Imprimer

504 - Célébrer la diversité et l’éthique en administration de l’éducation par la pensée libre

Du mardi 8 au mercredi 9 mai 2018

La diversité des acteurs de l’éducation (origine ethnoculturelle, langue, religion, capacités physiques et intellectuelles, sexe, identité de genre, orientation sexuelle) est une richesse que plusieurs ministères de l’Éducation reconnaissent (MECB, 2008; MEO, 2009; MEQ, 1998). Cette diversité à célébrer suppose des interventions qui visent l’inclusion et l’équité de tous de même que l’élimination de la discrimination (CSE, 2016; UNESCO, n.d.). Dans ce contexte, Pietrantonio et Bouthillier (2015) affirment que « […] la notion de diversité accompagne toujours la sémantique des inégalités et des hiérarchies sociales » (p. 164) et que, dès lors, « comprendre l’hétérogénéité sociale pour faire valoir la diversité » devient un défi pour les organisations éducatives. Pour leurs gestionnaires, cela implique qu’ils ont un rôle à jouer (Thibodeau et al., 2016), des compétences à développer (Bouchamma, 2016) et un leadership à démontrer (Archambault et Garon, 2013). Sans oublier que cette diversité peut engendrer des enjeux de nature éthique qu’aucun gestionnaire ne devrait ignorer (St-Vincent, sous presse; Langlois, 2008). Devant cette réalité socioscolaire, la pensée libre peut éclairer l’administration de l’éducation, que ce soit sur :

1) le rôle, les compétences et le leadership des gestionnaires dans différents contextes éducatifs (rural et urbain, francophone minoritaire, autochtone, appauvri) ou par rapport à divers acteurs (parents, enseignants, élèves et étudiants);

2) les enjeux avec lesquels les gestionnaires doivent composer (arrivée massive de réfugiés, racisme systémique, droits des enfants transgenres, langues d’enseignement, inclusion des élèves ayant des besoins particuliers, rapports intergénérationnels, sexisme, précarité économique des familles, etc.);

3) les moyens pour assurer l’inclusion, entre autres sous un angle éthique;

4) les postures épistémologiques : critique (antiraciste, féministe, postcoloniale, etc.), pragmatique, etc.

Lire la suite »
Colloque
Section 500 - Éducation
Responsables
UQO - Université du Québec en Outaouais
UQAC - Université du Québec à Chicoutimi
Université Laval
Université de Moncton
UQAM - Université du Québec à Montréal
UdeM - Université de Montréal
UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières
Ajouter à mon horaire
Afficher tous les résumés
Avant-midi
08 h 45 à 09 h 15
Communications orales
Accueil et mot de bienvenue
Présidence/Animation : Andréanne GÉLINAS-PROULX (UQO - Université du Québec en Outaouais)
Discutant : Alain Huot (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières)
Batiment : UQAC
Local : H0-1070
09 h 00
Mot de bienvenue
09 h 15 à 11 h 00
Communications orales
Pratiques de gestion pour une meilleure différenciation et inclusion des élèves issus de l’immigration
Présidence/Animation : Anastasie Amboulé Abath (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)
Batiment : UQAC
Local : H0-1070
09 h 15
Dans le contexte scolaire pluriethnique montréalais : qu’en est-il de la différenciation des pratiques par les acteurs en milieu scolaire au secondaire?
Mélissa BISSONNETTE (UQAM - Université du Québec à Montréal), Cynthia Martiny (UQAM), Pierre Toussaint (UQAM)

Dans les écoles québécoises, une adaptation des pratiques par les acteurs du milieu scolaire constitue une nécessité, notamment en raison de la diversification ethnoculturelle de la population scolaire (Bissonnette, 2017; Toussaint et collab., 2012). Cette communication vise à présenter les résultats d’une recherche-action-intervention réalisée dans quatre écoles pluriethniques et défavorisées de la région de Montréal portant sur la persévérance et la réussite scolaires en lien avec l’adaptation à la diversité des élèves issus de l’immigration dans les pratiques du personnel scolaire. S’appuyant notamment sur le concept de différenciation, cette communication vise à présenter les principaux résultats quant aux pratiques différenciées d’enseignants, du personnel non enseignant et de directions à partir d’une méthodologie qualitative dans l’analyse de données issues d’entrevues semi-structurées et de groupes de discussion (N = 145). Les résultats découlant de l’analyse permettent d’observer que la connaissance des codes culturels et de certaines cultures étrangères permettrait de mieux comprendre et de différencier les approches adaptées quant aux diverses cultures présentes dans le milieu et de mieux composer avec les facteurs de résistance aux stéréotypes et préjugés culturels. Toutefois, les résultats indiquent que les pratiques différenciées nécessitent davantage d’implication professionnelle quant aux connaissances et à l’élaboration de méthodes d’application éprouvées.

Résumé
09 h 45
Démocratisation de l’éducation : les obstacles institutionnels d’accès à l’enseignement supérieur collégial pour les étudiants issus de l’immigration
Emilie Doutreloux (Cégep de l'Outaouais)

Déployés en 1967, les cégeps ont pour finalité la démocratisation de l’enseignement supérieur (UNESCO, 1998) ou l’égalité des chances d’accès au plus grand nombre (Meuret, 2004). Il serait normal que l’effectif étudiant des cégeps soit représentatif des différents groupes sociaux qui composent notre société. Or, la population issue de l’immigration est moins présente (Kanouté, 2012). Ce projet de recherche s’intéresse aux obstacles institutionnels (Cross, 1981) d’accès à l’enseignement supérieur collégial pour les immigrants et questionne la responsabilité des cégeps. Il poursuit le double objectif d’identifier les embûches institutionnelles et les pratiques existantes favorisant l’accès aux études collégiales pour les étudiants issus de l’immigration. Abondamment analysée sous l’angle de l’origine socioéconomique des étudiants (Dandurand, 1986; Kamanzi et collab., 2012), la démocratisation de l’éducation doit aujourd’hui considérer l’origine ethnique (Fortier et Deschenaux, 2015). La réalisation d’entrevues semi-dirigées menées dans le cadre d’une étude multi-cas a permis de documenter l’expérience vécue d’immigrants aux prises avec des obstacles institutionnels d’accès à l’enseignement supérieur. Dans cette communication, la trajectoire singulière d’une population étudiante méconnue des chercheurs et des administrateurs sera illustrée à l’aide de portraits d’étudiants ayant participé à la recherche.

Résumé
10 h 15
Construire une communauté éducative inclusive : contributions des acteurs du terrain pour la diversité
Jean Labelle (Université de Moncton), Martine Leclerc (UQO)

Selon l’OCDE (2016) et le CMÉC (2016), le taux de diplomation des élèves canadiens oscille en moyenne autour de 75 %. Puis, chez les élèves immigrants récemment arrivés au Québec, près de 40 % ne persévèrent pas jusqu’à l’obtention d’un diplôme (MEES, 2018). Du coup, les directions d’école sont invitées à exercer un leadership pour favoriser la réussite de toutes et tous, notamment en communautés d’apprentissage professionnelles (CAP). L’objectif de communication consiste à comprendre en quoi le travail en CAP constitue un outil de développement professionnel des enseignants favorisant l’inclusion scolaire et la diversité. Après avoir situé l’inclusion scolaire, on présente la CAP comme un moyen de développement professionnel chez les enseignants où la diffusion de l’expertise et la pratique réflexive sont centrales pour améliorer les apprentissages. La recherche collaborative fut menée dans une école primaire du Québec pendant une période de quatre années consécutives. La communication s’appuie sur les données collectées par l’entremise du questionnaire d’autoappréciation des connaissances et des compétences en enseignement de la littératie et d’entrevues de groupes facilitées par l’utilisation du télévoteur. Les résultats de la recherche montrent que les CAP permettent le développement professionnel axé sur des pratiques de différenciation et d’inclusion qui favorisent la réussite éducative de toutes et tous.

Résumé
10 h 45
Pause
11 h 00 à 12 h 00
Communications orales
Obstacles, pratiques gagnantes et compétences en gestion de la diversité ethnoculturelle hors métropole
Présidence/Animation : France GRAVELLE (UQAM - Université du Québec à Montréal)
Batiment : UQAC
Local : H0-1070
11 h 00
Compétences de directions d’école pour gérer les défis de la diversité ethnique
Yamina Bouchamma (Université Laval), Daniel April (Université Laval), Marc Basque (Université de Moncton)

L’effectif de l’immigration est en constante augmentation au Québec, passant de 9,9 % en 2001 à 12,6 % en 2011 (Gouvernement du Québec, 2017). Cette situation n’est pas sans conséquence sur les écoles hors de la grande métropole qui sont souvent aux prises avec un nombre plus restreint d’élèves issus de l’immigration, réfugiés, allophones et non scolarisés. Ces écoles sont confrontées du même fait à un manque de structures et de ressources humaines et matérielles appropriées. Or, quel que soit le cas, les équipes-écoles et les directions doivent adapter leur agir professionnel à la diversité ethnique des élèves (Conseil supérieur de l’éducation du Québec (2017). Ce faisant, cette communication s’interroge sur les compétences des directions pour gérer les défis de la diversité ethnique. Des directions d’écoles primaires et secondaires (N = 17) hors de la métropole ont été interviewées sur les défis qu’elles rencontrent dans leur quotidien et sur leurs compétences. Les données ont été analysées selon les principes de l’analyse thématique (Paillé et Mucchielli, 2016) en se basant sur les quatre ordres de compétences professionnelles du MELS (2008). Les résultats montrent l’importance de la collaboration entre l’équipe-école, les élèves, les parents et la communauté. La discussion porte sur les compétences et le développement professionnel des directions en vue de favoriser l’inclusion de ces apprenants, d’accroître la sensibilité interculturelle et d’éliminer la discrimination.

Résumé
11 h 30
Prise en compte de la diversité ethnoculturelle dans les écoles en région : quels enjeux et défis, à quelles fins et avec quels moyens?
Anastasie Amboulé Abath (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)

Les écoles publiques à l’extérieur de Montréal sont moins bien préparées à recevoir les élèves issus de la diversité ethnoculturelle (Steinbach et Lussier, 2013; Steinbach, 2013; Vatz Laaroussi, 2011). Cette communication présente les résultats d’une étude exploratoire menée auprès de deux directions d’écoles secondaires dans une région à faible densité ethnoculturelle. Elle veut connaître et comprendre de quelle façon elles s’engagent, se positionnent, définissent leurs rôles et responsabilités pour accueillir, valoriser et promouvoir la diversité ethnoculturelle. L’étude s’inscrit dans la perspective de «l’éducation pour l’inclusion» (UNESCO, 2009) et les recherches québécoises sur «l’éducation inclusive et antidiscriminatoire» (McAndrew et collab., 2013; Potvin, 2013). Elle questionne les pratiques des deux équipes-écoles en matière de prise en compte de la diversité afin de faire avancer la réflexion autour des questions suivantes : Quelles sont les modalités d’accueil et d’intervention auprès des élèves nouveaux arrivants issus de la diversité ethnoculturelle? Quelles sont les pratiques mobilisées pour faire valoir la diversité? Des entretiens semi-dirigés réalisés en 2014 auprès des directions participantes, il ressort que la prise en compte de la diversité doit, au-delà des mesures sporadiques à offrir, devenir une culture à mettre en place pour une école inclusive.

Résumé
Dîner
12 h 00 à 13 h 15
Dîner
Dîner
Batiment : UQAC
Local : Dîner libre
Après-midi
13 h 15 à 15 h 00
Communications orales
L’éthique en contexte de gestion de la diversité : son rôle et son opérationnalisation
Présidence/Animation : François Grégoire (UdeM - Université de Montréal)
Batiment : UQAC
Local : H0-1070
13 h 15
Un problème impliquant l’agir éthique d’un intervenant en particulier : cinq mesures proposées à la direction d’établissement scolaire
Lise-Anne St-Vincent (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières)

Dans l’ensemble de nos travaux de recherche auprès d’enseignants débutants, de directions d’établissement et d’équipes-écoles (St-Vincent, 2011; 2014; 2015), un constat ressort : plusieurs problèmes éthiques émergent de tensions générées par des écarts d’attitudes et de comportements concernant un membre du personnel. La dissidence par rapport aux attentes tacites ou convenues dans le milieu amène des malaises significatifs entre les collègues et ne peuvent être ignorés par la direction, car les enjeux se complexifieront inévitablement. De surcroît, le leadership de la direction, soit sa crédibilité et son influence, sera remis en question si elle n’agit pas (Fullan, 2015). Si la situation cause un conflit entre les individus, l’absence de balises claires pour agir indique qu’il y a présence d’un problème éthique. Nous proposons cinq mesures pour guider la direction devant les problèmes éthiques impliquant les écarts d’attitudes ou de comportements : prévenir les dissidences en misant sur la reconnaissance (Marzano, Waters et McNulty, 2016); accompagner les intervenants en insertion professionnelle (St-Vincent, 2016 ); véhiculer un discours axé vers une éthique minimaliste dans les interventions (Ogien, 2007); communiquer une démarche à effectuer (Schermerhorn, Osborn, Uhl-Bien, Hunt et de Billy, 2014) lors de malaises ressentis face à des comportements ou des attitudes d’un collègue; préciser les étapes prévues par la direction devant un fait rapporté (Fullan, 2015).

Résumé
13 h 45
Le leadership éthique d’une direction de service éducatif à l’enfance : une empreinte sur la culture de l’organisation en termes d’inclusion et de diversité culturelle
Manon BOILY (UQAM - Université du Québec à Montréal), Mélissa Bissonnette (UQAM)

Le leadership serait l’élément clé de la qualité de la prestation des services éducatifs à l’enfance (Rodd, 2015) ainsi qu’une composante importante favorisant l’amélioration au sein des organisations en petite enfance (Aubrey et collab., 2012). Le leadership est une question de vision et d’influence, de processus dynamiques par lesquels une personne influence les autres dans une direction souhaitée (Rodd, 2006; 2013). S’appuyant sur les cadres théoriques de Davies (2005), Bloom (2004) et Luc (2010), les résultats de notre étude ont mis en évidence plusieurs formes de leadership utilisées par une direction d’un centre de la petite enfance 0-5 ans pluriethnique de la région de Montréal. À partir de données obtenues d’entrevues réalisées auprès de la direction et du personnel, l’analyse des données issue d’une méthodologie qualitative et interprétative (Savoie-Zajc, 2000) a permis d’identifier un leadership éthique, durable, visionnaire et réflexif dans le discours de la direction interrogée. Cette communication met d’une part l’accent sur le leadership éthique de la direction au regard de son engagement à l’égard des interventions éducatives du personnel sur le plan éthique. D’autre part, elle souligne les éléments clés qui ont permis d’instaurer son leadership tout en faisant état de son influence sur la culture de l’organisation en termes de valeurs d’inclusion et de diversité culturelle.

Résumé
14 h 15
Le rôle de l’éthique et des divers ordres normatifs dans la gestion des organisations éducatives en contexte de diversité sociale
Jeanne Simard (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi), Catherine Larouche (UQAC)

Les directions d’école sont régulièrement confrontées à des problèmes complexes qui bousculent les paramètres de la gestion habituelle (Caron, Boivert et Langlois, 2015; Leurebourg et IsaBelle, 2014; Perrot, 2007; Simard, Morency et Larouche, 2017). Cette complexité oblige les directions à imaginer des solutions originales sur des questions où rivalisent des logiques sociales contradictoires (Portelli et Konecny, 2013). Les directions d’école qui jouent un rôle pivot dans nos institutions se retrouvent souvent dans des situations où elles doivent effectuer des choix difficiles et être très au fait des rapports complexes qu’entretiennent les ordres normatifs que sont, entre autres, le droit, la déontologie, la morale et l’éthique dans le milieu scolaire, car ces derniers animent toutes les conduites (Simard et collab., 2017, p. 65). Cette communication a comme principal objectif de présenter un cadre conceptuel (Tableau des ordres normatifs) et de l’appliquer à un cas concret en contexte de diversité exigeant de mobiliser les concepts d’éthique, et de normes de diverses natures ou origines. Ce cadre conceptuel juridico-sociologique est le fruit d’une longue réflexion sur les écrits portant sur les différents ordres normatifs (Benyekhlef, 2015; Romano, 1975; Rocher, 1996). Il est utilisé depuis une dizaine d’années dans la formation sociale des gestionnaires d’entreprises ou d’organisations publiques.

Résumé
14 h 45
Pause
15 h 00 à 16 h 00
Communications orales
Assemblée générale annuelle de l’Association pour le développement de l’enseignement et de la recherche en administration de l’éducation (ADERAE)
Présidence/Animation : Alain Huot (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières)
Batiment : UQAC
Local : H0-1070
16 h 00 à 16 h 20
Communications orales
Lancement de livres
Présidence/Animation : Andréanne GÉLINAS-PROULX (UQO - Université du Québec en Outaouais)
Batiment : UQAC
Local : H0-1070
16 h 00
L’agir éthique de la direction d’établissement : fondements et résolution de problèmes
Lise-Anne St-Vincent (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières)

Devant les nombreux changements qui touchent l’école, le rôle de la direction d’établissement se complexifie. Simultanément, le nombre de problèmes éthiques vécus dans les milieux scolaires s’accroît et il devient nécessaire que les directions d’établissement développent leur agir éthique pour relever ces nouveaux défis. Le développement de l’agir éthique ne s’effectue pas de manière spontanée; il est plutôt le fruit d’une pratique réflexive. Il est donc souhaitable d’accompagner et de guider les professionnels dans ce processus afin d’éviter qu’ils évoluent seuls dans un contexte instable et dans des situations habitées d’enjeux éthiques parfois difficiles à cerner. L’ouvrage propose des idées de formation conçues à la suite de diverses recherches menées au cours de la dernière décennie auprès de professionnels de l’éducation. Il vise à aider la direction d’établissement scolaire à développer son agir éthique en abordant différents angles : l’introduction à des fondements théoriques en éthique, la mise en évidence de quelques enjeux dominants actuels dans les écoles afin de mieux circonscrire la source de certains problèmes éthiques ainsi que la présentation de stratégies et d’outils à utiliser dans la formation et la pratique. 

Résumé
16 h 10
La cohérence
Claude ST-CYR (Fondation Lucie et André Chagnon)

La collection Leadership et administration en éducation aux Presses de l’Université du Québec a publié en 2018 deux traductions. Le premier livre de Michael Fullan et Joanne Quinn est intitulé « La cohérence : Mettre en action les moteurs efficaces du changement en éducation ». Le second livre de Michael Fullan, Joanne Quinn et Eleanor Adam est intitulé « La cohérence : Guide pour passer à l’action ». Ces deux livres seront présentés dans le cadre de ce lancement.

Résumé
Soir
16 h 30 à 17 h 30
Cocktail
Remise de la bourse Régent-Fortin et célébration des 25 ans de l’ADERAE
Présidence/Animation : Alain Huot (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières)
Batiment : UQAC
Local : H6-1305
18 h 00 à 19 h 00
Cocktail
Souper amical au restaurant Inter de l’hôtel Chicoutimi : 460, rue Racine Est, Chicoutimi
Présidence/Animation : Anastasie Amboulé Abath (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)
Batiment : UQAC
Local : À l'extérieur
Afficher tous les résumés
Avant-midi
08 h 30 à 09 h 30
Communications orales
Pratiques de gestion de la diversité en situation de pauvreté
Présidence/Animation : Alain Huot (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières)
Batiment : UQAC
Local : H0-1070
08 h 30
Le leadership pour la justice sociale en milieu multiculturel et défavorisé : une étude de cas genevoise
Stéphanie Bauer (Haute école pédagogique du canton de Vaud, Suisse)

Le défi de la réussite scolaire en milieu multiculturel et défavorisé devient une réalité de plus en plus prégnante pour les directions d’établissements scolaires du canton de Genève (Suisse). La recherche sur le leadership, notamment en Suisse romande, aborde peu cette question de la gestion de la diversité socioculturelle. La question que nous nous posons, à la suite des travaux québécois d’Archambault et Harnois (2010) est celle de la spécificité du travail en milieu multiculturel et défavorisé. Notre étude qualitative interprétative (Savoie-Zajc, 2000) rend compte du discours de 13 directions d’établissement du canton de Genève, analysés à partir du cadre théorique du leadership pour la justice sociale (Thehoaris, 2007; 2010) et de la méthode itérative proposée par Miles et Huberman (2003). Les résultats montrent tout d’abord que pour ces directions, la question de la réussite scolaire est fortement liée à celle du bien-être de l’élève et dépasse ce que les écrits quantitatifs sur le leadership mesurent souvent comme indicateur d’efficacité, à savoir les performances scolaires. Dans un deuxième temps, nous constatons que la reconnaissance de la diversité culturelle n’est effective que dans une minorité d’établissements où l’équipe pédagogique, dans son ensemble, a interrogé son rapport à la différence et ses conséquences sur les pratiques d’enseignement et les relations école-famille.

Résumé
09 h 00
Être sensible au contexte et l’influencer : que font des directions d’école identifiées comme exemplaires en milieu défavorisé?
Emmanuel Poirel (UdeM - Université de Montréal), Jean Archambault (Université de Montréa), Roseline Garon (Université de Montréal)

Les écrits scientifiques mettent en évidence les enjeux de diversité, l’inégalité sociale et la réussite des élèves en milieu défavorisé, ainsi que l’impact des pratiques de la direction sur ces enjeux. Une revue des écrits sur le leadership montre 14 dimensions sur les pratiques de la direction qui ont une influence sur la réussite, dont une qui a trait à la capacité des directions à comprendre, répondre et influencer le contexte sociopolitique, économique, légal et culturel afin de favoriser l’apprentissage de tous (Knapp et collab., 2003; Murphy et collab., 2007). Nous présentons cette dimension sur la base d’une recherche exploratoire et descriptive, utilisant une approche méthodologique multiple (questionnaire, entrevue, observation vidéo, autoconfrontation, shadowing, auto-observation) qui visait à décrire les pratiques auprès de 14 directions d’école primaire en milieu défavorisé, rural et urbain, anglophone et francophone du Québec, identifiées comme exemplaires. La discussion portera sur le fait que la grande majorité des pratiques identifiées et observées témoigne de la compréhension des directions de la réalité de leur contexte, mais pas de l’influence du contexte externe de l’école. Aussi, elle portera sur le fait qu’en comparaison aux autres dimensions, moins de pratiques ont été relevées, portant à la réflexion les rôles, responsabilités et compétences des directions en regard des enjeux relatifs à la diversité et la réussite de tous. 

Résumé
09 h 30 à 11 h 15
Communications orales
Compétences des directions dans la prise en compte de la diversité
Présidence/Animation : France GRAVELLE (UQAM - Université du Québec à Montréal)
Batiment : UQAC
Local : H0-1070
09 h 30
Équité, inclusion et justice sociale dans les référentiels de compétences des directions : modélisation d’une compétence et identification de pistes de réflexion
Marie-Odile Magnan (UdeM - Université de Montréal), Julie Larochelle-Audet (Université de Montréal), Maryse Potvin (UQAM), Anastasie Amboulé-Abath (UQAC), Emmanuelle Doré (Université de Montréal), Andréanne Gélinas-Proulx (UQO), Philip Howard (Université McGill), Lise-Anne St-Vincent (UQTR)

Les visées d’équité, d’inclusion et de justice sociale qui font consensus au plan international (Potvin, Magnan et Larochelle-Audet, 2016) se retrouvent au cœur de la pratique des directions d’établissement scolaire (Riehl, 2010). Dans un contexte où plusieurs formes de diversités se côtoient, il se révèle crucial de se pencher sur les compétences des directions en matière d’équité, de justice sociale et d’inclusion. En effet, les directions, par leur leadership, peuvent grandement influencer les pratiques des enseignants de leur équipe-école par une vision teintée de ces valeurs (Khalifa, Gooden et Davis 2016; Thibodeau et collab., 2016). Cette communication présente les travaux du Groupe de travail sur les compétences et la formation des directions en matière d’équité et de diversité, une initiative de l’Observatoire sur la formation à la diversité et l’équité (OFDE) qui regroupe 17 professeur(e)s d’universités québécoises ainsi que cinq gestionnaires et décideurs du milieu de l’éducation. À partir d’une analyse de référentiels internationaux (7) qui ont inclus des compétences liées à l’équité, à la justice sociale et à l’inclusion, le Groupe a tenté de modéliser une compétence pour des directions du Québec. La vision, la compétence et ses composantes seront présentées ainsi que des pistes de réflexion et d’action identifiées par le Groupe.

Résumé
10 h 00
Processus d’élaboration d’un questionnaire de la compétence interculturelle des directions d’établissement scolaire
Andréanne GÉLINAS-PROULX (UQO - Université du Québec en Outaouais), Philippe Jacquin (Université de Moncton), Jean Labelle (Université de Moncton), Jean-Sébastien Landry (UQO), Jacques Touré (UQO), Martine Leclerc (UQO)

Selon Statistique Canada (2017), 37,5 % de la population totale d’enfants canadiens âgés de moins de 15 ans sont nés à l’extérieur du pays ou ont au moins un parent né à l’extérieur du pays. Cette diversité ethnoculturelle s’observe dans nos écoles et exige qu’on favorise l’inclusion. Le Conseil supérieur de l’éducation (2017) met en évidence le rôle majeur que joue la direction d’école à cet effet. Cela suppose aussi le développement de leur compétence interculturelle (Bouchamma, 2016). Toutefois, peu d’outils sont mis à leur disposition pour assurer le développement de cette compétence. C’est donc à partir du modèle théorique de la compétence interculturelle de la direction d’établissement adapté au Québec et au Nouveau-Brunswick (Gélinas-Proulx, Labelle et Jacquin, 2017), que nous avons conçu un questionnaire d’autoévaluation. En s’inspirant de Onwuegbuzie et coll. (2010) ainsi que de Dussault et coll. (2007), le questionnaire fut réalisé en quatre étapes : 1) recension de questionnaires portant sur les compétences interculturelles, 2) rédaction des items à partir d’une analyse des questionnaires retenus, 3) validation de contenu des items par des experts et 4) par des directions d’école. Cette communication présentera les étapes de création du questionnaire et les résultats préliminaires qui en découlent. Des perspectives d’application de l’outil pour la formation seront exposées.

Résumé
10 h 30
Actualisation du référentiel de compétences des directions d’établissement : incitatif pour favoriser le développement de la compétence interculturelle en formation initiale
Monique Lambert (Université Laval), Yamina Bouchamma (Université Laval)

Pour s’acquitter de leurs tâches en contexte pluriethnique, les directions d’école doivent posséder les compétences requises en la matière. De ce point de vue, leur formation s’avère indispensable puisqu’elle les prépare à une gestion efficace afin de devenir des agents multiplicateurs de pratiques gagnantes en matière de diversité dans leur école (Bouchamma, 2016). Nous avons procédé par analyse de contenu (Van der Maren, 2004) de quatre référentiels de compétences des directions d’établissement : Québec (2008), Alberta (2016), États-Unis (NPBEA, 2015) et Australie (2015). Les résultats révèlent que celui du Québec affiche 80 % de similarité de contenu et l’absence de quatre compétences, dont la diversité pluriethnique. Bien que cette situation puisse se justifier par le caractère moins récent du référentiel du Québec comparativement aux trois autres, elle reste paradoxale dans un contexte où l’immigration remonte à très loin dans l’histoire du Québec (Mc Andrew et Audet, 2016). Sur le terrain, que disent les enseignants quant aux pratiques de gestion de la diversité de leur direction? Les résultats préliminaires d’une étude nous montrent que celles-ci restent très disparates, d’où la nécessité d’une formation initiale obligatoire pour les directions d’école en matière de diversité ethnoculturelle. Dix ans après la parution du référentiel de compétences des directions, serait-il temps de penser à l’ajout de la compétence interculturelle dans celui-ci? 

Résumé
11 h 00
Pause
11 h 15 à 12 h 45
Communications orales
Leadership inclusif en contexte de gestion de la diversité
Présidence/Animation : François Grégoire (UdeM - Université de Montréal)
Batiment : UQAC
Local : H0-1070
11 h 15
L’analyse critique du discours comme angle d’étude du leadership pour la justice sociale en milieu scolaire
Emmanuelle Doré (UdeM - Université de Montréal)

La communication traitera de la problématique, du cadre théorique et de la méthodologie d’un projet doctoral dont l’objectif est d’étudier le leadership pour la justice sociale en milieu scolaire comme processus d’influence par le discours. L’objet de la présentation sera l’approche de l’analyse critique du discours (ACD), les principes sur lesquels elle est fondée et sa contribution possible aux recherches sur le leadership pour la justice sociale en éducation. À la fois approche théorique et méthodologique, l’ACD vise à situer le discours dans son contexte social en tenant compte de son aspect idéologique par la description, l’interprétation et l’explication du processus discursif (Fairclough, 1989). Les approches en recherche portant sur le leadership sous l’angle du discours, comme l’ACD, conçoivent l’identité du leader et de l’organisation comme le produit d’interactions entre les personnes, soit, comme des « constructions sociales et discursives » (Clifton, 2015; Fairhurst et Grant, 2010). Le langage est un aspect prépondérant du travail des directions en milieu scolaire (Anderson et Mungal, 2015; Gronn, 1983) et, pour développer une culture scolaire plus cohérente avec les objectifs d’équité et de justice sociale, certains sont d’avis qu’un élément-clé et concret du leadership est une approche critique par le langage (Henze et Arriaza, 2006). Or, l’ACD est peu employée au Québec.

Résumé
11 h 45
Les dynamiques de la personne : pour bien vivre la diversité dans la gestion et dans la formation
Alain Huot (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières)

Les gestionnaires de tous acabits dont ceux de l’éducation (Thibodeau et collab., 2016) doivent prendre en compte la diversité de leur personnel et des élèves ou des étudiants de leur établissement. Qu’en est-il de la formation que reçoivent ces gestionnaires de l’éducation? Y aurait-il moyen de les outiller pour comprendre et « universaliser » leurs interventions tout en prenant en compte la diversité? Cette communication présente le modèle des dynamiques de la personne (Ouimet, 1997) inspiré des préférences cérébrales (Hermann, 1991) appliqué à la formation et à la gestion de l’éducation. Pouvant s’inscrire dans la conception universelle de l’apprentissage (CAST, 1993; Kumar et Wideman, 2014; Salend et Whittaker, 2017), la plus-value d’utiliser ce modèle est la facilité qu’il procure pour entrer en relation avec les autres personnes tout en mettant de côté les préjugés liés à la diversité d’origine ethnoculturelle, la langue, la religion, les capacités physiques et intellectuelles, le sexe, l’identité de genre, ou l’orientation sexuelle. Les résultats présentés sont ceux de 80 étudiants inscrits au DESS qui ont rempli un questionnaire permettant de déterminer leur dynamique dominante. Leurs résultats sont comparés à ceux de plus de 1 000 gestionnaires d’horizons divers. Les résultats présentés expliqueront comment ils peuvent être utilisés pour la formation des gestionnaires d’établissement.

Résumé
12 h 15
Leadership inclusif et gouvernance scolaire : approches, enjeux et défis des acteurs du milieu éducatif
Houssine Dridi (UQAM - Université du Québec à Montréal)

Cette communication développe le socle théorique constitué par les concepts et résultats issus des théories implicites du leadership (Leadership studies). Elle expose une méthodologie empruntée à l’étude des représentations sociales. Elle analyse 210 travaux sur le leadership inclusif, le changement stratégique en éducation et un projet personnalisé de 70 participants à des ateliers de formation en gestion de l’éducation. Elle propose une description de la représentation du leadership chez les directions scolaires puis leur relation avec l’apprentissage du leadership inclusif. Il s’agit de répondre à deux questions simples :

Quelles sont les conceptions des directions scolaires à propos du leadership inclusif ?

Comment se traduisent, dans la pratique de la gestion, de telles conceptions?

La  contribution est triple : sur le plan empirique, elle propose une des premières études systématiques des Théories implicites du leadership (inclusif) auprès des directions scolaires, elle contribue à une meilleure compréhension du phénomène dans son contexte québécois, gestionnaire et intellectuel ; sur le plan épistémologique, elle repère et questionne les affinités et les antagonismes entre pensée pratique et pensée théorique; et sur le plan pratique, elle tire les conséquences de ces derniers en matière de formation des directions scolaires au leadership.

Résumé
Dîner
12 h 45 à 14 h 00
Dîner
Dîner et réseautage
Présidence/Animation : Anastasie Amboulé Abath (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)
Batiment : UQAC
Local : H0-1070
Après-midi
14 h 00 à 15 h 00
Communications orales
Inclusion des élèves ayant des besoins particuliers : pratiques de directions d’école et outils
Présidence/Animation : Anastasie Amboulé Abath (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)
Batiment : UQAC
Local : H0-1070
14 h 00
Exploration du leadership des directions d’école vis-à-vis de l’inclusion des élèves ayant des besoins spéciaux dans les écoles canadiennes
Mélissa Villella (Université d’Ottawa), Jhonel Morvan ( Brock University)

Cette communication orale porte sur une étude qualitative/interprétative pancanadienne menée de 2016 à 2018. L’objectif est d’explorer comment des directions et des directions adjointes d’école favorisent l’inclusion des élèves ayant des besoins particuliers, selon le cadre théorique de Yamamoto, Gardiner et Tenuto (2014) selon lequel les « incidents critiques » constituent des occasions de formation développant le leadership des directions d’école. L’étude comprend trois phases et les résultats sont tirés de trois sources : (a) 200 questionnaires remplis par des directions et des directions adjointes d’écoles francophones et anglophones de l’Ontario, de la Colombie-Britannique, de l’Alberta, du Nouveau-Brunswick et du Québec; (b) 40 entrevues semi-dirigées menées parmi ces 200 directions, et; (c) 20 entrevues semi-structurées menées auprès de 10 enseignants titulaires, 5 enseignants-ressources et 5 agents de supervision des provinces mentionnées ci-dessus. L’analyse inductive générale (Thomas, 2006) a été favorisée, le logiciel NVivo 11 a été utilisé et les participants ont vérifié leurs transcriptions pour en assurer la validité. L’étude examine la formation et le perfectionnement professionnel des directions d’école puis leurs activités quotidiennes pour soutenir les élèves en difficulté. Cette étude est financée par le CRSH et implique six universités, dont l’Université Wilfrid-Laurier.

Résumé
14 h 30
Gérer et soutenir les changements de stratégies d’enseignement pouvant faciliter l’inclusion
France GRAVELLE (UQAM - Université du Québec à Montréal)

De nos jours, de plus en plus d’établissements d’enseignement misent sur la formation en ligne, synchrone ou asynchrone, afin de répondre aux besoins pédagogiques des élèves au parcours atypique (REFAD, 2017). L’apparition des technologies contribue à permettre à cette clientèle d’être formée en ligne avec efficacité (Gravelle, 2017). De plus, « les générations actuelles d’élèves, désignées par l’appellation "génération Y" voire "génération Z", poussent les enseignants à adapter leurs stratégies d’enseignement, souvent immuable depuis des générations, à la nouvelle façon d’interagir avec le monde qui les entoure » (Habib, 2013). C’est dans cette perspective qu’une recherche a été menée afin de concevoir un guide ayant pour objectif d’aider les directions d’établissement d’enseignement à soutenir les enseignants dans le cadre du changement de leurs stratégies d’enseignement. Ce guide présente des outils technologiques, des exemples de bonnes pratiques, des statistiques et des conseils. De plus, il propose différentes technologies d’adaptation qui favoriseront l’accès à différents outils technologiques par les élèves en situation de handicap et en processus d’alphabétisation et de francisation. Ce guide s’adresse à tous les enseignants intéressés à adapter leurs stratégies d’enseignement, de façon à répondre aux besoins pédagogiques des élèves présentant un parcours atypique.

Résumé
15 h 00 à 16 h 00
Communications orales
Gestion de la diversité en milieu francophone minoritaire : défis et rôles des directions d’école
Présidence/Animation : Andréanne GÉLINAS-PROULX (UQO - Université du Québec en Outaouais)
Batiment : UQAC
Local : H0-1070
15 h 00
La mission de l’école francophone en milieu minoritaire : rôle des directions d’école
Lyne Chantal Boudreau (Université de Moncton), Francis Bourgoin (Université de Moncton )

Dans le contexte moderne des écoles francophones en milieu minoritaire, les directions d’école sont appelées à agir en tant que passeurs culturels dans leur quotidien. Toutefois, le rôle de passeur culturel est complexe et les tâches qui lui sont associées restent encore difficiles à accomplir. En fait, exercer un leadership favorisant le rôle de passeur culturel n’est pas sans conséquence et exige des directions d’école un leadership efficace permettant la mise en place d’un environnement d’apprentissage qui prend en compte la réussite scolaire et le développement de l’identité linguistique et culturelle. Cette communication vise à présenter les résultats d’un projet de recherche plus large portant sur le rôle des directions dans l’atteinte de la mission de l’école francophone en milieu minoritaire. Il s’agit de mieux comprendre les enjeux liés à l’accomplissement de la mission dévolue aux directions d’école. Pour atteindre cet objectif, nous avons recueilli des propos des directions d’école en milieu minoritaire. Les résultats issus de l’analyse thématique révèlent que certaines directions reconnaissent la nécessité d’avoir recours à divers styles de leadership pour mieux répondre aux attentes et aux besoins spécifiques du milieu. Ces directions d’école expriment également le besoin d’être mieux outillées et accompagnées pour bien exercer ce rôle.

Résumé
15 h 30
L’école francophone albertaine à l’épreuve de la diversité : quels enjeux pour les directions d’école?
Marianne Jacquet (University of Alberta)

L'école francophone en Alberta connaît depuis quelques années une diversification croissante du profil ethnoculturel de ses élèves ayant-droits sous l’effet de la migration internationale. En 2003, le portrait ethnodémographique réalisé par le Conseil Scolaire Centre Nord dans six de ses écoles (CSCN, 2003) révèle que le pourcentage d’élèves immigrants frôle les 50 % et qu’ils sont originaires de 23 pays différents, dont majoritairement des pays de l’Afrique subsaharienne. Aujourd’hui, ce pourcentage s'élève à 80 % voire à 85 % dans certaines écoles selon les administrateurs. La présence d’immigrants de l’Afrique subsaharienne francophone représente de facto un changement structurel majeur pour la population franco-albertaine (Mulatris, 2009). Comme dans d’autres contextes scolaires en situation minoritaire, les écoles franco-albertaines accueillent des élèves aux profils linguistique, culturel, racial et religieux diversement ancrés. Si la visée inclusive est au cœur du discours éducatif (Alberta Ministry of Education, 2015; CSCN, 2017), sur le terrain, les défis rencontrés par les acteurs scolaires sont importants. Cette communication présente les données préliminaires d’une recherche qualitative menée dans quatre écoles franco-albertaines. Les entrevues réalisées avec les directions d’école permettront d’éclairer les défis rencontrés et la manière dont la visée inclusive se décline dans leurs discours et leurs pratiques de gestion de la diversité ethnoculturelle. 

Résumé
16 h 00 à 16 h 15
Communications orales
Synthèse et mot de clôture
Présidence/Animation : Andréanne GÉLINAS-PROULX (UQO - Université du Québec en Outaouais)
Discutant : Anastasie Amboulé Abath (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)
Batiment : UQAC
Local : H0-1070
16 h 00
Synthèse
16 h 10
Mot de clôture