Connexion utilisateur

81e du Congrès de l'Acfas

Colloque 631 - Méthodes statistiques et statistiques publiques : éléments clés pour la recherche et la gouverne

Du lundi 06 mai à 08 h 30 au mardi 07 mai à 17 h 00.
Responsable(s)
Jean POIRIER Université de Montréal, Sylvain Végiard Institut de la statistique du Québec
Description

L’évolution des sources et des technologies de stockage de l’information et la démocratisation des données entraînent depuis quelques années à travers le monde une augmentation exponentielle du volume de données utiles à la recherche et à la prise de décision. Le Québec n’échappe pas à ce mouvement qui concerne l’ensemble des disciplines scientifiques, incluant les sciences sociales et humaines. Ce « déluge de données », une expression de la revue The Economist, soulève de nombreux débats touchant plusieurs enjeux :

- Le développement des méthodes statistiques pour exploiter pleinement les données disponibles;

- La protection de la confidentialité des informations personnelles;

- La qualité des données provenant de nouvelles sources ou nouveaux modes de collecte;

- Le besoin de documenter les problématiques émergentes, à la frontière de plusieurs disciplines;

- La transformation des modes d’interaction entre les différents acteurs du monde de la recherche : producteurs de données, chercheurs et analystes de politiques.

Le colloque proposé (2 jours) abordera ces enjeux sous deux angles différents mais étroitement imbriqués. Dans une première journée, nous soulignerons l’année internationale de la statistique en discutant du rôle-clé du développement des méthodes statistiques dans l’analyse fondée sur les données (data-driven research), une pratique multisectorielle en émergence. Dans une deuxième journée, nous soulignerons les cent ans de production statistique publique au Québec en nous intéressant à l’évolution et aux défis que pose ce type de statistique produite par les organismes statistiques nationaux et les ministères et organismes gouvernementaux. Celle-ci constitue la principale source de données en sciences sociales et un élément-clé du processus de formulation et d’évaluation des politiques publiques.

Lundi 6 Mai 2013

8 h 30 - 8 h 45
Mot d’ouverture
Communications orales
Bâtiment – Local : Pavillon Alexandre-Vachon – 3820
8 h 45 - 10 h 45
Évolution des  besoins, nouvelles problématiques et rôle du statisticien
Communications orales
Bâtiment – Local : Pavillon Alexandre-Vachon – 3820
8 h 45_rem_
Louis-Paul Rivest Université Laval

L’utilisation de méthodes statistiques : la contribution du statisticien

(Afficher le résumé)

Aujourd’hui la disponibilité des outils statistiques est plus grande qu’elle ne l’a jamais été. L’offre de méthodes statistiques faite par les logiciels standards, par exemple SAS, STATA ou SPSS, est en constante augmentation.  Internet, entre autres par le biais du gratuiciel  R, contribue au développement et à la propagation rapide de nouvelles techniques statistiques.  Quel est le rôle du statisticien dans ce contexte? Est-ce celui d’un développeur d’outils qui transmet à des usagers potentiels le fruit de ses travaux ou bien est-il appelé à intervenir dans l’utilisation même de ces techniques.  A l’aide d’exemples tirés d’une longue pratique comme expert en statistique, j’essaierai de montrer qu’aujourd’hui, plus que jamais, le statisticien est appelé à intervenir lors de l’utilisation des méthodes statistiques.

9 h 15_rem_
Anne-Sophie Charest Université Laval

Protéger la confidentialité des données statistiques

(Afficher le résumé)

«Vos réponses seront conservées confidentielles et ne seront utilisées qu'à des fins statistiques. »

C'est le type de promesse qu'on vous fait habituellement lorsqu'on vous demande des données personnelles. Vous êtes-vous  déjà demandé comment on s'assurait de respecter cette promesse? Comment peut-on partager avec d'autres une partie du jeu de données, ou du moins les résultats de l'enquête, tout en protégeant la confidentialité de vos réponses? Dans cette présentation, je vous invite à découvrir le monde de la protection des données statistiques. Je ferai un survol des méthodes utilisées en pratique pour protéger la confidentialité de données statistiques, et en particulier les méthodes de création de jeux de données synthétiques. Je présenterai également une mesure de confidentialité très rigoureuse, la confidentialité différentielle, et parlerai de son utilisation en pratique

9 h 45_rem_
Jean-François Plante HEC Montréal

L’intelligence d’affaires : la statistique dans nos vies de consommateurs

(Afficher le résumé)

Notre usage de la technologie produit des données qui sont utilisées par les entreprises pour élaborer leur offre de produits. L’analyse de ces données massives et souvent peu structurées offre de nombreux défis statistiques. Nous présenterons une collection d'exemples illustrant les pratiques courantes en intelligence d’affaires et quelques problèmes émergents. Nous parlerons par exemple de, la controverse ayant éclaté lorsque la chaîne Target a deviné la grossesse d'une adolescente avant même que son père ne l'apprenne. Nous discuterons de problèmes méthodologiques et techniques que les statisticiens peuvent aider à résoudre, ainsi que des défis de vulgarisation nécessaires à l’adoption de solutions non triviales.

10 h 15_rem_
Bernard Clément École Polytechnique de Montréal

Méthodes de la statistique industrielle

(Afficher le résumé)

L’objectif de la présentation est de faire un survol de haut niveau des principales méthodes de statistiques industrielles y compris les méthodes du contrôle (maitrise) de la qualité. Elles ont un immense potentiel d’applications dans les entreprises industrielles de produits et de services ainsi que dans le monde des affaires. Mais on observe une résistance et des difficultés à leur implantation. Nous donnerons quelques pistes de réflexion et des éléments de solution pour contrer cette résistance.

10 h 45_rem_
Pause
11 h 00 - 12 h 30
Études régionales et modélisation statistique
Communications orales
Bâtiment – Local : Pavillon Alexandre-Vachon – 3820
11 h 00_rem_
Jean Dubé UQAR - Université du Québec à Rimouski

Apport de la modélisation statistique en développement régional et territorial

(Afficher le résumé)

En développement régional et en économie géographique, la prise en compte de la proximité spatiale devient un élément fondamental, comme le suggère la première loi de la géographie de Tobler. Les développements en analyse et en économétrie spatiales ont maintenant atteint l'âge de maturité (Anselin, 2010) après plus d'une quarantaine d'années de développement (Geographical Analysis, 2009).De nombreuses applications reposent maintenant sur cette approche et la rédaction d'un manuel de référence (LeSage et Pace, 2009) quant à la présentation des effets de rétroactions spatiaux influençant le calcul des effets marginaux.

La communication propose de présenter rapidement l'apport des statistiques spatiales, en général, ainsi que l'apport de l'économétrie spatiale, en particulier, dans la modélisation en développement régional. Elle ouvre finalement sur le développement desnouvelles méthodes ainsi que sur les apports récents du champ. Ultimement, l'application des méthodes économétriques spatiales permet de porter un éclairage nouveau sur les phénomènes de rétroactions et les effets d'entraînements, longtemps cités comme fondamentaux dans l'élaboration des politiques de développement économique.

11 h 30_rem_
Philippe Apparicio Institut national de la recherche scientifique, Véronique S. Chadillon-Farinacci INRS - UCS - Institut national de la recherche scientifique - Urbanisation Culture Société

L’apport de la détection des agrégats spatiaux en analyse régionale : exemples empiriques en santé et en criminologie

(Afficher le résumé)

Depuis une vingtaine d’années, nous assistons à une prolifération et une démocratisation des données ancrées spatialement. Cet engouement pour la spatialité découle en partie des développements méthodologiques – notamment les systèmes d’information géographique – et parallèlement l’émergence de nouvelles méthodes en analyse spatiale. Parmi elles, on compte celles qui permettent de décrire la répartition géographique d’évènements (par exemple, de santé, d’accidents, de crimes). Il s’agit alors de vérifier si les évènements se distribuent aléatoirement dans l’espace ou l’inverse, s’ils sont concentrés dans certaines parties du territoire.

Nous proposons ici d’aborder la détection des agrégats spatiaux et particulièrement les statistiques de balayage de Kulldorff (temporelles, spatiales et spatio-temporelles). Ces statistiques permettent d’identifier les zones avec des taux d’incidence d’évènements significativement plus élevés ou plus faibles par rapport au reste du territoire, et ce, en se basant sur une population de contrôle. À travers deux études empiriques, l’un relatif au domaine de la santé (don de sang), l’autre au domaine de la criminologie (crimes relatifs au
cannabis), nous verrons comment une telle approche est d’intérêt pour les décideurs, tant dans le domaine de la surveillance que de la planification.

12 h 00_rem_
Michel Hidiroglou Statistique Canada

Un survol de quelques méthodes d’estimation pour les petites régions

(Afficher le résumé)

De nombreux organismes statistiques sont confrontés à une demande croissante pour l'estimation fiable de petites régions. Ces dernières ne peuvent être satisfaites par les méthodes traditionnelles d'échantillonnage probabiliste basé sur la conception et la pondération, car elles exigent que les domaines et les tailles d'échantillon soient  suffisamment grands. Les méthodes d'estimation pour les petites régions dépendent de trouver le meilleur modèle linéaire mixte pour ces données.Cette présentation donnera un aperçu de la méthodologie pour les petites régions basée au niveau des  petites régions et des observations individuelles. Des exemples illustreront l'application de la théorie.


12 h 30_rem_
Dîner
13 h 30 - 15 h 30
L’apport de la modélisation statistique en sciences sociales et de la santé
Communications orales
Bâtiment – Local : Pavillon Alexandre-Vachon – 3820
13 h 30_rem_
Claire Durand Université de Montréal, Gérard Duhaime Université Laval

De l’impact social du choix des statistiques : la moyenne, les plus, les moins et les autres ?

(Afficher le résumé)

La question à l’origine de cette présentation est la suivante. D’une part, il faut analyser les inégalités socio-économiques pour être en mesure de mieux les comprendre et éventuellement de les combattre. D’autre part, selon le type d’analyse que l’on fait, on peut contribuer à alimenter les inégalités en ce sens que les analyses descriptives, par exemple, perpétuent presque automatiquement une image qui veut que les hommes blancs seront toujours dans les “plus” – les plus riches, les plus fréquemment en emploi, etc. – et tous les autres groupes – les femmes, les minorités visibles, les immigrants, les Autochtones – parmi les “moins”. Par ailleurs, le simple fait d’utiliser des catégories comme les “Autochtones”, les “minorités visibles” tend à renforcer la perception que ce sont des catégories clairement définies et homogènes. La présentation utilisera l’exemple des Autochtones pour questionner l’utilisation que l’on fait de la catégorie Autochtone et les analyses qui en découlent, ceci à l’aide des données des recensements de 2001 et 2006 et de l’Enquête auprès des peuples autochtones (EAPA) de 2006.

14 h 00_rem_
Eric Lacourse Université de Montréal

Méthodes d’analyse du changement fondées sur la trajectoire de développement individuelle : une revue appliquée de l’approche par variable latente catégorielle

(Afficher le résumé)

Les modèles de variables latentes représentent une variété de méthodes d’analyse du changement fondées sur la trajectoire individuelle de développement. Ces méthodes partagent certaines caractéristiques de base. Par exemple, elles permettent toutes de décrire l’évolution d’attributs individuels au fil du temps (changement intraindividuel), ainsi que les variations au sein d’une population quant à ces patrons d’évolution individuels (variations interindividuelles). Par ailleurs, plusieurs éléments distinguent les différentes méthodes, notamment la flexibilité des conditions d’utilisation requises. Cette présentation compare l’utilité, les forces et les limites du modèle semiparamétrique de mixture postulant une distribution discrète des paramètres de la variable latente et permettant plusieurs formes distributionnelles pour les variables observées (illustrée à l’aide de la procédure SAS PROC TRAJ). Divers exemples seront présentés dont les résultats ont été analysés à partir des données de grandes études longitudinales québécoise et canadiennes.

14 h 30_rem_
Lise Gauvin Université de Montréal, Clément Dassa Université de Montréal

L’analyse multiniveaux : apport dans l’étude des inégalités sociales de santé

(Afficher le résumé)

La recherche en épidémiologie et santé publique est riche de données probantes qui démontrent que la santé des individus et des populations est fonction de déterminants sociaux situés à  différents niveaux de l’écologie humaine.  Or, pour bien comprendre le rôle de ces différents déterminants sociaux sur la santé et pour mieux étudier l’impact d’interventions visant la réduction des inégalités sociales de santé, l’analyse multiniveaux est un outil incontournable. Ce type d’analyse réfère à un ensemble de techniques statistiques qui s’inscrit dans le cadre de la généralisation du modèle linéaire général. Elles permettent le traitement de données structurées hiérarchiquement ou imbriquées dans plusieurs unités d’analyse. Il est ainsi possible d'examiner les associations qui existent entre les variables situées à différents niveaux. Dans cette présentation, nous décrirons le modèle d’analyse multiniveaux et illustrerons son apport à l’étude des inégalités sociales de santé et des interventions visant leur réduction en citant des exemples disponibles dans les écrits scientifiques. L'application de l'analyse multiniveaux a permis de faire des percées importantes dans l'étude des inégalités sociales de santé et elle s'avère essentielle pour bien rendre compte de la complexité des processus qui sont en cause.

15 h 00_rem_
Philip Merrigan UQAM - Université du Québec à Montréal

Le traitement de l’hétérogéneité dans l’évaluation d’effets causals en économétrie

(Afficher le résumé)

Les vingt dernières années en recherche microéconométrique ont été marquées par le traitement de l’hétérogénéité des effets causals dans les modèles d’évaluation. Si il est assez simple d’identifier les types d’effets qui sont d’intérêt pour les praticiens (effet moyen, effet moyen pour le groupe traité etc.) sous l`hypothèse de normalité, la recherche récente montre qu’il est possible de retrouver ces effets de manière non-paramétrique. Nous verrons sous quelles conditions ces estimés sont crédibles et quels sont les conséquences de tous ces développements pour les praticiens. 

 

15 h 30_rem_
Pause
15 h 45 - 17 h 15
Méthodes quantitatives en sciences humaines
Communications orales
Bâtiment – Local : Pavillon Alexandre-Vachon – 3820
15 h 45_rem_
Nathalie Loye Université de Montréal

Historique d’une communauté de chercheurs en sciences humaines – MQSH

(Afficher le résumé)

Nombre de chercheurs en sciences humaines développent ou appliquent des méthodes statistiques ou psychométriques de pointe. C’est le cas par exemple dans les domaines de l’éducation ou de la psychologie. Tous ces chercheurs ne sont pas statisticiens de formation, néanmoins ils sont reconnus dans leurs milieux respectifs et travaillent des problématiques variées et ancrées dans des préoccupations sociales et humaines. La communauté MQSH (Méthodes quantitatives et sciences humaines) est née en 2008 afin d’offrir à ces chercheurs une tribune où présenter leurs travaux respectifs devant un auditoire apte à les comprendre et à les apprécier. Le colloque annuel du MQSH se tiendra pour la 5e fois en juin 2013. Cette présentation vise à faire l’historique des sujets abordés pendant ces cinq années et à montrer la variété des sources de données, des traitements statistiques ou psychométriques et des problématiques traitées depuis 2008 par cette communauté de chercheurs.

16 h 15_rem_
Léon Harvey UQAR - Université du Québec à Rimouski

La modélisation des états non directement observables à partir de variables latentes : un véhicule pour l’avancement des connaissances en sciences appliquées

(Afficher le résumé)

Dans cette communication, nous défendrons la thèse que la modélisation de construits non directement observables à partir d'états latents représente un véhicule important qui permet de faire avancer les connaissances en sciences appliquées. De ce fait, elle constitue une avancée épistémologique importante qui a des retombées dans plusieurs, dont la psychologie et l'éducation. Nous illustrerons cette thèse à partir de plusieurs de nos recherches réalisées en enseignement supérieur au cours des dernières années. Mentionnons le développement des compétences; la théorie classique des tests qui a été remplacée par l'utilisation d'analyses factorielles confirmatoires et la théorie des réponses aux items et que ce type de développement a permis, notamment, de remettre en question ou de valider la structure factorielle de différents construits. Le concept de validité de construit curriculaire a de plus été introduit afin de caractériser le jugement qui est effectué sur la matrice Cours/compétences qui caractérise les programmes de formation par compétences. Finalement, la modélisation par équations structurelles qui permet d'étudier les relations causales entre des construits complexes comme c'est le cas par exemple, entre les conceptions de l'enseignement et les croyances épistémologiques des futurs enseignants. 

16 h 45_rem_
Gilles Raiche UQAM - Université du Québec à Montréal, Sébastien Béland UQAM - Université du Québec à Montréal, David Magis Université de Liège

Modèles polytomiques issus de la théorie de la réponse à l’item




(Afficher le résumé)

Les  items  qui  composent  les  échelles  de  mesure  en  éducation  et  en sciences humaines sont fréquemment associées à plus de deux choix de réponses. Il s'agit alors d'items à réponses polytomiques. Plusieurs modélisations issues de la théorie de la réponse à l'item ont été proposées pour calibrer de telles échelles de mesures. Lorsque les choix de réponses ne sont pas ordonnés, les modèles à réponses nominales peuvent être utilisés. Lorsque ces choix sont ordonnés, les modèles gradués, à crédit partiel ou à appréciation peuvent être appliqués. Cette communication a pour objectif de présenter ces différentes modélisations et d'identifier des solutions logicielles pour effectuer la calibration. La présentation sera effectuée à l'aide d'un exemple  auquel les différentes modélisations seront appliquées. Il sera ainsi possible de comparer les paramètres d'items et de personnes obtenus à l'aide de chacune des modélisations retenues

17 h 15_rem_
Mot de clôture
17 h 15 - 19 h 15
Cocktail afin de souligner l’année mondiale de la statistique, cent ans de statistiques publiques au Québec, et le lancement de l’ouvrage Vieillissement démographique : de nombreux enjeux à déchiffrer
Cocktail
Bâtiment – Local : Pavillon Alexandre-Vachon – Hall du 3820

Mardi 7 Mai 2013

8 h 30 - 8 h 45
Mot d’ouverture
Communications orales
Bâtiment – Local : Pavillon Alexandre-Vachon – 3820
8 h 30_rem_
Stéphane Mercier Institut de la statistique du Québec

Cent ans de statistiques publiques au Québec et perspectives d’avenir

(Afficher le résumé)

L’Institut de la statistique du Québec (Institut) a pour mission de fournir des informations statistiques fiables et objectives sur la situation du Québec quant à tous les aspects de la société québécoise pour lesquels de telles informations sont pertinentes.

Ces informations enrichissent les connaissances, éclairent les débats et appuient la prise de décision des différents acteurs de la société québécoise et la recherche. La prestation de services de l’Institut est faite avec la volonté de développer la connaissance, de démocratiser l’information statistique et de faciliter l’accès aux données dans le respect de la confidentialité.

L’Institut a été créé le 1er avril 1999 à la suite de l’adoption de la Loi sur l’Institut de la statistique du Québec par l'Assemblée nationale du Québec, le 19 juin 1998. Il incorporait quatre entités antérieurement indépendantes qui ont marqué l’histoire de la statistique au Québec : le Bureau de la statistique du Québec, l'Institut de recherche et d'information sur la rémunération, Santé Québec et le personnel du ministère du Travail affecté à la réalisation de l'enquête sur la rémunération globale.

Bien que l’histoire de l’Institut soit récente, ses racines sont vieilles de 100 ans. Or, comment doit-on envisager l’avenir de la statistique publique et le rôle de l’Institut dans le contexte de l’évolution des systèmes statistiques canadien et québécois ?

8 h 45 - 10 h 15
Mise en perspective des systèmes de statistique publique
Communications orales
Bâtiment – Local : Pavillon Alexandre-Vachon – 3820
8 h 45_rem_
Jean-Pierre Beaud UQAM - Université du Québec à Montréal

Statistique et débat public

(Afficher le résumé)

Les statistiques, pour des raisons qu’il faudrait étudier attentivement mais qui tiennent sans doute à l’image, forte, de technicité qu’elles véhiculent, font rarement l’objet de débats publics largement médiatisés, hormis lorsque les données sont suspectées d’avoir été trafiquées. La controverse de 2007 en Argentine est un cas, maintenant bien documenté, de manipulation avérée des chiffres ou, plus exactement, des procédures de fabrication de ces chiffres: l’institut argentin de statistique, subissant de puissantes pressions de la part du gouvernement péroniste de Cristina Kirschner, a opéré une série de « changements dans sa méthodologie » qui ont eu pour effet de conduire à la production de chiffres de l’inflation peu crédibles et, à terme, de discréditer largement l’INDEC.

Notre objectif, dans cette communication, est de présenter quelques exemples de débats publics structurés autour de questions statistiques. S’ils ne conduisent pas tous à semer le doute quant à l’indépendance du bureau statistique concerné, ils peuvent, à tout le moins, mettre en cause certains éléments de ses pratiques, de ses structures, de ses politiques, de son fonctionnement. Une esquisse de typologie des différentes formes de débats publics mettant en scène un bureau statistique sera proposée.

9 h 15_rem_
Jean-Guy Prévost UQAM - Université du Québec à Montréal, Francis Dionne UQAM - Université du Québec à Montréal

Indépendance de la statistique officielle : un examen comparé

(Afficher le résumé)

L’indépendance de la statistique officielle est bien sûr étroitement liée à la confiance du public dans la validité de celles-ci et au degré de coopération que mettront les répondants à fournir les informations requises. Cette communication s’appuiera sur un examen des différents moyens qui ont été mis en place, dans plusieurs pays, afin d'assurer ou de renforcer cette indépendance. Après avoir situé le problème dans le cadre plus large des transformations qu’a connues l’administration publique au cours des dernières décennies, nous allons définir plus précisément cette notion d’indépendance de la statistique, en distinguant notamment entre violation de l'indépendance, pressions politiques et controverses relatives à la méthodologie, à l'interprétation, voire à la pertinence des données. Nous examinerons ensuite comment, dans un certain nombre de pays, divers moyens ont été mis en place en vue de renforcer ou de garantir l'indépendance de la statistique. Parmi ceux-ci : les références légales explicites à la notion d’indépendance; la position du bureau statistique dans l’architecture institutionnelle de l’État ; les procédures de nomination et de révocation du statisticien en chef ; les pouvoirs et le prestige des organismes consultatifs liés à la statistique ; l’existence et la publicité de codes d’éthique ; l’existence de mécanismes d’assurance-qualité ; et les politiques de diffusion des données (calendrier de publication et embargo sur les données).

9 h 45_rem_
Chantal Girard Institut de la statistique du Québec

Un siècle de statistiques démographiques au Québec

(Afficher le résumé)

La population change, les besoin en statistiques aussi. Au moment de la création d’un organisme central de statistiques en 1913, le Québec comptait un peu plus de 2 millions d’habitants. Au cours des 100 années qui ont suivi, la population a été multipliée par quatre, à travers l’évolution de la fécondité, de la mortalité et des mouvements migratoires. Ainsi, le nombre de naissances a connu des hauts et des bas importants (le plus connu étant évidemment le baby-boom d’après-guerre), plus de 30 années d’espérance de vie ont été gagnées, la part de la population immigrante s’est accrue et les pays de provenance des nouveaux arrivants se sont diversifiés. Ces évolutions ont fait en sorte de transformer la structure par âge de la population du Québec, de même que sa composition ethnoculturelle.

En s’appuyant sur les différentes sources de données disponibles (Registre des événements démographiques, recensements, estimations démographiques, etc.) et sur des travaux publiés au tournant du millénaire (Duchesne, 1999; Piché et LeBourdais, 2003), cette communication vise à présenter les grandes lignes de la situation démographique québécoise de 1913 à nos jours, et à tracer une esquisse des années à venir. Des parallèles avec les besoins passés, présents et futurs en données démographiques seront faits.

10 h 15_rem_
Pause
10 h 30 - 12 h 05
La statistique publique et l’appui à la gouverne – 1
Communications orales
Bâtiment – Local : Pavillon Alexandre-Vachon – 3820
10 h 30_rem_
Patrice Gauthier Institut de la statistique du Québec, Nadège Jean Institut de la statistique du Québec

La comparaison de la rémunération globale au Québec : quand l’indépendance de l’observation statistique prend la forme d’une approche paritaire

(Afficher le résumé)

Au Québec, la décennie 1970 a été marquée par de nombreux et difficiles conflits de travail, entre autres dans les relations entre le gouvernement et les employés de l’État. Le tournant des années 1980 et une récession majeure, à laquelle le Québec n’a pas échappé, n’apaiseront en rien ces relations de travail tumultueuses, bien au contraire. C’est dans ce contexte que l’on assiste en 1985 à la création de l’IRIR, un organisme chargé d’informer le public de l’état et de l’évolution de la rémunération globale des salariés du gouvernement en comparaison avec celle des autres salariés québécois. Coïncidence ou prévoyance, la mission de cette nouvelle entité compte plusieurs éléments s’apparentant à celle d’une agence statistique : indépendance, impartialité, publication à date fixe, etc. Mais dans un monde de négociateurs où les luttes sont parfois menées sur la place publique et dans les journaux à coups d’études orientées, la naissance de l’IRIR est vue avec scepticisme.

La présentation exposera sommairement l’approche utilisée pour asseoir la crédibilité de l’organisme au cours des premières années. Ensuite, une attention sera portée sur les années 2000 alors que le mandat de l’IRIR est intégré à celui de l’ISQ, nouvelle agence statistique au Québec. Au cours de cette dernière décennie, ce sont les mécanismes propres aux méthodes utilisées et à la collecte des données de l’enquête sur la rémunération globale, servant de base à la comparaison, qui seront revus.

10 h 50_rem_
Bertrand Perron Institut de la statistique du Québec, Nancy Illick Institut de la statistique du Québec

Les enquêtes longitudinales nationales : comment maximiser les bénéfices pour la gouverne ?

(Afficher le résumé)

Les enquêtes longitudinales menées auprès d’échantillons à représentativité nationale offrent de puissantes possibilités d’analyse, plus particulièrement en termes de compréhension du changement, et ce, dans plusieurs domaines d’intérêt pour les politiques publiques. Compte tenu que ce type d’enquêtes nécessite l’injection de fonds publics importants, il est primordial que les retombées pour la gouverne soient probantes.

Dans quelles conditions devrait-on développer et réaliser des enquêtes longitudinales pour que les décideurs publics en tirent un maximum de bénéfices ? À quels risques doit-on être attentifs afin de ne pas compromettre l’atteinte de cet objectif ?

Des pistes de réflexion sont mises de l’avant concernant les différents défis que posent ces problématiques. Ces défis invitent à faire preuve d’innovation et interpellent différentes dimensions des enquêtes longitudinales : intégration des différents besoins en données, développement de partenariats, stratégies d’échantillonnage et de collecte, gestion de l’attrition, expertise méthodologique et capacité d’analyse, démocratisation des données, transfert de connaissances de la recherche vers la gouverne, intelligibilité des résultats, planification des cycles d’enquêtes, etc.

11 h 10_rem_
Robert Courtemanche Institut de la statistique du Québec, France Lapointe Institut de la statistique du Québec

L’évolution de la méthodologie des enquêtes de santé du Québec au cours des 25 dernières années

(Afficher le résumé)

En 1987, la première enquête de santé d’envergure à portée régionale, l’Enquête santé Québec, a permis de recueillir des données sur plus de 11 000 ménages répondants regroupant plus de 30 000 personnes. Elle a été suivie par deux autres enquêtes comparables, celle de 1992-93 et celle de 1998. L’arrivée en 2000 d’une enquête canadienne de santé à portée régionale, l’Enquête canadienne de santé dans les collectivités canadiennes, a mis un terme à cette série d’enquêtes québécoises. En 2008 cependant, afin de combler des lacunes au niveau de certains besoins statistiques du Québec, l’Enquête québécoise de santé de la population a été menée; elle sera suivie par une autre enquête semblable en 2014.

Au fil du temps, les choix méthodologiques pour la réalisation des enquêtes de santé ont notamment été guidés par des préoccupations relatives à la couverture de la population québécoise, à la fiabilité des estimations tirées de ces enquêtes et à leur comparabilité dans le temps. Dans cette présentation, nous analyserons l’évolution de la méthodologie de ces enquêtes. Nous nous attarderons principalement aux méthodes de collecte, aux bases de sondage et aux taux de réponse obtenus.

11 h 30_rem_
Ghyslaine Neill Institut de la statistique du Québec

Les enquêtes sur l’organisation des services de santé et des services sociaux en appui aux décisions

(Afficher le résumé)

La mise en œuvre du  programme d’enquêtes populationnelles de santé de Statistique Canada a été l’occasion de réviser celui du Québec à la lumière des nouveaux besoins exprimés par les divers acteurs du réseau de la santé. Outre l’Enquête québécoise de santé de la population menée en 2008 et l’Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire (2010-2011); une série d’enquêtes plus axées vers les besoins liés à l’organisation et à la gestion des services a été réalisée : l’Enquête sur la satisfaction des usagers à l’égard des services de santé et des services sociaux (2007), l’Enquête québécoise sur la qualité des services de lutte contre le cancer (2008), l’Enquête québécoise sur l’expérience de soins (2010-2011) et l’Enquête québécoise sur les limitations d’activités, les maladies chroniques et le vieillissement.
Les choix méthodologiques pour la réalisation de ces nouvelles enquêtes ont été guidés par des préoccupations relatives à une meilleure compréhension des caractéristiques et des besoins des clientèles et des populations pour mieux comprendre l’évolution des besoins de services. Dans cette présentation, nous analyserons  l’évolution des besoins et son influence sur la méthodologie de ces enquêtes. Nous décrirons l’évolution du programme d’enquêtes ainsi que les méthodes de collecte, les bases de sondage, les résultats et leurs utilisations possibles.


12 h 05_rem_
Dîner
13 h 15 - 14 h 45
La statistique publique et l’appui à la gouverne – 2
Communications orales
Bâtiment – Local : Pavillon Alexandre-Vachon – 3820
13 h 15_rem_
Nathalie Madore Régie des Rentes du Québec

Rigueur contre utilité : le défi de la statistique dans les organismes publics

(Afficher le résumé)

Le statisticien est, par (dé)formation, un professionnel rigoureux, à la limite pointilleux. Son souci du détail est bien servi dans les organisations dont la mission première est de produire des statistiques et des enquêtes. Mais qu’en est-il lorsque la statistique devient un outil parmi tant d’autres pour aider l’organisation à remplir sa mission?

Le risque alors est grand que l’utilité prenne le pas sur la rigueur et l’exactitude dela méthode. Lesdécideurs sont des gens d’action, pressés d’arriver au but, et donc orientés vers l’atteinte du résultat plutôt que par le chemin emprunté pour l’atteindre. Dans ce contexte, le statisticien fait face à un dilemme : jusqu’où maintenir sa volonté de garantir des façons de faire conformes aux bonnes pratiques de sa profession tout en offrant à ses dirigeants l’information dont ils ont besoin, quand ils en ont besoin?

La conférence permettra de voir comment les statisticiens de la Régie des rentes du Québec ont su concilier ces intérêts parfois divergents pour faire de cet organisme un leader au sein de l’appareil gouvernemental québécois quant à l’utilisation de la statistique pour soutenir la gestion et l’évolution du service à la clientèle.

13 h 45_rem_
Fritz-Herbert Remarais Ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale du Québec

La statistique, un reflet de l’évolution organisationnelle et de la prestation de services

(Afficher le résumé)

La statistique, comme support informationnel à la gouverne des institutions publiques, a évolué parallèlement aux politiques et orientations gouvernementales. Ce constat est d’autant plus frappant au ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale (MESS) dont la mission s’actualise dans le temps. Mise à contribution dans les différentes étapes du développement, de l’évaluation et de la révision des programmes du MESS, la statistique n’est plus interpellée uniquement au niveau des bilans administratifs et de la reddition de comptes ministériels.

Orientant la quête d’adéquation entre une offre de services et des besoins spécifiques d’une clientèle hétérogène, la statistique au MESS exploite des données administratives des plus complètes renseignant sur ses clientèles. En tant que dépositaire de données informationnelles, la statistique est interpellée notamment par les points suivants :

- la justification et la pertinence des données colligées auprès des clientèles lors de la prestation de services;

- la gestion des risques quant à la protection des renseignements personnels sur les clientèles ministérielles;

- le manque d’information renseignant sur le parcours après la fin de la prestation de services;

- l’utilisation complémentaire de données administratives et de données d’enquête pour un élargissement de la perspective sur l’adéquation de l’offre de services;

- la comparabilité interprovinciale des données informationnelles.

14 h 15_rem_
Alain Saucier Ministère de la santé et des services sociaux du Québec

Les banques de données du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec : l’équilibre entre l’accès et la sécurité des renseignements personnels

(Afficher le résumé)

L’univers des banques de données du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) du Québec se divise en deux catégories selon qu’elles contiennent ou non des renseignements personnels. L’accès aux données appartenant à la première catégorie ne pose pas de problème d’accès. Mais pour la seconde catégorie, l’accès est régi par des considérations légales, de justification, de conformité et de sécurité.

Tout chercheur qui souhaite exploiter des banques de données du Ministère contenant des renseignements personnels doit soumettre une demande à la Commission d’accès à l’information du Québec selon un processus bien établi. Par contre, l’exploitation de données en appui à la gestion exige que plusieurs lois et règlements soient d’abord considérés avant de pouvoir donner un accès complet ou partiel aux banques visées.

La justification de l’accès à chaque variable doit être démontrée, mais la notion de conformité doit également être satisfaite. Celle-ci fait référence à l’assurance que seuls les renseignements nécessaires à la demande formulée seront transmis. Quant à la sécurité, elle touche la gestion de l’accès à la banque ainsi que bien d’autres aspects dont la destruction éventuelle des données.

La présentation sera l’occasion de faire connaître les règles du jeu qui permettent des analyses statistiques pertinentes dans le respect de la confidentialité des renseignements personnels détenus par le MSSS.

14 h 45_rem_
Pause
15 h 00 - 17 h 00
La statistique publique et l’appui à la recherche
Communications orales
Bâtiment – Local : Pavillon Alexandre-Vachon – 3820
15 h 00_rem_
Annie Giguère Institut de la statistique du Québec

Les services d’accès aux données québécoises au profit de la gouverne et de la recherche

(Afficher le résumé)

Soucieux de contribuer au développement des connaissances pour la société québécoise, l’Institut de la statistique du Québec met à la disposition des analystes de la fonction publique, des chercheurs et des étudiants un ensemble de services permettant de faciliter l’accès à des renseignements tirés d’enquêtes et de sources administratives québécoises ainsi qu’à des services-conseils.

Plus particulièrement, les services permettent d’accéder aux données d’enquêtes de l’Institut, au registre des événements démographiques, ainsi qu’à des données issues du croisement de fichiers administratifs des ministères et organismes du Québec avec des fichiers de l’Institut. Ces accès aux données peuvent se faire de deux façons : dans les locaux de l’Institut ou à distance à partir des locaux de l’utilisateur.

Pensés par des chercheurs pour des chercheurs, les services d’accès aux données ont pour but de répondre aux différents besoins des utilisateurs, tout en assurant le meilleur équilibre entre la qualité statistique et les obligations de l’Institut à l’égard de la confidentialité des renseignements et de la protection de la vie privée.

La présentation fera la genèse des services d’accès aux données de l’Institut, expliquera leur fonctionnement et mettra en lumière certains exemples plus marquants de leur utilisation au fil des ans.

15 h 30_rem_
Ariane Boivin Centre de recherche du CHU Sainte-Justine, Zhong-Cheng Luo Université de Montréal, François Audibert Université de Montréal, Benoît Mâsse Université de Montréal, Francine Lefebvre Université de Montréal, Réjean Tessier Université Laval, Anne Monique Nuyt Université de Montréal

Les femmes nées prématurément ont-elles plus de complications de grossesse ? Les statistiques publiques comme réponse

(Afficher le résumé)

Les adultes nés avec un petit poids de naissance sont plus à risque de développer des problèmes cardiovasculaires et métaboliques incluant les complications de grossesse. Le petit poids de naissance peut être le résultat d’une restriction de croissance intra-utérine ou d’une naissance prématurée. Cependant le risque de complications de grossesse chez les femmes nées prématurément n’est pas connu.

Afin de déterminer si le fait d’être né prématurément était un facteur de risque associé au développement des complications de grossesse, nous avons effectué une étude de cohorte de toutes les femmes nées prématurément (51 148) versus à terme (823 991) au Québec entre 1987 et 1995. Après un couplage par fréquence (frequency matching) 1:2 prématuré/à terme, nous avons examiné les complications de grossesse chez celles ayant accouché d’au moins un enfant entre 1987 et 2008.

Cette communication présentera les résultats de l’étude de même que les conclusions et les suites envisagées. Elle abordera aussi les enjeux et aspects méthodologiques liés à la constitution de l’échantillon des femmes inclues dans l’étude et mettra en évidence l’apport de l’exploitation de données administratives à des fins de recherche en santé.

16 h 00_rem_
Denis Gonthier Développement Économique Canada, Sarah Fortin Réseau canadien des Centres de donneés de recherche

L’accès aux données de Statistique Canada pour la recherche

(Afficher le résumé)

Cette communication vise à fournir un portrait général des différentes avenues d'accès qui s'offrent aux chercheurs intéressés à utiliser les micro-données d'enquête qui sont produites par Statistique Canada. Il sera question de l’Initiative de démocratisation des données qui a permis de rendre disponible les fichiers publics pour plusieurs de ces enquêtes. On traitera également de l’Initiative canadienne sur les statistiques sociales qui a donné naissance au Réseau canadien des Centres de données de recherche (RCCDR) dont fait partie le CIQSS. Ce programme offre aux chercheurs la possibilité de travailler avec les micro-données détaillées des enquêtes sociales. Nous traiterons aussi de l’accès aux recensements anciens par le projet de l’Infrastructure de recherche sur le Canada au 20e siècle, qui rend disponible les données des recensements de 1911 à 1951. L’accès aux enquêtes sur les entreprises à partir du bureau central de Statistique Canada sera abordé, en présentant le nouveau Centre canadien d'élaboration de données et de recherche économique. Enfin, nous ferons état d’un projet pilote d’accès à distance en temps réel qui permet d’interroger les fichiers de micro-données hébergées au bureau central.

16 h 30_rem_
Danielle Gauvreau Université Concordia, Jean POIRIER Université de Montréal

Douze ans de recherche à partir des statistiques publiques : l’expérience du CIQSS

(Afficher le résumé)

Depuis son ouverture en 2001, le Centre interuniversitaire québécois de statistiques sociales (CIQSS) permet aux chercheurs d’accéder aux données confidentielles des instituts statistiques québécois et canadiens pour des fins de recherche. Depuis cette date, plus de 700 projets ont été menés au CIQSS et un peu plus de 1 000 chercheurs ont eu accès à ces données pour étudier des sujets aussi variés que la réussite scolaire, l’intégration des immigrants, les unions libres, ou la pauvreté. Quel bilan peut-on tracer de ces travaux? À quels nouveaux défis ce type de recherche est-il confronté ? Quels sont les nouveaux développements susceptibles de favoriser la recherche fondamentale ou appliquée sur des enjeux de société ?  

17 h 00_rem_
Mot de clôture

Participez à la conversation

Partenaire des activités scientifiques

Partenaire(s) officiel(s) de colloque