Imprimer

Finaliste

Adam Chehouri

UQAC - Université du Québec à Chicoutimi

Adam Chehouri - MT180 - 2016


Avez-vous déjà tenté de vulgariser votre thèse à votre famille? Qu'est-ce qui a constitué le plus gros défi? Ce processus a-t-il suscité des réactions cocasses?
En effet, c'est un grand défi pour moi de vulgariser à ma famille mes travaux dans le cadre de mon doctorat. En particulier, la difficulté est centrée autour de l'explication des concepts scientifiques et théoriques. Puisque mes recherches touchent sur la résolution d'un problème d'optimisation (pale d'éolienne) par un algorithme génétique, les commentaires sont surtout sur la méthode de résolution plutôt que sur l'énergie éolienne.

Pour vous, que représente votre recherche : un rêve d'enfance devenu réalité, un choix de carrière réfléchi… ?
C'est durant l'étude de mon bac en génie mécanique, en particulier dans les dernières deux années que j'ai commencé à développer un amour envers la recherche et l'innovation. Mes rêves d'enfance étaient de réaliser une carrière qui touche à la fois les sciences, la conception et l'aéronautique.

Au quotidien, à quoi ressemble votre vie d'étudiant-chercheur? Quelle est l'expérience la plus enrichissante que vous avez vécue en tant que chercheur?
Ma journée commence au bureau le matin vers 9 heures sauf si je donne des travaux dirigés. En moyenne je travaille 9 heures par jour. Les expériences les plus enrichissantes comme chercheur sont 1) le développement d'une technique pour la gestion des contraintes dans un algorithme génétique en Hiver 2015 et 2) la fin de la traversée du désert que j'ai vécu suite à une chaîne d'événements personnels.

Pourquoi avez-vous décidé de participer au concours Ma thèse en 180 secondes?
Principalement, je souhaitais partager un message en ce qui concerne la préparation de ma thèse. L'idée de base c'est que le développement de l'outil de conception d'une pale d'éolienne est autant un travail d'art qu'un problème en ingénierie. Ceci a été essentiel pour la compréhension de ma thèse et je crois fortement que cette expérience mérite d'être partagée.

En participant à ce concours, en quoi êtes-vous sorti des sentiers battus?
Les deux premières années, je ne maîtrisais pas le titre de mon doctorat. Maintenant dans ma troisième année, ayant obtenu des résultats pertinents et étant une personne qui vénère les défis, j'ai souhaité participer à la compétition. Avec 3 jours de préparation, j'ai réussi à construire mon discours, mon message : mon projet de recherche en ingénierie est autant une œuvre d'art qu'une étude scientifique.