Imprimer

Finaliste

Emmanuelle Wilhelm

UdeS - Université de Sherbrooke

Emmanuelle Wilhelm - MT180 - 2016


Avez-vous déjà tenté de vulgariser votre thèse à votre famille? Qu'est-ce qui a constitué le plus gros défi? Ce processus a-t-il suscité des réactions cocasses?
Certainement! La réaction la plus particulière a cependant été celle d'une personne appartenant à une communauté touchée par le VIH/SIDA : alors que j'expliquais que j'étudiais des protéines, elle m'a confié que pour elle, c'était comme si je travaillais avec de la viande! C'est là que j'ai compris que la vulgarisation demande de s'adapter à son auditoire, et que différents niveaux de simplification peuvent être nécessaires.

Pour vous, que représente votre recherche : un rêve d'enfance devenu réalité, un choix de carrière réfléchi… ?
J'ai toujours été curieuse des phénomènes biologiques et c'est très naturellement que mon cheminement m'a conduit à la recherche en biologie humaine. Aussi, en essayant d'apporter ma contribution à la lutte contre le VIH/SIDA j'ai le sentiment de cultiver mon humanité, ce qui n'est pas toujours facile dans notre société.

Au quotidien, à quoi ressemble votre vie d'étudiant-chercheur? Quelle est l'expérience la plus enrichissante que vous avez vécue en tant que chercheur?
Mes journées combinent à un rythme souvent effréné planification et réalisation d'expériences, discussion avec mon directeur et mes collègues, lectures et recherches. Dans un contexte où l'on est souvent isolé dans sa bulle, ce qui m'enrichit beaucoup c'est le partage, tant avec des scientifiques chevronnés qui vont m'amener au-delà de mes questions habituelles, qu'avec des stagiaires débutants, pour qui tout est nouveauté et source d'excitation.

Pourquoi avez-vous décidé de participer au concours Ma thèse en 180 secondes?
Mes expériences précédentes de vulgarisation et l'encadrement d'étudiants de 1er cycle m'ont montré à quel point il est important de savoir partager sa recherche, surtout dans notre monde actuel tellement centré sur la communication. De plus, c'est un beau défi qui nous amène à prendre un peu de recul par rapport à nos recherches au quotidien.

En participant à ce concours, en quoi êtes-vous sortie des sentiers battus?
On voit souvent les scientifiques comme des savants fous réalisant des expériences mystérieuses dans le secret de leur laboratoire. J'ai voulu pousser la métaphore aussi loin que possible tout en restant exacte pour tenter de rendre accessible un sujet complexe et briser un peu ce mythe. Le concours « Ma thèse en 180 secondes » est parfait pour cet exercice!