Imprimer

405 - Milieux de vie, aménagement et appropriation de l’espace humain

Du lundi 7 au jeudi 10 mai 2018

Le domaine général de recherche de ces séances de communications orales traite des notions de milieux de vie, d’aménagement et d’appropriation de l’espace humain. La première séance aborde les notions de gouvernance et de développement du territoire et des ressources, plus spécifiquement en ce qui concerne les particularités territoriales et l’urbanisme. Tout d’abord, elle traite des enjeux de localisation en milieu urbain et rural ainsi que des méthodes d’analyse des dynamiques territoriales. Ensuite, cette séance est composée de présentations sur les dimensions humaines liées à l’exploitation des ressources, notamment l’industrie forestière et le gaz de schiste ainsi que la production de matériel pédagogique dans le domaine de la géographie. La seconde séance de communications orales se penche sur l’aménagement de l’espace au service de la santé. En premier lieu, cette séance comprend des présentations au sujet des environnements favorisants, étudiés sous l’angle de recommandations architecturales visant l’adaptation des lieux destinés aux personnes âgées et aux enfants atteints d’autisme, ou favorables à la marche en banlieue chez les personnes âgées. En second lieu, elle porte sur l’urbanisme au service de la santé, soit l’implication citoyenne dans la prévention des risques en milieu urbain, ainsi que sur une approche géographique-spatiale des déterminants de la santé dans la région de la Loire (France). La troisième séance de communications orales examine les enjeux liés à l’interculturalité et aux minorités urbaines; les présentations visent une meilleure compréhension des enjeux géographiques et humains liés à la défavorisation sociale et à la violence dans les relations amoureuses, de même que des actions sociales créatives favorisant un meilleur vivre-ensemble au sein des communautés. La quatrième séance de communications orales propose des présentations sur le thème de l’industrie touristique, du climat et des aménagements urbains. D’une part, ces présentations traitent de l’influence de dynamiques humaines sur le tourisme; d’autre part, elles se penchent sur des dimensions conjuguant l’esthétique et l’urbanisme ainsi que les enjeux climatiques liés à l’industrie touristique.

Lire la suite »
Domaine
Section 400 - Sciences sociales
Responsables
Linda Paquette
UQAC - Université du Québec à Chicoutimi
Ajouter à mon horaire
Afficher tous les résumés
Après-midi
13 h 00 à 15 h 00
Communications orales
Les communications durent 15 minutes chacune. Au cours de la session, il y aura une pause et une période de questions. Les présidents de sessions pourront revoir l’ordre des communications avant la session.
Aménagement de l’espace au service de la santé : environnements favorables et gestion des risques
Présidence/Animation : Sandor Poncsak (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)
Batiment : UQAC
Local : P1-6280
1
Guide de bonnes pratiques architecturales en première ligne pour des groupes de médecine familiale adaptés au vieillissement
Antoine Guérette (Université Laval), Carole Després (École d'architecture, Université Laval), Ernesto Morales (Département de réadaptation, Université Laval)

Le vieillissement de la population au Québec a pour conséquence d’augmenter la demande en soins et services de santé. En 2015, les lois provinciales 10 et 20 ont mené à plusieurs actions, dont celle d’intégrer aux groupes de médecine familiale (GMF) des médecins spécialistes et des professionnels de la santé. Cette action semble bénéfique pour les aînés qui ont dorénavant accès à des soins et services de santé (généraux et spécialisés) sous le même toit. En revanche, la capacité physique des GMF à accommoder leurs besoins spécifiques ainsi que l’arrivée de ces nouveaux regroupements est limitée, et des agrandissements/relocalisations sont nécessaires. L’objectif de la recherche est donc de produire un guide d’aménagement pour assister les architectes et les gestionnaires dans l’aménagement de GMF adaptés à cette nouvelle réalité. La méthode repose sur l’évaluation post-occupationnelle de trois GMF de la Capitale-Nationale. Elle comprend deux groupes de discussions auprès d’aînés (n=8), des entrevues auprès des responsables des GMF (n=3) ainsi que des séances d’observation in situ. Les données sont analysées d’après les quatre critères suivants : 1) localisation 2) environnement extérieur 3) établissement et 4) environnement intérieur. À terme, ce projet vise à démontrer l’importance de l’environnement physique pour des soins et services de santé de qualité et à confirmer le rôle déterminant de l’architecture dans la conception de milieux adaptés à une société vieillissante. ​

Résumé
2
L’enfant ayant un trouble du spectre de l’autisme et son milieu de résidence : aménager une chambre basée sur ses caractéristiques sensorielles
Audrey Bigras (CRISPESH)

Les particularités sensorielles telles que l’hyposensibilité et l’hypersensibilité sont fréquentes chez les enfants ayant un trouble du spectre de l’autisme (TSA). L’environnement résidentiel, y compris la chambre à coucher, comporte de nombreux stimuli, qu’ils soient visuels, auditifs, tactiles, ou en lien avec d’autres sens. L’éclairage, l’habillage de lit, les bruits de la maison, ou le revêtement de sol en sont quelques exemples. Les stimuli sensoriels peuvent causer ou aggraver certains troubles de sommeil (ex. : insomnie, réveils nocturnes ou cycle de sommeil perturbé), communs chez ces enfants. L’objectif de cette recherche était de développer un cadre général, adaptable aux besoins individuels, d’aménagement de chambre pour enfants vivant avec un TSA. La méthodologie utilisée consistait en une recension des écrits, puis d’entretiens semi-dirigés avec des parents d’enfants ayant un TSA, ainsi que des experts du TSA. Ce projet a permis de recenser les connaissances existantes sur les besoins sensoriels des enfants ayant un TSA, de même que d’établir les paramètres à considérer lors de l’aménagement de leur chambre. Dans la lignée du design universel, certains paramètres tels qu’une chambre insonorisée, ordonnée et minimaliste peuvent être bénéfiques non seulement pour les enfants ayant un TSA, mais pour tous.

Résumé
3
Le citoyen acteur de la résilience urbaine : lorsque l’adaptation au risque devient la préoccupation de chacun
Nathalie FRANCES (UdeM - Université de Montréal), Isabelle THOMAS (UdeM - Université de Montréal), Gonzalo Lizarralde (Université de Montréal)

Comment amener les citoyens à être acteurs de la résilience urbaine ? Le Québec est confronté à des aléas naturels, tels que les inondations, les températures extrêmes, le frasil, ou encore les séismes. Les villes sont aussi soumises à des risques anthropiques, comme le transport de matières dangereuses ou la présence d’industries polluantes. Pourtant, les québécois n’y sont que peu sensibilisés et préparés. Les gouvernements et municipalités adaptent leur aménagement urbain, leur réglementation, leurs infrastructures à ces risques. Des mesures d’adaptation peuvent cependant être prises à l’échelle de l’individu, de la famille, ou du logement. Dans le contexte de la préparation de la stratégie de résilience de Montréal, l’opportunité de préparer les citoyens à devenir acteurs de la résilience urbaine apparaît alors comme un enjeu important. L’objectif de cette recherche est de définir, pour deux municipalités du Québec, Montréal, et Saint-Jean-sur-Richelieu, un modèle de sensibilisation amenant les citoyens à prendre des mesures de préparation et d’adaptation aux risques. L’état de perception et de préparation y sera mesuré, et les citoyens et acteurs locaux seront interrogés sur les stratégies actuelles d’adaptation, sur les moyens d’information et structures sociales actuelles, et sur des actions de sensibilisation existant au Canada et à l’international. A la suite de groupes de discussion permettant de définir des méthodes, un modèle adapté au contexte local sera proposé.

Résumé
4
La marche en banlieue : rendre ces environnements plus favorables à la marche pour les personnes âgées
Mathilde Loiselle (UdeM - Université de Montréal), Souad Larbi Messaoud (Université de Montréal), Sébastien Lord (UdeM - Université de Montréal), Paula Negron Poblete (UdeM - Université de Montréal)

Rendre les environnements de banlieue plus favorables à la marche pour les personnes âgées implique d’intervenir dans des milieux souvent faiblement densifiés, où les fonctions sont fortement ségréguées et où les infrastructures de marche offrent une faible qualité. Alors que les études qui s’intéressent aux environnements favorables à la marche révèlent que la densité, la mixité des fonctions et les infrastructures de marche sont cruciales pour assurer des environnements favorables à la marche, comment les municipalités peuvent-elles intervenir sur les milieux de banlieue construits afin de les rendre plus favorables à la marche pour les personnes âgées ? Cette étude propose, à partir de la littérature scientifique disponible, d’identifier les principaux critères permettant de désigner un parcours de marche structurant pour un milieu de banlieue. À partir de ces critères et sur la base d’un processus de cocréation, l’étude propose, dans un deuxième temps, de réaliser des interventions d’aménagement dans un milieu de banlieue spécifique visant à en améliorer les conditions de marche pour les personnes âgées. 

La présente proposition de communication porte sur les résultats du premier objectif de l'étude, soit celui d'adapter les connaissances scientifiques récentes sur les environnements favorables à la marche pour les personnes âgées afin de dégager des critères d'intervention en milieu de banlieue. 

Résumé
5
Approche spatiale des déterminants de la santé : exemple en région Pays de la Loire (France)
Léa Potin (Université Angers)

La France fait partie de ces pays développés marqués par un paradoxe, leur reconnaissant un système de santé performant et en même temps un creusement des inégalités devant la santé. Depuis plusieurs décennies, la littérature internationale (scientifique et grise) abonde sur le concept des déterminants de la santé. Ces fondements exposent que la santé ne relève pas seulement des influences biomédicales. Dès lors, les recherches doivent saisir davantage les facteurs diversifiés et multi-échelles qui déterminent notre santé.

Dans ce contexte, cette communication propose une réflexion sur l'approche spatiale de ces déterminants à travers un exemple mené en France. L'objectif étant d’évaluer : comment les territoires peuvent-ils être caractérisés par un ensemble de déterminants (santé, social, environnemental, culturel, etc.) ? L'analyse de ces dimensions doit permettre de synthétiser des indicateurs pour caractériser les territoires selon qu'ils favorisent une proximité à la santé dans toutes ses dimensions ou, au contraire, selon qu'ils contiennent des facteurs défavorables, accentuant ainsi les inégalités territoriales en matière de santé.

Appuyée sur une revue de la littérature, cette communication explorera la nécessité d’un modèle théorique adapté en géographie (i), et la complexité de caractériser les déterminants par des indicateurs pertinents (ii) dans le but de construire un indicateur synthétique d’éloignement à la santé couvrant l’ensemble de ses déterminants. (iii)

Résumé
Afficher tous les résumés
Après-midi
13 h 00 à 15 h 30
Communications orales
Les communications durent 15 minutes chacune. Au cours de la session, il y aura une pause et une période de questions. Les présidents de sessions pourront revoir l’ordre des communications avant la session.
Industrie touristique, climat et aménagement urbain
Présidence/Animation : Martin SIMARD (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)
Batiment : UQAC
Local : P1-5120
1
Tourisme de croisière, dynamiques territoriales et relations de pouvoir dans l’espace caribéen : éléments à retenir pour le Québec
Luc RENAUD (UdeM - Université de Montréal)

La mobilité et la facilité du redéploiement géographique de l’activité du tourisme de croisière induisent un rapport de force favorable aux compagnies de croisière lorsque sont négociées les conditions d’opérations des escales avec les acteurs locaux. La région Caraïbe, où le tourisme de croisière est en explosion depuis quelques décennies, s’est avérée particulièrement vulnérable dans ce contexte. Dans le cadre de cette présentation, nous nous intéresserons au déploiement territorial de l’industrie du tourisme de croisière (ITC) lors de la mise en place d’un nouveau port d’escale au Belize dont les activités ont débuté en novembre 2016. Par une démarche d’études de cas, nous contribuerons à expliquer comment s’exercent, et ce à différentes échelles, les rapports de forces entre les acteurs impliqués. L’objectif est de démontrer, en se basant sur une grille d’analyse territoriale inédite, comment et où se déploient stratégiquement ces dynamiques de pouvoir et comment elles affectent la capacité de prise en charge des acteurs locaux. À terme, ces connaissances pourront permettre de mieux comprendre la façon dont les rapports de pouvoir entre l’ITC et les ports d’escale se développent territorialement dans la Caraïbe, mais aussi plus globalement dans d’autres destinations. En conclusion, nous verrons, à travers le cas de Gaspé, comment le Québec peut s’inspirer de la Caraïbe pour poursuivre sa stratégie de développement du tourisme de croisière.

Résumé
2
Achever les vacances / Tourisme en Palestine : le documentaire et la recherche en sciences sociales
Luc RENAUD (UdeM - Université de Montréal)

En territoire fragile, en Terre sainte, le tourisme ne tient qu’à un fil. Aujourd’hui, lieu de pèlerinage, de détente et de découvertes; demain, lieu incertain devant l’imminence d’un conflit. Le tourisme en Palestine est fragilisé par les inégalités présentes au sein des relations de pouvoir avec l’État israélien, mais aussi en raison de la précarité de l’industrie touristique qui dépend de la stabilité géopolitique de la région. D’une année à l’autre, l’afflux de tourisme en Palestine fluctue énormément et les acteurs locaux sont souvent relégués au rôle de spectateur lors du déploiement du tourisme de leur côté du mur de protection.

Cette communication a un double finalité. D’abord, de mettre en évidence certains des mécanismes à la base des inégalités de pouvoir qui fragilisent l’industrie touristique palestinienne. Ensuite, de démontrer – à l’aide d’un court-métrage que j’ai réalisé sur place – la force du cinéma et des images pour témoigner d’une problématique relevant des sciences sociales.

Le cinéma documentaire est un puissant outil de décloisonnement de la connaissance, qui a le potentiel de devenir un vecteur de vulgarisation utile à l’avancement de la diffusion des savoirs. Enfin, ce film s’inspire d’une approche contemporaine en cinéma documentaire qui allie un souci d’esthétisme assumé à travers le langage de la vidéo d’art, de même qu’une approche tournée vers une volonté de rigueur factuelle.

Résumé
3
Akua-nutin : vent du sud et subsidence de l’air au Saguenay–Lac-Saint-Jean
Majella GAUTHIER (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)

Akua-nutin* : Vent du sud et subsidence de l’air au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Par Majella-J. Gauthier, géographe, professeur émérite, Université du Québec à Chicoutimi

L’objectif de la recherche est de décrire et de comprendre un phénomène très particulier qui caractérise le climat du Saguenay-Lac Saint Jean : soit la présence occasionnelle de temps dégagé et chaud, jumelé à des masses d’air provenant du sud ayant traversé le massif des Laurentides.

Les observations des conditions climatiques de la station météorologique de Bagotville au Saguenay et de celle de Québec (l’aéroport Jean-Lesage) révèlent que la température à Bagotville est plus élevée que celle de Québec de 4-5 degrés Celcius durant quelques heures, même si Bagotville est située à 180 kilomètres plus au nord et à une altitude supérieure.

L’explication du phénomène s’apparente à celle des vents chauds, connus dans le monde comme le Foën et le Chinook, à la suite de la traversée d’un relief important: il y a ainsi ascendance et subsidence de l’air.

Les résultats prennent la forme de modèles précisant la durée du phénomène, son moment, son amplitude, sa durée et sa fréquence au cours de dernières décennies.

*Mot Innu désignant Vent du sud.

Résumé
4
Cadrages paysagers : considérations méthodologiques d’une démarche de caractérisation des paysages mobilisant la vidéo numérique en contexte de territoires d’infrastructures
Emile Forest (UdeM - Université de Montréal), Sylvain Paquette (École d’urbanisme et d’architecture de paysage de l'Université de Montréal)

Les territoires d’infrastructures inspirent bien des observateurs à explorer leurs aspects spatiaux, sociaux et symboliques. Par contre, au-delà d’essais théoriques stimulants, il est difficile de saisir comment ils sont vécus dans le quotidien. Ils sont bien souvent définis comme non-lieu : “un espace qui ne peut se définir ni comme identitaire, ni comme relationnel, ni comme historique” (Augé, 1992, p. 100). Cette recherche propose de les aborder sous l’angle des paysages ordinaires et ainsi étudier leur rôle dans le quotidien, selon la perspective du citadin. Le contexte est la requalification du corridor autoroutier entre l’aéroport et le centre-ville montréalais. Considérant l’engagement passé des acteurs publics et experts, il y a une nécessité d’ouvrir la réflexion et de s’intéresser aux préoccupations et aspirations citoyennes. Pour ce faire, cette démarche s’inscrit à l’interface des approches ethnographiques et celles liées aux études visuelles. Des parcours commentés ont été déployés pour accéder aux points de vue d’utilisateurs. L’expérience de dix participants a été documentée à l’aide d’une caméra numérique munie d’un système de géolocalisation. La communication propose donc de s’intéresser spécifiquement à la démarche méthodologique de caractérisation des dimensions socioculturelles des paysages urbains et à la valeur ajoutée de la vidéo numérique à cet égard.

Résumé
5
Les changements climatiques et l’industrie touristique québécoise : qui est prêt à saisir les occasions?
Marc-Antoine VACHON (UQAM - Université du Québec à Montréal), Kate Germain (UQAM - Université du Québec à Montréal)

Les changements climatiques demandent aux destinations et aux organisations touristiques de s’adapter. Le degré de préparation des acteurs de l’industrie touristique québécoise à faire face à l’accélération des effets de ces changements est variable. Pourtant, les changements climatiques sont vecteurs de nouvelles opportunités à plusieurs niveaux. Qui sont les acteurs les mieux préparés? Qui sont les mieux informés? Qui se sentent le mieux outillés? L’objectif de cette communication est d’établir le profil des gestionnaires touristiques qui sont les mieux placés pour profiter des occasions créées par les changements climatiques. Un sondage a permis de cumuler 488 questionnaires. En utilisant des données telles que le type d’organisation, le niveau de préparation, la perception d’impact, l’optimisme et le sentiment d’être informé, il est possible d’établir les caractéristiques de ceux qui sont le mieux positionnés pour s’adapter au nouvel environnement. Cette recherche oriente les politiques publiques en matière de sensibilisation et d’accompagnement auprès des acteurs qui ont le plus besoin de soutien. Aux praticiens, elle fournit des éléments à partir desquels ils peuvent s’étalonner pour réaliser où ils en sont dans leur préparation mais surtout, où trouver l’inspiration auprès de leurs pairs qui sont prêts à saisir les occasions qui se présenteront.

Résumé
13 h 00 à 15 h 30
Communications orales
Les communications durent 15 minutes chacune. Au cours de la session, il y aura une pause et une période de questions. Les présidents de sessions pourront revoir l’ordre des communications avant la session.
Gouvernance et développement du territoire et des ressources : particularités territoriales et urbanisme
Présidence/Animation : FATEN GAZZAH (IHEC - laboratoire LAREMFiQ- Université de Sousse)
Batiment : UQAC
Local : P1-7060
1
Les producteurs de manuels : les mutations du paysage de l'édition de manuels de géographie au Québec de 1957 à nos jours
Raphaël Pelletier (Université d’Ottawa)

Se pencher sur l’histoire du manuel scolaire nous amène à recontextualiser une dimension négligée de la production intellectuelle québécoise. Si les travaux bibliographiques nous permettent de reconstituer le paysage de l’édition des manuels de géographie d’avant la Révolution tranquille, on en sait moins sur les dynamiques de la production des manuels et les profils sociologiques de leurs producteurs après 1957. Je me propose d’étudier les moments qui ont caractérisé l’évolution du paysage de l’édition des manuels de géographie depuis la modernisation de l’enseignement de la discipline en mettant en dialogue la marche de l’édition des manuels et la chronologie des programmes d’enseignement. J’illustrerai la prégnance de trois périodes dans l’histoire du manuel de géographie contemporain et mettrai en lumière les dynamiques complexes et contextuelles liées à la production du manuel de géographie. Si à l’aube de la Révolution tranquille, l’élaboration des ouvrages était l’apanage de géographes professionnels, un glissement des enjeux liés à l’enseignement de la géographie vers la périphérie du champ scientifique s’opère au tournant des années 1980. La production de manuels devient la prérogative d’individus formés à l’enseignement de la discipline ; le manuel constituant un «prêt-à-enseigner». Avec la récente réforme apparait un genre nouveau de producteur : les pédagogues. Formés en sciences de l’éducation, ces derniers modifieront drastiquement la structure du manuel.

Résumé
2
Trajectoires de localisation, structures de colocalisation des établissements et forme urbaine de Lévis : analyse spatiotemporelle des microdonnées, de 1940 à 2014
Yao Lolo Zikpi (Université Laval), Jean Dubé (Université Laval)

Quelle est la forme urbaine de Lévis? Quelle est la tendance structurelle du processus d'agglomération à la base? La localisation des établissements (ÉTS) dans ce processus suit-elle des sentiers précis ? De similaires préoccupations continuent de nourrir les débats en économie urbaine. Loin d’être exhaustives, les d’études qui en découlent ont apporté des réponses limitées à certaines régions. Dans ce contexte, nombre de ces études ont analysé de grandes métropoles par l’analyse des données agrégées. Or, Steinacker (1998) souligne le risque de précision d’une telle méthode. Avec les données désagrégées des biens immobiliers, cette étude tente de déterminer et d'analyser les fortes concentrations d’ÉTS par l’approche du modèle de Bernoulli et des outils de SIG pour atteindre les objectifs suivants : 1) déterminer les centres d’agglomération des ÉTS, 2) comparer la répartition spatio-temporelle des grappes d’ÉTS par rapport aux centres, 3) analyser les concentrations d’ÉTS par secteur économique, 4) comparer les localisations des grappes par période. Les résultats indiquent trois centres comme principaux pôles d'attraction des ÉTS. Le long de certains axes routiers proches de la rive sud du Fleuve St-Laurent, et d'autres orientés vers le sud constituent les trajectoires de localisation des ÉTS. Certes, la déconcentration des centres a suivi ces sentiers mais Levis reste une ville polycentrique dans laquelle la tendance d’agglomération s'effectue par différent ou même secteur.

Résumé
3
Dynamiques territoriales et réseaux d’acteurs : la démarche de « clusters » à Constantine
asma Benbouhedja (universite Constantine3), nawel Achour-Bouakkaz (faculte d'architecture et d'urbanisme de Constantine), Badia Sahraoui (faculte d'architecture et d'urbanisme de constantine)

Cet article présente les premiers résultats d’une enquête qualitative sur les conditions d’émergence de la démarche clusters a Constantine, métropole régionale de l’EST de l’Algérie. Un de ces objectifs est de mettre en lumière les jeux d’acteurs, par l’identification des réseaux et structures organisationnelles influant la mise en place des clusters[AB1] mécanique et dinanderie, ainsi que l’adhésion de ces acteurs structurés en réseaux qui se déploient à plusieurs niveaux d’échelles géographiques, a ces mêmes projets.

Les acteurs en question, interagissent le long d’un processus itératif (bottom-up/ top-down), spécifique a chaque cluster, révélant des recompositions sociales et spatiales ou le rôle des politiques publiques est redéfini en même temps que leurs relations au territoire.

Il nous parait important de saisir le degré d’appropriation des projets de clusters par les acteurs concernés, mais aussi de comprendre les modalités à l’origine de leur mise en place, mettant en exergue l’apparition de nouvelles formes locales de partenariat et d'ancrage territorial.

 

Résumé
4
La Municipalité de la Baie-James : une municipalité unique en son genre
Nancy Bouchard (ÉNAP - École nationale d'administration publique)

Le 30 avril 1971, Robert Bourassa annonçait une des plus importantes politiques de développement économique du Québec: le Projet du siècle. Afin de mettre en œuvre cette politique, qui érigeait le plus grand complexe hydroélectrique du Canada, le gouvernement dut créer plusieurs instruments, notamment une société d’État – la Société de développement de la Baie James (SDBJ) – et, curieusement, une municipalité: la Municipalité de la Baie James (MBJ). Comme on le sait, il dut également entreprendre des négociations avec les peuples autochtones occupant le territoire, menant à la signature de la Convention de la Baie James et du Nord québécois. Alors que nombre d’études se sont intéressées au régime de catégories de terres établi dans l’entente, aucune ne s’est jamais attardée à la MBJ, dont le territoire immense englobait pourtant ces terres. Cette communication a pour objectif de dresser pour la première fois un portrait de cette municipalité, qui défie plusieurs dispositions de la Loi des cités et villes. En effet, son conseil municipal est remplacé par le conseil d’administration de la SDBJ, et habilité à règlementer de manière différenciée sur différentes parties de son territoire. Par ailleurs, nous présentons un résultat préliminaire de notre recherche, qui s’appuie sur la méthode généalogique de Foucault. La MBJ n’est pas si unique finalement – si on la compare à une « ville de compagnie ». Elle représente, en fait, la première ville de compagnie publique.

Résumé
5
Gaz de schiste : le rôle décisif des acteurs politiques et administratifs municipaux
Nicolas Paquet (Université Laval)

Les grands projets d’aménagement et de développement sont de plus en plus contestés au Québec. Un des derniers en liste est le projet de développement de l’industrie des gaz de schiste. Synthèse de notre mémoire de maîtrise, notre communication vise à rendre compte de nos principaux résultats. À l’instar des travaux menés par l’école géographique, et l’un de ses représentants, Philippe Subra, notre contribution consiste à montrer que les représentations des risques sont décisives pour la compréhension géopolitique de ce conflit. L’accent sera mis sur le rôle des acteurs politiques et administratifs municipaux dans la modification du rapport de force. Le conflit s’est en effet soldé par la victoire des opposants ; une victoire difficilement compréhensible sans l’analyse des représentations et de leur modification. La recherche peut être décrite comme une étude de cas en géopolitique, à la fois qualitative et multiméthodologique, procédant en trois séquences suivies d’une synthèse, soit la description de l’espace touché (observation territoriale), le décodage des discours (entretiens semi-dirigés) et l’identification des projets territoriaux (cartes mentales). Au total, notre communication sera divisée en quatre parties : 1-l’explicitation de notre problématique de recherche et de notre revue de la littérature ; 2-l’auteur retenu et le cadre théorique mobilisé ; 3-l’articulation de la méthode géopolitique ; et enfin 4-la synthèse de nos résultats.

Résumé
Afficher tous les résumés
Après-midi
13 h 00 à 15 h 00
Communications orales
Les communications durent 15 minutes chacune. Au cours de la session, il y aura une pause et une période de questions. Les présidents de sessions pourront revoir l’ordre des communications avant la session.
Interculturalités et minorités urbaines
Présidence/Animation : Christian Bélanger (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)
Batiment : UQAC
Local : P1-7060
1
Intervention PREP : promouvoir la participation sociale des jeunes avec un handicap, la perspective des parents
Coralie MERCERAT (UQAM - Université du Québec à Montréal), Dana Anaby (Université McGill ), Stéphanie Tremblay (Université McGill)

Cette étude cherche à décrire dans quelle mesure une intervention visant la réalisation d'activités de loisirs renforce la participation sociale d'adolescents en situation de handicap. Afin de renforcer les résultats existants, obtenus à la suite d'une étude quantitative, cette étude examine les perspectives des parents - à l'aide d'une méthodologie qualitative - sur les effets de l'intervention.

Ainsi, douze parents de jeunes (12 - 18 ans) ayant reçu cette intervention ont été interrogés lors d'entrevues semi-directives. L'analyse fait ressortir trois thèmes : le premier, descriptif, se réfère à la "nature de l'intervention", les deux autres, plus réflexifs, concernent les "effets multiples de l'intervention" ainsi que le " processus de soins". Les parents soulèvent des effets de l'intervention allant au-delà de la réalisation des activités choisies.

Les résultats de cette étude permettent de fournir des informations supplémentaires sur l'utilité de l'intervention et de décrire les différents avantages générés par une telle intervention, adaptée aux besoins et aux limites des participants. Une telle connaissance peut élargir les options thérapeutiques pour renforcer une participation sociale positive et promotrice de santé.

Résumé
2
La convivialité en contexte de grande diversité culturelle : le cas du quartier Saint-Michel
Jean Marc Laforest (INRS - Institut national de la recherche scientifique)

Cette communication aura pour but de mettre de l’avant la convivialité comme outil aidant à la compréhension des relations interculturelles qui se vivent dans la quotidienneté des quartiers multiculturelles. Se basant sur les travaux de Noble (2013) et de Wise et Velayutham (2014), il est pertinent de réfléchir à la convivialité comme un processus d’habituation et d’interaction avec l’Autre qui prend forme dans la vie de tous les jours. Karner et Parker (2011) ajoutent que la convivialité en contexte de grande diversité est en fait une démarche de négociation des différences.

À l’aide de ces bases théoriques, une exploration des lieux (espaces publics, commerces, fêtes de quartier, etc.) où la convivialité et la négociation de la différence se vit dans le quartier Saint-Michel sera présentée. Ce secteur de Montréal est connu pour sa grande diversité ethnoculturelle, mais moins pour sa dynamique de cohabitation interethnique. S’appuyant sur des observations directes ainsi que des entretiens semi-dirigés avec des résident-e-s et des commerçant-e-s du quartier, cette communication cherchera à mettre en lumière comment ceux-ci négocient les différences de l’Autre au quotidien. 

Résumé
3
Gentrification et pauvreté : penser au-delà des quartiers centraux
Louis-Pierre Beaudry (Université Laval)

Depuis les années 1970, la gentrification a reçu beaucoup d’attention académique. Initialement focalisée sur un moteur principal – la production ou la consommation de l’espace urbain –, la réflexion s’est diversifiée et complexifiée. Les analyses intègrent maintenant plusieurs acteurs et processus complémentaires. Dégagée de ces lectures unidimensionnelles, l’analyse de la gentrification a atteint une certaine maturité. Or, malgré cette évolution, un élément demeure : son cadre d’analyse se limite aux seuls quartiers centraux.

L’objectif de cette présentation est de prendre acte d’un angle mort de la réflexion sur la gentrification : celui des dynamiques plus générales de l’évolution des régions métropolitaines. En étudiant en silo les quartiers centraux et les victimes de leur gentrification, on omet de se pencher sur les causes de (dé)valorisation du territoire métropolitain, dont ses zones plus récentes ou excentrées, sur le mouvement global de la pauvreté et de la richesse, et sur les nouveaux lieux et formes de la pauvreté urbaine. Il ne s'agit pas d'un appel à projeter sur tout le territoire urbain les réalités propres aux quartiers centraux; ceux-ci ont connu de nombreuses contingences historiques qui rendent une telle généralisation impertinente. Cette présentation vise plutôt à identifier des outils conceptuels et méthodologiques qui permettent de réfléchir et de quantifier les processus de reconfiguration socioéconomique des régions métropolitaines nord-américaines.

Résumé
4
Association entre les caractéristiques sociodémographiques des quartiers et la violence dans les relations amoureuses chez les jeunes au Québec
Paul Rodrigues (UQAM - Université du Québec à Montréal), Mathieu Philibert (Université du Québec à Montréal), Mylène Fernet (Université du Québec à Montréal), Martine Hébert (Université du Québec à Montréal)

Les caractéristiques des quartiers sont associées à plusieurs comportements violents mais peu d’études ont analysé les liens entre ces attributs et la violence dans les relations amoureuses (VRA) chez les jeunes. L’objectif de ce travail est d’évaluer les liens entre la composition sociodémographique des quartiers et la VRA au Québec.

À partir de données de l’enquête parcours amoureux des jeunes, réalisée auprès de 8194 élèves du secondaire, des régressions multiniveaux ont permis d’évaluer l’association entre la VRA (victimisation et perpétration) et le statut socioéconomique, la monoparentalité, la diversité ethnique et l’instabilité résidentielle des quartiers. Après stratification par genre, l’interaction entre les caractéristiques des quartiers et le type de milieu (urbain/rural) a été analysée.

La hausse de la diversité ethnique et de l’instabilité résidentielle des quartiers est associée à une augmentation de la probabilité de perpétrer de la violence physique. Chez les filles, le statut socioéconomique, la monoparentalité et l’instabilité résidentielle des quartiers sont positivement associés à la perpétration de la VRA psychologique et physique en milieu rural mais pas en milieu urbain. Chez les garçons, le statut socioéconomique des quartiers est positivement associé à la violence psychologique subie en milieu rural mais pas en milieu urbain.

Ainsi, les stratégies d’intervention au niveau des quartiers et des communautés peuvent être utiles pour enrayer les VRA.

Résumé
5
Pour une approche féministe et décoloniale en études urbaines : le cas de l’action urbaine des femmes des favelas de Rio de Janeiro
Anne-Marie Veillette (INRS - Institut national de la recherche scientifique)

Les perspectives postcoloniale et féministe ont chamboulé les postures épistémologiques en études urbaines, participant à leur décentralisation. Par exemple, en Amérique latine, l’adoption d’une posture décoloniale s’est intéressée à l’articulation entre la colonialité du pouvoir et l’espace urbain, mettant notamment en évidence la continuité historique de certaines pratiques sociales ; telles que la ségrégation et la répression des afrodescendants-es. De leur côté, les féministes ont démontré le rapport qui existe entre sexe et espace, notamment dans la désignation de certains espaces comme féminins et masculins. Certaines de ces chercheures appliquant une lecture intersectionnelle ont en outre démontré que ces rapports s’articulent aussi à ceux de race et de classe dans l’espace urbain. Pourtant, ces recherches font peu état de cette articulation des oppressions dans d’autres contextes que ceux situés au nord du globe ou dans des États « postcoloniaux ». Ainsi, malgré la production de savoirs féministes et décoloniaux au sud des Amériques, ceux-ci sont actuellement absents en études urbaines. L’objectif de cette communication est ainsi de créer des ponts théoriques pour appliquer une perspective à la fois féministe et décoloniale de la ville, nous basant principalement sur deux auteures — María Lugones et Lélia Gonzalez —, ainsi que sur nos propres résultats de recherche à la maîtrise, obtenus suite à une ethnographie menée auprès des femmes des favelas de Rio de Janeiro.

Résumé