Imprimer

Finaliste

Émilie Chavel

UQAT - Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

Émilie Chavel - MT180 - 2015


Avez-vous déjà tenté de vulgariser votre thèse à votre famille? Qu'est-ce qui a constitué le plus gros défi? Ce processus a-t-il suscité des réactions cocasses?
J'ai toujours résumé mes projets d'études à ma famille en une seule phrase qui ne prenait en compte que l'aspect le plus drôle du travail. La difficulté n'a pas été de vulgariser mon projet mais plutôt d'être exacte dans les mots choisis, vu le peu de temps accordé. Également le défi a été dans l'exercice d'une certaine discipline car j'ai tendance à m'enflammer facilement et parler extrêmement vite.

Pour vous, que représente votre recherche : un rêve d'enfance devenu réalité, un choix de carrière réfléchi?
Ce projet représente à la fois le choix de carrière d'une enfant de 7 ans qui un jour est rentrée chez elle et a annoncé à ses parents qu'elle serait éthologue. Cependant, ce choix s'est peaufiné au fil des ans pour correspondre aux opinions d'une adulte. La conservation des espèces sauvages et des milieux est ce qui me touche le plus et il est nécessaire d'obtenir une certaine crédibilité scientifique si je veux pouvoir orienter certaines décisions.

Au quotidien, à quoi ressemble votre vie d'étudiante-chercheure? Quelle est l'expérience la plus enrichissante que vous avez vécue?
Au quotidien, ma vie ressemble sûrement à celle de tous les « accros au travail » que je connais. Donc, vu de l'extérieur, je ressemble à un vrai cliché, mais de mon point de vue, j'aime ce que je fais, j'aborde mon projet de façon ludique, je m'accorde du temps quand je sens que j'en ai besoin et, surtout, je passe des semaines en forêt pour mon terrain. Bref, c'est le bonheur!

Pourquoi avez-vous décidé de participer au concours Ma thèse en 180 secondes?
J'avais fait la promesse de participer à une amie qui avait gagné ce concours au niveau de notre université, il y a 2 ans. J'étais son coach à l'époque, donc elle est devenue le mien cette année. Aussi, je mets un point d'honneur à diffuser les connaissances scientifiques à tous ceux qui veulent les entendre car c'est aussi par ce biais que des projets de conservation se mettent en place, avec la compréhension, la sensibilisation et l'aide de gens de tout horizon.

En participant à ce concours, en quoi êtes-vous sortie des sentiers battus?
Je ne pense pas être spécialement sortie des sentiers battus. J'ai juste tenté de maîtriser un autre moyen de diffusion d'information et comme tout apprentissage, cela n'a été que bénéfique.