Imprimer

Lauréats et lauréates 2013



  • Contempler les astres au microscope
    Étienne Labrie-Dion

    Université Laval

  • Ceci n’est pas un chou-fleur
    Amel Tabet-Aoul

    Université Laval

  • Un vaisseau spécial
    Gilles Grondin

    UdeS - Université de Sherbrooke

  • La vérité sort de la plume des enfants
    Guitté Hartog

    Université Laval

  • Nos ancêtres les poissons
    Caroline Lehoux

    UQAR - Université du Québec à Rimouski

  • Solide ou liquide
    Étienne Levert

    UdeS - Université de Sherbrooke

  • Le chant de la cymbale
    Jean-Michel Attendu

    Polytechnique Montréal

  • Suivi à la trace
    Marie-Jeanne Rioux

    UQAR - Université du Québec à Rimouski

  • Nouvel envahisseur
    Kevin C. K. Ma

    Université Laval

  • Que la lumière soit!
    Francis Vanier

    École Polytechnique de Montréal

  • Quel âge as-tu, jeune anguille?
    Mélanie Gaillard

    UQAR - Université du Québec à Rimouski

  • Vision tantrique d’une poussière numérique
    Dominic Rochon

    UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières

  • Une algue qui bâtit des falaises
    Pierre Coupel

    Université Laval

  • Machine à voyager dans le temps
    Audrey Limoges

    UQAM - Université du Québec à Montréal

  • Attaque tumorale au câblage cérébral
    Maxime Chamberland

    UdeS - Université de Sherbrooke

  • Des étoiles dans les yeux
    Cyrena Riley

    UQAR - Université du Québec à Rimouski

  • Flocon de graphène
    Mathieu Massicotte

    Université McGill

  • Isolant électrique
    Amy Daradich

    Université Laval

  • Voyage au bout des membres
    Soizik Berlivet

    IRCM - Institut de recherches cliniques de Montréal

  • Quand la glace s’enflamme
    Shamsodin Taheri

    UQAC - Université du Québec à Chicoutimi

Agrandir

Contempler les astres au microscope

Étienne Labrie-Dion

Université Laval

Moins connus que les neurones, les astrocytes sont pourtant les cellules les plus abondantes du cerveau. Ils jouent plusieurs rôles structurels et métaboliques essentiels. Ils participent aussi à la transmission synaptique et à la régulation des neurotransmetteurs. Afin de les distinguer des neurones, on utilise un marqueur fluorescent qui s’attache à une protéine qui leur est spécifique, ce qui permet de révéler leur belle forme étoilée.Longueur moyenne d’un astrocyte : 100 micromètres

Sujets : neurosciences & psychologie
Agrandir

Ceci n’est pas un chou-fleur

Amel Tabet-Aoul

Université Laval

En collaboration avec : Mohamed Mohamedi INRS-Énergie, Matériaux et TélécommunicationsDans la petite image, en mortaise, on voit bien sûr un chou-fleur. Mais la photo prise au microscope électronique montre plutôt la surface d’un alliage de platine-étain en fausse couleur. Cette texture de surface résulte d’une méthode par ablation au laser, ce qui confère à ce nouveau matériau d’excellentes propriétés électrocatalytiques. Il pourrait ainsi être utilisé dans des piles à combustible alimentées à l’éthanol pour générer de l’électricité. Voilà une percée tout aussi appétissante qu’électrisante.

Sujets : matériaux & fabrication
Agrandir

Un vaisseau spécial

Gilles Grondin

UdeS - Université de Sherbrooke

Cette petite sphère de chitosane (orange) ne mesure que 500 milliardièmes de mètre. De fabrication humaine, elle sert d’enveloppe de protection aux spores de la bactérie Streptomyces scabiei (vert) placées à l’intérieur. À la moindre trace d’humidité, les spores se réactivent. Se forment alors des microcolonies de bactéries qui se nourrissent d’abord de leur véhicule de transport, avant de prendre leur essor. Ce micro-organisme est très utile, car, en symbiose avec les racines des plantes, il favorise leur croissance. Un engrais d’avenir!Largeur de la sphère : 500 milliardièmes de mètres

Sujets : organismes vivants, biologie, environnement
Agrandir

La vérité sort de la plume des enfants

Guitté Hartog

Université Laval

Une chercheure en psychologie sociale s’est penchée sur le sort des enfants de quartiers marginalisés au Mexique. Invités à dessiner ce qu’ils n’aimaient pas de leur vie et à imaginer des solutions, ces jeunes ont illustré de manière saisissante la violence qui les entourait. Ce dessin d’un jeune garçon reflète parfaitement les résultats de la recherche. Les enfants se perçoivent comme partie intégrante de la violence quotidienne, mais ils peuvent très bien imaginer qu’un monde meilleur est possible.

Sujets : sociétés, pensée critique
Agrandir

Nos ancêtres les poissons

Caroline Lehoux

UQAR - Université du Québec à Rimouski

Avant d’être primates, nous étions poissons. Et nous portons encore en nous des reliquats de cette époque révolue. Notre mâchoire, notre colonne vertébrale et notre système auditif témoignent de cet héritage ancestral. C’est pourquoi l’étude du crâne de certains poissons — dans ce cas-ci du poisson-castor — est fort utile pour mieux comprendre les maillages de la longue chaîne évolutive. Qui aurait cru que la boîte crânienne d’un poisson pouvait cacher d’aussi fabuleuses informations?Longueur du crâne : environ 3 centimètres

Sujets : évolution
Agrandir

Solide ou liquide

Étienne Levert

UdeS - Université de Sherbrooke

Les cristaux liquides ont, comme leur nom l’indique, des propriétés un peu contradictoires. Ce sont des molécules qui possèdent à la fois la fluidité du liquide et l’organisation du cristal. Elles peuvent donc s’assembler tout en conservant leur mobilité. Il est possible aussi de les contrôler afin d’interférer sur le passage de la lumière, d’où leur utilisation dans les écrans ACL. Or, il existe un très grand nombre de ces molécules aux personnalités multiples… Pour mieux les caractériser, on étudie leurs patrons d’interférence en microscopie.Largeur de l’image : 150 micromètres

Sujets : chimie, matériaux & fabrication
Agrandir

Le chant de la cymbale

Jean-Michel Attendu

Polytechnique Montréal

En collaboration avec : Jeremy Pinto Polytechnique de Montréal 3e prix du jury, parrainé par l'Acfas Est-ce une soucoupe volante? Un sombrero psychédélique? Non. La fantomatique image qui flotte au-dessus de cette cymbale est un hologramme acoustique. Autrement dit, c’est la représentation en trois dimensions des ondes sonores générées par la cymbale à un instant donné. Capté par plusieurs microphones haute résolution, juste après l’impact de la baguette, ce signal acoustique a ensuite été traité par ordinateur. Résultat : on obtient une « image sonore » du chant de la cymbale.

Sujets :
Agrandir

Suivi à la trace

Marie-Jeanne Rioux

UQAR - Université du Québec à Rimouski

Tiriganniaq,  c’est le nom du renard arctique en inuktitut. Celui-ci vit sur l’île Bylot, au Nunavut. L’été, les biologistes l’observent de visu, mais l’hiver, c’est quasi impossible. Cependant, grâce à la technologie des colliers émetteurs, les chercheurs le suivent désormais en temps réel, directement du confort de leurs bureaux pourtant situés à des milliers de kilomètres plus au sud. Une vingtaine de spécimens sont ainsi épiés à distance, ce qui permet de récolter de précises et précieuses informations sur leurs habitudes de vie hivernales. 

Sujets : environnement, organismes vivants
Agrandir

Nouvel envahisseur

Kevin C. K. Ma

Université Laval

Ne vous laissez pas leurrer par sa taille minuscule et son enveloppe translucide! Sous ses airs inoffensifs, ce microscopique animal marin – le tunicier envahissant Diplosoma listerianum – représente une réelle menace. Depuis quelques années, cette espèce exotique envahit les côtes de l’Est canadien. En rivalisant avec la faune marine locale, qu’il prive d’une partie de sa nourriture et de ses habitats, cet ennemi presque invisible occasionne d’importantes pertes aux industries de l’aquaculture et de la pêche. Taille d’un tunicier : 1 millimètre

Sujets : organismes vivants, environnement
Agrandir

Que la lumière soit!

Francis Vanier

École Polytechnique de Montréal

Ce montage nous montre une même microsphère de verre photographiée à différents moments. Elle possède la propriété de piéger, un certain temps, les photons que l’on projette à l’intérieur. Ici, on a utilisé une source de lumière infrarouge, pourtant invisible à l’œil nu. Forcés de tourner en rond dans la microsphère, certains photons « se mélangent » et additionnent leurs énergies. Résultat, ils créent de la lumière visible. En modulant la source infrarouge, on obtient les différentes couleurs que l'on voit ici.Taille d’une sphère : 80 micromètres

Sujets : matériaux & fabrication, physique
Agrandir

Quel âge as-tu, jeune anguille?

Mélanie Gaillard

UQAR - Université du Québec à Rimouski

L’étude des petits pigments sur la tête et le corps de cette jeune anguille – encore au stade de civelle – nous renseigne non seulement sur son âge, mais aussi sur l’impact des changements climatiques. On sait que les larves d’anguilles doivent réaliser l’immense traversée de l’océan Atlantique avant de se métamorphoser en civelles une fois près des côtes. Mais si leur périple devient plus difficile, tout porte à croire, selon l’hypothèse des chercheurs, que les anguilles arrivant à bon port seront plus âgées. À suivre…Longueur moyenne d’une civelle : 60 millimètres

Sujets : organismes vivants, évolution
Agrandir

Vision tantrique d’une poussière numérique

Dominic Rochon

UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières

Les fractales, d’abord simples curiosités mathématiques pour les seuls initiés, sont désormais reconnues par les profanes. Elles fascinent en raison de leur invariance d’échelle : la structure de leur forme se compose de formes toujours structurées de la même manière. Un peu à la manière de poupées gigognes. Elles sont habituellement représentées en 2D, rarement en 3D. La fractale montrée ici est le fruit du processus d’itérations d’un polynôme quadratique dans un espace de nombres quadridimensionnels…

Sujets : mathématique, espace
Agrandir

Une algue qui bâtit des falaises

Pierre Coupel

Université Laval

Seules, on ne peut les voir à l’œil nu, mais unies à leurs semblables, elles sont visibles depuis l’espace. Minuscule algue unicellulaire, Emiliania huxleyi utilise le CO2 dissous dans l’eau pour former une coquille de calcium finement ciselée autour de sa membrane. Pendant les périodes de floraison, ce phytoplancton colore l’océan d’un blanc laiteux sur des milliers de kilomètres carrés. À leur mort, les minuscules coquilles s’accumulent sur le plancher marin. C’est ainsi que se sont formées les immenses falaises de craie qui bordent parfois les océans.Taille de l’algue : 10 micromètres

Sujets : organismes vivants, environnement
Agrandir

Machine à voyager dans le temps

Audrey Limoges

UQAM - Université du Québec à Montréal

Fossilisé dans les sédiments du golfe du Mexique, ce minuscule organisme planctonique – un kyste de dinoflagellé  – contient de précieuses informations sur des époques qui s’échelonnent sur plus de 120 000 ans. Tel un voyageur revenu du passé, il permet de mesurer l’évolution de certaines conditions environnementales, comme la température et la salinité des eaux de surface. Des données cruciales pour les scientifiques qui, par exemple, cherchent à identifier les facteurs favorables au développement de ces fameuses marées rouges qui menacent la santé des écosystèmes marins.Taille : 40 micromètres

Sujets : organismes vivants, évolution
Agrandir

Attaque tumorale au câblage cérébral

Maxime Chamberland

UdeS - Université de Sherbrooke

2e prix du jury, parrainé par l'Acfas, et « prix du public Eurêka! », parrainé par le Festival Eurêka!Fidèles à leur mission première, les fibres nerveuses de matière blanche se réorganisent autour d’une tumeur maligne pour assurer la connexion entre les différentes aires fonctionnelles du cerveau. Ce foisonnement de fibres qui entoure la tumeur posera toutefois un défi de taille au neurochirurgien. Pas facile pour lui de retirer la tumeur sans trop affecter les fonctions neurologiques. C’est pourquoi l'imagerie par résonance magnétique de diffusion lui sera si précieuse en lui permettant de visualiser le câblage cérébral. 

Sujets : cancer, neurosciences & psychologie, réseau
Agrandir

Des étoiles dans les yeux

Cyrena Riley

UQAR - Université du Québec à Rimouski

En collaboration avec : Richard Cloutier1er prix du jury, parrainé par le Module science Radio-CanadaCette œuvre d’art contemporain est le produit de la nature, ou presque… Il s’agit d’une raie épineuse soumise à des colorations chimiques. Les cartilages sont en bleu alors que les structures minéralisées, comme les écailles, sont en rouge. À nos yeux de profanes, elles ressemblent à des étoiles. Mais pour le chercheur, de telles images permettent de mieux comprendre le développement du squelette de la raie, et même du nôtre. Comme quoi, la beauté peut aussi être au service de la science.Distance entre les limites externes des globes oculaires (yeux) : 1,5 centimètres

Sujets : génétique
Agrandir

Flocon de graphène

Mathieu Massicotte

Université McGill

Si chaque flocon de neige est unique, que dire de celui-ci? C’est qu’il est constitué de graphène, un cristal de carbone qui n’a qu’un seul atome d’épaisseur. Cette structure bidimensionnelle pourtant simple lui confère des propriétés exceptionnelles : plus résistant que l’acier, meilleur conducteur que le cuivre, transparent, flexible, imperméable… Toutes ces caractéristiques le promettent à de fabuleuses applications technologiques. Mais il faudra d'abord en maîtriser les procédés de fabrication à l’échelle industrielle pour qu'il sorte enfin du laboratoire. Taille du flocon : 30 micromètres

Sujets : innovation, matière
Agrandir

Isolant électrique

Amy Daradich

Université Laval

Les axones, qui prolongent les neurones, parcourent la moelle épinière pour acheminer les signaux électrochimiques aux différentes parties du corps. Tout comme le matériau isolant qui entoure les fils électriques, une gaine de myéline (vert) enveloppe et protège ces axones (bleu) afin d’éviter que les précieux messages se perdent. Si la gaine se dégrade, cela peut entraîner de graves troubles moteurs, comme dans le cas de la sclérose en plaques. D’où l’importance de la protéger.Moelle épinière d'une souris dont la myèline (vert) est imagée grâce à une technique utilisant deux lasersDiamètre moyen d'un axone : 7 micromètres

Sujets : santé, biologie
Agrandir

Voyage au bout des membres

Soizik Berlivet

IRCM - Institut de recherches cliniques de Montréal

Non, ce n’est pas le détail d’une toile de Gustav Klimt, mais bien l’avant-bras en formation d’un embryon de souris. Sous la loupe du microscope confocal, les chercheurs ont utilisé une technique de marquage pour identifier la présence d’une protéine spécifique (vert) dans certaines fibres musculaires (rouge). Il s’agit d’une protéine essentielle à la formation des doigts au cours du développement embryonnaire des mammifères. On suspecte qu’une carence de cette protéine serait responsable de malformations touchant spécifiquement certains muscles des mains ou des pieds.Largeur de l’image : 200 micromètres

Sujets : biologie, connaissance, organismes vivants
Agrandir

Quand la glace s’enflamme

Shamsodin Taheri

UQAC - Université du Québec à Chicoutimi

En collaboration avec : Masoud Farzaneh, Issouf FofanaL’hiver, lorsqu’un isolateur est recouvert de glace, il peut arriver, dans certaines conditions, que se produise un contournement électrique. Ce phénomène, redouté par les compagnies d’électricité, survient lorsqu’un film d’eau se forme à la surface de la glace. Afin de prévenir les défaillances des isolateurs, il faut mieux comprendre les facteurs qui déclenchent ces courts-circuits. On reproduit donc, dans le laboratoire du CIGELE, toutes les conditions propices à l’apparition d’une mini-crise de verglas… Pour obtenir cette image, on utilise une caméra ultra haute vitesse, capable d’enregistrer jusqu’à 675 000 images à la seconde, dont celle-ci… Hauteur de la décharge électrique : 3 mètres

Sujets : environnement, énergie