Imprimer

509 - Développement de la littératie numérique en contexte éducatif

Le lundi 7 mai 2018

Au 21e siècle, la littératie numérique (LN), c’est-à-dire les savoirs et les compétences permettant d’exploiter les outils numériques de manière efficace et critique, représente une ressource incontournable (Castello, 2016; English, 2016). On la trouve d’ailleurs au cœur de nombreux curriculums (Bjorgen et Erstad, 2015). Elle est utile pour s’approprier rapidement l’information, s’exprimer efficacement, apprendre au jour le jour et être un citoyen responsable. La nature changeante et évolutive des outils technologiques implique cependant pour l’utilisateur un processus de formation continue. Sur le plan éducatif, cette même nature exige d’adapter, voire parfois de renouveler, les stratégies de formation, qu’elles soient destinées à la formation initiale ou continue de l’apprenant autant que de celle de l’enseignant. Sur le plan scientifique, on constate que la définition du concept n’est pas stable. Williamson (2011) laisse entendre qu’il est difficile de définir la LN parce qu’elle continue d’évoluer pour refléter le développement technologique. Pour Bhatt (2012), une part du défi associé à la définition et à l’application du concept de LN réside dans le fait qu’elle est hybride sur le plan disciplinaire. English (2016) affirme que la variété des définitions est représentative de la complexité des habiletés dont il est question.

Ce colloque vise à regrouper des acteurs de la formation, des étudiants diplômés et des chercheurs afin de faire le point sur la LN. Les contributions seront organisées autour de quatre axes : 1) mouvance et définition du concept; 2) niveau de littératie numérique des jeunes, des adolescents et des jeunes adultes; 3) stratégies de formation pour développer les savoirs et les compétences permettant d’exploiter les outils numériques de manière efficace et critique chez les jeunes, les adolescents et les jeunes adultes; et 4) formation des enseignants du primaire, du secondaire, de la formation des adultes et du post-secondaire dans ce domaine.

Lire la suite »
Colloque
Section 500 - Éducation
Responsables
Patrick Giroux
UQAC - Université du Québec à Chicoutimi
Sandra Coulombe
UQAC - Université du Québec à Chicoutimi
UQAC - Université du Québec à Chicoutimi
UQAC - Université du Québec à Chicoutimi
UQAC - Université du Québec à Chicoutimi
Ajouter à mon horaire
Afficher tous les résumés
Avant-midi
08 h 30 à 11 h 15
Communications orales
Axe 1 : Mouvance et définition du concept
Présidence/Animation : Patrick Giroux (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)
Batiment : UQAC
Local : H2-1080
08 h 30
Mot d'ouverture - Pourquoi un laboratoire et un colloque sur le développement de la littératie numérique en contexte éducatif
Patrick Giroux (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)

Littératie numérique. Littératie médiatique. Compétences du 21e siècle.

Des espaces conceptuels aux frontières flexibles qui se croisent et se chevauchent. Parfois synonymes, parfois distincts. Des espaces difficiles à saisir parce qu'ils gravitent autour ou sont influencés par les technologies, un objet en constante évolution (Williamson, 2011). Des espaces difficiles à définir et à appliquer parce qu’hybrides sur le plan disciplinaire (Bhatt, 2012) et complexe (English, 2016). Des espaces, donc, que l'on peut aborder d'une multitude d'angles, depuis le territoire de plusieurs disciplines et dans des univers théoriques variés.

Pour qui s'intéresse à l'un ou l'autre, situez son angle d'approche, précisez le contexte de son intérêt et de son intervention est une nécessité. Dans notre cas, c'est la littératie numérique que nous avons choisie et depuis le domaine de l'éducation avec un intérêt pour les stratégies de formation. En guise d'ouverture du colloque, j'expliquerai brièvement pourquoi. Je m'attarderai à l'importance de la littératie numérique et à la pertinence de ce concept en éducation.

 

Résumé
08 h 50
La citoyenneté numérique dans un contexte global quel sont des enjeux, défis, tendances, pratiques?
Viktor Freiman (Université de Moncton), Michel Léger (Université de Moncton), Manon Leblanc (Université de Moncton), Caitling Furlong (Université de Moncton), Takam Djambong (Université de Moncton), Mohamed Ali Bouker (Université de Moncton)

Notre recherche-synthèse vise à combler le manque de connaissances sur l’acquisition et le développement des compétences citoyennes numériques chez les jeunes en cette ère numérique qui présente à la fois des possibilités et des défis inédits. Trois angles particuliers, soit (1) les rapports des jeunes avec le monde numérique interconnecté, les actions qu’ils posent et les enjeux qui y sont associés; (2) les compétences nécessaires pour un citoyen numérique actif et responsable dans un contexte global; et (3) les pratiques pédagogiques innovatrices qui contribuent au développement des compétences en matière de citoyenneté numérique globale, ont été examinés. Notre modèle incorpore des éléments clefs ressortis par Choi (2016), Jones et Mitchell (2016) et Ribble (2015), soit : social, personnel, juridique et civique, technique et les non techniques. Une approche méthodologique fondée sur la synthèse narrative (Popay, et coll., 2006) nous permet de ressortir des avantages des approches pédagogiques ouvertes, axées sur l’initiation et la réalisation de projets qui intègrent les technologiques numériques et visent le développement de stratégies d’apprentissages autonomes dans un contexte de résolution de problèmes. Une telle vision pédagogique met en valeur des compétences numériques non techniques qui deviennent essentielles dans un monde global et numérique, ce qui englobe la collaboration, la créativité et la communication.

Résumé
09 h 35
Le futur de la littératie
François Guité (PédagoSoft )

Au constat de l’accélération de l’évolution, la littératie s’avère un concept labile. Par conséquent, la compréhension que l’on s’en fait varie en fonction de la connaissance éclectique des moyens de communication. Dans un premier temps, cette communication cherche à expliquer les causes de l’éclatement du concept, puis analysera le phénomène sous l’angle des répercussions pour le monde de l’éducation, notamment au regard de la thèse de Mabrito et Medley (2008) relativement à l’illittératie des enseignants et le connectivisme (Siemens, 2005). Enfin, nous aborderons la littératie sous l’angle de l’évolution du numérique au-delà des médias sociaux, à commencer par la programmation, les algorithmes, les multiples intelligences artificielles et l’analyse sémantique. Quel impact sur le texte ? Quel impact sur la pensée ? Qui sait, peut-être assisterons-nous à un retour aux sources, dans une renaissance de la philosophie.

Résumé
10 h 20
Pause
10 h 30
Les cinq compétences clés de la littératie numérique
Thierry Plante (HabiloMédias)

Bien que l’étude des médias se fasse depuis près de cent ans déjà, relativement peu d’enseignants ont reçu une formation spécialisée dans ce domaine. Pour cette raison, des spécialistes tels que Len Masterman et John Pungente ont identifié, dans les années 80, les éléments importants de ce domaine et les ont organisés à l’intérieur d’un cadre. Ce processus a permis la création des premiers concepts clés en littératie médiatique. Plus récemment, plusieurs chercheurs ont signalé l’apparition d’une nouvelle forme de littératie nommée « la littératie numérique ». Bien que plusieurs modèles différents de littératie numérique aient été proposés, le domaine se retrouve néanmoins dans une position semblable à celle de la littératie médiatique d’avant les années 80 – il n’y a pas de cadre simple et cohérent pouvant fournir à la fois un cadre conceptuel et soutenir la pédagogie des enseignants dans leur salle de classe. Pour combler ce vide, HabiloMédias a élaboré cinq concepts clés en littératie numérique s’appuyant sur des modèles actuels de littératie numérique et des « nouvelles littératies » afin d’identifier les idées essentielles communes pour élaborer un outil polyvalent permettant d’enseigner la littératie numérique. Nous présenterons les détails de chacun de ces concepts, leurs assises dans la littératie médiatique, leur application en salle de classe et comment ils contribuent à l’apprentissage des compétences clés que nous avons identifiées et catégorisées.

Résumé
11 h 15 à 11 h 55
Communications orales
Axe 2 : Niveau de littératie numérique des jeunes, des adolescents et des jeunes adultes
Présidence/Animation : Patrick Giroux (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)
Batiment : UQAC
Local : H2-1080
11 h 15
L’utilisation du numérique dans le cadre de l’épreuve unique de français, 5e secondaire: effets sur la qualité de l’écriture des élèves
Pascal Grégoire (UQAT - Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue)

Les modèles du processus de l’écriture, comme celui de Hayes (1995), soulignent l’influence non négligeable du support à l’écriture sur la production de textes. Il n’est donc pas étonnant que la capacité à utiliser l’ordinateur pour écrire figure dans le Programme de formation de l’école québécoise. Pourtant, à ce jour, seuls le papier et le crayon semblent être utilisés régulièrement en classe de français au secondaire (Chartrand et Lord, 2010). Or, que se passerait-il si, à compter d’aujourd’hui, on demandait aux élèves de 5e secondaire de réaliser l’épreuve unique de français, langue d’enseignement, à l’ordinateur? Ces élèves arriveraient-ils à tirer parti de l’ordinateur pour écrire un texte, tâche tenue pour simple?

Dans cette communication, nous présenterons les résultats d’une étude menée à la demande du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. D’une part, nous rendrons compte des effets de trois modalités d’écriture numérique (traitement de texte seul ; utilisation libre d’Antidote ; utilisation dirigée d’Antidote) sur la qualité de l’écriture. Pour ce faire, nous adopterons une perspective quantitative, rapportant les résultats d’une quasi-expérimentation. D’autre part, dans une perspective qualitative, nous décrirons les modifications que l’écriture des élèves a subies lorsque les modes d’écriture ont été modifiés.

Résumé
Dîner
11 h 55 à 13 h 30
Dîner
Dîner
Batiment : UQAC
Local : Dîner libre
Après-midi
13 h 30 à 15 h 10
Communications orales
Axe 2 : Niveau de littératie numérique des jeunes, des adolescents et des jeunes adultes
Présidence/Animation : Patrick Giroux (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)
Batiment : UQAC
Local : H2-1080
13 h 30
Quand des adolescents scénarisent une vidéo sur le thème de la cyberintimidation : évaluation critique de leur littératie numérique et proposition d’un programme éducatif
Mathieu Bégin (TÉLUQ - Université du Québec)

Cette communication présente une évaluation critique de la littératie numérique d’adolescents en situation de scénarisation d’une vidéo sur le thème de la cyberintimidation. Elle décrit leur représentation sociale (Moscovici, 2013) au regard de neuf objets associés au construit de communication médiatisée : mode de production, finalité, public, thématisation, fondements, usages techniques, langages, relation et média (Meunier et Peraya, 2010). La description s’appuie sur une analyse de contenu (Bardin, 2013) des propos de 75 adolescents, récoltés dans le cadre de groupes de discussion menés dans 14 maisons de jeunes du Québec. Ensuite, cette communication analyse dans une perspective critique la représentation sociale des adolescents en se fondant sur la pensée du philosophe Habermas (2006), qui stipule que la communication publique doit d’abord être un acte raisonné et orienté vers l’atteinte d’un bien-être collectif à l’échelle sociétale. Cette analyse critique permet d’identifier les limites de la littératie numérique des adolescents et d’établir des priorités pour un programme d’éducation critique en la matière (Bégin, 2018). Parmi elles, faire comprendre aux jeunes que tout acte public de communication doit être raisonné et avoir comme finalité le changement social. Nous défendrons l’idée d’intégrer cet objectif aux cours d’éducation à la citoyenneté du Programme de formation de l’école québécoise (Bégin et Landry, 2016).

Résumé
14 h 10
Usages ludiques vs scolaires: La tablette sert-elle vraiment au développement de compétences et à l'apprentissage?
Hans Boulay (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi), Patrick Giroux (Université du Québec à Chicoutimi), Sandra Coulombe (Université du Québec à Chicoutimi), Nadia Cody (Université du Québec à Chicoutimi), Julie Gallant (Université du Québec à Chicoutimi)

Cinq ans après le début d'un projet d'intégration pédagogique de la tablette numérique dans une école secondaire (Giroux, Coulombe, Cody et Gaudreault, 2013), la pression est encore grande sur l'école de démontrer la pertinence de ce projet. En effet, plusieurs parents, qui ne sont témoins que d'une partie de l'usage de la tablette, constatent qu'elle est beaucoup plus utilisée pour des usages ludiques que scolaires et mettent en doute la pertinence du projet. S'inspirant de la méthode de l'échantillonnage d'expérience (Csikszentmihaly & Larson, 1987), nous avons voulu tracer un portrait global de l'usage de la tablette par les élèves qui prenne en compte la variabilité probable de l'usage quotidien de la tablette en capturant des données à différents jours de la semaine, à différents moments de la journée et avec différents outils. Des questionnaires et des entrevues de style "vox pop" ont été réalisés pour échantillonner l’expérience d'utilisation des élèves. Les résultats détaillent la proportion d'usages ludiques et scolaires durant la journée et après l'école et donnent un aperçu des tâches pour lesquelles la tablette est utilisée. Ils montrent que la tablette numérique est réellement utilisée à des fins pédagogiques pour réaliser différentes tâches scolaires permettant de développer, notamment, des compétences transversales et disciplinaires. L'équilibre entre les usages scolaires et ludiques varie cependant beaucoup selon le moment de la journée et le lieu.

Résumé
14 h 40
Compétences numériques dans des environnements d'apprentissage riches en technologies
Caitlin Furlong (Université de Moncton)

Au 21e siècle, l'acquisition de compétences numériques devient de plus en plus importante pour se maintenir à jour avec les avances technologiques de la vie quotidienne. Dans le cadre du réseau CompéTI.CA (Compétences en TIC en Atlantique, www.competi.ca) étudiant l'acquisition et la rétention des compétences numériques, nous avons axé ce projet de recherche particulier sur les environnements d’apprentissage riches en technologies. Avec un niveau de popularité en plein croissance dans plusieurs pays, y compris le Canada, les laboratoires créatifs (fablabs, makerspaces) sont des milieux d'apprentissage où les étudiants choisissent, planifient, conçoivent et dirigent toutes sortes de projets multidisciplinaires autour du mouvement éducatif STEAM (Science, Technologie, Ingénierie, Arts et Mathématiques). Au printemps 2017, nous avons réalisé une étude de cas dans plusieurs écoles au Nouveau-Brunswick en utilisant des résultats d'apprentissage liés à STEAM. Plus précisément, nous avons capturé des vidéos de leurs travaux dans le laboratoire créatif, en leur demandant d'expliquer leurs idées et leurs résultats. Au cours de ce congrès, nous présenterons les résultats de cette étude de cas et réfléchirons à leur signification pour la littératie numérique dans un contexte de l’école du 21e siècle.

Résumé
15 h 10
Pause
15 h 25 à 16 h 20
Communications orales
Axe 3 : Stratégies de formation pour développer les savoirs et les compétences numériques
Présidence/Animation : Patrick Giroux (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)
Batiment : UQAC
Local : H2-1080
15 h 25
Regard sur la compétence de l'élève et le rôle de l'enseignant dans la cadre de la comparaison de la prise de notes manuscrite et numérique
Audrey Pépin (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi), Patrick Giroux (Université du Québec à Chicoutimi), Odette Gagnon (Université du Québec à Chicoutimi), Nadia Cody (Université du Québec à Chicoutimi), Sandra Coulombe (Université du Québec à Chicoutimi), Diane Gauthier (Université du Québec à Chicoutimi)

De nombreuses écoles secondaires introduisent la tablette numérique dans la classe et plusieurs questions émergent quant aux effets que peut avoir cette implantation sur les activités quotidiennes, dont la prise de notes, laquelle est une tâche fréquente qui implique des processus cognitifs précis  (Bonner & Holliday, 2006; Einstein, Morris & Smith, 1985; Weiss, Banilower, McMahon & Smith, 2001). Cette communication s'intéresse à l’utilisation de la tablette numérique pour la prise de notes et l’effet qu’elle peut avoir sur la qualité des notes, notamment en ce qui a trait à la qualité de la langue et à l’organisation conceptuelle de ces dernières. Dans le cadre d’une étude exploratoire, des notes manuscrites et numériques prises en contexte de cours magistraux ont été recueillies auprès de 15 élèves de troisième secondaire. L’évaluation de la qualité des notes nous a permis de faire plusieurs constats. En gros, les élèves, qu'ils utilisent ou non la tablette, font les mêmes types de fautes, et ce, dans une proportion similaire. Ensuite, l’organisation visuelle semble un peu plus efficace dans les notes manuscrites. Ces observations soulèvent plusieurs questions par rapport aux outils auxquels les élèves ont accès pour la prise de notes (prédicteur de mots, Antidote Ardoise), à la compétence qu’ont les élèves pour les utiliser efficacement et au rôle que doit jouer l’enseignant.

Résumé
15 h 55
L’initiation à la programmation par des ateliers réalisés en contexte parascolaire
Maxime Boivin (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi), Patrick Giroux (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi), Vincent Porta-Scala (Université du Québec à Chicoutimi), Marianne Bolduc (Université du Québec à Chicoutimi), Sylvain Hallé (Université du Québec à Chicoutimi), Laura Coté (Université du Québec à Chicoutimi), Kévin Chapron (Université du Québec à Chicoutimi)

Le gouvernement du Québec, dans son plan d’action en économie numérique (MESI, 2016), positionne comme quatrième axe d’intervention, le fait de «se doter des compétences numériques requises» (MESI, 2016, p.7) par les entreprises. L’une des mesures vise à appuyer les initiatives de formation en programmation pour les jeunes. Pour Karsenti et Bugmann (2017), apprendre la programmation est une compétence occupant, au fil des ans, davantage d’importance dans notre société. C’est dans ce contexte que trois trousses numériques ont été développées. Ces trousses sont divisées par groupe d’âge allant de 6 ans à 15 ans. Elles ont toutes pour objectif d’initier les jeunes à la programmation et à la logique sous-jacente. Cette communication fera le point sur les constats qui émergent au sein de l’équipe de développement suite à la mise à l’essai de ces trousses, notamment en ce qui regarde les compétences nécessaires à l’animation de telles activités. Nous proposerons aussi une progression des apprentissages et donnerons des indications quant à l’importance du respect du rythme des élèves. Comme peu d’enseignants ont actuellement les outils pour enseigner cette matière, la progression proposée pourra servir de point de départ pour tous ceux qui voudraient entamer le développement de telles activités.

Résumé
16 h 25 à 17 h 00
Communications orales
Axe 4 : Formation des enseignants en littératie numérique
Présidence/Animation : Patrick Giroux (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)
Batiment : UQAC
Local : H2-1080
16 h 25
Accompagner et apprendre dans un stage en milieu technopédagogique
Andréanne GAGNÉ (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi), Nadia Cody (Université du Québec à Chicoutimi), Sandra Coulombe (Université du Québec à Chicoutimi), Patrick Giroux (Université du Québec à Chicoutimi)

L’élève évolue dans un contexte où la technologie occupe une place toujours plus importante dans la société, l’école et la classe. Ce mouvement exige des enseignants et futurs enseignants qu’ils construisent de nouveaux savoirs pour enseigner et faire apprendre (Koelher et Misrha, 2009). Malgré l’évidence, la maitrise des technologies par les futurs enseignants, l’intégration des TIC dans la formation initiale en enseignement et leurs usages pendant les stages varient considérablement d’un étudiant, d’un stagiaire ou d’un enseignant associé à l’autre (Beaudoin et al., 2014; Lacelle et Boultif, 2016; Villeneuve et al., 2015). Un stage réalisé dans un milieu technopédagogique permet-il de développer des savoirs du même ordre? Quelle forme d’accompagnement peut favoriser la construction de ces savoirs par les stagiaires? Une étude exploratoire a été menée auprès d’étudiants en enseignement ayant réalisé un stage dans des classes du secondaire intégrant la tablette iPad. Des entretiens semi-dirigés et une démarche d’analyse inductive ont permis de dégager des constats par rapport aux savoirs construits et à la démarche d’accompagnement offerte. Cette communication présentera donc la progression des savoirs technologiques et technopédagogiques selon trois temps nommés l’état initial, le déroulement et l’état final. Des pistes seront également proposées quant à l’encadrement des étudiants réalisant un stage en milieu technologique.

Résumé
16 h 55
Mot de fermeture - Bilan et prospectives
Patrick Giroux (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)

Le concept de littératie numérique est large et bien mal défini à ce jour pour plusieurs raisons (Bhatt, 2012; English, 2016; Williamson, 2011). Chacun à leur manière, les participants au colloque "Développement de la littératie numérique en contexte éducatif" tenu à l'ACFAS en mai 2018 à Chicoutimi ont contribué à préciser le concept et à faire avancer la réflexion quant à son développement. À titre d'organisateur et de grand témoin, je ferai un court bilan de l'apport des présentations et des discussions à la réflexion. Je terminerai en abordant les perspectives de recherche et de développement qui s'ouvrent aux participants et à la communauté scientifique suite à cette activité.

Résumé