delsarte System of Dramatic Expression).
  • THOMPSON, Mary S. (1892). “Delsartism in America II: The Relation of Gymnastics to Expression”, Werner’s Voice Magazine, # 3, mars, p. 60-61.
  • TOPIN, Nicole (2001). « L’Analyse du mouvement, une danse du regard : l’enseignement d’Hubert Godard », Nouvelles de Danse no 46-47, p. 100-113.
  • WAILLE, Franck (2011a). Corps, arts et spiritualité chez François Delsarte (1811-1871). Des interactions dynamiques, Lille, ANRT [2009] (https://scd-resnum.univ-lyon3.fr/out/theses/2009_out_waille_f.pdf).
  • WAILLE, Franck (2011b). Trois décennies de recherche européenne sur François Delsarte, Paris, L’Harmattan.
  • WAILLE, Franck (2016). La méthode somatique expressive de François Delsarte. Histoire, esthétique, anthropologique: de la neurophysiologique à la métaphysique, Montpellier, L’Entretemps.                   
  • WAILLE, Franck, DAMOUR, Christophe (ed.) (2015). François Delsarte, une recherche sans fin, Paris, L’Harmattan.
  • 1. Les enseignements transmis par Mackaye furent rapidement complétés par ceux d’autres transmetteurs de Delsarte, son fils Gustave Delsarte ou son élève Giraudet par exemple auprès desquels nombre d’Américains vinrent travailler – et par des publications d’élèves traduites en anglais : Delaumosne, 1874, traduit dès 1882 en anglais et publié aux États-Unis, où il a connu plusieurs éditions ; Arnaud, 1882, traduit dès 1883 en anglais par le révérend Alger et publié aux États-Unis, où il a connu plusieurs éditions.
  • 2. Cf. Ruyter, 1999.
  • 3. Parmi les différents documents intitulés Harmonic Gymnastics, j’ai choisi de centrer mon analyse sur celui présentant une continuité et une homogénéité maximales, présent in Papers of the Mackaye Family. Les Papers of the Mackaye family, conservés à la Rauner Special Collections Library du Dartmouth College (Hanover, New Hampshire, USA) contiennent des documents pédagogiques de Steele Mackaye, mais aussi des écrits de Delsarte et de certains de ses élèves francophones. Le manuscrit des Harmonic Gymnastics dont il s’agit ici est celui de Manuscript ML-5, series 22 “addendum 1”, box 219, folder 39. Je me suis assuré que l’essentiel des informations des autres manuscrits portant le même nom (Papers of the Mackaye family, Manuscript ML-5, series 22 “Addendum 1”, box 219, folder 29, & Manuscript ML-5, series 7 “Steele MacKaye, 1848-1916”, box 8, folder 10) + (« François Alexandre Nicolas Delsarte Papers, Mss. 1301, Louisiana and Lower Mississippi Valley Collections, LSU Libraries, Baton Rouge, La. » , box 6, folder 76 ) se retrouvait dans celui choisi (j’ai ponctuellement cherché des informations dans ces autres manuscrits, pour parfois tenter de lever des ambiguïtés du manuscrit choisi). Les résultats complets de ma recherche sont consultables au Centre National de la Danse de Pantin (4 CD-ROM intitulés « Compte-rendu de la recherche “Collecte et exploitation de matériaux du travail corporel de Delsarte à la Rauner Special Collections Library, Dartmouth College Library, Hanover, New Hampshire, USA” », 2014).
  • 4. Polémiques alimentées en partie par les critiques de Marie Géraldy, l’une des filles de Delsarte venue aux États-Unis d’Amérique en 1892, concernant l’attribution à son père de la gymnastique faite sous son nom (cf. Ruyter, 1999: 86)
  • 5. À laquelle sont dédicacés les manuscrits Harmonic Gymnastics.
  • 6. « Delsarte knew nothing of Harmonic Gymnastics (…) – and Harmonic Gymnastics from the first word to the last is entirely my own » (lettre de Mackaye à sa femme, non datée, in « François Alexandre Nicolas Delsarte Papers, Mss. 1301, Louisiana and Lower Mississippi Valley Collections, LSU Libraries, Baton Rouge, La. » [= Delsarte Collection= DC], box 3, folder 156, document 3).
  • 7. Sur la notion de Terrain fonctionnel, cf. Godard, 1990 : 19-23. Godard y définit le terrain fonctionnel en plusieurs temps : 1. « À l’orée de chaque posture, de chaque geste, se dessine en filigrane l’organisation psychocorporelle qui a fondé notre relation particulière à la verticalité, à la gravité » (19) ; 2. « Ce qui nous intéresse ici, c’est l’intrication constante de la manière dont s’est étayé notre “moi gravitaire” et de tous les mouvements que nous pourrons construire par la suite, y compris les mouvements de pensée. […] On pourrait, à ce sujet, parler d’un tropisme symbolique en référence à l’axe gravitaire et aux circulations qui s’y inscrivent dans un mouvement ascendant ou descendant » (19) ; 3. « Car il s’agit bien, à l’origine, d’une construction physique et symbolique du système antigravitaire de chacun, d'une tendance quasi innée que j’appellerai le “terrain fonctionnel” » (22).
  • 8. Ted Shawn Collection, Lincoln Center, Jerome Robbins Dance Division, The New York Public Library for the Performing Arts, New York, USA, cote : (S) *MGZMC-Res. 31, Serie VIII « Delsarte System of Expression ».
  • 9. Pour cette recherche comme pour celle menée sur les manuscrits Harmonic Gymnastics, j’ai obtenu des bourses du Centre National de la Danse dans le cadre de l’ « Aide à la recherche en patrimoine en danse » (2010 & 2013) – cf. http://www.cnd.fr/syntheses_des_projets_aides.
  • 10. Je les ai consultées (Fonds des archives du Séminaire de Québec, Musée de la civilisation, Musée de l’Amérique française, Centre de référence de l’Amérique française , 9, rue de l’Université, Québec (Québec), Canada, G1K 7A6, Fonds Thomas-Étienne Hamel).
  • 11. Les mouvements nommés excentriques, concentriques et normaux (équilibrés) par Delsarte, relèvent chez Mackaye, soit de la notion d’« extension in gesticulation » (dans toutes les leçons concernant les bras) s’il s’agit des trois ordres du mouvement, soit sont remplacés par un vocabulaire spécifique dès lors qu’il s’agit de décrire les différentes positions de la main ; la symbolique expressive du corps (que j’ai appelé à la suite de Delsarte la division esthétique du corps dans ma thèse) devient la « Focalization in gesticulation » (leçon 32) ; la notion de succession devant rompre l’effet de parallélisme de deux mouvements faits dans la même direction devient la « Law of repose » (leçon 14) ; la notion de mouvement allant successivement d’une articulation à une autre depuis le centre vers les extrémités, ou des extrémités vers le centre, devient la « law of Order » (leçon 14).
  • 12. Sur un même événement, Mackaye peut donner différentes versions incompatibles entre elles. Ainsi, selon un manuscrit, la mère de Delsarte meurt subitement dans une rue de Paris d’une maladie du cœur (Mackaye, Life of Delsarte, « François Alexandre Nicolas Delsarte Papers, Mss. 1301, Louisiana and Lower Mississippi Valley Collections, LSU Libraries, Baton Rouge, La. », box 6, folder 75b, document 1) alors que dans un autre, elle décède dans un grenier rue du Temple en 1820 à cause du froid lors d’un hiver rigoureux (id., document 6). Là, elle aurait été entourée des deux fils qu’elle avait amenés avec elle, tandis qu’ailleurs, Delsarte apprend la mort de leur mère par son petit frère qu’il rencontre par hasard dans la rue, lui-même ayant quitté frère et mère pour aller mendier et ayant erré des jours durant. Son père, lui, serait mort dans la misère alors que son fils avait six ans (id., document 1) mais ailleurs Mackaye fait mourir ce père après la défaite de Waterloo (18 juin 1815) : Delsarte n’avait pas encore quatre ans (id., document 3).
  • 13. Hypothèse faite par une Américaine spécialiste de Stebbins dans un échange de courriel récent.
  • 14. Giraudet a transmis la méthode de Delsarte dès la fin des années 1860, et jusqu’au début du XXe siècle.
  • 15. Dont Giraudet aurait hérité via Gustave Delsarte (cf Waille, « Alfred Giraudet, artiste lyrique et pédagogue delsartien », in Waille, Damour, 2015 : 113-126).
  • 16. Nicole Harbonnier, cours UQAM DAN7100 « Théorie et observation du mouvement », 2013.
  • 17. « En gardant la tête, le cou, le torse et les bras complètement détendus depuis la taille qui reste dans la verticale, faire passer la hanche gauche vers l’extérieur par l’action des muscles des jambes de telle manière que le torse suspendu soit lancé du côté droit. Toujours en menant le mouvement par l’action des muscles des jambes (…) » [« (…) by the action of the muscles of the legs, throw the left hip out in such a manner as to fling the torso suspended to the right side, continuing by the action of the muscles of the legs »] (Harmonic Gymnastics, leçon 20).
  • 18. « Faire tourner le corps courbé afin de faire faire à la tête un cercle autour du corps, la tête tombant en permanence du seul fait de son propre poids. Même rotation avec le corps courbé autant qu’il lui est possible, et cela durant l’ensemble du mouvement circulaire. » [« Rotating bent body to let head describe a circle around body falling by its own weight all the time. Same rotation with body bent as far as easy at all points of circle »] (Ted Shawn Collection, Lincoln Center, Library of Performing Arts, New York, folder 736 : 1).
  • 19. Ses attitudes des jambes reprennent six des neuf attitudes de Delsarte mais en les réorganisant : la 1re attitude (chez Delsarte) reste la 1re attitude (chez Mackaye) ; la 2e attitude devient la 4e; la 4e attitude devient la 6e ; la 7e attitude devient la 2e; la 8e attitude devient la 3e; la 9e attitude devient la 5e. Elles en modifient deux : la 3e attitude (chez Delsarte) devient 7e attitude (chez Mackaye), mais avec le genou de la jambe libre plié ; la 5e attitude devient la 9e attitude, qui n’est plus associée aux marches dans les diagonales. Et elle en suppriment une, la 6e attitude, remplacée par celle appelée la 8e attitude chez Mackaye, correspondant à la 3e attitude chez Delsarte mais avec le genou de la jambe forte plié ; elle est statique.
  • 20. Les modifications apportées par Mackaye aux attitudes de base pourraient en grande partie expliquer que le « système Delsarte-Mackaye » (Ruyter, 1991 : 35) ait pu être perçu en Amérique comme essentiellement statique, et qu’il ait dérivé parfois vers des pratiques purement gymniques : ces deux dynamiques sont étrangères au travail de Delsarte lui-même.
  • 21. Cf. « Les lois du mouvement expressif formulées par Delsarte » in Waille, 2016 : 193-239.
  • 22. Hamel, 1906 : 179-180.
  • 23. Leçons 14, 16, 17, 27 & 28.
  • 24. Leçon 14.
  • 25. Giraudet, 1895 : 116 & 117.
  • 26. Leçons 5, 9, 10, 19, 20, 21.
  • 27. L’absence de l’accord de neuvième amène Mackaye à faire parfois d’interminables descriptions des multiples variations expressives d’un même agent (trente-quatre expressions du nez [leçons 35 & 36 = une planche d’accord de neuvième chez Giraudet], cinquante-trois expressions du torse [leçon 23 = deux planches d’accords de neuvième chez Giraudet], soixante-quatorze expressions des yeux [leçon 25 = trois planches d’accords de neuvième chez Giraudet]). Chaque fois, Mackaye précise la portée expressive de chacune des variantes, et cela de manière absolue, sans utiliser le « etc. » caractéristique de Delsarte. À force vouloir préciser, il enferme dès lors les différentes attitudes dans des expressions uniques et ouvre ainsi directement le chemin vers une esthétique figée et stéréotypée. Or, la dynamique synthétique des tableaux d’accords de neuvième est de proposer des pistes de travail et d’associations entre gestes et émotions dans une perspective ouverte qui invite le praticien à une démarche exploratoire et non à la reproduction figée de positions. Les manuscrits Harmonic Gymnastics de Mackaye témoignent en négatif de l’intérêt de l’outil delsartien.
  • 28. Giraudet, 1895 : planche XXXIV, figures 245 et 246 (« Exercices de souplesse du bras », no 1).
  • 29. « First exercise. Stand fourth attitude, right leg, arms normally pendant at sides. First Motion. Raise right arm, elbow straight, hand pendant – to arm, to earth, directly out at side, until the wrist is on a level with the top of the head. Second Motion. Fixing the middle finger on the same level in space as that attained at end of last action, lower arm from shoulder, elbow straight, until hand is – from arm, from earth. Third Motion. Keeping hand from arm, from earth, lower arm elbow straight, to side. Fourth Motion. Drop hand normally to side » (Harmonic Gymnastics, 16e leçon, Transition in Gesticulation).

Auteur(e)

Franck Waille
Laboratoire de Recherche Historique en Rhône-Alpes (LARHA, Fance), Université du Québec à Montréal (Canada) et Universidade Federal do Rio Grande do Sul (Brésil) (boursier PNPD/CAPES – PPGEDU)

Franck Waille est l’auteur d’ouvrages de référence et de nombreux articles sur Delsarte avoir soutenu sa thèse sur le sujet au sein de l’Université Lyon 3 en 2009. Il a complété un postdoctorat au Département de danse de l’UQAM en 2014-2015, et il poursuit actuellement un second postdoctorat comme chercheur avec une bourse PNPD-CAPES do GETEPE -  Grupo de Estudos em Educação, Teatro e Performance, de l'Universidade Federal do Rio Grande do Sul (Brésil).