Imprimer

1 - Compétences des titulaires d’un doctorat : quelles perceptions hors du milieu universitaire?

Le mardi 8 mai 2018

Le sujet de ce colloque est en résonance avec des témoignages qualifiés d’alarmants relayés par différents médias au sujet des difficultés d’insertion professionnelle de certains diplômés de doctorat. Au Canada, à l’instar d’autres pays de l’OCDE, la problématique liée à la perception d’incompatibilité entre les compétences acquises par les titulaires d’un doctorat et les compétences recherchées par les employeurs potentiels en dehors du milieu universitaire (organismes privés et associatifs, etc.) devient un sujet préoccupant, comme en témoignent différents travaux et initiatives : financement d’une étude panquébécoise sur les compétences des titulaires d’un doctorat (par l’Association des doyens des études supérieures au Québec [ADESAQ] et 21 autres institutions); Programme TRaCE de l’Université McGill, des programmes de formation complémentaires dans certaines universités, etc. L’élargissement et la diversification de l’employabilité des diplômés de doctorat en constituent un des points stratégiques : comment les doctorants sont-ils préparés à la vie active sur le marché du travail après l’obtention de leur diplôme? Comment les former à la fois pour une carrière universitaire et hors de l’université? Quelle est la visibilité des compétences spécifiques de ces hauts diplômés en dehors du milieu universitaire et de la recherche publique? Sont-ils eux-mêmes capables de valoriser ces compétences et d’en faire la promotion? Ces questionnements, au cœur de plusieurs discussions dans les universités et les ministères comme dans les organismes de financement de la recherche, montrent que la problématique de valorisation et de reconnaissance des compétences acquises par les titulaires d’un doctorat est liée à une multitude de facteurs qui feront l’objet de discussions entre différents acteurs tout au long de ce colloque. Ces discussions permettront entre autres d’alimenter les réflexions en cours et de souligner des pistes d’action prometteuses.

Le colloque est organisé autour de trois ateliers conçus sous forme d’échange et de discussion. Le but est de favoriser un regard croisé d’acteurs provenant de différents milieux sur le thème abordé. 

Lire la suite »
Remerciements

Mes chaleureux remerciements à toutes les personnes qui ont généreusement accepté mon invitation.

Colloque
Enjeux de la recherche
Responsables
Université Laval
Afficher tous les résumés
Avant-midi
08 h 30 à 09 h 00
Communications orales
Introduction
Batiment : UQAC
Local : H2-1090
08 h 30
Accueil des participants
Marcelline BANGALI (Université Laval), David Litalien (Université Laval)
08 h 45
Allocution d'ouverture prononcée par Madame la Doyenne des études, Université du Québec à Chicoutimi et Madame la Directrice des études et de la recherche - Université du Québec
Manon DOUCET (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi), Céline Poncelin de Raucourt (Université du Québec)
09 h 00 à 11 h 30
Communications orales
Atelier 1 : Enjeux de la formation doctorale et transférabilité des compétences
Batiment : UQAC
Local : H2-1090
09 h 00
Perceptions des étudiants sur la formation doctorale et les compétences qui y sont développées
Philippe LeBel (UdeM - Université de Montréal)

Les universités forment-elles adéquatement leurs doctorants par rapport aux besoins du marché du travail hors milieu universitaire ? Quelles visions ces étudiants inscrits au doctorat ont-ils de leur avenir ? Sont-ils conscients des compétences que cette formation leur permet de développer et de ce que pourrait en être la plus-value sur le marché du travail ? Ces questionnements semblent d’actualité pour plusieurs acteurs du monde universitaire et les associations étudiantes commencent également à s’y intéresser. L’intervention de cette personne qui représente l’Union étudiante du Québec lancera le débat sur ces questionnements du point de vue des étudiants.

► Représentant-e de l’Union étudiante du Québec (l'UEQ)

Résumé
09 h 15
Concevoir des formations spécifiques pour le développement de compétences professionnelles au doctorat : quels enjeux?
Andy Dimitri Veilleux (Université Laval)

Depuis janvier 2017, la Faculté des études supérieures et postdoctorales de l’Université Laval élabore de nouvelles offres de cours dans le but de mettre en place des activités destinées spécifiquement au développement des compétences complémentaires au doctorat. La démarche pédagogique proposée est fondée sur la réflexivité. Ce qui favorise une meilleure prise de conscience de son identité professionnelle et des acquis de l’expérience doctorale. Ces formations visent également une meilleure connaissance du marché du travail afin d’identifier des besoins de formation et des pistes de développement professionnel.

Partant de l’expérience de ces formations offertes par la FESP de l’Université Laval, cette présentation abordera les besoins, défis et préoccupations sous-jacents à la nécessité de concevoir des formations spécifiques pour le développement de compétences professionnelles au doctorat.

► Chargé d’enseignement à la Faculté des Études Supérieures et Postdoctorales (FESP), Université Laval

Résumé
09 h 30
Innover les programmes doctoraux: engagement public et formes non traditionnelles de recherche
Efe Peker (Université McGill)

Force est de constater que la perspective fondamentale de la formation doctorale, visant la préparation de la relève professorale, n’a guère évolué depuis l’institution du doctorat moderne au début du 19e siècle. Or, de nos jours, la plupart des titulaires d’un doctorat poursuivent des carrières en dehors de l’université, où ils apportent une contribution majeure au développement des services publics et du monde socioéconomique. Pour faire face à ces réalités changeantes, de nombreuses institutions à travers le monde offrent désormais aux doctorants des programmes de développement professionnel pour améliorer leurs compétences non académiques.

Cette présentation suggère la nécessité d’aller au-delà de ces formations connexes pour repenser la structure même des programmes doctoraux. Une telle entreprise impliquerait une action sur deux dimensions interdépendantes: 1) soutenir les doctorants qui aimeraient avoir plus d’engagement dans les secteurs publics, organisationnels et associatifs, hors des murs de l’université et 2) intégrer des méthodologies de recherche et des formats de thèse qui ne correspondent pas forcement aux normes traditionnelles.

► Chercheur postdotorant au Département de Sociologie – Université McGill et Représentant de l’Association canadienne pour les études supérieures l'ACES / ACES

Résumé
09 h 45
Le doctorat en sciences humaines : défis et opportunités
Paul Yachnin (Université McGill)

Cette présentation sera fondée sur les résultats d'un projet de recherche national dont l'objectif était de suivre les carrières des diplômés de doctorat en sciences humaines afin de dresser un portrait de leur parcours. Cette étude des trajectoires avait pour but d'en faire émerger des recommandations pour la restructuration des études aux cycles supérieurs. En partant des résultats de cette recherche, les idées développées par le conférencier visent à alimenter les discussions sur les questions suivantes : Comment réorienter l'université vers une relation plus dynamique avec les différents secteurs d'activité professionnelle extra académiques? Comment une université ainsi conçue peut-elle mieux contribuer au développement socioéconomique grâce à la formation de diplômés hautement qualifié (doctorat)? Comment les compétences acquises par ces diplômés pourraient-elles bénéficier d'une meilleure reconnaissance par la société civile et les organisations du secteur privé.

Paul Yachnin est Professeur à l'Université Mcgill et Directeur du projet TRaCE (parcours des diplômés de doctorat en sciences humaines, sciences sociales et en beaux-arts)

Résumé
10 h 00
Discussion
10 h 15
La situation des diplômés des cycles supérieurs sur le marché du travail : diagnostics et initiatives étudiantes
Martin St-Pierre (UdeM - Université de Montréal)

Face aux multiples défis complexes posés par l’entrée sur le marché du travail des diplômés des cycles supérieurs, la FAÉCUM a développé depuis quelques années une orientation de travail axée sur l’insertion professionnelle dans le but de «…mieux préparer les étudiantes et les étudiants des cycles supérieurs à leur insertion professionnelle. » Cette présentation fera l’état des constats qui ont motivé cette orientation et présentera quelques initiatives fort prometteuses.

► FAÉCUM - Coordonnatrice aux affaires académiques de cycles supérieurs

Résumé
10 h 30
Le rôle du département académique dans le développement de la gestion de carrière des doctorants
Frédérica Martin (Université Concordia)

Malgré la croyance populaire, les diplômés du doctorat n’obtiennent pas systématiquement un poste de professeur ou de chercheur dans le milieu universitaire. En fait, un grand nombre d’entre eux travaillent dans un tout autre secteur. Il est donc important de discerner le type de soutien que pourraient apporter les superviseurs et directeurs de programme afin de répondre précisément aux besoins des titulaires d’un doctorat qui se destinent à une carrière non universitaire. Une initiative entre les universités Concordia et McGill a été lancée pour identifier les processus académiques et administratifs qui pourraient soutenir le développement de la gestion de carrière de doctorants, ainsi que pour identifier les connaissances et compétences que doivent développer ces étudiants. Nous avons utilisé un modèle d’amélioration de performance organisationnelle pour guider la collecte de données auprès de directeurs de programme, de superviseurs, et d’étudiants. Ceci nous a permis de concevoir de nouveaux processus pour soutenir la gestion de carrière des étudiants au doctorat.

► Frédérica Martin est Manager, Academic Programs and Development, Concordia University

Résumé
10 h 45
La question de la surqualification des diplômés de doctorat : les problématiques spécifiques aux minorités...
Annie Guillemette (Université Laval), Marie Louise Thiaw (Université Laval)

Différents travaux montrent que les personnes immigrantes détenteurs d’un diplôme universitaire se retrouvent plus souvent que les natifs en situation de surqualification (Larochelle-Côté, 2014).  Qu’en est-il des titulaires de doctorat issus de l’immigration, plus spécifiquement des minorités visibles, dans le contexte canadien ? Cette présentation vise à aborder cette question sous l’angle des facteurs de risque et des pistes de réflexion.

► Marie Louise Thiaw est titulaire d'un doctorat (Ph.D.) en administration et évaluation en éducation, professionnelle de recherche et Annie Guillemette est candidate au doctorat en sciences de l’orientation (Université Laval).

Résumé
11 h 00
Discussion
11 h 15
Pistes de réflexion au FRQSC sur la mobilité, l'insertion professionnelle et la surqualification au doctorat
Louise POISSANT (Fonds de recherche du Québec - Société et culture)

► Allocution de la Directrice scientifique, Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC) : Louise Poissant  

Résumé
Dîner
11 h 30 à 12 h 45
Dîner
Pause déjeuner
Batiment : UQAC
Local : Dîner libre
Après-midi
12 h 45 à 13 h 45
Communications orales
Atelier 2 : Perceptions des compétences d’un titulaire de doctorat
Batiment : UQAC
Local : H2-1090
12 h 45
Valorisation des compétences acquises au doctorat : quelles stratégies ?
Annie Laliberté (Travailleuse autonome - ANEGO - www.anego.ca)

Comment les doctorants sont-ils préparés à la vie active sur le marché du travail après l'obtention de leur diplôme? Sont-ils capables de valoriser et de faire la promotion des compétences acquises lors de cette formation face aux exigences du marché du travail hors milieu universitaires ? Cette présentation abordera ces questions à partir d'une analyse fine des parcours de titulaires de Ph.D accompagnés par la conférencière dans le cadre de ses fonctions en développement de l'employabilité.

► Annie Laliberté est titulaire d'un Doctorat (Ph.D.) en anthropologie et travailleuse autonome (ANEGO)

Résumé
13 h 00
Les compétences d’un titulaire de doctorat : quelle plus-value pour les entreprises ?
François-Thomas Michaud (Feldan Therapeutics)

La problématique de l’incompatibilité ou l’écart apparent entre les compétences acquises par les titulaires d'un doctorat et les compétences recherchées par les employeurs potentiels est reliée à une multitude de facteurs. Comme le montrent plusieurs travaux, cette question liée au transfert des compétences est indissociable des déterminants de la formation doctorale et de la valorisation des compétences. Quel serait alors la plus-value du doctorat sur le marché du travail par rapport aux autres diplômes universitaires ? Les compétences développées au doctorat correspondent-elles à celles recherchées par les employeurs ? La présentation de M. Michaud apportera une contribution majeure à l’élucidation de ces questionnements.

► François-Thomas Michaud est titulaire d'un doctorat (Ph.D.) en Génie chimique, Président Directeur Général et Co-fondateur de l’entreprise Feldan Therapeutics.

Résumé
13 h 15
Le doctorat et l'entrepreneuriat : quelles compétences ?
Monica Roy (Recherche EPE Inc.)

Effectuer des études de doctorat peut mener, dans plusieurs cas, à devenir chercheur et/ou faire des études postdoctorales. Toutefois, il ne s’agit pas des uniques options pour une personne diplômée au doctorat. En effet, l’option de se trouver un emploi, hors des campus universitaires, peut séduire beaucoup de diplômés. Malheureusement, les compétences acquises lors d’études doctorales ne sont pas toujours bien connues et/ou reconnues sur le marché du travail. Qu’en est-il alors des compétences acquises lors de ces études pour développer sa propre entreprise, soit devenir entrepreneur ?

Le doctorat permet de développer de nombreuses compétences fort importantes pour un entrepreneur.

Bien souvent, cette expertise est développée d’abord, lors des études et ensuite, lors de l’expérience professionnelle. Alors, qu’en est-il des personnes qui, durant de longues années, ont fait des études dans le domaine de la recherche ? Quelles compétences peuvent-elles avoir développées et qui seront très utiles pour des entreprises et ses clients, autres que celles retrouvées dans un laboratoire ? Il va sans dire qu’un entrepreneur étant un Ph.D. peut certainement ouvrir un laboratoire, mais ce n’est pas la seule option qui s’offre à lui. Durant la présentation, c’est donc des compétences hors laboratoire qui seront discutées.

► Monica Roy est titulaire d'un doctorat (Ph.D.) en physiologie-endocrinologie, Présidente de l'entreprise Recherche EPE inc. - www.rechercheepe.com

Résumé
13 h 30
Discussion
13 h 45 à 16 h 30
Communications orales
Atelier 3 : Valorisation des compétences de l’expérience doctorale — le rôle des dispositifs d’accompagnement
Batiment : UQAC
Local : H2-1090
13 h 45
Opter pour une carrière hors des murs de l’université : besoins et pistes d'action
Dorothée Charest-Belzile (Université Laval), Olivier Lemieux (UL - Université Laval), Stéphanie Luna (UdeM - Université de Montréal), Annie MONTPETIT (UQO - Université du Québec en Outaouais)

Cette présentation soulignera les faits saillants des trois volets de la consultation annuelle réalisée par les membres du Comité intersectoriel étudiant (CIÉ) auprès d’étudiants gradués d’universités québécoises (2017) sur le thème : « Les étudiants-chercheurs et les carrières hors des murs de l’université ». Elle fera l’état des lieux du soutien disponible aux étudiants-chercheurs en vue de leur insertion professionnelle hors des murs de l’université. Les résultats de cette consultation mettent en exergue des programmes et des structures de soutien existants (universitaires ou autres) qui se distinguent et dont l’exemplarité est reconnue. Elle souligne également l’opinion des étudiants-chercheurs sur la nature, l’utilité et l’efficacité des mécanismes existants de même que leurs idées sur le type de soutien qu’ils jugeraient aidant en vue de leur insertion professionnelle en milieu non académique.

► Membres du Comité intersectoriel étudiant des Fonds de recherche du Québec (CIÉ)

Résumé
14 h 00
Transférer et mettre en valeur les compétences doctorales pour favoriser l’employabilité des étudiants des cycles supérieurs
Dominique Trudel (Université Laval)

Les études aux cycles supérieures amènent à développer une multitude de compétences dont on ne soupçonne parfois pas l’existence. Lorsque vient le temps de son insertion professionnelle, s’appuyer sur ce bagage requiert un travail d’analyse qui ne va pas toujours de soi pour qui ne s’est jamais arrêté à cet exercice. Pourtant, les compétences acquises aux cycles supérieurs peuvent mettre toute candidature en valeur si l’on sait traduire ces acquis en langage accessible aux entreprises. Cette présentation vous permettra de voir comment les conseillers en emploi du Service de placement accompagnent concrètement les étudiants aux cycles supérieurs dans cette mise en valeur de leurs compétences, afin qu’elles soient reconnues à leur juste valeur dans leur profil d’employabilité.

► Service de placement Université Laval

Résumé
14 h 15
L’apprentissage expérientiel (stages) et le développement de compétences professionnelles : mieux outiller les doctorants face aux défis du marché du travail

Les programmes de Mitacs, notamment Mitacs Accélération, visent à rapprocher le milieu de la recherche universitaire des entreprises et organisations canadiennes. Une synergie se crée alors entre les deux milieux. Les organisations accèdent à des experts pour nourrir leurs processus internes de création ou d’amélioration de produits ou de services, et les chercheurs peuvent appliquer leur recherche à un besoin réel. Ce contact privilégié, on le souhaite, permet aux organisations de comprendre l’avantage d’embaucher des individus détenteurs de diplômes supérieurs. Ce changement de culture est crucial pour l’insertion des diplômés dans le marché du travail, sachant que seule une très faible proportion de doctorants auront un poste de professeur. En même temps, les étudiants peuvent acquérir de l’expérience en entreprise pendant leurs études et développer des compétences transversales difficiles à développer sur les bancs d’école. »

► Benoit Roberge-Vallières est titulaire d'un doctorat (Ph.D.) en psychologie - Spécialiste, développement des affaires | Ville de Québec - MITACS

Résumé
14 h 30
Discussion
15 h 00
L’analyse des parcours comme source d’amélioration des programmes d’études supérieures
Ryan Bradshaw (Council of Graduate Schools/George Mason University)

Cette présentation portera sur un projet d’étude du parcours professionnel des titulaires d’un doctorat de 60 universités (USA), 3, 8, et 15 ans après l’obtention de leur diplôme. Elle sera centrée sur les objectifs, les méthodes utilisées ainsi que les défis de ce projet de recherche. Le but étant de souligner l’importance d’une analyse approfondie de la trajectoire professionnelle des diplômés pour l’amélioration des programmes d’études, des opportunités de développement professionnel, de la supervision des candidats et des services de placement. http://cgsnet.org/understanding-career-pathways.

Ryan Bradshaw est Program Manager, Best Practices & Research au Council of Graduate Schools (CGS), USA

Résumé
15 h 15
Accompagner les docteurs dans leur évolution professionnelle : des dispositifs innovants ?
Sophie Pellegrin (Association Bernard Gregory (ABG))

Accompagner les doctorants et les titulaires de doctorat dans leur évolution professionnelle nécessite des dispositifs révélateurs, qui les aident à prendre conscience de leur valeur ajoutée et à communiquer sur leurs atouts. Ces dispositifs doivent permettre à chaque doctorant de réaliser un travail individuel et personnalisé sur sa propre expérience. Par ailleurs, afin d’être de véritables soutiens de la formation doctorale, il est important que ces outils véhiculent une image claire et valorisante du doctorat à destination du secteur socio-économique. Cette présentation apportera quelques illustrations fondées sur des outils et dispositifs innovants conçus et développés par l'ABG dans cette perspective.

Sophie Pellegrin est titulaire d’un doctorat en physique et responsable du Pôle Formations innovantes et accompagnement (Training Department Manager) de l'Association Bernard Gregory (ABG), un organisme français qui oeuvre depuis plus de 37 ans dans l'accompagnement et l'insertion des titulaires de doctorat hors milieu universitaire. http://www.abg.asso.fr, Organisme fondateur du Site http://www.mydocpro.org/fr (avec le MEDEF et la CPU)

Résumé
15 h 30
Discussion
16 h 30 à 17 h 00
Communications orales
Conclusion
Batiment : UQAC
Local : H2-1090
16 h 30
Allocution du Directeur général de l’ADESAQ : conclusion des discussions et lancement de l’enquête pan-québécoise sur les compétences des titulaires d’un doctorat
Norbert Morin (ADESAQ - Association des doyennes et doyens des cycles supérieurs au Québec))

Ce colloque est l'occasion de souligner le lancement de l’enquête panquébécoise, 2e étape de l’étude sur les compétences des titulaires d’un doctorat. Projet cofinancé par 21 institutions et dont le pilotage est confié à l’Association des doyennes et doyens des études supérieures au Québec (ADESAQ) : Ministère de l'Enseignement supérieur Ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation (MESI), Fonds de recherche du Québec-Santé, Fonds de recherche du Québec-Sc, Fonds de recherche du Québec-NT, Université Laval, Université McGill, Université Concordia, Université du Québec à Montréal, Université de Montréal, Université de Sherbrooke, Université du Québec à Trois-Rivières, École de technologie supérieure, Polytechnique Montréal, Siège social de l’Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Association des doyens des études supérieures au Québec, Association francophone pour le savoir (ACFAS), Mitacs, Union étudiante, FAECUM/Étudiant.

Ce projet de recherche est dirigé par 2 professeurs de l'Université Laval : Marcelline Bangali et David Litalien.

Monsieur Morin est l'actuel Directeur général de l’ADESAQ

Résumé
16 h 45
Allocution de clôture prononcée par Madame Dominique Bérubé, Vice-présidente, Programmes de recherche - Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) du Canada
Dominique Bérubé (CRSH - Conseil de recherche en sciences humaines)
Soir
17 h 00 à 19 h 00
Cocktail
Cocktail de réseautage
Batiment : UQAC
Local : H2-1090