Imprimer

625 - Milieux de vie et vieillissement de la population : convergences des savoirs et innovations en aménagement

Du lundi 12 au mardi 13 mai 2014

La politique québécoise Vieillir et vivre ensemble, chez soi, dans sa communauté, au Québec (2012) cherche à traduire le vieillissement de la population dans un projet positif de société fortement axé sur les dynamiques locales. Ses trois grandes orientations proposent en effet de Participer, de Vivre en santé et de Créer des environnements sains, sécuritaires et accueillants dans « sa communauté ». Comment les savoirs peuvent-ils informer ces intentions?

Le colloque s’organise autour de trois ordres de questions. 1) Où en est la recherche sur les dynamiques socioterritoriales du vieillissement : que connaît-on des milieux de vie actuels et à venir des aînés, de leur morphologie, de leur accessibilité et de leur praticabilité? Que connaît-on des caractéristiques des aînés qui habitent et habiteront les différents milieux de vie? 2) Qu’ont à dire la recherche et l’innovation en cours sur la signification de ces dynamiques pour l’aménagement régional et urbain et l’organisation des services à la communauté? Comment se traduit concrètement l’appel à des milieux de vie sains, sécuritaires et accueillants dans les régions, les villes et les quartiers d’aujourd’hui et de demain? Quels sont les opportunités et les obstacles présentés par le vieillissement à une ville qui se voudrait plus durable? Comment évalue-t-on les réponses qu’on y apporte selon les points de vue de plus en plus pluriels des ménages plus ou moins âgés? 3) Quelles sont les innovations porteuses pour l’aménagement des milieux de vie à l’échelle architecturale, celle de l’interaction entre les personnes et leur milieu physique immédiat? Quelles sont les contraintes à l’adoption de ces innovations? À travers ces questions, le colloque vise à faire avancer la réflexion sur nos approches à la recherche et à l’innovation, en particulier sur la nécessaire convergence des savoirs en vue de l’innovation en aménagement.



Lire la suite »
Colloque
Section 600 - Colloques multisectoriels
Responsables
Denise Piché
Université Laval
UdeM - Université de Montréal
Ajouter à mon horaire
Afficher tous les résumés
Après-midi
13 h 15 à 14 h 10
Communications orales
Grande conférence d'ouverture
13 h 15
Mot de bienvenue
13 h 30
Grande conférence d'ouverture
Amanda GRENIER (McMaster University)
14 h 10
Discussion
14 h 30 à 15 h 50
Communications orales
Milieux de vie des personnes âgées: diversité ou concentration?
14 h 30
Étalement urbain, densification résidentielle et dispersion des aînés dans la région métropolitaine de Québec
Dominique Morin (Université Laval), Claire VAN DEN BUSSCHE (Université Laval)

Des années 1980 aux années 2000, les banlieues pavillonnaires construites dans les années 1950 et 1960 ont vu leurs pionniers dépasser l'âge de 65 ans, et la densification résidentielle de ces secteurs, devenus des centres secondaires de la région métropolitaine, ne fut pas sans y accroître une population de retraités en appartement. Dans le péri-urbain, des anciens noyaux villageois convertis en banlieue depuis les années 1950, des lieux de villégiature et des lotissements d'immeubles d'appartements, souvent destinés aux retraités, peuvent aussi se distinguer par une présence plus élevée de personnes âgées. Qu'en est-il des espaces résidentiels neufs édifiés dans les pores de l'agglomération ou en périphérie, près des centres commerciaux et d'activités ou à la frontière de la nature et de la ruralité conquise par les navetteurs? Comment évolue la population des quartiers du centre historique, dont certains secteurs sont devenus branchés et attrayants pour la jeunesse ou abordable pour la rénovation, alors que la majorité des aînés sont de génération qui ont préféré s'établir en banlieue ? En s'appuyant sur les données du recensement canadien et de l'enquête nationale auprès des ménages réalisées en 2011, cette communication propose un portrait de la dispersion des aînés dans l'espace de la RMR de Québec selon leur âge. L'analyse est menée à l'échelle des secteurs de recensement (SR) selon les périodes de construction et les types de logement.

Résumé
14 h 50
Les résidences pour personnes âgées de l'île de Montréal appartenant aux parcs social et privé : une exposition inéquitable à la pollution de l'air?
Mathieu Carrier (INRS - UCS - Institut national de la recherche scientifique - Urbanisation Culture Société), Anne-Marie SÉGUIN (INRS - UCS - Institut national de la recherche scientifique - Urbanisation Culture Société), Philippe Apparicio (INRS - Institut national de la recherche scientifique), Dan CROUSE (Université McGill)

La qualité des milieux à proximité des résidences pour personnes âgées sur l'île de Montréal, tant celles du parc privé que du parc social, est analysée sous l'angle de la pollution atmosphérique générée par la circulation automobile. Deux types d'indicateurs de polluants sont utilisés pour évaluer la pollution de l'air : les premiers sont basés sur la proximité aux axes majeurs de circulation et les seconds estiment, dans un rayon de 200 mètres, la concentration de NO2, soit le principal polluant atmosphérique provenant du transport routier. Nos résultats montrent que les résidences privées et du parc social de l'île de Montréal se localisent plus souvent à proximité d'axes majeurs de circulation que l'ensemble de la population et de la population âgée de plus de 65 ans. Les résidences privées se caractérisent toutefois par des concentrations moindres de NO2 comparativement à ces deux mêmes populations, alors qu'on observe l'inverse pour les résidences du parc social. Ceci s'explique notamment par leur distribution spatiale respective au sein de territoire urbanisé.



Résumé
15 h 10
La certification des résidences privées pour aînés et la transformation des milieux d'habitation pour aînés au Québec 
Louis Demers (ÉNAP - École nationale d'administration publique)

Confronté aux signalements de cas de maltraitance et de piètre qualité des services vécus dans certaines résidences privées, le gouvernement du Québec a progressivement resserré la régulation de ce secteur. En 2002, il oblige les résidences privées pour aînés (RPA) à s'inscrire à un registre puis, en 2007, à obtenir un certificat de conformité délivré par l'Agence de la santé et des services sociaux de leur région. De nouvelles dispositions plus rigoureuses entrent en vigueur au début des années 2010. Cette communication fera le point sur cette politique de certification des résidences privées pour aînés et présentera de quelle manière elle a contribué à la transformation du secteur des milieux d'habitation destinés aux personnes âgées au Québec et, en particulier, à celles d'entre elles qui sont en perte d'autonomie. Elle montrera comment cette politique s'inscrit dans l'évolution du secteur des milieux d'habitation auxquels ont accès les personnes âgées et quels effets elle a eus sur l'accessibilité, la qualité et la sécurité des RPA au Québec. La recherche prend appui sur une partie des matériaux collectés dans le projet de recherche « Effet de la certification des résidences pour personnes âgées sur la qualité des soins dispensés » (Bravo, Demers et al.), soit 29 entrevues semi-dirigées et un large éventail de textes légaux, règlementaires, administratifs et statistiques.

Résumé
15 h 30
Discussion
15 h 50
Pause
16 h 10 à 17 h 50
Communications orales
Enjeux territoriaux et intervenants
16 h 10
Une première chrono-géographie de la vie quotidienne des personnes âgées en milieu rural : de nouveaux outils pour favoriser l'adaptation
Florent CHOLAT (Université Joseph Fourier Grenoble 1), Luc GWIAZDZINSKI (CNRS - Centre national de la recherche scientifique), Matteo COLLEONI

La communication s'appuie sur une recherche-action menée sur deux territoires alpins du Parc des Ecrins en France et du Val Brembana en Italie. Elle vise à appréhender le quotidien des personnes âgées isolées à partir d'une analyse chronogéographique de leurs pratiques spatio-temporelles afin de favoriser l'adaptation du milieu de vie au vieillissement dans des contextes nationaux où l'on encourage le maintien à domicile. Des personnes âgées à des niveaux de dépendance différents ont été enquêtées à leur domicile. Les aidants familiaux ou professionnels identifiés ont été suivis par GPS afin de mesurer l'importance des mobilités générées par le maintien à domicile de la personne. Différents outils de synthèse et représentations ont été développés : « Bilans humains » de ce maintien à domicile ; « Cartographies des mobilités inversées », représentant les flux de mobilités ainsi engendrés; « Chrono-géographies », localisant les échanges de l'individu dans l'espace et dans le temps. Les recherches ont permis de mettre en évidence le rôle du territoire comme « amortisseur » face à la perte d'autonomie, l'importance de l'aide familiale en Italie qui facilite le maintien à domicile et limite les impacts, le foisonnement de déplacements induits par le maintien à domicile, le rôle indirect primordial du maintien à domicile dans les relations sociales d'un territoire, l'isolement social des personnes et leur difficulté à s'extraire de chez eux pour demeurer « citoyens jusqu'au bout ».

Résumé
16 h 30
Obstacles et facilitateurs à la prise en considération des aînés et de leurs usages dans un projet urbain à Montréal
Isabelle Feillou (UdeM - Université de Montréal), Juan TORRES (UdeM - Université de Montréal), Marie BELLEMARE (Université Laval)

L'étude s'intéresse aux parties impliquées dans un projet de raccordement d'un complexe hospitalier à une station de métro. Elle cherche à comprendre comment les enjeux de ce projet pour les usagers aînés sont pris en compte à différentes phases de son développement.Le matériel recueilli provient de l'analyse de la documentation du projet, d'observations lors de rencontres entre parties prenantes et d'entretiens avec des informateurs clés. L'analyse se fonde sur un modèle associant des notions de design urbain et d'ergonomie. Les résultats montrent que le vieillissement n'est pas unepréoccupation explicite pour les promoteursau stade de l'étude de faisabilité. Le vieillissement estappréhendé au travers du prisme de l'accessibilité universelleseulement lors d'étapes ultérieures, quand d'importants paramètres formels du projet sont déjà établis.La présentation met aussi en lumière les obstacles à la prise en compte du vieillissementdans le processus de développement du projet, ainsi que ceux qui en facilitent la considération. Elle met en évidence l'importance de caractériser les parties prenantes et les relations qu'elles ont entre elles tout au long du projet pour mieux comprendre la dynamique de la prise en compte des aînés et de leurs usages dans un projet urbain. Elle souligne l'importance d'orienter les processus d'aménagement vers la création d'environnements urbains capacitants favorables à la santé et à l'inclusion de tous.

Résumé
16 h 50
Habitats, milieux de vie et participation sociale des aînés dans la Capitale-Nationale
Mireille FORTIER (CEVQ - Centre d'excellence sur le vieillissement de Québec), Andrée SÉVIGNY (Université Laval)

Ce projet de recherche participative vise à documenter la situation de l'habitat et des milieux de vie des aînés en relation avec leur participation sociale. La recherche porte sur les différents territoires qui composent la région de la Capitale-Nationale. D'abord, un document comprenant les informations recueillies dans les diverses sources de données pour chacun des territoires (MRC, villes, arrondissements) est réalisé. Il établit des liens entre la population, l'habitation, l'environnement de services et la participation sociale. Puis, des rencontres ont lieu dans chacun des territoires pour identifier des priorités en matière d'habitat, de milieu de vie et de participation sociale. Enfin, un forum régional, qui se tiendra en octobre 2014, permettra de faire le point sur la situation et d'alimenter les différents acteurs dans leur réflexion et leurs actions. Les informations recueillies dans le cadre du projet sont susceptibles d'être utiles à un large éventail d'organisations. Elles serviront aussi de levier de mobilisation afin de bonifier l'offre de logement et le développement des milieux de vie favorisant la participation sociale des aînés. Cette communication présente la démarche de ce projet participatif ainsi que des résultats préliminaires permettant de faire état de la situation et des enjeux de la région.

Résumé
17 h 10
La concertation au sein des projets Villes et Municipalités amies des aînés au Québec
Andréanne Laliberté (UdeS - Université de Sherbrooke), Suzanne GARON (UdeS - Université de Sherbrooke), Mario PARIS (UdeS - Université de Sherbrooke), Anne VEIL (UdeS - Université de Sherbrooke)

Dans le cadre de la phase pilote du programme Municipalité amie des aînés (MADA) lancé en 2009 par le gouvernement du Québec, une recherche  du Centre de recherche sur le vieillissement du CSSS-IUGS a observé que la concertation entre les acteurs du comité de pilotage fonctionnait bien dans certains sites pilotes, tandis que, dans d'autres, elle ne fonctionnait pas.Partant de ces résultats, la recherche présentée s'est intéressée aux dispositifs d'interactions entre les différents acteurs mis en place par les municipalités pour réaliser la démarche MADA. Elle visait à comprendre comment les relations de concertation et de partenariat pouvaient découler de différentes modalités d'application de la démarche MADA, tout en tenant compte de l'influence des agents de projets et des acteurs municipaux sur le processus de concertation. À cette fin, la recherche a analysé certaines données de la recherche initiale sur les sites pilotes (n=7) du programme MADA et réalisé des entretiens individuels (n=3) et un groupe de discussion (n personnes=7) sur les dispositifs d'interactions entre les différents acteurs dans une des municipalités pilotes. Nos résultats permettent d'enrichir les connaissances sur les dispositifs de concertation à l'oeuvre dans le giron des municipalités sous une programmation MADA et dans un contexte où les politiques municipales favorisent cette concertation.

Résumé
17 h 30
Discussion
Afficher tous les résumés
Avant-midi
08 h 15 à 10 h 30
Communications orales
Milieux de vie et expériences vécues
08 h 15
Le bâti en plex à Montréal : une opportunité à exploiter davantage pour favoriser la cohabitation intergénérationnelle
Marianne Kempeneers (UdeM - Université de Montréal), Guillaume GAGNON (UdeM - Université de Montréal), Isabelle VAN PEVENAGE (Crégès)

La grande proximité géographique des réseaux familiaux, pouvant aller jusqu'à la cohabitation intergénérationnelle,  est une caractéristique assez courante des dynamiques de solidarité, et, dans le cadre d'une vaste recherche sur les transformations des solidarités familiales au Québec au cours du dernier siècle, nous l'avons observée pour le Québec et Montréal. Ce qui est apparu comme une singularité, c'est l'usage du plex comme stratégie de solidarité à l'intérieur d'une même famille, sur  plusieurs décennies. Le phénomène était suffisamment marquant pour qu'un mémoire de maîtrise lui soit alors consacré, en partie sur la base de la recherche initiale mais surtout à partir d'une enquête de terrain qualitative en 2011. Cela a permis de mettre en lumière que la cohabitation de plusieurs générations d'une même famille en duplex ou triplex est probablement le compromis le plus intéressant comme milieu de vie pour les aînés, leur permettant d'être spatialement très proches de membres de la famille tout en conservant une autonomie réelle.  

Résumé
08 h 15
Mot de bienvenue
08 h 50
Expériences de voisinage en milieux défavorisés : le point de vue des aînés
Samuèle RÉMILLARD-BOILARD (UdeS - Université de Sherbrooke)

Les aînés du Québec vivent de plus en plus seuls (ISQ, 2007) et sont nombreux à exprimer le souhait de vieillir à domicile. Dans un tel contexte, le voisinage s'impose comme un territoire significatif pour l'avenir d'une population vieillissante. La communication portera sur le potentiel des solidarités de voisinage dans la lutte contre l'isolement des aînés. Notre recherche s'inscrit dans la mouvance du projet Voisins Solidaires (VS), une démarche novatrice lancée en 2012 par le Réseau Québécois des villes et villages en santé qui vise à renforcer le tissu social et à contrer l'individualisme dans les quartiers. Déployé à travers cinq projets pilotes, VS n'a pas ciblé spécifiquement la réalité des aînés vivant en milieux défavorisés jusqu'à présent; c'est pourquoi notre recherche vise à explorer la thématique du voisinage à travers leur regard. L'exposé démontrera, à travers une revue de la littérature, le potentiel des relations de voisinage dans la lutte contre l'isolement des personnes aînées. Nous conclurons avec la présentation de notre projet de recherche qui vise à documenter la perception des aînés face à leur expérience de voisinage. Étudier les dynamiques de voisinage à travers le regard des aînés permettra non seulement de documenter la construction de solidarités, maisausside formuler des recommandations favorisant l'adaptation du programme VS aux besoins d'une clientèle aînée vulnérable dans un milieu participant à une démarche MADA.

Résumé
09 h 10
Avancée en âge et citadinité sur les promenades balnéaires : penser les modalités de relation à la ville des femmes âgées
Mathilde BIGO (Université Rennes 2)

Cette proposition invite à interroger la citadinité des femmes âgées, entendue comme une relation à la ville, façonnée par un ensemble de pratiques et de représentations pour « faire ville » avec les autres. Ce sont tout particulièrement les promenades balnéaires, dont l'urbanité singulière révèle des formes d'exposition de soi et de confrontation sociale, qui sont étudiées pour appréhender les formes de présence et d'inclusion en ville. En considérant le vieillissement comme un processus résultant du parcours de vie, notre regard portera sur l'évolution de la citadinité au cours de l'avancée en âge. S'appuyant sur des résultats issus d'observations et d'entretiens avec des femmes âgées, l'enjeu de cette communication est de démontrer qu'au-delà d'un certain déclin des pratiques de la ville, il est nécessaire de penser le réajustement de ces pratiques. Les changements dans l'appréciation des lieux amènent à des stratégies de substitution et à une réorganisation des activités : les processus de déprise et de reprise, caractéristiques du vieillissement, sont articulés avec la citadinité. L'intérêt de cette approche est de penser les promenades balnéaires comme une ressource pour la citadinité des femmes lors de l'avancée en âge, autant du fait des aménagements de confort et de sécurisation, que de l'attractivité littorale garante d'une densité et d'une diversité sociale.

Résumé
09 h 30
Habiter et vieillir : transformations du sens et stratégies
Perla SERFATY-GARZON (Université de Strasbourg)

Les travaux sur l'habitat des aînés s'appuient sur l'idée que l'avancée en âge s'accompagne de modes particuliers d'inscription dans l'espace intime, impliquant ainsi l'apparition d'un rapport tout aussi particulier au chez-soi. Ces particularités sont présentes en amont de la réflexion sur la place de l'âge dans les sociétés contemporaines comme des politiques du logement des aînés et du vivre ensemble. Cette communication a pour premier objectif d'interroger les modalités de ce rapport ainsi que celles de ses dimensions qui permettent de considérer l'habiter des aînés comme intimement sinon spécifiquement lié à, d'une part, l'expérience du vieillir et, d'autre part, à celle de l'entrée dans le grand âge. Elle a pour second objectif de poursuivre cette interrogation en mettant en perspective les représentations scientifiques de l'habiter des aînés avec les façons de voir leur vieillissement et leur vieillesse exprimées par des femmes françaises et québécoises. L'étude s'est penchée sur un groupe de 8 baby-boomers retraitées et de 8 femmes âgées de 75 à 85 ans appartenant aux classes moyennes, de niveau d'études collégial et universitaire, et ayant exercé une activité professionnelle. Elle est fondée sur l'analyse thématique des entretiens approfondis auxquels elles ont consenti. Cette approche a été choisie pour son potentiel heuristique en matière de directions pour l'élaboration théorique.

Résumé
09 h 50
Discussion
10 h 10
Pause
10 h 30 à 12 h 00
Communications orales
Aménagement urbain et mobilité quotidienne des aînés
10 h 30
La marche à pied chez les personnes âgées : le rôle de l'amenagement urbain au regard des pratiques et des contraintes liées au vieillissement
Marie-Soleil CLOUTIER (INRS - Institut national de la recherche scientifique), Florence HUGUENIN-RICHARD (CNRS - Centre national de la recherche scientifique), Aurélie DOMMES (IFSTTAR - Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux), Marie-Axelle GRANIÉ (IFSTTAR - Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux), Cécile COQUELET (IFSTTAR - Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux)

Les conditions de circulation, l'aménagement des rues en matière d'accessibilité, de confort et d'agrément  ainsi que les difficultés à se déplacer en toute sécurité peuvent affecter et contrarier la mobilité des personnes âgées. Onsait que plus on avance en âge, moins on fait de sorties hors du domicile, mais paradoxalement, plus souvent on se déplace à pied et plus grande est la vulnérabilité aux risques d'accident et de chute. L'objectif de cette communication consiste, à partir de résultats du programme de recherche pluridisciplinaire MAPISE « La marche à pied chez les séniors », à poser la question de l'efficience de la marche – mode de déplacement aujourd'hui revalorisé dans les politiques urbaines, certes pérenne dans le cycle d'une vie (on marche à tous les âges ou presque) mais autogène (c'est-à-dire qui se fait par soi-même) – pour maintenir en mobilité les personnes âgéesà un moment donné de la vie où justement les capacités à se déplacer – physiques ou cognitives – sont susceptibles de décliner. Reposant sur un important travail d'enquêteset de cartographie (Lille et Montréal), l'originalité de cette rechercheest de mettre en lien les déterminants psychosociologiques des comportements et des pratiques de mobilité (perception du risque, de l'environnement construit, de ses propres capacités…) avec les déterminants géographiques (distances parcourues, vitesse, itinéraires réalisés en lien avec les caractéristiques de la voirie, choix des lieux de traversée).

Résumé
10 h 50
Mobilité quotidienne et vieillissement dans deux territoires dépendants de l'automobile : un portrait de Pointe-aux-Trembles et de Montréal-Nord
Paula Negron Poblete (UdeM - Université de Montréal)

En choisissant d'habiter des complexes résidentiels pour aînés, les personnes âgées ont accès à divers services et activités sociales. Toutefois, l'environnement urbain autour de ces résidences fournit rarement un environnement de qualité, adapté à une mobilité réduite : proximité d'axes à fort débit automobile, faible mixité commerciale, etc. Quel est le niveau de mobilité des aînés qui habitent dans ces résidences? Quels sont les lieux clés dans leur mobilité quotidienne? Comment surmontent-ils les problèmes d'accessibilité de ces territoires? Nous avons mené des entretiens semi-dirigés auprès de résidents de quatre résidences des quartiers Pointe-aux-Trembles et Montréal-Nord, dans l'est de l'île de Montréal. Les résultats montrent que, malgré les nombreuses contraintes, les personnes âgées demeurent mobiles et sortent de leur résidence sur une base quasi-quotidienne. Toutefois, la faible accessibilité du territoire rend l'usage de l'autobus presque essentiel. Dans les deux quartiers, les activités commerciales et les services se localisent le long d'axes régionaux, peu accessibles pour les piétons âgés. De plus, le temps dédié au transport occupe une partie importante du temps destiné à la réalisation des activités. Quant aux différences, les résidents de Montréal-Nord ont accès à une meilleure offre de transport en commun, facilitant notamment les liens avec d'autres quartiers, tandis qu'à Pointe-aux-Trembles, les aînés se sentent plus en sécurité dans l'espace public.

Résumé
11 h 10
L'impact des aides à la mobilité sur le potentiel de mobilité des aînés : une analyse des chaînes de déplacement en milieu urbain
, Sébastien Lord (UdeM - Université de Montréal)

Les aides à la mobilité, allant de la canne au fauteuil roulant motorisé, en passant par la marchette, pallient à la baisse de capacités du groupe hétérogène que constituent les aînés. Elles permettent à leurs utilisateurs de maintenir un certain niveau de mobilité et d'activité. L'augmentation de leur utilisation et la nouveauté de certains de ces appareils transforment aussi la mobilité générale de la société. La recherche présentée visait à évaluer la motilité des aînés en décrivant leurs chaînes de déplacement ainsi que les facteurs qui influencent la motilité selon le type d'aide utilisée. S'inscrivant dans une approche exploratoire évaluative, la méthodologie combinait des entrevues semi-dirigées et des parcours accompagnés. L'analyse des chaînes de déplacement permet de décortiquer les grandes étapes des parcours en notant, pour chacune d'elles, les éléments aidants et contraignants ainsi que les stratégies mobilisées par les participants pour pallier aux difficultés rencontrées. La représentation des parcours accompagnés sous la forme de schémas explicatifs vise à orienter les interventions pour améliorer l'expérience de la mobilité.

Résumé
11 h 30
Discussion
12 h 00
Dîner
Après-midi
13 h 00 à 14 h 30
Communications orales
Méthodes d'évaluation des milieux urbains et aménagement
13 h 00
Mesurer le potentiel piétonnier pour les aînés : les cas de Lille et Montréal
Ariane ST-LOUIS (INRS - Institut national de la recherche scientifique), Marie-Soleil CLOUTIER (INRS - UCS - Institut national de la recherche scientifique - Urbanisation Culture Société), Florence HUGUENIN-RICHARD (Université Paris-Sorbonne (Paris 4))

La marche à pied, en plus d'être incluse dans toute chaîne de déplacements, présente d'innombrables vertus pour les personnes âgées tant en ce qui concerne la santé physique, la santé mentale, la préservation de l'autonomie que la participation à la vie sociale. Or, les aménagements piétonniers sont ponctués d'incongruités rendant parfois la pratique de la marche difficile pour ceux qui vivent des problèmes de mobilité. Il est donc légitime de se demander si l'offre d'infrastructures piétonnières est adaptée aux besoins de cette population dite « vulnérable », au même titre que pour le reste des piétons, bien que plus présents dans les statistiques de blessures mortelles. Pour répondre à cette question et mesurer l'accessibilité à l'échelle du quartier, un audit de potentiel piétonnier adapté aux besoins particuliers des aînés a été testé dans six quartiers à Lille, dans la région du Nord-Pas-de-Calais en France, et à Montréal. Cette évaluation aura permis de comparer différents types d'aménagements selon des critères du potentiel piétonnier qui sont spécifiques aux besoins des personnes âgées et parfois différents des critères habituels de marchabilité. Par la suite, les scores de potentiel piétonnier des différents quartiers à l'étude ont été comparé pour Lille et pour Montréal, mais aussi entre les deux villes.

Résumé
13 h 20
L'environnement urbain fréquenté par les aînés à Dollard-des-Ormeaux : des parcours où on peut marcher?
Daniel STOJC (UdeM - Université de Montréal), Paula Negron Poblete (UdeM - Université de Montréal)

Divers territoires de l'île de Montréal se sont développés après la Deuxième Guerre mondiale, sous un modèle favorisant les déplacements en voiture. La génération qui y est installée a aujourd'hui vieilli sur place. En majorité dépendants de l'automobile, ces aînés craignent le jour où ils n'auront plus le droit de conduire. La marche constitue une alternative, car elle augmente la qualité de vie des aînés, mais est aussi un mode de transport à leur portée. Cette communication porte sur les caractéristiques de l'environnement urbain qui affectent les déplacements à pied chez les aînés à Dollard-des-Ormeaux (DDO). Des entretiens semi-dirigés menés auprès de résidents aînés nous ont permis de caractériser leur mobilité quotidienne et de connaître les éléments qui, de leur point de vue, favorisent les déplacements à pied dans le quartier, ou leur nuisent. Un audit environnemental appliqué le long des rues nous a permis d'évaluer leur niveau de marchabilité. Les résultats préliminaires montrent, à un extrême, des rues internes calmes, avec une importante végétation et sans obstacle évident, mais à usage presque exclusivement résidentiel. À l'autre extrême, les boulevards commerciaux constituent des obstacles en soi: les intersections nécessitent une rapidité de marche rarement retrouvée chez les aînés et les longs segments allongent les parcours. Pourtant, ces axes sont incontournables au quotidien et devront faire l'objet d'interventions de réaménagement prioritaires.

Résumé
13 h 40
L'hiver : l'ennemi public numéro 1 de l'accessibilité?
Ernesto Morales (CIRRIS - Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale)

Au Canada, en raison des mauvaises conditions hivernales, les coûts associés aux blessures découlant des chutes ont été estimés à 2,8 milliards de dollars par année. Au-delà de l'argent, le coût le plus important qu'engendre la saison hivernale pour la société est probablement l'isolement social chez les personnes âgées ayant des incapacités physiques qui engendre diverses conséquences pour leur qualité de vie, telles que la dépression. Cette situation découle directement des difficultés d'accessibilité aux lieux publics due à l'eneigement des rues. Une étude pilote de type exploratoire vise à trouver des solutions de design possibles et réalisables qui permettront d'éliminer, de faire fondre, ou d'éviter l'accumulation de neige sur les trottoirs et sur les routes principales. Ce projet mise sur une co-conception dans laquelle la plupart des parties prenantes (représentants de la Ville de Québec, propriétaires d'entreprises de déneigement, ergothérapeutes designers, personnes souffrant d'incapacités motrices) sont invitées à participer au processus de conception de la solution. L'étude implique quatre grandes étapes: 1. Conception de la solution de design avec des designers, urbanistes et spécialistes sensibles à cette problématique; 2. Validation de la solution auprès d'experts; 3. Création d'un ou des prototype(s), 4. Essais des prototypes à financer par d'autres fonds.

Résumé
14 h 00
Discussion
14 h 20
Pause
14 h 30 à 16 h 50
Communications orales
Conception d'environnements innovants
14 h 30
De retour au Bon-Pasteur : des coopératives d'habitation pour vieillir au centre-ville
Yaïves Ferland (Université Laval), Marie LECLERC

La Corporation d'aménagement du couvent du Bon-Pasteur (CACBP) s'engageait dès 1979 à préserver et recycler un complexe d'édifices institutionnels sur la colline parlementaire à Québec. Elle y implanta sept coopératives d'habitation locative (240 logements), dont deux destinées aux retraités, autour d'une chapelle doublement classée lieu historique et site patrimonial. Depuis quelques années, la chapelle, les étages situés dessous et des bâtiments secondaires sont abandonnés et des parcelles sont contaminées.Un groupe de coopérateurs, membres d'origine, projette depuis 2012 de réinvestir les lieux vétustes pour ériger des logements neufs et accessibles aux coopérateurs aînés, d'y installer de nouveaux services communautaires et de relancer les activités socioculturelles dans la chapelle restaurée.Cette démarche citoyenne de recherche-action, intitulée officieusement Vieillir en Ville (VeV), vise à catalyser les coopératives et organismes existants vers une nouvelle phase de redéveloppement de leur milieu de vie. Son cadre méthodologique applique les sept principes coopératifs reconnus. La communication présentera les difficultés que rencontre cette démarche et les changements que sa réussite pourrait exiger.

Résumé
14 h 50
Évaluation de l'utilisabilité d'un calendrier électronique à destination des personnes âgées avec la maladie d'Alzheimer
Yannick Adelise (UdeS - Université de Sherbrooke), Hélène PIGOT (UdeS - Université de Sherbrooke), Gina DAHINE (UdeS - Université de Sherbrooke), Lise GAGNON (UdeS - Université de Sherbrooke)

Mieux vieillir à son domicile à l'aide des technologies d'assistance est un enjeu majeur pour les personnes âgées avec la maladie d'Alzheimer (MA) dans nos sociétés modernes. Cependant, concevoir des outils qu'elles intègrent dans leur quotidien nécessite de prendre en compte un niveau de complexité, une esthétique et une valeur symbolique qui leur conviennent. La recherche présentée avait pour but d'investiguer 1) la capacité des personnes avec MA à utiliser un calendrier interactif Amelis pour organiser leur vie quotidienne, 2) leur utilisation du calendrier traditionnel et 3) de quelles façons elles se le représentent mentalement. Dû aux difficultés de verbalisation et de communication de la clientèle, une première phase a été menée auprès des personnes âgées sans troubles cognitifs, puis une version ajustée du calendrier a été validée auprès de la clientèle cible. Les résultats indiquent que la plupart des participants sont capables d'utiliser l'outil et souhaitent l'avoir à la maison pour les aider au quotidien. Cependant, l'entrée d'informations dans celui-ci est le point majeur à améliorer pour l'ensemble des participants. Les verbatim des participants révèlent l'influence de la métaphore sur les émotions et les comportements à l'égard de l'outil technologique. L'étude démontre que, pour qu'une nouvelle technologie soit intégrée dans le milieu de vie des personnes âgées, il faut qu'elle se base sur leur vécu, notamment en termes de pratiques existantes et de routines.

Résumé
15 h 10
Le maintien à domicile des aînés en milieu rural fragile : le cas d'Acadieville au Nouveau-Brunswick
Majella Simard (Université de Moncton), Suzanne DUPUIS-BLANCHARD (Université de Moncton), Lita VILLALON (Université de Moncton), Odette GOULD (Mount Allison University), Sophie Ethier (Université Laval), Anne LEIS (University of Saskatchewan)

Dans un contexte où le Nouveau-Brunswick est l'une des provinces canadiennes les plus affectées par le vieillissement, le maintien à domicile constitue un enjeu de taille particulièrement au sein des localités rurales dévitalisées. Dans bien des cas, ces dernières se caractérisent par l'insuffisance de services et la faiblesse de leur niveau de revenu. Conjugués à leur éloignement géographique par rapport aux principaux centres de services et au fait que la province est majoritairement anglophone, ces facteurs sont susceptibles d'entraver le maintien à domicile des aînés francophones. La communication identifie les principaux avantages et les inconvénients liés au maintien à domicile en milieu rural dans un contexte minoritaire francophone et elle présente les stratégies organisationnelles déployées par les aînés et leur famille dans le but de favoriser le vieillissement chez soi. Pour cette étude, la localité d'Acadieville a été retenue comme laboratoire de recherche. La méthodologie repose sur une analyse de contenu, sous l'angle des représentations sociales, de 10 entrevues de fond semi-dirigées, réalisées auprès d'aînés et de leurs enfants. Les résultats révèlent que le soutien familial et communautaire, la débrouillardise et la capacité de résilience, la pratique de loisirs ainsi que les aménagements du milieu de vie figurent parmi les principaux moyens déployés par les séniors dans le but de favoriser leur maintien à domicile.

Résumé
15 h 30
Les conditions facilitant la participation sociale des aînés dans l'espace commercial : observations du Laboratoire vivant de réadaptation
Tiiu Vaikla-poldma (UdeM - Université de Montréal), Bonnie SWAINE (UdeM - Université de Montréal), Eva KEHAYIA (Université McGill), Delphine LABBÉ (UQAM - Université du Québec à Montréal)

This paper presents issues of aging in the context of the Rehabilitation Living Lab project, known as the MALL – Mall as a Living Lab. Its goals include creating enabling environments wherein aging issues are investigated in the context of the needs of multiple stakeholders and users from multi-sectorial perspectives. With a vision to create an inclusive environment, specific research objectives include identifying, developing and evaluating new technologies and innovative practices to enable social participation for people with various issues and disabilities. These align with understanding the design factors that inhibit adaptability within the interior spaces of the mall. Issues examined include accessibility and how interior environment of the mall facilitates or challenges the ability of people to adapt well and achieve social activities that they desire. The changing needs of people as they age mean different ways to consider access to and navigating within public spaces. The Rehabilitation Living Lab thus becomes a place of research and experimentation, where the environment comes together with commerce, multiple intentions and various stakeholders each with intentions and reasons to frequent the mall as a commercial complex, as a community space or as a meeting place.

Résumé
15 h 50
De la recherche à l'atelier de design collaboratif : imaginer des solutions innovantes pour une diversité d'aînés
Carole Després (Université Laval), Denise Piché (Université Laval), Laurence Jodoin-Nicole (Université Laval)

Cette communication présente les fruits d'une collaboration entre le Groupe Interdisciplinaire de Recherche sur les Banlieues, une concentration de maîtrise en Programmation architecturale et design et des panels d'experts du milieu sur l'adaptation du cadre bâti au vieillissement de la population. Deux types de milieux ont ainsi été explorés à ce jour : le réaménagement de milieux résidentiels périurbains pour une population qui veut vieillir sur place et l'intégration de perspectives intergénérationnelles dans la création d'un nouveau quartier en centre-ville. La démarche, dans chaque cas,comporte 1) une recension d'écrits scientifiques sur diverses dimensions de la relation entre aînés et milieux de vie, 2) une analyse de projets d'habitation exemplaires au Québec et ailleurs, 3) des périodes d'observation structurée et des entretiens dans des milieux où il y a des concentrations de personnes âgées, 4) une démarche d'exploration et de conception de nouvelles avenues en aménagement et 5) l'animation de comités d'experts à la fois pour la co-génération d'idées et la validation des propositions d'aménagement. La présentation met en lumière les connaissances, tant scientifiques que pratiques,  générées à travers un tel processus.  Elle démontre en quoi une vision prospective est nécessaire pour alimenter la réflexion et l'action sur les transformations à apporter aux milieux de vie pour répondre aux attenteset aux conditionstrès diversifiées des nouvelles générations d'aînés.

Résumé
16 h 10
Discussion
16 h 30
Pause
16 h 50 à 17 h 50
Communications orales
Grande conférence de clôture
17 h 30
Plénière
17 h 50
Grande conférence de clôture
Pierre-Marie CHAPON (Caisse des dépôts)