Connexion utilisateur

81e du Congrès de l'Acfas

Colloque 633 - Innovation et recherche en santé : l’approche Living Lab

Du jeudi 09 mai à 09 h 00 au vendredi 10 mai à 16 h 30.
Responsable(s)
Lucie Ménard UQAM - Université du Québec à Montréal, Tiiu Vaikla-poldma Université de Montréal
Description

Le présent colloque réunit des spécialistes de la santé, des technologies numériques et des sciences cognitives autour du concept de Living Lab (« laboratoire vivant »). Un Living Lab peut être défini comme « … a user-centered, open-innovation ecosystem, often operating in a territorial context (e.g. city, agglomeration, region), integrating concurrent research and innovation processes within a public-private-people partnership ». (http://en.wikipedia.org/wiki/Living_lab) L’approche Living Lab représente donc un concept de recherche intégrative et participative centrée sur la co-création et l’expérimentation avec des usagers réels dans des environnements réalistes. Plus qu’un simple outil d’expérimentation, un Living Lab constitue une véritable approche méthodologique donnant lieu à de nouvelles pratiques de recherche et de création. Au cours de cette rencontre, différents spécialistes discuteront du concept de Living Lab, de ses retombées cliniques et des résultats de recherche qui en découlent, spécifiquement dans le domaine de la santé.

Ce colloque est une initiative conjointe des deux Living Labs spécialisés en santé au Québec : le MALL (Laboratoire vivant en réadaptation) du CRIR (Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain) et le Living Lab SAT/CHU Sainte-Justine. Le colloque sera organisé autour de deux thématiques principales : 1) l’inclusion sociale et l’usage des technologies innovantes, pour des personnes de tous âges présentant des déficiences physiques, sensorielles et cognitives, et 2) l’humanisation des soins de santé pour l’enfant. Des experts tant au niveau local qu’international discuteront des réalités quotidiennes observées à travers les laboratoires vivants. Ces chercheurs seront invités à présenter leurs travaux menés dans les laboratoires vivants et à discuter des moyens utilisés par les chercheurs, les usagers et les gestionnaires afin de faire face aux défis soulevés par l’approche Living Lab.

Jeudi 9 Mai 2013

9 h 00 - 12 h 00
Les Living Labs en santé
Communications orales
Bâtiment – Local : Pavillon Alexandre-Vachon – 3840
9 h 00_rem_
Lucie Ménard UQAM - Université du Québec à Montréal, Tiiu Vaikla-poldma Université de Montréal

Mot de bienvenue

9 h 15_rem_
Eva Kehayia Université McGill, Bonnie Swaine À déterminer, Cristina Longo Université McGill, Sara AHMED Université McGill, Anouk Lamontagne À déterminer, Philippe Archambault Université McGill, Olga Overbury Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain, Dahlia Kairy Université de Montréal, Joyce Fung Université McGill, Hélène Lefebvre Université de Montréal, Guylaine Le Dorze Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain, Tiiu Vaikla-poldma Université de Montréal

Un Laboratoire vivant en réadaptation : un nouveau concept en recherche 

(Afficher le résumé)

Le laboratoire vivant en réadaptation du CRIR (Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation montréalais) est un nouveau concept en recherche permettant de nouvelles réponses technologiques aux problèmes de santé, d’autonomie et de bien être des personnes vivant avec une déficience physique.  Les caractéristiques de notre laboratoire vivant au sein d’un centre d’achats montréalais seront présentées ainsi que les enjeux liés à ce concept innovateur (par ex. : l’implication et l’engagement des usagers et des partenaires multisectorielles, l’utilisation de la technologie, etc.). De plus, un survol des différents projets en cours sera présenté, et ce dans le but d’aider à la planification future des activités et d’assurer la pérennité du laboratoire vivant. 

9 h 45_rem_
Patrick Dubé Umvelt Service Design, Isabelle Kostecki Umvelt Service Design, Joëlle Sarrailh Umvelt Service Design

Le Living Lab SAT/CHU Sainte-Justine: le co-design thérapeutique à hauteur d’enfant

(Afficher le résumé)

Le Living Lab SAT/CHU Sainte-Justine est le fruit d’une collaboration novatrice entre la Société des Arts Technologiques de Montréal et sept départements du CHU Ste-Justine. Les activités du lab visent l’humanisation des soins en milieu hospitalier à travers le co-design de nouveaux dispositifs dérivés des arts numériques et dirigés vers des fins thérapeutiques, en jumelant les compétences des chercheurs-programmeurs de la SAT, les équipes de recherches affiliés au CHU Ste-Justine et la créativité des usagers (patients, familles et personnel traitant du CHU Sainte-Justine).

Les dispositifs développés au Living Lab visent notamment 1) la diminution de l’anxiété chez l’enfant par la création d’expériences interactives dans les chambres à l’aide de technologies de projection 2) l’expression des émotions par la création d’œuvres artistiques collaboratives par les enfants à l’aide de technologies numériques portables et adaptées 3) le développement de l'autonomie par l’entremise d’un gymnase immersif permettant aux enfants de co-créer et d’explorer de nouveaux types de jeux malgré leurs limitations fonctionnelles et 4) le développement de nouveaux protocoles thérapeutiques visant la réduction du temps d’hospitalisation et l’augmentation de l’efficacité de certaines thérapies ciblées.

10 h 15_rem_
Francesco Grasso Università degli studi di Siena, Michel Desjardins À déterminer, Sara AHMED Université McGill, Eva Kehayia Université McGill

L’utilisation de la Classification internationale du fonctionnement (CIF) pour le monitorage des projets du Laboratoire vivant en réadaptation (Mall as Living Lab)

(Afficher le résumé)

Ce projet a pour but de créer une procédure d’évaluation inclusive sur les améliorations du Centre Commercial de la Place Alexis Nihon situé à Montréal. Cette recherche est proposée par des chercheurs dans le cadre de Projet Stratégique Innovant « Mall as Living Lab (Mall) », et utilise des outils originaux axés sur la Classification Internationale du Fonctionnement, du Handicap et de la Santé (CIF). Tous les projets pilotes (32) ont déjà été analysés et codifiés tant du point de vue des catégories de la CIF que du coté sémantique qui explicite les intentions d'amélioration que les équipes de recherche poursuivent dans leur travail.  D’autre part, le ICF Mapping permettra de mieux comprendre ce qu’il en est au niveau de la plus large procédure de monitorage et d’évaluation du projet MALL : le « Preceed-Proceed », ceci afin de fournir un cadre détaillé des domaines touchés par les chercheurs.

C’est à l’hiver – printemps 2013 que des outils (grilles et questionnaires) issus du mapping des projets pilotes (ICF and semantic mapping) seront soumis lors de Focus Groups composés d’usagers avec handicaps et des parties prenantes du CC (Communauté de Pratiques). Cela permettra de recueillir laperception subjective des destinataires des projets. 

10 h 45_rem_
Pause
11 h 00_rem_
Barbara Bay Hôpitaux universitaires de Strasbourg

La Fabrique de l’hospitalité, laboratoire d’innovation des Hôpitaux universitaires de Strasbourg

(Afficher le résumé)

Nous nous proposons de partager et de discuter avec les participants du colloque la démarche mise en place aux Hôpitaux universitaires de Strasbourg à travers un des projets de la Fabrique de l'hospitalité.

La Fabrique de l’hospitalité est un espace de réflexion, d’expérimentation et d’action. Elle est une plate-forme de collaboration entre les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg (HUS) et de nombreux partenaires autour des mêmes objectifs d’amélioration des espaces et du temps vécu à l’hôpital.

A partir du territoire et des problématiques singulières des HUS, la Fabrique de l’hospitalité expérimente un processus de travail alliant la recherche académique, la réflexion sur la co-conception de cahier des charges et la réalisation de projets concrets ayant valeur d’exemple.

En effet, il s’agit, à partir de notre démarche de commande artistique centrée sur l’art contemporain, le design et l’architecture, de créer plus de transversalité, de mobiliser d’avantage la créativité des agents, de repartir des pratiques de terrains et de l’expertise des utilisateurs, d’améliorer la collaboration entre les acteurs.
La Fabrique de l’hospitalité documente et transmet l’ensemble de ses actions afin d’en rendre compte publiquement au travers d'un blog mais également par des présentations publiques, des workshops, des commandes artistiques, des recherches, des débats.

11 h 30_rem_
Cédric Routier Université Catholique de Lille

L’inclusion des personnes vulnérables : pourquoi et comment le modèle du Living Lab peut relever le défi

(Afficher le résumé)

Le living lab Humanicité a pour visée de travailler un « mieux vivre ensemble » et l’innovation sociale au service des populations accueillies sur le territoire de son déploiement. Ce territoire est défini par un quartier de ville réunissant habitat, établissements de santé et de formation. Il accueille notamment des personnes en situation de handicap et/ou perte d'autonomie, des personnes âgées et bientôt des personnes en grande difficulté sociale. Dans cette communication, nous discuterons d'abord la question de l'inclusion sociale des personnes vulnérables, au regard des politiques publiques de santé. Puis, en explicitant : quelques principes essentiels définissant l’ambition d’un living lab ; le recours à certaines méthodes d'animation ; et la mise en dynamique des ressources du living lab (équipes de recherches, écoles, professionnels, partenaires, personnes -usagers), nous montrerons comment le modèle du living lab rencontre les enjeux sociaux et de santé pointés dans la première partie de notre propos. Nous illustrerons ce point de vue à travers deux exemples assez différents de travaux en co-design sur les thèmes : de l'accessibilité ; du maintien à domicile des personnes âgées. Les TIC ne seront abordées que de manière incidente, signant ainsi une certaine identité du living lab Humanicité.

12 h 00_rem_
Dîner
13 h 45 - 16 h 30
Living Lab et outils technologiques
Communications orales
Bâtiment – Local : Pavillon Alexandre-Vachon – 3840
13 h 45_rem_
François Routhier Université Laval, Dahlia Kairy Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain, Paula Rushton Université de Montréal, Evelina Pituch Université de Montréal, Paula Stone Centre de recherche de l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal, Robert Forget Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain, Louise Demers Université de Montréal, Joelle Pineau Université McGill, Richard Gourdeau École Polytechnique de Montréal

Barrières et facilitateurs à l’utilisation d’un fauteuil roulant motorisé intelligent du point de vue des usagers et de leurs aidants

(Afficher le résumé)

Notre équipe de chercheurs multidisciplinaires (réadaptation, informatiques, ingénierie) développe un fauteuil roulant motorisé intelligent (FRMI) pouvant naviguer de façon autonome tout en évitant les obstacles. Les personnes avec des incapacités motrices, sensorielles ou cognitives importantes pourraient bénéficier d’une telle technologie. Nous avons réalisé une étude dont l’objectif était de comprendre les barrières et facilitateurs à l’utilisation du FRMI dans un contexte réel. Des entrevues individuelles semi-dirigées ont été menées auprès de 12 usagers potentiels du FRMI et de 4 proche-aidants. Étant donné qu’il s’agit d’une innovation qui n’est pas encore offerte sur le marché, une vidéo de 4 minutes démontrant les fonctionnalités du FRMI dans un centre d’achat (partenaire du Living Lab du CRIR) a été produite et présentée aux participants lors des entrevues afin de leur permettre de s’exprimer sur le FRMI sans l’avoir essayé. L’analyse thématique démontre que les participants anticipent à la fois des avantages en lien avec l’utilisation du FRMI en contexte réel (ex. meilleure habilité à éviter les obstacles) et des défis (ex. pertinence du FRMI selon les activités effectuées). L’implication des usagers dans le processus de développement du FRMI permet le développement de technologies qui correspondent aux besoins des usagers.       

Projet financé par PSI-CRIR et RQRV.  

14 h 15_rem_
Luc Courchesne Université de Montréal

De l’art interactif aux architectures collaboratives : 15 ans de recherche appliquée et de développement expérimental à la Société des arts technologiques (SAT)

(Afficher le résumé)

Le programme de recherche appliquée et de développement expérimental à la SAT, né au milieu des années 90 des expérimentations en art interactif et procédural, s’intéresse désormais aux processus propres aux cultures participatives. Cette orientation ne présente pas un changement de cap mais plutôt une redéfinition de la notion d’interactivité qui devient centrale et polymorphe avec l’importance grandissante des médias sociaux, des données ouvertes et signifiantes, des paradigmes d’intelligence ambiante et collective, et de la responsabilisation citoyenne qui caractérisent notre époque. Les logiciels, les dispositifs et les plates-formes immersives, interactives et connectées de la SAT évoluent ainsi vers la création d’architectures collaboratives qui viennent en appui aux projets de création impliquant des niveaux de complexité accrue, soit parce qu’ils explorent des démarches inédites, soit parce qu’ils comportent des éléments procéduraux et des interaction multiples, ou soit parce qu’ils invitent la participation d’un grand nombre d’intervenants dans les processus de co-création et d’innovation ouverte/continue. C’est vers les approches systémiques caractéristiques des paradigmes d’intelligence ambiante et collective que se dirige ainsi le programme de recherche. À terme, cette démarche conduira à la définition d’un nouvel espace de réflexion et d’action, combinant les dimensions physiques et virtuelles de l'expérience du réel.

14 h 45_rem_
Jacques A. DE GUISE ÉTS - École de technologie supérieure

Un écosystème d’innovation en technologies de la santé, l’exemple du Laboratoire de recherche en imagerie et orthopédie (LIO) de l’ETS et du CRCHUM

(Afficher le résumé)

Depuis plus de 15 ans, un groupe de professeurs/chercheurs de l’ÉTS de l’université du Québec a transporté ses activités de recherche au sein du Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal.  Cette expérience ad hoc de co-création de technologies médicales unissant des ingénieurs et des cliniciens a permis de créer un réel écosystème d’innovation puisque la grande majorité des projets réalisés au sein de ce laboratoire ont aussi été effectués en partenariat étroit avec des entreprises du secteur des sciences de la vie et des technologies médicales.  On peut citer comme exemples le système de radiographie biplan EOS à très basse dose d’irradiation de la compagnie française EOS Imaging, le système d’évaluation fonctionnelle de la biomécanique du genou KneeKG de la compagnie québécoise EMOVI et des fonctions de post traitement des images médicales pour la reconstruction 3D des structures rénales de la compagnie québécoise ORS. Fort de ces expériences, les acteurs du LIO ont réalisé récemment une étape marquante pour l’accélération du transfert des technologies innovantes, soit la certification de leur système de management de la qualité conformément aux exigences de la norme internationale ISO 13485 :2003.  Le LIO représente un exemple bien vivant du grand intérêt d’unir de façon organique et efficiente tous les acteurs de l’innovation dans un secteur aussi règlementé et complexe que celui des technologies médicales.

15 h 15_rem_
Pause
15 h 30_rem_
Joyce Fung Université McGill, Samir Sangani , Tamar Weiss , Rachel Kizony

Virtual simulation of the Place Alexis Nihon Living Lab to characterize cognitive and motor abilities associated with shopping behaviors in the mall

(Afficher le résumé)

The advance of computer science technology has enabled virtual environments (VEs) to be applied as a clinical tool for rehabilitation. Computer simulations using ecologically valid, complex life-like interactions can be tailored dynamically to characterize and precisely measure functional behavior in response to different stimuli. However, most VEs do not reflect the complex situations usually present in the physical environment or allow precise control over key variables in the simulation, e.g. user interaction with virtual objects. There is thus a need for a more systematic and context-specific approach to the development of virtual simulations of complex environments such as those presented by Place Alexis Nihon. The main objective of this project is to create a realistic, functional VE of an enclosed section of the mall, with a second functional goal of enabling the researcher to develop functional tasks that can be used to identify and provide metrics about user’s cognitive and motor abilities. Through a series of training and simulations, participants are guided to shop for items in the virtual mall, while user movements are tracked using a joystick. Complex, ecological VEs representing realistic, scaled models are thus created to provide a simple yet dynamic and context-specific rehabilitation tool.

16 h 00_rem_
Patricia Garel CHU Sainte-Justine

Réalité immersive et métacognition : un projet co-créatif du Living Lab SAT/CHU Sainte-Justine

(Afficher le résumé)

Dans le cadre du chantier “Réalité virtuelle immersive” du living lab SAT / CHU Ste-Justine, un premier projet pilote visant à évaluer le potentiel des techniques d’immersion dans le cadre du programme de l’Espace Transition du département de psychiatrie du CHU Ste-Justine, d’en observer l’impact sur un groupe d’adolescents et d’apprécier les risques éventuels de telles techniques fut effectué. Le projet visait également à expérimenter l’intérêt d’un d’une démarche d'innovation de type Living Lab pour ce type de patients - dispositif où les usagers contribuent de façon co-créative à toutes les étapes du processus d'innovation. Un tableau de l’approche méthodologique et des observations recueillies sera brossé, suivi d’une présentation des orientations futures permettant d’intégrer les approches de réalité virtuelle immersive dans un contexte permettant de bonifier la relation patient-médecin en contexte thérapeutique.

16 h 30 - 18 h 30
Cocktail
Cocktail
Bâtiment – Local : Pavillon Alexandre-Vachon – 3840

Vendredi 10 Mai 2013

9 h 00 - 10 h 30
Les communautés de pratique
Communications orales
Bâtiment – Local : Pavillon Alexandre-Vachon – 3840
9 h 00_rem_
Tiiu Vaikla-poldma Université de Montréal

Les communautés de pratique et le laboratoire vivant MALL : la recherche en action et en collaboration

(Afficher le résumé)

Le laboratoire vivant MALL ( Mall as a Living Lab) a été créé avec la perspective de regrouper plusieurs acteurs ayant des intérêts divers, mais ayant en commun la volonté d'améliorer l’accès et la qualité des milieux de vie des personnes ayant des déficiences physiques ou cognitives. Pour regrouper l'ensemble des personnes et des chercheurs impliqués, une première communauté de pratique (CdP) a été initiée. Elle réunit des acteurs clés: cliniciens et chercheurs en réadaptation, personnes ayant des déficiences, utilisateurs, non-utilisateurs, employés, commerçants et propriétaires de centres-commerciaux, etc. Cette CdP vise à identifier les indicateurs de «réussite» du projet. Les discussions entre les membres de la CdP mettront l'accent sur les mesures de la performance (qualitative et quantitative). Les consensus issus de ces discussions seront reliés au modèle logique grâce à la collaboration du Groupe de travail sur les statistiques et l'évaluation.

Après l'identification du succès des indicateurs, la CdP aura pour prochain but de veiller à la planification et à la réalisation des objectifs au cours des trois prochaines années. Des CdPs additionnelles seront créées au fur et à mesure que les besoins émergeront, et ce pendant toute la durée du projet. Seront alors présentés: le concept de CdP, le développement des diverses CdP dans le cadre du Laboratoire vivant, et les retombées anticipées de ces CdPs.

9 h 30_rem_
Anne Moïse-Richard Centre de réadaptation Marie Enfant du CHU Sainte-Justine, Isabelle Kostecki Umvelt Service Design

Design d’une expérience de « téléprésence augmentée » dédiée aux troubles de la communication dans le cadre du Living Lab SAT/CHU Sainte-Justine

(Afficher le résumé)

Dans le cadre d'un projet pilote réalisé en 2012, le co-design d'un dispositif de téléprésence dédié aux troubles de la communication est effectué. Ce dernier représente la première étape d'un projet visant à bonifier l'expérience thérapeutique actuelle en simulant des situations communicationnelles réelles en espace contrôlé de façon plus réaliste. L'objectif principal de la démarche est permettre aux thérapeutes de micro-graduer d'avantage l'exposition et faciliter d'avantage l'acquisition de compétences communicationnelles et la généralisation de la fluidité chez les usagers tout en maximisant l'adoption du dispositif par ces derniers.

Ce projet a été mené dans le sein du programme en trouble de la communication au Centre de réadaptation Marie-Enfant du CHU St-Justine par une équipe multidisciplinaires composée d'usagers, de cliniciens, d'artistes-développeurs et d'ethnographes. La méthodologie de recherche action, les activités de co-design ainsi que les résultats de l'expérimentation avec un groupe de jeunes enfants sont présentés.

10 h 00_rem_
Jordy Colobrans i2CAT

Santé, Living Lab et innovation

(Afficher le résumé)

In this talk, we will describe a co-design process consisting of creating and producing a solution (i.e. mobile app) to integrate mobility, assistance and inspiration for seniors and elders. This project is integrated in a larger European program from AAL (Assistance Living) coordinated by the Coopenhagem Living Lab. The talk will report on how integrating ethnography with users can help designers to build a user-centered solution

10 h 30_rem_
Pause
10 h 45 - 11 h 45
Environnements urbains
Communications orales
Bâtiment – Local : Pavillon Alexandre-Vachon – 3840
10 h 45_rem_
Yan Grenier Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale, Normand Boucher Université Laval, Patrick Fougeyrollas Institut de réadaptation en déficience physique de Québec

Le pont entre le processus de production du handicap (PPH), la modélisation de l’environnement et les outils de mesure de l’accessibilité de l’environnement urbain

(Afficher le résumé)

S’inscrivant dans une démarche de conceptualisation et de modélisation des déterminants environnementaux de la participation sociale des personnes ayant des incapacités, ce projet de recherche a pour objectif d’appliquer le modèle du PPH à l’environnement urbain pour le modéliser en fonction d’une sous-dimension de l’accès qui est celle de l’accessibilité (Penchansky et Thomas 1981). D’une part, la démarche conceptuelle permet une amélioration du modèle du PPH par son opérationnalisation et son déploiement dans un outil visant l’identification et l’évaluation des différents éléments qui composent l’environnement urbain et qui constituent autant d’obstacles que de facilitateurs à la participation sociale et à l’exercice des droits. D’autre part, ce cadre conceptuel permet la modélisation des différents projets de recherche (Ville laboratoire) menés par les chercheurs du Centre Interdisciplinaire de Recherche en Réadaptation et en Intégration Sociale (CIRRIS) en fournissant un lieu de référence heuristique afin d’y dégager des indicateurs de mesure et des qualificateurs de l’accessibilité urbaine.

Il en résulte une vaste modélisation de l’environnement et l’intégration de divers outils de mesure afin d’appréhender l’interaction entre la personne et son environnement; favoriser le développement de connaissances et; proposer des idées novatrices à différentes échelles : sur le plan de l’élaboration de politiques sociales et de l’amélioration des habitudes de vie.  

11 h 15_rem_
Stéphanie Gamache Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale

Mesure de l’accessibilité aux infrastructures urbaines pour les adultes présentant des déficiences physiques (MAUAP)

(Afficher le résumé)

L’évaluation de l’accessibilité aux infrastructures urbaines constitue un pré requis à l’adaptation de l’environnement pour des personnes présentant des déficiences physiques (motrices, visuelles ou auditives). L’objectif ici consiste à présenter la Mesure de l’accessibilité aux infrastructures urbaines pour les adultes présentant des déficiences physiques (MAUAP, www.cirris.ulaval.ca/index.php?rub=3&sous_rub=94&lang=fr) ainsi que son développement et sa validation. La mesure, développée suite à une revue de littérature, pré-testée avec des chercheurs (n=5) et validée par des experts (n=14), comprend 135 items regroupés en sept sections (11-33 items/section): stationnement, milieu piétonnier, accès à l’édifice de l’extérieur, aires de déplacement intérieures, infrastructure d’apprentissage et de loisirs, services et salle de toilette(s) publique. Chaque item est évalué à l’aide d’une échelle ordinale à quatre niveaux: 1-Nulle (0% accessible), 2-Faible-modérée (<50 % accessible), 3-Modérée-excellente (≥50% accessible), 4-Exemplaire (100% accessible). La validité de construit de la MAUAP est questionnable, mais son étude nous porte à croire qu’elle est potentiellement plus précise que d’autres mesures existantes. En facilitant la communication et les échanges entre les différents professionnels de la construction et de la santé, la MAUAP favorisera potentiellement l’inclusion sociale et l’utilisation des milieux urbains pour tous.

11 h 45_rem_
Dîner
13 h 30 - 15 h 00
L’être humain dans son milieu
Communications orales
Bâtiment – Local : Pavillon Alexandre-Vachon – 3840
13 h 30_rem_
Guylaine Le Dorze Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain, Christine Alary Gauvreau Centre de Recherche Interdisciplinaire en Réadaptation - Hôpital juif de réadaptation, Jeanne Massicotte Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal, Cynthia Perreault Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain, Carole Anglade Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain, Emilie Salois-Bellerose Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain, Marjolaine Alepins Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain, Marie-Christine Hallé Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain, Claire Croteau Université de Montréal, Eva Kehayia Université McGill, Bernard Michallet UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières

L’environnement et la participation sociale des personnes aphasiques depuis un accident cérébrovasculaire (AVC)

(Afficher le résumé)

Malgré une réadaptation réussie, il est fréquent que les personnes atteintes d’aphasie (un trouble du langage et de la communication) à la suite d’un AVC participent peu aux activités en dehors de chez elles. Longtemps on a cru que les troubles du langage expressifs et réceptifs des personnes aphasiques étaient en cause dans leur participation sociale réduite. En fait, le rôle de l’environnement n’a pas été exploré suffisamment, alors qu’un trouble de la communication va nécessairement nuire aux deux parties engagées dans une interaction. Une première étude auprès de 19 personnes aphasiques montre que des facteurs de l’environnement social influencent leur participation, en plus de leurs incapacités et les efforts consentis pour les surmonter. Une deuxième étude a examiné comment huit personnes aphasiques et huit proches décrivent leur participation (ou non) dans les centres commerciaux. Leurs attentes par rapport à un centre commercial accueillant ont aussi été documentées dans des discussions en petits groupes. Il ressort que plusieurs facteurs de l’environnement physique agissent comme des obstacles, entravant l’accès et la circulation dans les centres commerciaux. Par ailleurs les interactions avec le public sont difficiles à cause de la méconnaissance de l’aphasie et des manières de s’y ajuster.

14 h 00_rem_
Michel Desjardins À déterminer, Kathrina Mazurik , Ève de Grosbois , Tiiu Vaikla-poldma Université de Montréal

Idéologie dominante et expériences personnelles de l’inclusion/exclusion, les constructions parallèles et contradictoires des obstacles à la participation sociale

(Afficher le résumé)

Depuis le milieu des années 1980, l’idéologie de l’inclusion s’est imposée graduellement au point de devenir dominante à l’aube du 21e siècle (Griffo, 2008).  Cette approche prône l’insertion immédiate de toutes les personnes dites handicapées dans toutes les sphères de la vie sociale, et ce, sans égard à la nature de leur différence (Dreyer, 2008; United Nations, 2006).  Le modèle social et le principe de l’accessibilité universelle se sont développés dans le prolongement de ce courant idéologique et ils reposent sur les notions d’obstacle à la participation sociale et d’égalité des chances (Olsen et Clarke, 2001).  Dans le cadre de cette présentation, nous contrastons la construction idéologique de ces deux notions, selon le modèle social du handicap, à l’expérience que des personnes qui présentent des incapacités motrices (4) ou visuelles (4) ont des barrières à leur pleine participation sociale. Les données recueillies, principalement à l’aide d’histoires de vie et d’entrevues semi-structurée, ont été analysée selon les perspectives de l’herméneutique critique (Ricoeur, 1985).  Notamment, nous examinerons la polysémie des notions d’obstacle, de participation sociale et d’égalité des chances, d’une part, entre l’idéologie dominante et les personnes handicapées, d’autre part, dans les constellations de sens et les mondes vécus des personnes elles-mêmes.

14 h 30_rem_
Hélène Lefebvre Université de Montréal, Marie Josée Levert Université de Montréal, Mélanie Perroux Université de Montréal, Guylaine Le Dorze Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain, Claire Croteau Université de Montréal, Pierre-Yves Therriault Université de Montréal, Bernard Michallet UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières

Que disent les personnes ayant un traumatisme crânien de leur fréquentation des lieux publics ?

(Afficher le résumé)

L’évaluation du projet d’Accompagnement citoyen en Intégration Communautaire pour les personnes ayant un traumatisme crânien a permis de recueillir les propos de ces personnes sur leur fréquentation des lieux publics ainsi que les propos des accompagnateurs citoyens sur le sujet. But : cette analyse secondaire porte sur les éléments facilitant ou entravant la réalisation des activités dans l’espace public. Échantillon : 9 personnes (3 TCC légers, 6 TCC modéré ou sévère) âgées de 29 à 69 ans on participé à l’étude et 5 accompagnateurs. Méthodologie : Il s’agit d’un devis qualitatif  réalisé par des entrevues individuelles auprès des personnes ayant un traumatisme crânien et de l’analyse des comptes-rendus des accompagnateurs. Une analyse thématique a été réalisée sur les entrevues transcrites inextenso et les comptes-rendus. Résultats : Les résultats présentés portent sur les facteurs favorisant ou contraignant la réalisation d’activités dans les lieux publics selon la trame du modèle de chaîne d’action: la planification, le parcours, et l’utilisation du lieu. Les résultats montrent que la conception des lieux publics doit prendre en compte les besoins de confort et de sécurité et favoriser l’efficacité des personnes vivant une situation de handicap.

15 h 00_rem_
Pause
15 h 15 - 16 h 30
Table ronde
Panel
Bâtiment – Local : Pavillon Alexandre-Vachon – 3840

Participez à la conversation

Partenaire des activités scientifiques