Imprimer

Parce que je veux participer à l'élaboration de la prochaine politique scientifique...

Il importe que la prochaine stratégie québécoise soit porteuse d’une vision pour la construction d’une société du savoir qui sache mobiliser la communauté scientifique. Il importe que la prochaine stratégie québécoise propose une série de mesures et d’interventions stratégiques qui ne sauraient se réduire au développement de technologies ou de processus, si durables et innovants soient-ils. Il importe que la prochaine stratégie soit à l’enseigne du développement social, économique et culturel du Québec.

Au cours de la dernière décennie, le Québec s’est doté de trois politiques ou stratégies scientifiques : la politique québécoise de la science et de l’innovation, Savoir changer le monde (2001), la première stratégie québécoise de la recherche et de l’innovation, Un Québec prospère et innovant (2006) et, finalement, la seconde stratégie, Mobiliser, Prospérer et Innover (2010).

Il est particulièrement intéressant de noter l’évolution qui marque ces trois documents : d’une politique de recherche fondée sur une vision globale de la recherche, de la science et de l’innovation, on aboutit à une politique du développement économique dont la recherche et l’innovation ne constituent que des leviers.

C’est ainsi que d’une politique scientifique dont la finalité était le développement intégré d’un système de recherche et d’innovation visant la totalité des grands secteurs de la société, on s’est progressivement dirigé vers une stratégie d’intervention dont la finalité est la seule prospérité économique et la compétitivité de l’industrie québécoise.  

Bien que légitime en soi, cette approche risque, à terme, de marginaliser la contribution des sciences humaines au développement de la société québécoise.

Au cours de cette dernière décennie, on a également pu constater un rétrécissement de l’espace de consultation des acteurs de la recherche et de l’innovation dans la démarche d’élaboration des stratégies gouvernementales. Le choix d’une approche de consultation de plus en plus ciblée a pu entraîner une désaffection de la communauté scientifique dans son ensemble à l’égard de la stratégie de recherche et d’innovation.

Une nouvelle politique scientifique devrait être adoptée en 2013. À cette fin, l’Acfas croit qu’il est impérieux que la communauté scientifique s’exprime sur les prochaines orientations en matière de recherche et d’innovation au Québec. Il est en effet essentiel que tous les acteurs de la science et de l’innovation, de la culture scientifique, du transfert et de la valorisation se reconnaissent dans ces orientations et participent activement à leur déploiement.

L'Acfas consulte 

L’Acfas lance donc, à l’occasion du 80e Congrès, la première étape d’une vaste consultation. Cette première étape sera totalement ouverte, les congressistes étant invités à exprimer, en quelques mots, leurs attentes eu égard à la prochaine stratégie de la recherche et de l’innovation. Elle sera suivie d’une consultation plus structurée sous la forme d’un questionnaire distribué aux membres de l’Acfas. S’ajouteront à ces démarches des entrevues structurées avec les acteurs-clé de la scène de la recherche et de l’innovation et ceux de la société qui portent une attention particulière aux enjeux liés à la science et l’innovation.

Forte de l’analyse des fruits de ces consultations, l’Acfas formulera une série de recommandations relativement aux orientations de la prochaine stratégie québécoise. 

Cet exercice se fera sous l’égide d’un comité réunissant des chercheurs provenant de tous les horizons disciplinaires, des milieux de la valorisation et du transfert et des relations universités-entreprises. Elle entend par ailleurs travailler en étroite collaboration avec le scientifique en chef.

Pour l’Acfas, il s’agit de faire en sorte que la communauté scientifique québécoise puisse être partie prenante à la formulation de recommandations à l’attention du ministre du Développement économique, de l’innovation et de l’exportation. C’est à un processus d’appropriation qu’elle convie les acteurs de la scène scientifique québécoise.

Il nous apparaît essentiel qu’un tel exercice soit libre de pressions sectorielles et, à cet égard, l’Acfas estime être tout à fait en mesure de proposer une approche globale et désintéressée.

Il importe que la prochaine stratégie québécoise soit porteuse d’une vision pour la construction d’une société du savoir qui sache mobiliser la communauté scientifique. Il importe que la prochaine stratégie québécoise propose une série de mesures et d’interventions stratégiques qui ne sauraient se réduire au développement de technologies ou de processus, si durables et innovants soient-ils. Il importe que la prochaine stratégie soit à l’enseigne du développement social, économique et culturel du Québec.

À voir aussi, l'entrevue réalisée avec Sam Hamad, ministre du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation.

Auteur(e)

Louise Dandurand
Présidente du Comité pour l'élaboration d'une nouvelle politique de recherche et d'innovation au Québec